Bienvenue sur Lost Heaven


Les Terres Suspendues vous accueillent ...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Pillés dans les steppes [PV: Thrain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
 
Messages : 133
Date d'inscription : 12/11/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Maître Alchimiste et Illusionniste
En général: Semi Vampire-Humain
MessageSujet: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Mer 25 Jan - 19:12           
.................................................................................................................................................................................................................................


Le soleil levant, éblouissant et éclatant dépassait faiblement des imposantes courbes des steppes infinies. Les collines, lisses, régulières, comme des formes corporelles, immenses étaient parsemées de quelques arbres verts bien que plutôt secs et isolés. L'herbe rase et jaunâtre qui tapissait le sol bien peu accueillant émettait de faibles bruissements sous les pas de Sagitarii la sphinx qui portait Hindel et Lotheim, élève et maître. Sølan était derrière son apprenti, à l'arrière de la selle de voyage, adossé aux lourdes sacoches de matériel d'alchimie. Entre ses doigts, l’illusionniste tenait une sphère dorée d'un diamètre environnant les 5 centimètres, gravée de symboles des plus incompréhensibles pour quiconque ne possédait point de savoir alchimique. Cependant, pour Sølan, cet artéfact se révélait être un objet d'une valeur inestimable. En son centre, l'objet renfermait une fiole. Une simple fiole, comme n'importe quelle autre. Mais ce qu'elle contenait datait de l'époque dite "des miroirs" c'est à dire presque 1000 années plus tôt. Et jamais cette fiole n'avait été ouverte depuis. Cette sphère était maintenant entre les mains de Sølan qui, comme tous ses prédécesseurs, tentait de trouver le moyen de l'ouvrir. L’illusionniste contemplait la magnifique énigme qu'il faisait délicattement pivoter entre ses doigts gantés lorsque son apprenti le tira de ses pensées :

« -Regarde ! »

Sagitarii s'arrêta, Lotheim regarda dans la direction du bras tendu d'Hindel, des chevaux, entre cinq et dix, au galop. Leur direction ne devait pas les faire se croiser mais le groupe sembla légèrement changer de cap, s'orientant vers la sphinx et les deux hommes. Les steppes étaient réputées pour être fréquentée par de nombreux bandits. Ils n'eurent pas le temps de s'enfuir, cela n'aurait servi à rien car Sagitarii n'était pas en état de voler en raison d'une aile légèrement abîmée. L'alchimiste descendit alors de sa monture, faisant face aux bandits qui étaient maintenant très proches. Ils étaient habillés de morceaux d'armures rafistolés et portaient des armes très peu élégantes mais terrifiantes. L'un d'eux, le plus avancé, celui qui avait le destrier le plus athlétique, tenait dans sa main droite une longue épée sombre, tranchante d'un côté et armée de dents de scie de l'autre. Ce dernier bondit de son cheval avant même qu'ils ne se soient arrêtés. À présent à une vingtaine de mètres des trois voyageurs, leur chef cria :

« -Armes à terre ! »

Il s'adressait évidemment a Sølan et Hindel, seul le premier était armé, il dégaina sa dague d'alchimie et la laissa tomber dans l'herbe sèche, à un mètre de lui. Cette même herbe commença alors à noircir, rougir avant de s'embraser soudainement. Les flammes s’étendirent rapidement autour des voyageurs. Mais un des bandits s'avança entre les autres, il ne portait pas d'armes. Il joignit ses mains, les flammes commencèrent à disparaître à certains endroits, de toute façon, elles n'étaient qu'illusion, le chef put ainsi se mettre face à l'alchimiste et lui asséner un coup de poing dans le ventre qui fit tomber ce dernier. La sphère d'or glissa alors de la poche de sa cape. Dans un rictus de surprise, le bandit ramassa l'objet, l’observa quelques minutes souriant, tenant l'objet au bout de son bras tendu, dans sa main serrée, face à lui. À ce même moment, une main grisâtre jaillit du sol, suivie d'une deuxième. Un corps, mutilé, à la peau grise, venait de sortir du sol, suivi d'un deuxième. Les chevaux s’excitèrent, Sagitarii observait la scène d'un oeil attentif. Le chef fit plusieurs pas en arrière, remonta à cheval et dit :

« -Voyez ce qu'il transporte d'autre ! J'amène le butin à la planque ! »

Il partit au galop suivi de quatre bandits mais les cinq restants empêchèrent l'alchimiste de bouger et mirent à terre Hindel. Deux d'entre eux se chargèrent de maintenir Sagitarii immobile et impuissante. Les autres fouillaient les sacs.


[HRP: Si j'ai bien compris c'est en gros l'intrigue que tu m'as proposé, mais si tu veux modifier quelque chose dis le moi =P ]

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rodeur => Chasseur de Prime
En général: En grande partie Homoncule
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Ven 27 Jan - 18:11           
.................................................................................................................................................................................................................................

Je touchais au but ! J’avais finalement atteint les Steppes de Kerdéreth. C’était l’endroit ou résidait ma nouvelle cible. Un chef de bande qui avait réussi à prendre un pouvoir assez important ces derniers temps. Et qui avait une belle prime. Il me fallu une bonne journée de déambulation avant que de gentil pillard décide de s’intéresser à un pauvre voyageur égaré. Après un échange à sens unique de question polie appuyer par une épée sous la gorge permis au langue de se délier…

Après avoir offert quelque baffe en guise de remerciement je repartis vers l’endroit sous le contrôle de ma cible. C’était à trois jour de route. Rien de bien méchant… Sauf quand nos provisions ne tenait plus que pour trois jours justement… Enfin, ce lieu était réputé pour les joyeuses bandes de larrons tous prêt à vous offrir gracieusement leur rations alimentaires pourvue que vous sachiez leur parler. Or c’était mon cas, un rationnement ne fus donc pas envisagé.

Sauf que … Je ne fus pas attaqué. Rien, zéro, personne ! Un truc pareil, pourquoi cela devait me tombé dessus ? Il était quasiment impossible de se balader seul dans ce lieu désolé sans se faire agresser tout les jours, et moi qui voulait faire d’intéressante rencontre… Je ne croisais absolument personne ! Résultat, lorsque je fis mes premier pas sur le territoire contrôlé par cible… Je n’avais plus rien à mangé…

Et comme pour m’enfoncer davantage, la nature aussi se fichait de moi : Aucune bestiole, aucun monstre , aucun truc comestible n’avait croisé ma route ! Quel abrutis j’avais été en laissant leur ration au gentil pillard qui m’avait indiqué la route… En plus, arrivé sur le territoire contrôlé par ma cible ne garantissait pas qu’il me tomberais dessus dans la minutes… J’étais quand même armé…

Alors pour faire en sorte de les aidé à se décider, je me mis en route la nuit. Au milieu de la nuit je me mis en route au hasard pour les poussé à me tendre une embuscade, je pourrais ainsi refaire le plein de provision, et capturé ma cible, ou apprendre où était son repaire. Sauf qu’au bout de quelque heures, l’aube commençait à apparaître sans que la moindre attaque ai eu lieu… C’était déprimant…
Nan, mais sans blague, c’était quoi ces pillards à la manque !?! Je me baladais seul, la nuit, titubant volontairement comme si j’étais blessé. Mais non, les abrutis vivant sur ce territoire était trop couard pour s’en prendre à un malheureux blessé dans la nuit. Même à dix contre un ! C’était pathétique… Et du coup, j’avais faim…

Ce n’est que deux heures plus tard que je vis un nuage de poussière au loin ! Il y avait des gens qui était passé par là ! Sans doute ma cible ! Et avec de la chance, de quoi se substanter ! Oubliant ma fatigue je me mis en route aussitôt vers cette endroit prometteur. Je courus à bonne allure, et quelque minutes plus tard j’était presque sur place. Sauf que la scène ne me plaisait pas. Pas du tout.

Sans me faire voir des hommes occupé à piller les sac d’innocent voyageur sans même pensé à laissé un homme pour faire le guet, je me rapprochais discrètement de ce petit groupe. Deux hommes retenait une grosse bête, qui semblait être la monture des deux voyageurs. Profitant du fait qu’ils était occupé à la retenir, je me faufilait de se coté, les deux hommes surveillant les prisonnier étant un peu trop vigilant à mon goût. Or quoi de mieux qu’un obstacle de deux mètres de haut et bien vivant pour faire écran ?

Lorsque je ne fus plus qu’à quelque mètre l’homme qui retenait la grosse bête de mon coté me repéra. Il s’en allait pour crier l’alarme quand je me mis brutalement en mouvement. Avant qu’il n’ai pu crié, une lame sous sa gorge le convint de resté tranquille. Surtout qu’il n’avait sans doute pas vu toute l’action. C’était un larbin de base. Il ne présentait aucun intérêt. Après un bref atémi sur la nuque, il s’écroula évanoui. La bestiole commença à s’agiter un peu, ne ressentant sans doute plus le contrôle de l’homme désormais au pays des rêves. Mais étrangement elle ne se libéra pas pour autant. Effectivement, ses maîtres étaient encore danger. La fouille étant terminé, les hommes commençaient à se rassembler dans le but de partir. Ce n’est que quand ils appelèrent leur camarade endormie que je sortis de ma cachette.

-Salut ! fis-je avec enthousiasme.

Mes armes était dans leur fourreau afin de les mettre en confiance. S’il avait peur, il pourrait y avoir des blessé, et sans rien pour les soigner, n’importe quel blessure pourrait s’infecter et devenir mortel. Après une bref analyse de leur équipement, je ne vis pas la moindre arme en or. Je pourrais donc y aller à main nue sans prendre de risque.

-Excusez-moi, mais… Je meurs de faim. Vous n’auriez pas quelque chose pour moi ?

Profitant de leur ahuris, je lançais un rapide coup d’œil à leur prisonnier. Ils était encore sous le contrôle de leur gardien. Mon premier objectif serai donc de les libérer avant que l’idée ne viennent à l’un deux de s’en servir comme otage…

[Hrp : Préviens moi via Mp si quelque chose te gêne, ou si tu veux que je leur règle leur compte dans la foulé ^^]

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 133
Date d'inscription : 12/11/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Maître Alchimiste et Illusionniste
En général: Semi Vampire-Humain
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Lun 30 Jan - 18:49           
.................................................................................................................................................................................................................................

« -Salut ! »

Sølan qui se tenait appuyé sur ses coudes, à même le sol, sursauta, les illusions de revenants disparurent dans un éclat de fumée grise, il profita de la confusion pour rouler sur le côté et se relever tant bien que mal, maculé d'une poussière brûne, il ramassa sa précieuse dague, évita la frappe tranchante de celui qui le détenait et trancha au hasard à l'arrière du genou du seul garde qui tentait de retenir Sagitarii, cette dernière, enfin libérée fit un bond sur le côté, renversant ceux qui fouillaient les sacoches et fit face aux agresseurs. Hindel, lui, était toujours, tremblant aux mains d'un pillard qui le retenait par le cou, une épée dans la main, un sourire dévoilant des dents jaunes. L'alchimiste regarda alors celui qui venait de faire irruption. Il était vêtu de bleu, avait une chevelure marron qui se terminait par des mèches noires, mais le plus surprenant, c'était de loin ses yeux dorés. Ajoutant à cela une marque sur la poitrine, en l’occurrence un XIII, et le fait qu'il se jette à l'aveugle dans un groupe de pillards Sølan pouvait émettre l'hypothèse qu'il était un homonculus, mais rien n'était sûr.


[HRP: Oui je sais que c'est un RP particulièrement court =P mais c'est simplement pour que mon perso ne reste pas immobile durant l'action ^^]



Dernière édition par Lotheim H.Sølan le Mar 7 Fév - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rodeur => Chasseur de Prime
En général: En grande partie Homoncule
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Lun 30 Jan - 21:42           
.................................................................................................................................................................................................................................

L’un des hommes réagis vivement à mon intervention, deux trucs moches disparurent au même moment. C’était pas plus mal. Je n’aimais pas taper sur des illusions… Pendant que j’analysais la situation, la grosse bête se libera, et dégagea les pillards de son dos. Mais l’autre homme, était encore sous bonne garde. Un pillard le tenait fermement par le cou. J’agis au moment même où le pillard leva son épée : Je parcouru les quelques mètres nous séparant si vite que l’homme sûr de sa victoire ne me vis pas bougé… Mon poing s’écrasa sur son visage, le faisant lâcher sa victime, un autre dans le ventre le plia en deux, et un coup de genoux magistrale dans la tête fini de le mettre hors combat.

Deux d’éliminé, voir même trois en comptant celui qui boité, touché par la dague de l’homme au visage caché. Il en restait deux, qui s’étant relevé de leur chute, se dirigeait vers moi, arme à la main. Ils fouettaient l’air dans ma direction, sans doute pour m’intimider, vue que la distance entre nous de leur permettais pas de m’attendre. Avant de me lancer dans une correction bien mérité je tentais quand même de leur proposer de ce rendre.

-Tsss… ce ne sont pas des jouets que vous tenez ! Allez, soyez gentil et posez sa bien gentiment avant de me proposer gentiment de mener ce gentil Chasseur de Prime à votre chef. Croyez moi, vous n’aimeriez pas que je me répète… L’un d’eux ricana avec mépris et passa à l’attaque. J’en déduis que c’est un non, fis je en esquivant souplement d’un simple mouvement du buste. Tant pis pour vous !

Je saisis alors la main qui tenait la poigné de l’épée qui avait cru pouvoir me transpercer la tête. Comme si une attaque pareil avait une chance de fonctionner en combat réel ! Gardant son épée au niveau de ma tête, j’armais mon bras droit et lui lançais un coup de poing directement dans la tête. Le nez de l’homme se brisa instantanément, alors que l’homme partais en arrière. Il tomba sur le dos et ne bougea plus.

L’autre voulu se précipité sur moi, mais je le devançais, avant qu’il n’ai le temps de bougé, je l’avais contourné, et j’étais dans son dos. J’entendis l’homme déglutir bruyamment en comprenant qu’il n’avait aucune chance. Puis un atémi bien placé l’envoya rejoindre son ami au pays de l’inconscience. Quatre hommes sur cinq était maintenant hors d’état de nuire, il n’en resté qu’un, et blessé en plus. Je me tournais dans l’intention de lui poser quelque question avant de le neutraliser, et je vis que ce n’était pas nécessaire : Il était sous bonne garde : La grosse bête le tenait à l’œil, n’ayant sans doute pas apprécié ce qu’il lui avait fait, et l’homme n’osait pas bougé. L’interrogatoire pourrait attendre la fin des politesse…

Je me retournais vers l’homme à la capuche en souriant de façon amical, celui-ci paraissait calme, mais sans visage sur lequel mettre une émotion, il aurai tout aussi bien pu être paralysé de terreur les lèvres tremblantes… Il semblait ne pas être blessé, seul ses vêtements semblait avoir souffert du mauvais traitement qu’il avait subis. Rien de bien grave donc.

-Comme je disais tantôt ; Salut ! Tout vas bien ? Pas trop de problème causé par ces…

Subitement ma faim se rappela à moi, et je m’en laissais tombé à genoux… Tsss, bandits stupides, il m’avaient donné encore plus faim en me faisant courir partout et en m’obligeant à me battre… Cela faisait quand même presque une journée que je n’avais pas mangé ! Et même un peu plus… Je mis un genoux à terre, en continuant :

-Ahh… J’ai faim… J’avais presque oublié ce détail dans le feu de l’action… Vous n’auriez pas quelque chose à manger par hasard ? fis-je plein d’espoir vers l’homme à la capuche qui me regardait sans un mot.

[j'ai fait mieux comme combat ^^ Mais là j'avais vraiment trop de boulot, je me rattraperais sur ma cible ^^ et oui, Thain est un Type bizarre ^^ ]

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 133
Date d'inscription : 12/11/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Maître Alchimiste et Illusionniste
En général: Semi Vampire-Humain
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Mar 31 Jan - 8:13           
.................................................................................................................................................................................................................................

Sølan observa l'inconnu qui s'était dit chasseur de primes, ses yeux dérivèrent vers Hindel qui venait d'échapper à l'au-delà. Il essuya tant bien que mal sa cape, fit signe à son apprenti de le rejoindre et se tourna vers le chasseur de primes.

« -Comme je disais tantôt ; Salut ! Tout vas bien ? Pas trop de problème causé par ces…
-Ahh… J’ai faim… Vous n’auriez pas quelque chose à manger par hasard ?
»

L'homme était tombé à genoux, l’illusionniste ne dit pas un mot, se tourna vers Sagitarii, s'approcha d'elle, lui murmura quelques mots :

« ·
Ēŋōэ Đīę Ẵҝŏъ · »

C'était du langage alchimique, la langue maternelle des sphinx et la langue secrète des alchimistes. Sans se faire prier, Sagitarii bondit, griffes en avant sur le pillard dans une gerbe de poussière et lui brisa les deux jambes. Sølan sans y prêter d'attention ouvrit une des sacoches sur le dos de la sphinx et sortit une plaquette de couleur jaunâtre, solide et peu attirante. C'était du pain solide agrémenté d'un elixir complexe qui, se résumait à un concentré de protéines et de toutes sortes d'autres bénéfices attribués à la viande. L'avantage principal était le niveau de concentration des bienfaits, cinq bouchée de ce pain alchimique valait presque un morceau de viande fraîche. De plus, cette nourriture pouvait être conservée indéfiniment. C'était une nourriture utilisée par les soldats. Il retourna auprès de l'inconnu, abaissa son capuchon, dévoilant son visage ferme et usé, il tendit sa main libre à son sauveur pour le relever, le pain alchimique dans l'autre main.

« -Mon nom est Sølan, Maître Alchimiste. À ma droite voici Hindel, mon apprenti. Je ne sais comment vous remercier, vous les avez empêché d'emporter des elixirs de très grande valeur. »



[HRP: Tu peux faire jouer mon personnage en le faisant te donner le pain après que tu te sois levé pour éviter de ralentir le rythme.]

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rodeur => Chasseur de Prime
En général: En grande partie Homoncule
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Mer 1 Fév - 15:23           
.................................................................................................................................................................................................................................

Sans dire un mot, l’homme à la capuche se tourna vers la grosse bestiole, puis se dirigea vers elle. Il du lui dire quelque chose, car la bestiole se releva et bondit toute griffes dehors sur le pillard blessé. Avant que je n’ai eu le temps de réagir, ce pauvre homme avait les jambes brisé. Un terrible cris de douleur lui échappa au moment ou ses jambes se brisèrent. Mais l’animal n’alla pas plus loin, laissant en vie le pauvre homme. De toute évidence je ne pourrais pas aller l’interroger après. Il me faudra donc réveiller atteindre le réveil d’un des types que j’avais assommé…

L’homme alla ensuite récupérer quelque chose qui… Aurait pu être du pain, s’il ne ressemblait pas à une plaquette. Mais quelque chose me disait que c’était comestible, et cela me suffisait amplement. Il se dirigeât ensuite vers moi, enleva son capuchon, révélant un visage ferme, et motivé. Puis il me proposa une main pour m’aider à me relever. Main que je pris pendant qu’il se présentait en m’aidant a me relever.

« -Mon nom est Sølan, Maître Alchimiste. À ma droite voici Hindel, mon apprenti. Je ne sais comment vous remercier, vous les avez empêché d'emporter des elixirs de très grande valeur. »

Un Maître Alchimiste hein ? Pas courant comme profession. Surtout qu’il n’avait pas l’air particulièrement âgé, pour un tel titre. Mais s’il avait un apprentie et des élixirs de grande valeurs, cela devait être vrais. Après tout, j’étais bien un Homonculus Chasseur de Prime. Il me donna alors le pain. Pain que je pris avec en le remerciant :

-Votre pain me parait être un remerciement parfaitement de même valeur, fis je en souriant. Et puis, il est normal d’aider les personnes dans le besoin, non ?

Je pris une bouché de ce pain, il n’avait pas le goût habituel, mais j’avais tellement faim que je ne m’en formalisé pas. En mangeant rapidement ce que je venais de prendre, je regardais le petit groupe : Deux hommes pas vraiment armé et une grosse bête qui devait être utilisé comme moyen de dissuasion. Mais apparemment, ce n’étais pas vraiment efficace, vue qu’ils avaient quand même été capturé. Après avoir fini ce que j’avais en bouche, je repris en haussant les épaules:

-De toute façon, ma mission actuel est de trouvé le chef de ces hommes et de le capturé pour le livré à la justice. Cet homme a pris trop de pouvoir sur les différente bande de pillard de ce secteur. Mais il ne semble pas ici…

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 133
Date d'inscription : 12/11/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Maître Alchimiste et Illusionniste
En général: Semi Vampire-Humain
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Mer 1 Fév - 16:12           
.................................................................................................................................................................................................................................

Sølan, après avoir donné le pain à son interlocuteur, sortit un morceau de tissu blanc d'une fiole de ver. Ce tissu était imprégné d'un acide moyennement puissant, les gants de l'alchimistes étaient faits pour résister à bien pire. De son autre main il dégaina sa dague qu'il commença à frotter minutieusement avec l'acide, la dague devait rester extrêmement propre pour que le sang ne pose de problèmes lors d'autres utilisations. tout en faisant un mouvement de va et vient le long de la lame, il leva la tête vers l'inconnu.

« -Votre pain me parait être un remerciement parfaitement de même valeur. Et puis, il est normal d’aider les personnes dans le besoin, non ? »

Il prit une bouchée de pain alchimique, l’illusionniste sourit en guise de remerciement, Hindel ne semblait pas se remettre de ce qui venait d'arriver et était assis dans l'herbe morte, adossé à une des pattes de Sagitarii, cette dernière qui était sagement assise observait le ciel avec curiosité, comme si elle y voyait des choses qui échappaient aux pensées humaines.

« -De toute façon, ma mission actuelle est de trouver le chef de ces hommes et de le capturer pour le livrer à la justice. Cet homme a pris trop de pouvoir sur les différentes bandes de pillards de ce secteur. Mais il ne semble pas ici… »

« -Je pense qu'il est ici. Enfin pas précisément là où nous sommes, mais il n'est pas loin. Il était avec ceux qui m'ont pillé mais est parti bien avant que vous arriviez, il a emporté un objet de valeur quasi-inestimable. Enfin, pour lui ce n'est qu'une sphère en or, mais pour moi, cela dépasse de loin le prix d'un simple bijou précieux. Il est parti vers... Sølan réfléchit un instant, observa l'horizon puis l'imposant soleil. Vers l'Est. Il a parlé d'une "planque", un repère. »

Si la mission de son interlocuteur était de retrouver le chef de ces hommes, cela voulait dire qu'il était soit au service de la Reine de Kérdéreth probablement dans les forces de l'ordre, soit un chasseur de primes indépendant. L'alchimiste avait une préférence pour la seconde option. Rangeant enfin sa dague et son morceau de tissu, il reprit la parole :

« -J'en déduis que vous êtes chasseur de primes, je me demandais donc si je pouvais vous accompagner, car je dois récupérer ce qui m'a été dérobé. De plus, je possède des provisions. »

Sur ces mots, il sortit des sacoches une gourde et quatre plaquettes de pain qu'il offrit au chasseur de primes, dont, soit dit en passant, il ne connaissait pas l'identité... La nourriture que transportait Sølan était absolument tout sauf variée, mais au moins elle était nutritive et facilement transportable.

« -Par contre, je dois vous avouer que les repas que je peux fournir ressemblent plus à des rations militaires de survie en combat plutôt qu'a des provisions de voyage. Comment vous appelez vous ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rodeur => Chasseur de Prime
En général: En grande partie Homoncule
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Jeu 2 Fév - 20:50           
.................................................................................................................................................................................................................................

Pendant que je mangeais en lui répondant, l’homme prénommait Solan sorti une fiole en verre dans lequel était confiné un tissu. Tissu qu’il prit avec ses gants pour… Laver ? Empoissonner ? Réparer ? Faire quelque chose sur sa dague. Je n’étais pas très versé dans l’alchimie, voir même je n’y connais absolument rien ! J’étais Chasseur de Prime, pas Érudit ! Les livres avaient toujours eu un effet soporifique sur moi… Et cela ne changerait sans doute jamais….

Son apprentie avait l’air en état de choc, de toute évidence, le combat ne devait pas lui être familier. Il avait quand même été à deux doigts d’y laisser la vie. Bon, c’est pas comme s’il avait été blessé mais pour un jeune homme de la ville qui n’avait jamais eu a se battre pour sa survie, c’était sans doute normal de rester quelque temps en état de choc. A vue d’œil, nous avions a peu près le même age, mais nous n’étions pas comparable pour autant. Premièrement, je n’étais pas humain, et surtout ma vie, mon enfance ne pouvait être en rien comparé a celle d’une personne humaine… La grosse bête regardait le ciel tranquillement, complètement détendu, comme si elle ne venait pas de briser les jambes d’un homme avec toute la sauvagerie possible sur cette terre il y a peine quelque minutes…

« -Je pense qu'il est ici. Enfin pas précisément là où nous sommes, mais il n'est pas loin. Il était avec ceux qui m'ont pillé mais est parti bien avant que vous arriviez, il a emporté un objet de valeur quasi-inestimable. Enfin, pour lui ce n'est qu'une sphère en or, mais pour moi, cela dépasse de loin le prix d'un simple bijou précieux. Il est parti vers... Sølan réfléchit un instant, observa l'horizon puis l'imposant soleil. Vers l'Est. Il a parlé d'une "planque", un repère. »

Ce que venait de me dire l’alchimiste m’aidé grandement, mais cela me contrarié également : Je n’avais pas pour habitude d’être accompagné quand j’effectuais une mission… Je n’étais pas contre le fait qu’il m’emploie pour que j’aille chercher son objet, une mission dans une mission, c’était très envisageable. Mais qu’il me suivent… Impossible… Non, il ne pourrait pas me suivre, au pire, je trouverais son truc et je le lui rendrais plus tard, mais de là a ce qu’il me suivent… Même restait en dehors pouvait être dangereux. Définitivement, non, je ne pouvais pas accepté.

« -J'en déduis que vous êtes chasseur de primes, je me demandais donc si je pouvais vous accompagner, car je dois récupérer ce qui m'a été dérobé. De plus, je possède des provisions. »


Il venait de dire qu’il avait des provisions ? Après une (très) brève réflexion, la situation fus revus : Surtout après qu’il est sortis de ses sacoches une gourde et quatre plaquettes de pain qu’il m’offrit ! Tout bien reconsidéré, il avait l’air de savoir se battre, de plus l’un d’eux devait maîtrisé l’illusion et avec la grosse bête en temps que protecteur… Sa pouvait se jouer. Bon, j’avais quand même nettement l’impression que c’était mon ventre qui venait de parler/ Mais d’un autre coté je n’avais pas de provision… et aucune envie d’être soumis à la faim encore une fois…

« -Par contre, je dois vous avouer que les repas que je peux fournir ressemblent plus à des rations militaires de survie en combat plutôt qu'a des provisions de voyage. Comment vous appelez vous ? »

-Y’a pas de mal ! Un repas reste un repas ! Fis je en souriant. Je ne vois pas de problème a ce que vous m’accompagniez, en revanche, je vous demanderais de ne pas prendre trop de risque. Avec tout le respect que je dois a votre science, je doute que vous soyez en mesure de combattre l’équivalent de tout en repaire de bandit… Et en plus, j’ai pris cette mission justement pour faire du cent contre un. Cela devrait me distraire pour une fois… Même si je me doute qu’il seront moins nombreux… Les vrais missions sont rare de nos jours… C’est devenu difficile de se distraire ces derniers temps… Ah et mon nom est Thrain Heartnet.

Je me retournais en me dirigeant vers les bandits inconscient. Tout en continuant de lui parler je récupérais leur armes, et m’assurerais qu’ils étaient bien vivant, je ne voulais pas de mort dans la moindre de mes missions.

-Enfin, je fais comme je peux . Pour commencer, on va récupérer les armes de ces idiots, ensuite nous prendrons le moins amoché de tous, et nous l’utiliserons comme guide. Les autres n’auront qu’a se débrouiller. Cela ne vous dérange pas d’embarquer ces épées ? Les laisser entre leur mains seraient bien trop dangereux : Pourriez vous les conserver ? Je n’ai pas la place de les prendre… Et sans elles, ils seront forcé de chercher un autre moyen de vivre. Enfin, j’espère.

En terminant mon tour, je fini par décidais que ma première victime, celle près de la grosse bête et que j’avais assommé en premier était sans doute le meilleurs pour ce rôle… Mon coup avait été suffisant précis et fort pour l’assommer pendant encore quelque heures… Je haussais les épaules, c’était surtout une garantie : en toute logique, nous devrions être attaqué lorsque nous nous rapprocherons de leur repaire. Il ne me resterait plus qu’a en laissé en état de parlé et nous trouverons la cachette… Ma seul peur était que le bandit que je recherche sorte et que je le capture avant d’avoir eu le temps de me mesurer a tout ses hommes…

Je vérifias mes armes par acquis de conscience, elles étaient a leur place, ce qui était logique vue que je ne les avais pas utilisé. Il ne me restait plus qu’a attendre que mes camarades soient près. Bientôt je pourrais m’amuser… Bientôt…

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 133
Date d'inscription : 12/11/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Maître Alchimiste et Illusionniste
En général: Semi Vampire-Humain
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Sam 4 Fév - 16:03           
.................................................................................................................................................................................................................................

« Y’a pas de mal ! Un repas reste un repas ! Fis je en souriant. Je ne vois pas de problème a ce que vous m’accompagniez, en revanche, je vous demanderais de ne pas prendre trop de risque. Avec tout le respect que je dois a votre science, je doute que vous soyez en mesure de combattre l’équivalent de tout en repaire de bandit… Et en plus, j’ai pris cette mission justement pour faire du cent contre un. Cela devrait me distraire pour une fois… Même si je me doute qu’il seront moins nombreux… Les vrais missions sont rare de nos jours… C’est devenu difficile de se distraire ces derniers temps… Ah et mon nom est Thrain Heartnet. »

Le dénommé Thrain tourna le dos à l'alchimiste, et, tout en lui parlant, commença à ramasser les armes des bandits qui gisaient sur le sol.

« Enfin, je fais comme je peux . Pour commencer, on va récupérer les armes de ces idiots, ensuite nous prendrons le moins amoché de tous, et nous l’utiliserons comme guide. Les autres n’auront qu’a se débrouiller. Cela ne vous dérange pas d’embarquer ces épées ? Les laisser entre leur mains seraient bien trop dangereux : Pourriez vous les conserver ? Je n’ai pas la place de les prendre… Et sans elles, ils seront forcé de chercher un autre moyen de vivre. Enfin, j’espère. »

Sølan observa le chasseur de primes, il attendit que ce dernier ait fini de parler et répondit après quelques secondes de silence :

« Parfait ! Non pas que je sois un lâche mais j'éviterai de me jeter dans les combats, en tant qu'alchimiste, le combat est tout sauf ma spécialité. Sagitarii pourra porter les armes sans problème. »

Il ne précisa pas qu'il était illusioniste, Thrain avait peut être des doutes mais autant ne pas clarifier les choses, il n'aimait pas que cela se sache trop et préférait laisser planer le doute que peut être était-ce la sphinx qui possédait ces pouvoirs, de toute façon, les illusions n'étaient pas faites pour que leur maître se jette dans le combat. Sølan remarqua que le chasseur de primes vérifiait qu'il n'avait tué personne. En effet, il ne faut pas confondre assassin et chasseur de primes. Hindel, silencieux comme à son habitude, heureusement car ce qu'il aurait à dire ne dépasserait pas la perspicacité d'un moineau, commençait à se remettre de ses émotions et venait de monter sur la selle de voyage sur le dos de la sphinx.

Il valait mieux que ce soit l'alchimiste qui s'occupe de ranger les armes, la sphinx était assez farouche vis à vis des inconnus. Cette dernière qui maintenant s'était mise à marcher vers le maître alchimiste, souriait, d'un sourire étrange, qui ne traduisait pas d'émotions positives ni négatives, un sourire d'ailleurs. Lotheim attrapa les armes des bandits et les attacha aux sacoches à l'aide de lanières de cuir. Hindel tentait de faire apparaître un petit anneau doré, car il était apprenti alchimiste mais également apprenti illusioniste puisque Sølan était passé maître dans ces deux disciplines. Cependant, le petit anneau doré semblait flou et son image oscillait vaguement avant de disparaître comme emporté par une brise. L'alchimiste réajusta rapidement sa cape, jeta un coup d'oeil à Sagitarii et annonça à l'intention de Thrain :

« Nous voilà fin prêts. »


Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rodeur => Chasseur de Prime
En général: En grande partie Homoncule
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Mer 8 Fév - 15:33           
.................................................................................................................................................................................................................................

« Parfait ! Non pas que je sois un lâche mais j'éviterai de me jeter dans les combats, en tant qu'alchimiste, le combat est tout sauf ma spécialité. Sagitarii pourra porter les armes sans problème. »

Sagitarii ? Attend… Il parlait de la grosse bête là ??? Avec un nom pareil, c’était sans doute un animal sans doute doué d’une grande intelligence… Mais je n’arrivais pas a me souvenir de ce qu’était cette grosse bête. Enfin, cela n’avait pas tellement d’importance pour le moment, ce qui importait surtout c’était qu’il allait évité les combats ! Je n’aurais donc pas a protéger le petit groupe, et je pourrais m’amuser à loisir avec ces bandits… C’était absolument parfait ! J’étais satisfait de la tournure que prenait les événements, la prime était maintenant a porté et avec elle la capacité de pouvoir acheter du lait et d’autre aliment auquel je n’avais pas accès durant mes chasses…
Quand je me revins avec les armes des pillards, je vis que l’assistant était remonté sur Sagitarii. J’allais me dirigé vers elle pour lui remettre les armes quand je réalisais qu’elle n’aimerait peut-être pas que je m’approche… Les animaux n’étant pas particulièrement à l’aise avec des Homoncules comme moi, les chats non compris sans doute grâce à mon père… Finalement ce fut son sourire qui me dissuada de l’approché davantage et fini de me convaincre que cette animal était doué d’intelligence. C’est donc a Lotheim que je donnais les armes que j’avais récupéré, armes qu’il accrocha à une lanière.

J’allais me retourné pour observer la voie quand j’aperçus de l’œil un reflet qui capta aussitôt mon attention : Un reflet doré. L’assistant tenait au creux de sa main une sorte d’anneau doré mais qui n’était pas bien défini… Les contours de l’objet était trouble, et j’avais même l’impression qu’il vibrait doucement. J’eu la confirmation de ce que je soupçonnais quand l’anneau disparu. Le fait qu’un anneau puisse être emporté par une brise n’était sans doute quelque chose d’alchimique, ou alors l’utilité de l’objet me dépassait largement… En revanche, le fait que l’anneau soit une illusion me semblait nettement plus probable… Mais la vrais question était que si j’avais raison, l’assistant possédait ce pouvoir de par sa naissance, ou le maître Alchimiste était également un illusionniste ? Toutefois, je n’avais aucun moyen de le savoir et de toute façon, je m’en fichais un peu. Qu’il soit illusionniste ou non, cela ne changeait rien ni a mon job, ni au fait qu’il m’avait demandé de l’aide…

« Nous voilà fin prêts. »

Je les regardais faire, seul l’apprentie était sur l’animal, l’Alchimiste devait avoir envie de marché… Je me mis en route vers l’est en traînant ma victime derrière moi. Quand il se réveillerais, il deviendrais notre guide… Mais en attendant, cap vers l’est !

En général je voyageais seul, aussi voyageait avec quelqu’un me changeais agréablement de ma routine… Je n’avais donc pas fait dix mètres que je fini par craquer et demander a l’alchimiste ce qu’était ce gros animal… J’étais réellement incapable de me souvenir de ce que c’était que cette bête… Et comme je n’aimais pas me prendre la tête avec de pareil chose…

-Sagitarii, ce n’est pas un simple animal n’est-ce pas ? Quand j’ai neutralisé le premier homme qui la retenait, elle était sans doute en mesure de se libérer, mais elle ne l’a pas fait sans doute pour ne pas vous attirer de problèmes… Et lorsqu’elle a sauté sur l’homme, elle lui a brisé les jambes sans même essayer d’aller plus loin… Je frisonnais un peu puis repris. Et je n’ai jamais vu un fauve sourire comme elle l’a fait… Qu’est ce donc ?

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 133
Date d'inscription : 12/11/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Maître Alchimiste et Illusionniste
En général: Semi Vampire-Humain
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Mer 8 Fév - 16:46           
.................................................................................................................................................................................................................................

Ils se mirent en marche, Hindel qu faisait réapparaître encore et encore le même objet n'arrivait pas à la maintenir plus d'une dizaine de secondes. Son record était de 40 secondes dans le silence le plus total et dans une pénombre sans imperfections. Ici, chaque bruit lui faisait oublier l'illusion, il n'était pas spécialisé dans cette science, il était avant tout aspirant alchimiste cependant il s'entraînait régulièrement à faire apparaître cet anneau. Thrain ne tarda pas à engager la conversation :

« Sagitarii, ce n’est pas un simple animal n’est-ce pas ? Quand j’ai neutralisé le premier homme qui la retenait, elle était sans doute en mesure de se libérer, mais elle ne l’a pas fait sans doute pour ne pas vous attirer de problèmes… Et lorsqu’elle a sauté sur l’homme, elle lui a brisé les jambes sans même essayer d’aller plus loin…
Et je n’ai jamais vu un fauve sourire comme elle l’a fait… Qu’est ce donc ?
»

« Un simple animal ? Non, loin de là. Elle est une sphinx, ce sont des êtres particulièrement sages, ils sont plus intelligents que nous mais n'utilisent pas leur savoir de la même façon, nous nous construisons des maisons, des villes, nous devenons puissants, nous colonnisons, eux façonnent leurs esprits et leur savoir. Ils possèdent de nombreux pouvoirs, même si un dragon est largement plus puissant, les sphinx peuvent par exemple prendre diverses apparences ou même faire abstraction de leur enveloppe corporelle de façon temporaire.

Ils parlent deux langues, notre langue à nous, certes avec un accent assez prononcé et plutôt étrange. Mais ils parlent également la langue alchimique. Cette dernière est leur langue natale, certains humains, en l’occurrence les alchimistes comprennent cette langue. Seuls de très rares maîtres la parlent, et notre accent n'est pas parfait. Les sphinx sont les seuls êtres à savoir parler le langage alchimique de façon parfaite.

Ils sont en voie de disparition, mais de nombreux mythes font référence à eux et à leur sagesse. Ils sont farouches mais aiment tester ceux qu'ils rencontrent, c'est pourquoi ils peuvent parfois se révéler dangereux même envers de gens qui ne leur ont rien fait. Ils sont extrêmement susceptibles, surtout Sagitarii. Mais une fois qu'ils ont confiance en nous et qu'ils estiment qu'on mérite cette confiance, alors ils se révèlent être des créatures très amicales. Le nom de Sagitarii peut vous paraître étrange, c'est normal car c'est un nom en langue alchimique, en réalité son nom est
Şąġĭŧąrĭĭ c'est un des signes d'intelligence des sphinx, tout comme les humains, elfes, et autres êtres civilsisés, chaque sphinx a un nom qui lui est propre, ce n'est pas moi qui lui ai choisi un nom comme j'en aurai choisi un à un cheval. »

Sølan qui avançait mains jointes dans le dos jeta un coup d'oeil à Sagi qui semblait observer l'horizon mais dont l'attention était également dirigée vers la discussion. Il n'avait pas jugé nécessaire de préciser que les sphinx n'étaient pas très bavards, surtout en présence d'inconnus.

Le maître illusionniste sortit une fiole de sa cape, de forme assez sobre, elle contenait un liquide rouge sang, dans un petit *clic* sonorre, le petit capuchon mécanique en argent s'ouvrit, une délicate fumée blanche s'échappa alors de la fiole. D'un geste rapide l'alchimiste en but deux gorgées. C'était du substitut de sang, l'alchimiste était né de sang vampire alié au sang humain. Il avait le besoin de sang commun à tous ces êtres mais ne possédait ni la faiblaisse face à la lumière ni les canines acérées. Ainsi, pour pouvoir survivre en évitant la barbarie et le cannibalisme, il devait boire un substitut de sang de sa propre création.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rodeur => Chasseur de Prime
En général: En grande partie Homoncule
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Mer 15 Fév - 19:16           
.................................................................................................................................................................................................................................

Je n’aimais pas particulièrement l’idée d’avoir un fauve dans mon dos, mais ayant pris la tête du groupe avec l’Alchimiste nommé Solan, je devais me faire à l’idée qu’une grosse bestiole soit dans mon dos… Je savais pourtant que ses griffes n’étant pas fait d’or, elle ne pourrait pas faire plus que me blessé, mais laissé quelque chose de tel dans mon dos rebutait mes instincts élémentaire de survie acquis par de nombreux combat contre des bêtes sauvages… C’est aussi ce qui motiva ma première question à Solan. Et je dois admettre que la réponse dépassa toute mes attentes !

« Un simple animal ? Non, loin de là. Elle est une sphinx, ce sont des êtres particulièrement sages, ils sont plus intelligents que nous mais n'utilisent pas leur savoir de la même façon, nous nous construisons des maisons, des villes, nous devenons puissants, nous colonnisons, eux façonnent leurs esprits et leur savoir. Ils possèdent de nombreux pouvoirs, même si un dragon est largement plus puissant, les sphinx peuvent par exemple prendre diverses apparences ou même faire abstraction de leur enveloppe corporelle de façon temporaire.

Donc ce n’étais pas une simple bête sauvage. Étrangement, si admettre que cette animal était un sphinx et un sage ne me gêna pas outre mesure, le fait qu’elle puisse changer d’apparence un peu comme moi me surpris. Mais ce qui me fit me retourner était le fait qu’elle puisse faire abstraction de leur enveloppe corporel. En la regardant rapidement, j’essayais de l’imaginé sous la forme d’une fumé coloré, mais je ne réussis pas à visualiser l’image tant cela me paraissait incroyable… Puis mon attention se refixa sur la route et la suite de l’explication de Solan :

Ils parlent deux langues, notre langue à nous, certes avec un accent assez prononcé et plutôt étrange. Mais ils parlent également la langue alchimique. Cette dernière est leur langue natale, certains humains, en l’occurrence les alchimistes comprennent cette langue. Seuls de très rares maîtres la parlent, et notre accent n'est pas parfait. Les sphinx sont les seuls êtres à savoir parler le langage alchimique de façon parfaite.

Donc, en plus d’être sage, cette anim… ce Sphinx était en mesure de discuté. C’est en luttant contre une brusque envie de me retourner pour la saluer et essayais de discuté que je réalisais que ce Solan n’était sans doute pas n’importe quel Maître d’Alchimiste.

Ils sont en voie de disparition, mais de nombreux mythes font référence à eux et à leur sagesse. Ils sont farouches mais aiment tester ceux qu'ils rencontrent, c'est pourquoi ils peuvent parfois se révéler dangereux même envers de gens qui ne leur ont rien fait. Ils sont extrêmement susceptibles, surtout Sagitarii. Mais une fois qu'ils ont confiance en nous et qu'ils estiment qu'on mérite cette confiance, alors ils se révèlent être des créatures très amicales. Le nom de Sagitarii peut vous paraître étrange, c'est normal car c'est un nom en langue alchimique, en réalité son nom est Şąġĭŧąrĭĭ c'est un des signes d'intelligence des sphinx, tout comme les humains, elfes, et autres êtres civilsisés, chaque sphinx a un nom qui lui est propre, ce n'est pas moi qui lui ai choisi un nom comme j'en aurai choisi un à un cheval. »

C’était épatant ! Il me semblait avoir rapidement entendu parlé de ces animaux, mais trop rapidement pour que je puisse y prêter la moindre attention. Et je venais d’en sauver une sans même savoir ce que je faisais… Enfin maintenant je doutais de l’avoir vraiment sauvé, ils auraient sans doute trouver un moyen de s’en sortir sans moi… Je jetais un coup d’œil à l’Alchimiste qui marchais à coté de moi les bras croisé dans le dos. Ce type était vraiment hors du commun. Mais je commençais à avoir des doutes quant à son age… Il me paraissait beaucoup trop jeune pour avoir acquis autant de connaissance sur l’alchimie, un sujet réputé difficile et en plus avoir un apprentie. Sans compter qu’il s’était lié d’amitié avec un Sphinx…

Ce qui fini de me faire douté de ce son age fus l’espèce de liquide rouge qu’il but dans une fiole assez étrange. Cet homme, si s’en était bien un, était vraiment hors du commun. Peut être était ce un Rampir ? Nan, sa devait pas être sa, un Tampir ? Non plus… Enfin, un truc qui se nourrissait de sang. Pourtant parmi les rares informations que j’avais sur cette race, il me semblait qu’il n’aimait pas le soleil… Enfin, je pouvais aussi me tromper, l’étude des bouquins n’avait jamais été mon fort… Et je ne pouvais pas poser la question parce que vu l’homme il devait savoir ce qu’était un Homoncules, et que je ne voulais pas de problème lié à mon ascendance maternelle. Or il aurai l’occasion de me poser une question sur mon origine si j’en faisais de même…

Finalement, je me contentais d’un très simple « Je vois » admiratif pour conclure cette question. Puis relançais la conversation sur un autre sujet intéressant :

-Et que venez vous faire dans ces charmantes plaines peuplé de rustre et d’autre joyeuseté ?

Il avait quand même mentionné des élixirs de grandes valeurs, et vu l’homme, il devait être en mesure de se payé les services de mercenaires, voir même avoir une garde lié à son statut de maître Alchimiste de haut rang. La mort d’un tel personnage serai sans doute un coup dur au connaissance alchimique de ce monde… Involontairement je venais apparemment de me prendre charge supplémentaire dans cette mission… Je ne pouvais pas laissé mourir un tel homme alors que j’étais dans la zone… Et en plus il m’avait donné à manger ! Où qu’il aille je ferai en sorte de l’escorté jusqu’à sa destination, rien qu’histoire d’avoir l’esprit en paix…

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 133
Date d'inscription : 12/11/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Maître Alchimiste et Illusionniste
En général: Semi Vampire-Humain
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Mer 15 Fév - 20:12           
.................................................................................................................................................................................................................................

Il observa le chasseur de primes qui marchait devant lui, c'était une sacrée aubaine qu'il soit tombé sur un professionnel indépendant plutôt que sur les forces de l'ordre de Kerdéreth, ces derniers se seraient contentés d'éliminer le chef en repartant avec un butin qu'ils se seraient partagés à l'auberge du village le plus proche. Et ce butin comportait un objet qu'ils n'auraient pas traité à sa juste valeur. De plus, comme il en avait eu la preuve, cet homme avait une certaine capacité à produire un effet de surprise et n'avait pas peur de se faire égorger ou se faire traîner attaché l'arrière d'un cheval au galop traversant les steppes. Tant mieux. Car ce n'est ni Sagitarii, ni l'apprenti qui pourraient récupérer sa fiole.

« Et que venez vous faire dans ces charmantes plaines peuplé de rustre et d’autre joyeuseté ? »

Sølan eut un léger rire.

« Eh bien je cherche à rejoindre Estíngald, sur les terres d'Equalza afin de former Mr Hindel que voici... Sølan fit un mouvement de tête vers le pseudo-acolyte qui cessa de s'entraîner à faire apparaître des illusions. à l'art de l’illusionnisme. Il suit deux formations parallèles pour devenir Alchimiste et illusionniste, je suis son maître dans les deux disciplines. Pourquoi Estíngald ? C'est la ville des artistes, même si être un illusionniste ne veut pas dire être un artiste, apprendre et observer l'art permet d'étendre les illusions à un niveau plus recherché et moins superficiel. Et vous, je suppose que vous êtes là pour faire un peu de nettoyage ? »

Tant pis pour les secrets, de toute façon à quoi lui servirait le fait de cacher cela ? Sølan ne savait pas où ils se dirigeaient, il sortit une petite boussole ancienne et abîmée, son cadran était en argent orné d'or, cependant elle avait pris des couleurs noircies avec le temps. Ils se dirigeaient vaguement vers le Nord. C'était la direction que l'alchimiste voulait prendre mais pas avant d'avoir retrouvé la sphère d'or. Mais Thrain savait probablement ce qu'il faisait.

« Vous semblez avoir de l’expérience en ce qui concerne ce genre de traques... Ça fait longtemps que vous êtes chasseur de primes ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rodeur => Chasseur de Prime
En général: En grande partie Homoncule
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Lun 5 Mar - 21:05           
.................................................................................................................................................................................................................................

J’avais involontairement pris la tête de cette petite expédition, le bandit que je traînais n’étant pas suffisamment lourd pour me retarder ou véritablement retarder ma marche. L’homme remuait doucement, mais il était toujours inconscient. D’un autre coté, c’était assez normal : après le coup que je lui avait mis sur la nuque, il aurai du se reposer dans un bon lit en attendant de revenir à lui. Donc évidement se faire trainer dans une steppe inhospitalière pour servir de guide n’était pas ce qu’il y avait de plus recommander… Surtout que tant qu’il serait inconscient il traînerait bêtement sur le sol. Je ne comptais pas me fatiguer pour un pillard incapable de voir où est la justice. Et le mettre sur Sagitarii était évidement hors de question : s’il reprenait ses esprits sur son dos dans l’hypothèse où elle accepterait cet indésirable, il aurai accès aux armes confisqué et pourrait prendre en otage le jeune apprentie de Solan. Or, a cette distance, et l’ayant déjà surpris une fois, il aurai tout le temps nécessaire pour égorger le jeune homme avant que je ne le mette hors combat… Donc, il restait avec moi, et c’était tant pis pour lui si se faire traîné sur la route n’était pas ce dont il avait besoin !

Après avoir rapidement vérifié son état, je n’était quand même pas un monstre, j’avais relancé la conversation en demandant à l’alchimiste ce qu’il était venu faire dans ce charmant petit coin. L’homme eu un petit rire puis me répondit :

« Eh bien je cherche à rejoindre Estíngald, sur les terres d'Equalza afin de former Mr Hindel que voici... Sølan fit un mouvement de tête vers le pseudo-acolyte qui cessa de s'entraîner à faire apparaître des illusions. à l'art de l’illusionnisme. Il suit deux formations parallèles pour devenir Alchimiste et illusionniste, je suis son maître dans les deux disciplines. Pourquoi Estíngald ? C'est la ville des artistes, même si être un illusionniste ne veut pas dire être un artiste, apprendre et observer l'art permet d'étendre les illusions à un niveau plus recherché et moins superficiel. Et vous, je suppose que vous êtes là pour faire un peu de nettoyage ? »

Il était bien un illusionniste ! Subitement, son groupe était bien plus en sécurité que je ne le pensais. Et cela me faciliterai la tache quand je passerais à l’action pour capturer ma cible : Bien que Sagitarij ne soit pas à prendre à la légère, quelque soldat née d’illusion pour assurer la protection du petit groupe pendant que j’attaquerai le repère ne seraient pas de trop. Il devait bien existé des patrouille autours du repère et voir un groupe aussi défendu devrait les convaincre de passer leur chemin.

Pour ce qui était de leur destination j’imagine que c’était logique, mais n’ayant pas d’avis particulier sur l’art ou l’illusion je devais me fier à ses dires… Pour moi, seul ce qui était utile était beau, le reste était inutile… Mais si cela pouvait être bénéfique pour quelque chose d’aussi subtile que l’illusion, je devrais peut être revoir mon avis…

Enfin, il avait touché juste en ce qui me concernais : j’étais effectivement un chasse. Ce petit groupe de pillard avait eu le malheur de se faire un peu trop remarqué… Et une prime avait fini par être mis sur la tête de leur chef… mais la prime était bien trop faible pour autant de risque encouru. Certe elle était très raisonnable, mais il ne fallait pas oublié le lieu : Ces steppes était habité par de nombreux groupe de pillards, mais également d’autres êtres, nettement plus dangereux… Des homoncules par exemples. J’avais fini par prendre celle-ci pour m’amuser, ce n’était pas des pillards qui me vaincrais, les moyens leur manquait pour qu’il ait des armes d’or, leur chef tout au mieux. Et les homoncules ne s’attaquer pas entre eux, et même un hybride comme moi bénéficié de cette protection. Comme la plus part de mes chasses, celle-ci ne représentait pas un bien grand risque, et elle avait au moins le mérite de ne pas être aussi débile que les « Untel a volé ma vache, donné lui une bonne correction ». C’était dingue ce que certaines personnes accepté de payé pour des petits contretemps de la vie de tout les jours…Sérieusement, certains tableau de chasse était à pleurer de désespoir sur l’espèce humaine…

Je hochais doucement la tête pour lui confirmer que j’étais bien en chasse puis continué de m’orienté vers la destination approximative que m’avait donné Solan. D’imperceptible petit élément me confirmé que nous étions sur la bonne voie : Quelque trace de sabot ici et là, et surtout l’excitation qui monté en moi avant chaque combat. D’ici quelque temps je serai dans le feu de l’action !

« Vous semblez avoir de l’expérience en ce qui concerne ce genre de traques... Ça fait longtemps que vous êtes chasseur de primes ? »

Sa question était logique, plus on était âgé dans le milieu, plus notre valeur avait été éprouvé. Les moins bons ne faisait pas de vieux os… les idiots non plus. N’importe qui sauf quelqu’un de spécial comme moi aurait été un idiot en prenant cette chasse. Le un contre trente avec risque de tombé sur des Homoncules agressif en rejoignant la cible avait fait de cette chasse une chasse de catégorie A. Mais pour quelqu’un dont l’or était le seul point faible et qui n’avait rien à craindre des Homoncules c’était juste une chasse de rang C, B au mieux. Rien de bien méchant en soi. Sauf que je ne pouvais pas vraiment lui parlé de mon passé de tueur, ni même de mon ascendance. Oui, être un assassin m’avait préparé a être Chasseur de Prime, quoi que Chasseur de prime était plus difficile, la cible devant être ramené vivante et si possible en bonne état. Alors qu’un assassin embusqué n’avait qu’a se contenter d’une petite fléchette empoisonné pour touché son argent. J’optais pour une semi vérité :

-J’ai une certaine expériences oui, mais je ne suis pas un véritable Chasseur de Prime depuis longtemps. Toutefois, j’ai quand même pour moi un passé assez spécial qui m’a bien préparé à ce travail… Ah et tant que j’y pense, j’ai pensé vous accompagné jusqu’à ce que vous ayez quitté ces steppes, la suite de votre parcours. Cela devrait vous mettre hors d’atteinte des différentes créature hostiles qui peuple ce lieu. Enfin si vous acceptais d’avoir un chef bandit comme prisonnier en plus de moi-même. Je dois le ramener vivant au autorité pour touché sa prime. Donc il me faudra le garder à porter de main… cela ne vous ennuie pas ?

S’il acceptait, je pourrais l’accompagné et m’assurer qu’il n’arrive rien à un personnage aussi savant, s’il refusait, j’aurais au moins essayé de lui proposé ma protection, et je n’aurais pas à me sentir coupable si le pire devait arrivé… Mais de toute façon, rien ne disait qu’il serai attaqué sur le chemin, après tout, ce n’était pas comme s’il avait de nombreuse élixir de valeur et un bon stock d’arme qui ferai bavé d’envie les pillards qui le verraient… Je secoué la tête mentalement pour me chasser ces mauvaise pensées de l’esprit. J’avais trop tendance à anticipé le pire…

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 133
Date d'inscription : 12/11/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Maître Alchimiste et Illusionniste
En général: Semi Vampire-Humain
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Mer 4 Avr - 16:02           
.................................................................................................................................................................................................................................

Sølan observait, la tête tournée sur le côté, son interlocuteur.

« J’ai une certaine expériences oui, mais je ne suis pas un véritable Chasseur de Prime depuis longtemps. Toutefois, j’ai quand même pour moi un passé assez spécial qui m’a bien préparé à ce travail… Ah et tant que j’y pense, j’ai pensé vous accompagné jusqu’à ce que vous ayez quitté ces steppes, la suite de votre parcours. Cela devrait vous mettre hors d’atteinte des différentes créature hostiles qui peuple ce lieu. Enfin si vous acceptais d’avoir un chef bandit comme prisonnier en plus de moi-même. Je dois le ramener vivant au autorité pour touché sa prime. Donc il me faudra le garder à porter de main… cela ne vous ennuie pas ? »

Une certaine expérience et un passé spécial. La réponse était claire, et l'alchimiste savait que Thrain n'aurait pas forcément apprécié plus de curiosité de sa part. Il se retint donc d'en demander plus. Être escorté jusqu’à la sortie des steppes ? Voilà qui était plutôt tentant.

« C'est une proposition très aimable de votre part et je vous avoue qu'il m'est très utile d'avoir quelqu'un sachant se battre à mes côtés. Non pas que les bandits me font si peur, mais les steppes sont également fréquentées par les Zombies, des êtres si répugnants que même la mort les à rejeté de son royaume. Il y a également des homoncules qui, quelques fois servent des esprits maléfiques. »

C'est en disant cela que l’illusionniste réalisa l'absurdité de ses derniers mots, si un homoncule "de mauvaise humeur" s'en prenait à eux, ils ne pourraient rien faire. À moins que le chasseur de primes n'aie sur lui une arme en or, Sølan en doutait fortement. Il se résolut à s'en remettre à la chance, après tout les risques d'en croiser étaient très faibles, l'alchimiste n'en avait croisé qu'un il y a bien des décennies et cet homoncule n'avait rien de maléfique. Seuls les livres disaient que certains d'entre eux étaient au service de la noirceur du monde, cependant les livres sont parfois trompeurs. Néanmoins le risque, même si plutôt faible, existait bel et bien.

« Voyager accompagné d'un chef bandit capturé ne me pose pas de problèmes. J'ai déjà voyagé en bien d'étranges compagnies, un prisonnier n'en fera qu'une de plus. »

[HRP: Attente longue pour message court... Désolé =P ]

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rodeur => Chasseur de Prime
En général: En grande partie Homoncule
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Mer 11 Avr - 16:02           
.................................................................................................................................................................................................................................

Solan semblait ne pas être hostile à ma proposition, et même mieux encore, il n’insista pas en ce qui concernait mon passé. Cela m’arrangeait parce que je n’aimais pas vraiment en parler… Trop de mort, de sang et de regret. C’était la raison pour laquelle je vivais au jour le jour. Nul besoin de se torturer mentalement au sujet d’action que j’avais commis parce que je ne pensais pas avoir d’autre alternative. Mais je l’avais découvert cette autre alternative et depuis, je n’avais plus jamais eu besoin de recourir à cette solution.

« C'est une proposition très aimable de votre part et je vous avoue qu'il m'est très utile d'avoir quelqu'un sachant se battre à mes côtés. Non pas que les bandits me font si peur, mais les steppes sont également fréquentées par les Zombies, des êtres si répugnants que même la mort les à rejeté de son royaume. Il y a également des homoncules qui, quelques fois servent des esprits maléfiques. »

Si le passage sur les zombis m’avait fait sourire doucement, sourire que j’avais d’ailleurs camouflé en regardant au loin. La mention des homoncules en revanche me calma aussitôt. Je ne craignais pas les zombis, ces créatures étaient trop lente pour m’inquiéter si je venais à sortir mon Katana. De plus, même en cas de morsure, mon métabolisme me protégerait sans doute. Quoique je ne tenais pas vraiment à en faire l’expérience. Et puis, pour ce qui était de la protection de Solan, il lui suffirais de s’enfuir et de me laisser en arrière. Ces créatures étaient trop bête pour choisir de poursuivre une cible moins dangereuse qu’une autre si l’autre préférait les attendre.

En revanche la mention des Homoncules me fit frémir intérieurement, quoi que je n’en laisser rien paraitre. Je n’avais jamais eu à affronter l’un des miens. Et je ne le voulais pas. Les homoncules ne s’attaquaient pas entre eux. Et je profitais également de cette protection tacite, même si je n’étais pas totalement Homoncule. Je n’aimais pas l’idée que nous pourrions en rencontrer un, car il était fort probable que j’ai alors à dévoiler mon ascendance. Et m’étant battu depuis pour que mon secret ne soit jamais connu depuis que j’avais rejoint le monde civilisé, je ne voulais pas le voir être révéler aussi bêtement. Finalement, je me rassurais en me disant que les Homoncules maléfique n’était pas légions et que ces derniers n’avait de toute façon aucun intérêt à s’attaquer à un Alchimiste, enfin pas que je sache.

« Voyager accompagné d'un chef bandit capturé ne me pose pas de problèmes. J'ai déjà voyagé en bien d'étranges compagnies, un prisonnier n'en fera qu'une de plus. »

C’était donc convenu, je pourrais ainsi m’assurer de leur survie jusqu’à la sortie de ces steppes, tout en permettant d’avoir une autre compagnie que le pillard que j’aurais à ramener… Ces derniers n’étaient jamais avare de menace ou de supplication, et cela me fatiguais. Devoir s’occuper d’un prisonnier qui vous promet mille morts plus exotiques les unes que les autres ou qui abandonne toute fierté pour pleurer comme une madeleine sur sa liberté perdu pour essayer de vous faire changer d’avis avait toujours été le moment que je détestais le plus dans mes traques.

J’allais lui répondre, quand une autre trace me fis stopper net. C’était une simple tige enroulé discrètement autours d’un caillou au milieu d’autre, mais c’était aussi ce que je cherchais : la tige et le minuscule point noir sur le haut de la pierre était le signal utilisé par ce groupe pour signalé ses planques. Cette information était d’autant plus sûr que je la tenais d’un membre des pillards qui m’avait gentiment orienté vers leur chef après avoir eu la mauvaise idée de faire de moi leur proie. Idée qu’ils avaient chèrement payé.

-Nous sommes arrivé. Leur repaire est un peu plus loin, ce caillou marqué en est la preuve, l’un des leur m’a dit que c’était leur signalement personnel. Ce que je vous propose donc, serait d’attendre ici, le temps que je me charge de leur campement. Essayer de vous faire discret, et si vous le jugez nécessaire, créer des soldats illusoire, cela devrait maintenir à l’écart d’éventuel guetteur. Je reviendrais vous chercher une fois que j’aurai neutralisé les habitants de ce camp, et vous pourrez alors chercher votre trésor. Cela vous convient-il ?

En attendant sa réponse, je sortis mes dagues longue et observé leur tranchant, puis passais rapidement en revu mon équipement. J’étais prêt, et le besoin de me lancer dans le combat commençait à se faire sentir, même si je n’en laissais rien paraitre.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 133
Date d'inscription : 12/11/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Maître Alchimiste et Illusionniste
En général: Semi Vampire-Humain
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Mer 11 Avr - 19:08           
.................................................................................................................................................................................................................................

Sølan observa préventivement Thrain, ce dernier venait de s'arrêter devant ce qui semblait être un caillou anodin enlacé d'une fine tige. L'alchimiste eut un regard interrogateur et le chasseur de primes expliqua :

« Nous sommes arrivés. Leur repaire est un peu plus loin, ce caillou marqué en est la preuve, l’un des leur m’a dit que c’était leur signalement personnel. Ce que je vous propose donc, serait d’attendre ici, le temps que je me charge de leur campement. Essayer de vous faire discret, et si vous le jugez nécessaire, créer des soldats illusoire, cela devrait maintenir à l’écart d’éventuel guetteur. Je reviendrais vous chercher une fois que j’aurai neutralisé les habitants de ce camp, et vous pourrez alors chercher votre trésor. Cela vous convient-il ? »

Un léger sourire se dessina sur le visage de l'alchimiste lorsqu'il entendit la signification du "caillou". L'alchimiste n'aurait pas refusé le combat mais il n'était pas mécontent de rester à l'abri. Hindel et Sagitarii étaient restés en retrait. Thrain était un personnage plutôt surprenant, se jeter dans un repaire de bandits, seul, était plutôt déconcertant.

« Vous me semblez bien suicidaire, mais, après tout, si vous êtes toujours en vie c'est que vous... avez une technique. Je me charge des guetteurs, si j'en vois un, je fais en sorte qu'il se croient au paradis... ou en enfer. Ou peut être même, si l'envie me prend, que je pourrai les exploiter, leur faire voir des alliés chez leurs ennemis et des ennemis chez leurs alliés. Ils verront la réalité que je leur imposerai. »

Thrain dégaina deux longues dagues, Sølan laissa échapper un léger sourire. Il se dirigea ensuite vars Sagitarii, tournant le dos au chasseur de primes. Il ouvrit le sac qui contenait les armes qui avaient été subtilisées aux bandits et, tout en sortant une épée et son fourreau qui lui semblaient en plutôt bon état, murmura quelques mots à l'oreille de la sphinx. Cette dernière se transforma alors en un corbeau noir d'ébène aux pupilles grises presque blanches qui se posa sur la main gantée que l'alchimiste avait tendu. Tenant le fourreau et son arme dans la main gauche et le corbeau dans la main droite, il retourna auprès de Thrain et, au moment ou le corbeau s'envola, il dit :

« L'entrée de la planque sera forcément gardée, je vous suit jusque là bas. Je m'occuperai d'eux, ils seront hors d'état de nuire et ne pourront pas alerter les autres en vous voyant. »

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rodeur => Chasseur de Prime
En général: En grande partie Homoncule
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Dim 15 Avr - 21:42           
.................................................................................................................................................................................................................................

« Vous me semblez bien suicidaire, mais, après tout, si vous êtes toujours en vie c'est que vous... avez une technique. Je me charge des guetteurs, si j'en vois un, je fais en sorte qu'il se croient au paradis... ou en enfer. Ou peut être même, si l'envie me prend, que je pourrai les exploiter, leur faire voir des alliés chez leurs ennemis et des ennemis chez leurs alliés. Ils verront la réalité que je leur imposerai. »

Suicidaire, hein ? J’accueillis sa remarque avec un simple haussement d’épaules mais acquiescer pour la suite. Il ne pouvait pas savoir à quel point j’étais entrainé. Toujours être obligé d’être au mieux de ma forme pour fuir les monstres étant enfant, puis forcé d’apprendre à tuer adolescent. N’ayant pour adversaire que des monstres sanguinaires, triomphant de combat où la moindre défaite était synonyme de mort. Finalement, quitter ce monde de combat sans pitié pour devenir assassin, et pour terminer se reconvertir en Chasseur de Prime. J’étais plus que préparé pour de tel combats, surtout avec mon ascendance peu courante. Et puis, si j’étais seule, dans le cas ou je tomberais sur une fine lame qui réussirais à me blesser, cela ne trahirais pas mon secret…

J’allais partir quand je vis Solan se diriger vers son amie le Sphinx, mais je suspendis mon action quand je le vis ouvrir la sacoche contenant les armes récupéré. Que faisait-il ? Peut être voulait-il s’assurer davantage de sa protection ? Puis ce fut le choc. Savoir que les Sphinx peuvent changer d’apparence et y assister, c’était deux choses complètements différente. Aussi la transformation en corbeau de ce magnifique fauve démesuré me pris complètements au dépourvu.

« L'entrée de la planque sera forcément gardée, je vous suit jusque là bas. Je m'occuperai d'eux, ils seront hors d'état de nuire et ne pourront pas alerter les autres en vous voyant. »

Je me repris dès le début de sa phrase, ce n’était pas professionnel pour dessous que d’être distrait juste avant une attaque. J’affermis ma prise sur mes dagues puis l’invita à me suivre le plus silencieusement possible, l’effet de surprise me faciliterais bien la vie.

-Cela me conviens, mais faites bien attentions à vous. Je m’en voudrais s’il devait vous arrivez quelque chose parce que vous m’avez suivis. Et ne perdez pas de vu votre apprentie, lui aussi il est vulnérable !

Je me mis en route doucement, à demi baissé pour être un peu moins visible, en débit de mes habits à couleurs vivent. Chacun de mes gestes étaient fluides, calculer. Aucun mouvement superflu. J’avançais vite et silencieusement. Ne jetant que de rare et fugace coup d’œil à Solan. Savoir comment il se débrouillait serai inutile s’il était attaqué par surprise, en revanche être au aguets et pouvoir neutraliser toute menace avant qu’elle se concrétise me paraissait bien plus efficace. Mais heureusement, rien de ce que je craignais ne se produisit : Ces bandits étaient vraiment trop sûrs d’eux. Etant les « maitres » de la zone, il avait négligé la sécurité. Il était vrai que les troupes de Kerdéreth ne s’aventuraient pas aussi loin dans les steppes. Mais les Chasseurs de Primes en étaient capable. Ils n’étaient certes pas nombreux à s’y risquer, mais quelques uns étaient suffisamment entrainés pour se lancer dans de tel aventures. Et ces derniers devaient largement être en mesure de s’occuper de quelque pillard sans véritable discipline guerrière.

Les traces que je suivais nous menèrent jusqu’à une sorte de petite place forte. Quelque tronc ici et là formait une grossière muraille, et un sorte d’ouverture suffisamment large pour que peut être deux chevaux puissent passaient en même temps servait d’entré. Le tout était placé devant l’entré d’un couloir rocheux, le camp devant être situé à l’intérieure de ce couloir.

Je m’étais dissimuler dans les hautes herbes des que j’avais repérer l’espèce de muraille et avait aussitôt commençait à juger la situation : Seul un trio de garde était présent, l’un adossais à la barrière semblait dormir, pendant que l’autre qui devait s’ennuyer, vagabondait près de l’entré. Le dernier était de l’autre coté de la muraille, à peine visible, si bien qu’il m’avait fallu de longue seconde avant de le repérer. Il était assis sur une chaise, en train de faire quelque chose, mais je n’arrivais pas à voir quoi. Le terrain était trop dégagé pour que je tente une approche directe, même en rampant, ce qui n’aurait pas été mon style. En temps normal, j’aurai attendu la nuit, une relève quelconque pour m’approcher suffisamment et engager le combat avant qu’ils aient pu donner l’alerte. Sauf que cette fois ci, j’avais un Maitre Illusionniste avec moi. Je me retournais vers Solan et lui dit doucement :

-Je vous laisse vous occuper de ces gardes, faites juste en sorte qu’il s donnent pas l’alerte quand je m’approcherais, et je les assommerais discrètement avant d’aller m’occuper de leur chef. Dites moi quand je peux y aller et prenais soin de vous jusqu’à mon retour !

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 133
Date d'inscription : 12/11/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Maître Alchimiste et Illusionniste
En général: Semi Vampire-Humain
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Mar 8 Mai - 10:00           
.................................................................................................................................................................................................................................

« Cela me conviens, mais faites bien attentions à vous. Je m’en voudrais s’il devait vous arrivez quelque chose parce que vous m’avez suivis. Et ne perdez pas de vu votre apprentie, lui aussi il est vulnérable ! »

Sølan eut d'abord un hochement affirmatif de la tête avant de diriger son regard vers Hindel qui était resté en arrière, tendu, inquiet. Ils se remirent en marche, plus lentement et plus discrètement cette fois, l'apprenti suivait son maître, ils savait que c'était sa seule possibilité, rester trop en retrait l'exposerait a une éventuelle sortie de bandits que risqueraient de le repérer aussitôt. C'est alors qu'ils arrivèrent à proximité d'une palissade, haute comme deux hommes tout au plus, dressée grossièrement et maladroitement. Elle ne possédait qu'une réelle ouverture large de quelques mètres derrière laquelle, en se déplaçant latéralement, Sølan distinguait l'entrée d'un couloir de pierre. Deux gardes. L'un semblait s'être assoupi, adossé contre la palissade, une jambe pliée, l'autre tendue, tête baissé. L'autre déambulait, également tête baissée comme s'il observait ses pieds qui faisaient des allers retours hasardeux et répétitifs d'un bout à l'autre de l'entrée.

« Je vous laisse vous occuper de ces gardes, faites juste en sorte qu’il s donnent pas l’alerte quand je m’approcherais, et je les assommerais discrètement avant d’aller m’occuper de leur chef. Dites moi quand je peux y aller et prenais soin de vous jusqu’à mon retour ! »

Solan qui était alors à demi couché sur le ventre derrière une légère butte de terre se retourna afin d'être adossé. Il ferma les yeux et s'efforça alors de reproduire dans son imagination, dans le noir de ses paupières, les gardes, la palissade. Son expérience lui permettait de reproduire dans sa tête ce décor, ces bandits dans une exactitude des détails presque parfaite. Après une bonne dizaine de secondes, il avait crée la base de l'illusion, c'est à dire qu'il avait préparé la réalité pour y faire prospérer ses illusions comme on prépare un champ afin d'y planter de blé. Sølan rouvrit les yeux, regarda le garde qui patrouillait, et s'imagina alors, sur le passage de ce dernier, un trou d'un léger diamètre dont le fond n'était pas distinguable dans la pénombre. Cette illusion n'était pas générale, seul l'homme ciblé la voyait. Un simple trou dans le sol. Lorsque le bandit remarqua le trou, l'alchimiste fit alors apparaître une légère lumière au fond de ce trou, peut être à cinq centimètres dans le sol, peut être plusieurs mètres sous la surface. Le garde, surpris et curieux se pencha afin de voir l’origine de cette faible mais persistante lueur claire. Incapable d'en distinguer la profondeur, d’estimer la distance qui le séparait de la lumière, le garde se mit à genoux et se pencha à quelques centimètres du sol. C'est alors que la pénombre du trou sembla l'engloutir, il se retrouva dans le noir total, en fait il n'y avait plus rien autour de lui, le sol était indissociable du ciel, tous deux aussi noirs l'un que l'autre, comme si tout avait disparu sauf lui. Bbien sur seul lui et l'illusionniste ne pouvaient voir cela. C'est alors que, dans cette dimension vide, un son le fit se retourner brusquement, une petite fille, doigt sur la bouche pour lui intimer le silence venait d'arriver. La douce voix enivrante et angélique de la petite fille résonna alors aux oreilles du garde comme les pleurs d'un être innocent.

« S'il te plait... Laisse moi parler, ne fais pas de bruit...
On le voit si heureux,
Arlequin rouge vert et bleu.
Il fait le pitre et il rit,
Son costume, il voudrait
Le garder à jamais.
Car derrière ce sourire...
»

La petite fille continua ainsi la comptine, sans interruption, le garde dont l'esprit était figé, captivé et empli par cette illusion semblait l'écouter attentivement, cette dernière occupait toutes ses pensées. L'illusionniste, tout en maintenant cette illusion revint à la réalité, on voyait le garde, assis par terre, les yeux grands ouverts, dans le vague se dandiner légèrement, d'avant en arrière au rythme de la douce mélodie irréelle. Le manque de sagesse, de savoir et de vivacité d'esprit de ces bandits rendait la chose encore plus aisée et bien plus amusante. Soudain, Sølan remarqua un garde, plus loin, assis. L'illusionniste improvisa, le garde leva la tête lorsqu'il vit une jeune femme, vêtue d'une petite robe blanche qui volait au vent, courir un peu plus loin dans la plaine, derrière elle, deux loups couraient bondissaient sans pour autant réussir à la rattraper.Le garde se précipita vers la jeune femme afin de l'aider, peut être serait il récompensé. Cette dernière le mena non loin des deux autres gardes dont celui qui dormait. Mais il ne sembla pas les remarquer, il ne voyait que la femme dont les poursuivants avaient disparu. Elle murmura un merci et se rapprocha lentement du garde, leurs visages étaient à quelques millimètres l'un de l'autre. L’illusionniste laissa le garde, qui à présent se trouvait non loin d'eux, dans ce demi-rêve, cette illusion romantique. Il ne manquait plus que le garde endormi mais il ne pouvait pas faire grand chose étant donné qu'il était plongé dans un sommeil plus ou moins profond, cependant il pouvait générer, dans son esprit, un bruit continu, croissant mais délicat et fluide. Aucun bruit brusque pour le réveiller seulement un son de plus en plus puissant dont le volume augmentait lentement. Après une minute, le garde toujours endormi ne pouvait plus rien entendre d'autre que ce son étrange qui résonnait dans ses rêves comme dans ses oreilles. L'alchimiste tourna la tête vers Thrain qui n'avait pas pu voir les illusions car Sølan les avait dirigées uniquement vers les gardes.

« J'ai crée des illusions qui permettent d'éviter qu'ils ne fassent du bruit qui pourrait nous faire repérer. Si je n'avais pas la contrainte du silence, j'aurais fait en sorte qu'ils s'enfuient en courant ou qu'ils perdent la tête. Je vous conseille de commencer par celui qui est endormi, il ne vous entendra pas, ensuite vous vous occuperez du garde qui vient d'arriver, il ne vous verra pas, ou du-moins il sera incapable de vous remarquer. Et enfin, vous vous chargerez de celui qui est à l'entrée, celui là est littéralement plongé dans un monde dont il ne pourra jamais sortir seul. Contentez vous de ne pas faire de bruits trop importants qui capteraient plus leur attention que les illusions auxquelles je les ai soumis. »

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rodeur => Chasseur de Prime
En général: En grande partie Homoncule
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Dim 10 Juin - 23:01           
.................................................................................................................................................................................................................................

En attendant que Solan est fini de neutraliser les pillards qui gardaient l’entré, je raffermis ma prise sur mes armes et me préparait a bondir à la moindre alerte. Toujours camouflé par l’herbe des steppes, je regardais avec attention leur défense : Essentiellement du bois, et seulement des troncs entassaient les uns sur les autres : Ces bandits ne devait même pas imaginer la possibilité d’être attaquer dans leur « Place forte ». Je souris en pensant a ce qu’ils allaient bientôt devoir affronter : Les pauvres ne savait pas ce qui était sur le point de leurs tomber dessus.

Brutalement un garde s’agenouilla, et se pencha pour regarder… La terre ? Solan méritait vraiment son titre de maître Illusionniste. Je ne savais pas ce qu’il était en train de regarder, mais cela avait l’air passionnant. Le garde assis sortis ensuite en courant ce qui me fis ressentir une poussé d’adrénaline : J’étais a deux doigts de bondir pour neutraliser ce danger potentiel, mais la raison me contraint a rester immobile : D’aussi loin, il était plus qu’improbable qu’il nous ait repéré, et Solan était en action comme le prouvé l’autre qui était toujours a genoux.

L’homme s’arrêta quelques mètres plus loin, et cessa lui aussi de bouger : De toute évidence, c’était l’œuvre de Solan. Quelques secondes passèrent, sans que la scène ne soit troublé par le moindre mouvement, et alors que l’impatience commençais a me gagner, Solan repris la parole :

« J'ai crée des illusions qui permettent d'éviter qu'ils ne fassent du bruit qui pourrait nous faire repérer. Si je n'avais pas la contrainte du silence, j'aurais fait en sorte qu'ils s'enfuient en courant ou qu'ils perdent la tête. Je vous conseille de commencer par celui qui est endormi, il ne vous entendra pas, ensuite vous vous occuperez du garde qui vient d'arriver, il ne vous verra pas, ou du-moins il sera incapable de vous remarquer. Et enfin, vous vous chargerez de celui qui est à l'entrée, celui là est littéralement plongé dans un monde dont il ne pourra jamais sortir seul. Contentez vous de ne pas faire de bruits trop importants qui capteraient plus leur attention que les illusions auxquelles je les ai soumis. »

Je souris doucement, la chasse venait d’être ouverte. J’étais content d’avoir l’aide de ce maître illusionniste : Sans lui j’aurais probablement due attendre la nuit pour passer à l’action. Je me relevais doucement, mais resté accroupis quand même, simplement par précaution.

-Merci de votre aide, maintenant, laissez moi m’occuper du reste. Je reviendrais vous cherchez quand le camp sera sous contrôle.

Je m’élançais alors, courant silencieusement parmi les herbes pour essayer de ne pas rester trop longtemps à découvert. Les gardes étaient peut-être hors jeu, mais ce n’était pas une raison pour prendre des risques inconsidérés qui mettrait en péril mon effet de surprise. Lorsque je fus tout près de leur barricade, et ainsi hors de vu pour toutes les personnes qui se trouveraient de l’autre coté du grossier mur, je me dirigeais vers le garde endormie. Un simple atémi suffit a l’assommer par surprise sans qu’il ne puisse réagir de quelque façon que ce soit. Les deux suivants furent aussi facile que le premier ; Solan les avaient entièrement en son pouvoir. Après les avoirs rapidement ligoté je fis un petit signe à Solan puis me pénétrait l’enceinte du camp. Le vrais combat commençais maintenant.

J’aurais pu longer les barricades en essayant de me faire discret, capturer le chef et repartir en essayant de passer le plus inaperçus possible. Mais par le plus grand des malheurs, je me retrouvais absolument contraint de neutraliser tout les pillards pour que Solan puisse récupérer son trésor. C’est donc l’esprit tranquille que je m’avançais tout droit vers le camp sans même chercher a me cacher. En temps normal, je faisais de même, mais je me réprimandais mentalement de m’exposer a des risques pareilles. Mais pas cette fois, car j’avais des personnes a escorté dans ce lieu par la suite. C’est donc un sourire sur les lèvres que je m’avançais au sein de ce camp.

Des tentes disposé en cercle formé ce camp de bandit, et quelque peu en retrait était bâtis une sorte de baraque gardé par deux hommes qui avait l’air de s’ennuyer royalement. Probablement le lieu où vivait le chef à moins que ce ne soit là qu’il entasse le produit de leur vole. Alors que j’étais encore assez loin de leur camp, je fini par être repérer. Un cri traversa le campement et je fis halte a une vingtaine de mètre des tentes pour ne pas risquer d’être encercler. Une bonne vingtaine un peu perdu émergèrent des tentes et vinrent se placer entre leur baraque et moi. Je souris, elle abritait donc leur trésors : Les bandits protégeait d’abord leur or et réfléchissaient ensuite. Au moins, je n’aurais pas a chercher ou a en laisser un conscient pour lui demander ou pouvait bien être leur butin.

Des menace me parvinrent du groupe formé par les bandits, et après quelque secondes d’attentes de plus, un homme se plaça à leur tête. Leur chef, ma cible. Gantzer. Le chef de bandit qui avait fini par prendre trop d’importance. Je souris a sa vue : J’avais maintenant toute les clefs pour remplir a bien ma mission.

-Pauvre fou que tu es, qui que tu sois, tu ne nous vaincras jamais, tu vas mourir ici !

-Je suis navré, mais cela ne fait pas partis de mes plans de la journée. Je suis un Chasseur de Prime, et je suis venu pour ta prime Gantzer ! Les autres ne m’intéressent pas mais gêner moi et vous le regretterais amèrement.

Sur ce, je fis deux pas et me mis en position pour recevoir tout les opposants qui seraient suffisamment stupide pour m’attaquer. Ce qui ne tarda pas : Leur chef les avait envoyés à l’assaut, sans doute certain qu’un seul homme ne pourrait rien faire contre une vingtaine. Mais voilà, je n’étais pas un homme. Et ceux là allaient chèrement payer leur erreur… Je souris en les voyant se précipité vers moi.

Alors que les deux premiers combattants arrivaient au contact, je fis un pas un avant, déviant une lame me prenant pour cible avec la mienne pendant que de mon autre arme je frappais le bandit au plexus avec la garde de ma dague. Pendant qu’il s’écroulait le souffle brutalement coupé, je fis un rapide pas sur le coté pour évité le coup de son camarade. Sans me préoccuper de celui-ci pour accueillir comme il se doit l’adversaire suivant qui leva bien haut son épée , sans doute pour essayer de me trancher en deux, mais du coup laissa un trou béant dans sa garde, qui me permit de lui faire le même coup qu’au premier. Je fis alors un saut sur le coté pour me remettre un peu d’espace entre le groupe et moi-même. Je souris doucement, c’était presque trop facile !

Alors que ces hommes, qui avaient été calmé par la mise au sol de deux des leurs sans même qu’une véritable passe d’arme n’ai eu lieu, me regardaient maintenant avec un peu d’inquiétude, moi, l’homme qui les défiaient en souriant, je décidais de prendre l’offensive. Avant que les deux premiers ne puissent esquisser le moindre geste je les assommais proprement, puis passer au deux suivants qui n’échappèrent au même sort qu’in extremis. L’un se mangea alors un coup de pied qui le fis se plier en deux j’en profitais pour lui assener un coup de pommeau sur le crane qui lui fis perdre connaissance. L’autre en profita pour me essayer de me donnait un coup, mais quelqu’un derrière lui voulut en faire autant et les deux se gênèrent me donnant le temps de reculer à nouveau et d’attaquer sous un nouvelle angle.

Je traçais ainsi sur la main d’un bandit une large estafilade qui lui lâcher son arme, puis profitant qu’il soit désarmer l’assommais du même coup. M’esquivais à nouveau pour évité d’être toucher puis passait sous la garde de l’homme qui venait d’essayer de me frapper pour l’envoyer rejoindre ses camarades inconscient. Sept étaient déjà a terre, mais deux allait bientôt se relever, c’est pourquoi lorsque je passais a nouveau a l’attaque, je visais un homme qui était près de ma première victime qui commençait a se relever avec difficulté. L’homme qui essaya de s’interposer ne me gêna même pas, je fis un esquive en trois et passait derrière lui tout en lui envoyant un coup de coude sur l’arrière de la tête pour l’assommer, mais cet homme, plus robuste que je ne l’aurais pensé n’en fus que sonner. Je mis un autre coup de garde a l’homme a demi relever qui cette fois l’envoya directement au pays des rêves. Je fis de même avec l’homme sonner et refis face au groupe de bandit.

Celui-ci avait définitivement perdu sa sauvagerie première et conservait maintenant une distance de sécurité. Gantzer commençait a se réveiller et avait dégainé son arme pour venir rejoindre ses hommes et ordonné maintenant que l’on m’encercle. Cela devenait intéressant : j’étais bien plus doué qu’eux, mais je n’avais pas encore d’yeux derrière la tête…. Alors que la douzaine d’homme restant essayais de m’encercler, j’attendis quelque secondes comme si j’allais les laissais faire, puis attaquer brutalement la personne qui espérais pouvoir me contourner par la droite. Il para ma première dague, mais n’arriva pas a en faire autant avec la seconde et sombra aussitôt dans un profond sommeil. Tout en continuant sur ma lancée, j’attaquais la personne qui le suivait et user de la même technique pour en venir a bout. Le troisième aussi tomba facilement, mais le quatrième était bien plus adroit et ne se laissa pas avoir. Son but n’était pas de me battre, il devait s’en savoir incapable seul, mais de gagner du temps pour que je ne puisse pas neutraliser ceux qui aller passer dans mon dos.

Une bonne idée donc, malheureusement je ne pouvais pas le laisser faire. Je rompis brutalement le combat d’un petit saut en arrière puis lancer ma dague gauche vers lui. Il l’évita comme prévu, et para l’attaque de celle de droite. Toutefois, sa garde avait était percer, et je le lui fis comprendre d’un magnifique coup de point dans la tête qui le sonna suffisamment pour que je puisse l’assommer facilement. Je perdis une précieuse seconde a regarder ou la dague que j’avais lancé avait atterris et du éviter d’une roulade un coup fendant d’un bandit sur ma gauche. Ma dague était trop loin pour que je puisse la récupérer pendant le combat, je devrais donc faire sans. Lorsque l’autre bandit réattaqua, je l’attendais de pied ferme et fis défier sa lame avec ma dague sans la contrer, ce qui ouvrit une ouverture suffisante pour que je puisse le rendre inconscient d’un coup de poing bien placé.

N’ayant plus qu’une dague, je ne pouvais plus me battre aussi rapidement qu’avec deux, et je fus donc contraint de changer de style de combat. Je fis une petite pause de quelque seconde pour tout calculer, laissant ainsi mes ennemis passer dans mon dos. Mais cela n’avait plus vraiment d’importance vu que j’avais un plan, et j’en profitais même pour ranger ma dague. Lorsque l’un de ceux derrière moi passa a l’attaque intrigué par mon geste, je bondis en avant pour récupérer une épée et me retourné vivement pour contrer son attaque avec l’épée que je venais de ramasser. Le choc lui fit remonter sa lame, dévoilant sa gorge… Pendant une seconde, un vieil instinct me poussa à l’ouvrir sans réfléchir… Mais je n’étais plus un tueur, aussi profitais-je de son déséquilibre arrière pour le projeter en arrière d’un simple fauchage de jambe. Je comptais le terminer ensuite, mais l’homme tomba sur la tête et s’assomma proprement tout seul.

Sans attendre la suite de l’attaque, je ramassais l’épée qui venait d’être lâcher et m’occupait de la dernière personne ayant voulu menacer mon dos : Un double coup d’épée assenait avec force au même endroit lui fit lâcher son épée, et après un coup du plat de la lame, celui-ci alla rejoindre le nombre grossissants des bandits inconscients. Je me retournais alors pour faire face a un énième bandit qui avide d’en découdre me charger sans réfléchir. Je fis un pas sur le coté d’où il attaquait pour passer sous la lame et lui fis un simple croche patte pour le faire tomber. Sans perdre de temps, je plantais mes deux épées pour former une croix dont les lames toucher la nuque. Celui-ci resterais conscient au cas où j’aurais quand même quelque questions a posé et que Gantzer ne se révélerais pas coopératif.

En parlant de lui, il avait réunis ses trois derniers hommes autours de lui, et comme par hasard, son assurance de tout a l’heure semblait avoir quelque peu vacillé… Il était beaucoup plus pale. Je lui souris en avançant vers lui et son groupe désarmé :

-Et bien ? Ne devais-je pas mourir selon ton organisation de la journée ? Je n’ai même pas encore était blessé ! Un peu de courage enfin !

C’est alors que le deuxième bandit à qui j’avais coupé le souffle se releva derrière moi et me ceintura par surprise. Je l’avais un peu oublié lui ! L’un des trois hommes de Gantzer en profita pour essayer de me donner un coup. Je réagis presque instantanément, mais un brin trop lentement quand même : Le coup de tête que je mis a celui qui m’avait ceinturé lui brisa le nez et le contraint a me lâcher, mais il me poussa alors en avant pour se débarrasser de moi. En avant, droit sur la lame. J’essayais de l’évité en me laissant tomber, mais je fus un brin trop lent, et l’épée me traversa l’épaule droite. Mon premier reflexe fut de lui assener un terrible coup de poing sur le menton avec mon autre poing pour le neutraliser, puis de faire un petit saut en arrière avant de retirer l’épée de mon épaule. La blessure n’était pas particulièrement grave, j’avais réussis a éviter le pire, mais elle fut tout de même remplacer par un bon mal de tête. Les derniers bandits n’avait pas bougé mais se riait maintenant de moi, me supposant fichu. De toute évidence, Gantzer mis a part, aucun des deux n’avais remarqué que la blessure ne saigner pas…

L’un d’eux se dirigea vers moi, et l’autre le suivit en marchant. Avant qu’il n’arrive je jetais un petit coup d’œil vers l’homme au nez casé. Il semblait être hors combat, mais afin de ne pas risquer d’autre problème bête et surtout d’aggraver mon mal de tête, je lui envoyais un coup de talon dans la tête, pas trop fort, mais suffisant pour l’assommer lui aussi. Ce qui énerva le bandit le plus proche qui attaqua brutalement. Je tirais alors ma dague de son fourreau et dévier facilement le coup destiné à m’achever du bandit et fis un pas pour me retrouver derrière lui. Après un bref atémi, il alla rejoindre ses compagnons étendu par terre. Le derniers des hommes de ma cible me vis approcher la dague a la main, comme si de rien n’était, il voulu tourner les talons pour s’enfuir, mais avec ce mal de tête, je n’étais pas d’humeur à jouer a cache-cache. Il n’eu pas le temps de faire trois pas qu’un dernier atémi rassembla tout les sbires de ce groupe.

-Ok, Ok, t’as gagné chasseur, je me rends fit-Gantzer en avançant vers moi après a voir lâché son épée.

J’était content qu’il ai compris, mais restait quand même sur mes gardes, juste au cas où… Mais comme il s’en aperçut très vite, sortirent un couteau de sa manche pour essayer de me poignarder n’était pas une bonne idée, j’esquivais la lame, puis posais mes mains sur les siennes… Et lui cassais le poignet proprement : J’avais horreurs des attaques en traitres, et punissait toujours les bandits qui osais s’y essayer… Il avait dit qu’il s’était rendu mais m’avais quand même attaquais, il le méritait… Il poussa un terrible cris, mais je ne lui laissais pas le finir, et l’assommais lui aussi : j’avais mal a la tête et cet abruti criait de toute ses forces… Je savais que je n’aurais pas du, mais au moins j’avais la paix comme ça.

Je pris de longue minutes à ligoter tout le monde, puis repartis vers l’entré du camp pour aller chercher Solan et son disciple. Mais juste avant de partir, je me retournais vers la seul personne encore consciente du groupe : l’homme cernait par deux épée planté de part et d’autre de son cou, l’empêchant de bouger totalement sans se blesser.

-Bouge pas, je reviens avec un ami pour récupérer un truc et ensuite j’aurais quelque question à te poser… Et j’espère que tu y répondras… dans ton intérêt évidement. Ajoutais-je dans un sourire.

Une fois arrivé a la sortis du camp, je fis quelque signe a Solan dans le vide puis criais que la voie était libre avant de m’adosser au tronc pour essayer de me reposer et atténuer mon mal de tête…

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 133
Date d'inscription : 12/11/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Maître Alchimiste et Illusionniste
En général: Semi Vampire-Humain
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]   Mar 12 Juin - 18:09           
.................................................................................................................................................................................................................................

Lorsque Thrain, après avoir proprement neutralisé chacun des gardes, fit un signe à l'alchimiste, ce dernier eut un sourire et répondit d'un hochement de tête. Il regarda alors le ciel, Sagitarii, sous sa forme de corbeau noir traçait de longs cercles répétitifs au dessus du repaire tel un vautour cherchant sa proie, cependant, la sphinx se contentait d'observer. C'est alors que les premiers bruits parvinrent à l'oreille de Sølan, d'abord il perçut quelques voix, suivies de quelques bruits de lames qui s'entrechoquent, le combat était plus silencieux qu'il ne l'aurait imaginé. Après un certain temps, plusieurs minutes, les voix reprirent et il y eut un cri de douleur. L'illusionniste se redressa immédiatement, aux aguets prêt à intervenir lorsque la voix de Thrain se fit de nouveau entendre, certes il était trop loin pour entendre mais il ne semblait pas blessé. Rassuré, Sølan se détendit. Il ne dut attendre que quelques secondes avant de voir la silhouette du chasseur de primes apparaître et lui faire un signe en lui disant que la voie était libre. L'alchimiste se tourna vers l'apprenti lui murmura de rester caché ici. Il partit ensuite vers l'entrée du repère, une fois arrivé là bas, il fit trois sifflements de tonalités différentes, à cet instant précis, le corbeau fila vers lui et se posa sur sa main droite, serrant les pattes sur le gant de cuir noir. La sphinx tourna la tête vers Sølan et dit, en langage alchimique :

« Pas humain... »

L'illusionniste releva la tête vers le chasseur de primes, ce dernier ne pouvait pas avoir compris ce que Sagitarii venait de dire car rares étaient ceux qui maîtrisaient cette langue, tant mieux car Thrain ne semblait pas vouloir révéler son secret et Sølan, qui respectait ce choix, ne voulait pas l'irriter. Il était adossé à un arbre et semblait attendre son arrivée. C'est alors que l'alchimiste remarqua une déchirure au niveau de l'épaule de Thrain, pas de sang, la lame n'avait peut être fait qu'effleurer sa peau, cependant, au sol gisaient une vingtaine de corps ce qui pouvait faire naître des questions, mais peut être n'avait il qu'une dextérité et une précision surdéveloppées. L'alchimiste hocha les épaules et avança vers le chasseur de primes, un large sourire aux lèvres :

« - Époustouflant, incroyable même. Vous êtes un excellent combattant, vous semblez disposer d'un talent dont vous cachez l'existence, après tout, peut être avez vous raison car certains talents peuvent générer méfiances et jalousies, quoi qu'il en soit, vous méritez mes plus sincères remerciements. »

Le corbeau, toujours posé sur la main de son compagnon regardait le champ de bataille sur lequel étaient étendus les bandits :

« Pas de sang par leurs épées, pas de mort par leurs attaques... Ni sa vie ni son sang ne s'écoulent par ses blessures. »

À l'ouïe de ces paroles, Sølan se figea un court instant, puis il reprit, d'un ton parfaitement naturel :

« - Nous devrions nous dépêcher, d'autres risquent d'arriver et les spectacle qu'ils trouveraient ici ne leur plairait pas. Avez vous une idée de où ils entreposent leurs butins ? »


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé,

 

---------------

 

 
MessageSujet: Re: Pillés dans les steppes [PV: Thrain]              
.................................................................................................................................................................................................................................


Revenir en haut Aller en bas
 

Pillés dans les steppes [PV: Thrain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lost Heaven ::  :: La Vagabonde :: Les Steppes de Kerdéreth-