Bienvenue sur Lost Heaven


Les Terres Suspendues vous accueillent ...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Dim 22 Jan - 17:38           
.................................................................................................................................................................................................................................

Ce n'était pas particulièrement un endroit ou l'on apprécie se balader. Pas même un endroit que l'on pourrait qualifier de sympathique. Mais que pouvait-elle faire d'autre maintenant que de chercher comment se sortir de la spirale infernale qui cherchait à l'emporter quitte à se mettre au bord du vide pour tenter d'y voir plus clair ? Elle tentait d'émerger des flots tumultueux, alors elle était happée par une lame de fond qui la faisait couler. L'agitation, la tempête, tout s'était mêlé dans son esprit pour l'entraîner vers le fond. Elle n'avait jamais été particulièrement dépressive, sauf peut-être au moment de la mort de son père. Néanmoins la vie, son destin, une sorte de volonté supérieure contre laquelle il lui était impossible de lutter, semblait s'acharner à lui faire voir tous ses mauvais côtés en face. De ce fait à présent, devant tous les actes accomplis et devant tout ce qu'il lui restait à vivre, elle ne pouvait songer qu'à une chose : le désespoir.

Elle ne l'avait pas montré à son peuple, elle ne l'avait pas montré à sa cour. Elle avait ignoré les recommandations extérieures, elle avait choisi de faire comme si tout allait bien, toutefois elle ne pouvait ignorer que depuis la dernière tentative d'assassinat dont elle avait fait l'objet elle allait mal. Et cela ne s'était pas arrangé à sa rencontre avec Krishnen. Elle était dans une impasse qu'elle ne pouvait pas tolérer. Elle aurait aimer repartir en sens inverse et se ficher de l'opinion de son entourage mais elle ça lui était tout simplement impossible. Elle était engluée dans le système qu'elle avait mis des années à construire. Qu'arriverait-il si elle décidait du jour au lendemain de tout quitter, ou peut-être bien de tout changer pour partir sur de nouvelles bases ?

Elle s'assit. Tout en bas, enfin, à plusieurs mètres en dessous du continent, un aigle planait mollement sous un vent chaud. Dans ses yeux un éclair de sagacité lui fit se poser la question de savoir si cet animal, d'un seul regard, n'était finalement pas capable de lire ses pensées. Cette interrogation ne trouverait jamais de réponse, et c'était peut-être tant mieux. En attendant, il lui fallait se reposer un peu. Elle savait que pendant les prochains jours, il allait lui falloir se ressourcer pour être à nouveau capable de diriger son royaume... Sauf si elle décidait de choisir une autre option.


Votre Majestée, dois-je demander à la cour de vous attendre en ville ?
Oui, va Kévin. Dis-leur que je ne tarderai certainement pas.
Dois-je leur transmettre un autre message ?
Non, cela ira comme ça. Mais... si finalement je décide de rentrer directement à la capitale, dis-leur de ne pas s'inquiéter et que je vais bien.
Bien Votre Majestée.
Et dis à Sire Éric de bien vouloir ordonner le déplacement d'un régiment à Swold. Tu peux disposer.
Bien Votre Majestée.

Elle avait trouvé Kévin à Swold cette semaine. Elle en avait fait son page, poste vaquant depuis plusieurs années. Son instinct maternel, qu'elle n'avait jamais ressenti auparavant, s'était réveillé quand elle avait vu le jeune garçon transi de froid dans la rue. Aujourd'hui elle ne le regrettait pas, mais voyait d'un mauvais oeil le regard fourbe que lui jetaient parfois les membres de sa cour.

Elle explora les cimes du regard, celles qui montaient tout droit vers le ciel tout comme celles qui se penchaient au bord du vide comme pour scruter l'horizon. Elle avait plusieurs heures devant elle, c'était tant mieux. Elle aimait avoir ce paysage reposant sous les yeux.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~




Dernière édition par Alidane Dextrae le Sam 28 Jan - 14:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Lun 23 Jan - 0:41           
.................................................................................................................................................................................................................................

-Vous savez que c'est un endroit risqué que vous avez choisis? même pour une dame tels que vous !

Perché sur un arbre qui défier les lois de la gravité et qui semblait avoir était posé à la vertical, en équilibre Ezio était accroupies regardant intensément Alidane. Il était placé a seulement une dizaine de mètres de la Reine des ombres alors que celle ci ne l'avais apparemment pas remarquer car elle sembler surprise de voir quelqu'un ici. Un sourire énigmatique se dessina sur ses lèvres. Il se redressa et fit un pas en avant comme pour tomber dans le vide mais il retomba agilement sur une racine qui dépassé de la roche au niveau de la jeune femme. Il lui fit la révérence et se redressa.

-Vous ne me connaissez sans doute pas mais moi je vous connais.Je me présente, Ezio Sanghin, pour vous servir, même si au vu des corps semer sur votre passage dans cette forêt vous n'avait pas vraiment besoin de moi...

Apparemment la surprise fut de nouveau de rigueur et la le sourire d'Ezio s'estompa. Dans la forêt, une dizaine de corps joncher le sol,des tueur a gage pour la plus part, certain assez connus et expérimenté, surement sur la trace d'Alidane, une cible de choix dans le milieu.

-Qu'y à t'il? Ce n'est pas vous?

Ezio tourna la tete vers la forêt, comme appeler par un sixième sens.

-Si c'est le cas, on va avoir un problème....

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Sam 28 Jan - 15:21           
.................................................................................................................................................................................................................................

La souveraine sursauta et manqua de glisser pour finir dans le vide. Le mal élevé la nargait depuis une branche haute. Elle lui trouva un physique singulier mais n'en fit pas le commentaire. Ce n'était pas particulièrement le moment de bavasser, et surtout pas avec un plaisantin pareil.
Son coeur peinait à se calmer. Il faut dire qu'elle ne s'était absolument attendu à cette visite pour le moins impromptue. Que venait donc faire ce jeune homme en ces lieux reculé, seul ? C'était vraiment très mauvais signe pour elle, surtout qu'il semblait l'avoir démasqué. Enfin... déjà que son habillement pouvait conforter les hypothèses, s'il avait été là assez longtemps pour entendre sa conversation avec le page...
Elle détestait ce sourire qui s'étalait sur son visage. Il lui donnait l'impression que cet homme savait quelque-chose qu'elle ignorait et qui aurait pu, donc jouer en sa défaveur. Son intuition elle-même lui sifflait d'ailleurs qu'elle était en danger, ce qui l'incommodait énormément. Elle était venue ici pour se reposer, pas pour faire l'objet d'un guet-apens !

Le sort, décidément, s'écharnait bien sur elle. Elle se trouvait dans un impasse. C'était soit le vide, soit la fuite, le déshonneur, et le risque d'être rattrappée. Il y avait bien encore d'autres hypothèses mais trop peu enviables pour que la souveraine leur accorde de l'intérêt. De une, elle pouvait tuer cet homme, mais il l'intriguait et elle ne comptait pas agir avant que son intuition soit confirmée. De deux, elle pouvait rester comme une idiote à ne rien faire. Position peu enviable, quoiqu'elle eut le mérite de lui simplifier la tâche. Elle en était à cette reflexion lorsque l'inconnu se laissa choir souplement tout juste devant elle.


* Les ennuis commencent... *

Contre toute attente, il lui fit la révérence et il prit la parole d'une façon fort étrange. Ainsi prétendait-il la connaître ? Elle ne gardait aucun souvenir de lui. Elle se demanda un bref instant si ce n'était pas l'un de ces nombreux hommes qu'elle avait séduit. Elle ne se souvenait pas de tous, c'était sûr, mais elle repoussa l'idée. Cela l'aurait tout de même étonné que ce fusse le cas.
Et s'il la connaissait sans qu'elle eut entendu parler de lui ? Elle se rappela son "Vous ne me connaissez sans doute pas" et se morigéna mentalement. Si au moins elle écoutait plus attentivement elle n'en serait pas à supputer comme une imbécile sur qui il pouvait bien être. Elle garda donc son calme pour se reconcentrer.

Ce sur quoi il fallait qu'elle médite c'était sur l'affirmation suivante qu'il avait prononcé. Il y a avait bien plus de matières aux songeries. D'abord, il ne semblait pas lui vouloir de mal, c'était toujours ça de gagné. Ensuite, il parlait de corps qu'elle n'avait nullement vu et dont il lui attribuait la présence. Il se leurrait visiblement quant à la raison de sa présence en ces lieux.


Je vous accorderais le pardon pour l'étique, commença-t-elle, qui veut que l'on s'annonce toujours avant de se présenter à une personne de marque. Vous n'avez pas l'air d'être soumis aux usages, ce en quoi selon moi vous êtes excusable. Mieux vaut prétendre à la liberté qu'à l'idiotie... Toutefois vous vous méprenez dans vos paroles. Je n'ai tué personne. Lorsque j'ai à le faire d'ailleurs, je l'impose en public pour donner l'exemple, je ne me suis cachée quant à mes meutres.

Elle était extrêment surprise. Elle ne croisait de tels personnages que rarement. Cela mettait peut-être un peu d'ambiance, mais elle avait toujours un mauvais pressantiment. Lorsqu'il confirma d'un "Qu'y-a-t'il, ce n'est pas vous ?" puis d'un "Si c'est le cas nous allons avoir un problème..." elle sentit très nettement l'anxiété poindre. Ce n'était vraiment pas le moment de se faire attaquer, surtout que sa garde était loin maintenant, comme toute forme d'aide.
Elle prit le temps de souffler un bon coup. Puis montra un visage plus calme. Toute trace de surprise avez disparu. Elle avait retrouvé son rôle de souveraine. Elle s'avança vers l'étranger et prit la parole en ces termes :


Monsieur Ezio Sanghin. Vous allez immédiatement m'expliquer ce que vous savez de moi. Si c'est un piège que vous tendez, je tiens à vous prévenir que vous avez choisi la mauvaise cible, je suis moins démuni que vous ne devais le penser. Et si, par hasard, nous nous sommes croisés en ce lieu sans que cela n'ait aucun rapport avec un piège, alors je vous somme d'expliquer, de quel pétrin vous êtes entrain de me parler !

Elle espérait qu'au moins, sa demande ne laisse le temps à personne de refermer un étau sur sa personne, et que prendre le temps d'une discussion ne la mette pas en danger.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~


Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Sam 28 Jan - 23:12           
.................................................................................................................................................................................................................................

Ezio reposa son attention sur la jeune reine a ses coté. Ainsi elle voulait tout savoir...soit après tout c’était tout a fait normal. Par contre pour le coup du piège...mouai légitime aussi venant d'une femme face a un traqueur...un léger sourire éclaira sont visage.

- Et bien je sais de vous se que tout le monde sais...Bon peut être que tout le monde e connais pas toutes les conquêtes que vous avez eux et ce que ces hommes sont prêt a faire pour avoir vos faveurs et passé avant les autres...quitte à se supprimer mutuellement. Je sais aussi que paradoxalement vous pouvais être aussi délicieuse avec vos amants que cruel avec vos ennemis...fascinante en tout points. En aucun cas donc je n’oserait point dire que vous êtes une femme sans défense et il aurait était imprudent et contre mes règles de me présentés a vous si j'avais voulu vous tuer...Il est toujours plus difficile de tuer quelqu'un que l'on connais...Et je pense,au vue de votre surprise quand vous m'avait vue que si j'aurai voulu vous tuer...vous ne seriez déjà plus de ce monde.

Il se remis a scruté les environs cherchant un signe de vie et vu l'aigle qui planait haut au dessus de leurs tête. Il plissa ses yeux de félin comme pour chercher une quelqu'une marque appartenance sur l’animal mais il était bien trop élevé dans le ciel pour qu'il vois quoi que ce sois avec sa vue améliorée. Il n'entendit rien de suspect pour le moment mais resta quand même sur ses gardes.

- Écoutez,je pense que ce n'est pas une nouvelle pour vous mais vous n’êtes pas la femme la plus aimée de ce monde...Et dans le milieu des traqueur et autre chasseurs de primes, vous valez beaucoup...Alors il y a deux solutions possibles : Sois quelqu'un veux votre mort, sois vous avez un véritable ange gardien...qui sois dit en passant est très doué. Vous ne devriez pas rester la...

Lui même n'avait aucunes envies de rencontrer ce tueur...

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Dim 19 Fév - 13:17           
.................................................................................................................................................................................................................................

*Bien renseigné. Pas bête. Et sans doute un membre relativement talentueux dans sa profession*

Bien je n'ai rien à redire... vos paroles m'ont l'air avisées et... non je ne pense pas avoir un ange gardien. Il va donc nous falloir quitter les lieux. Enfin pour ma part je vais les quitter. Vous vous faîtes ce que vous voulez.

Sur ses paroles pleines de suffisance la reine se mit en marche. Elle n'eut pas le temps de faire dix pas qu'elle apercevait déjà des cadavres. Nombreux. Cela lui mit un doute en tête. Et si, véritablement, en ce jour, quelqu'un avait décidé d'avoir sa peau. Contrairement à ce qu'elle avait pu prétendre plus tôt elle était relativement sans défense. Elle n'était pas pourvue d'un armement délirant ; son pouvoir de mage ne pourrait l'aider que si son assassin présumé se trouvait assez longtemps dans sa ligne de mire, et si c'était le cas il aurait certainement déjà eu le temps de la mettre hors d'état de nuire ; elle ne savait pas vraiment se battre... En bref les éléments s'accumulaient, et pas en sa faveur. En fait, le seul qui pourrait l'aider se trouvait derrière elle. Il était chasseur de prime après tout. Mais elle ne pouvait pas non plus se servir de lui comme ça. Il était presque certain qu'il ne se laisserait pas faire.
Les yeux tournés vers le sol, où elle s'imaginait déjà que son corps allait reposer d'ici quelques minutes, elle se retourna lentement vers Ezio. Elle avait une idée derrière la tête, mais il était difficile de dire si elle pourrait marcher. Chaque personne a un prix, se rappela-t-elle un jour avoir entendu sa mère dire alors qu'elle achetait le silence d'un de ses amants sur leur relation lorsqu'Alidane elle-même n'avait qu'une dizaine d'années, le tout est de savoir à combien il s'élève.


Messire Sanghin, vous avez dit que dans le domaine dans lequel vous exercez, mon prix était élevé. J'aimerais savoir, à combien il s'élève. Dîtes moi un prix type, si vous voulez le plus haut d'ailleurs. Il se pourrait que cela serve vos affaires autant que les miennes.

Elle laissa un silence s'installer. Elle réfléchissait et tentait de scruter les environs dans le même temps. Elle n'avait pas une vue particulièrement perçante, et son ouïe ne dépassait pas le commun des mortels. Néanmoins peut-être se disait-elle qu'elle pourrait tout de même distinguer quelque chose entre les arbres. La première chose que l'on voit, c'est le mouvement, les formes ne se remarquent qu'ensuite, se souvint-elle avoir entendu son père dire. Si tu as un jour un problème, que tu te sens observée ou suivie, ne bouge pas et regarde les alentours, une fois que tu te seras mis à couvert, tu as plus de chance de voir une personne bouger que cette personne n'a de chance de te voir. Inconsciemment, elle s'appuya contre un arbre proche, face au vide et à Ezio. Puis elle reprit ses esprit, et poursuivit ses explications.

Admettons que j'ai un prix dans votre profession, et qu'une personne cherche à m'attendre, vous courrez vous aussi un risque à présent que vous vous êtes trouvé en ma présence. Je vous propose donc un marché. Disons que vous donnez un prix à ma personne, et je vous en donne le double si nous arrivons à sortir tous deux vivants de cette forêt, le triple si vous anéantissez la menace qui pèse sur moi, et le quadruple si vous arrivez à apprendre qui a commandité une attaque dont je serais l'objet. Si nous sortons de cette forêt et qu'en fait nous nous sommes trompés et que personne ne souhaitait m'atteindre, vous obtiendrez tout de même une fois le prix fixé plus tôt. Qu'en pensez vous ?

Tout le monde a un prix...

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~


Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Lun 27 Fév - 21:40           
.................................................................................................................................................................................................................................

Ezio eu un sourire quand elle parla de quitter les lieux. Si vraiment cet homme voulais la tuer, sa ne saurais pas chose facile. Il fronça les sourcils quand elle commença a parler affaire. Elle voulais savoir le prix qu'elle valait? Disons la reconnaissance de deux pays et un titre d'honneur dans la cours des dirigeant de ceux-ci. En claire...la sureté d'une vie aisées pour quiconque arriverai a ses fin.Ainsi quand elle lui proposa qu'il lui donne un prix et qu'elle pouvait le doublé, le triplé voir le quadruplé il ne pus que rire doucement, par ce qu'il ne pouvait décemment pas éclater de rire devant elle et craindre de l’offenser.

-Écoutez, aucunes fortunes du monde ne pourrai récompensées une telle prise comme vous...A moins d'en avoir suffisamment pour permettre à dix générations successive de vivre au dessus de tout besoins. Si l'on prenez en compte mon travail et l'insensibilité de la plus par de mes "collègues",je devrait suivre l’appât du gain et vous tuer sur le champ, ou laisser cette personne le faire sans aucune pitié. Mais je ne suis pas comme cela. Je garde le sens de l'honneur et je ne peut vous laissez au mains de ce monstre qui ne cherche qu'a tuer et a augmenter sa richesse, du moins apparemment. Je ne demande aucune rémunération et aucune gratitude particulière de votre part, et surtout pas tant que le problème ne sera pas régler. je vous protégerai jusque la lisière de la forêt et de là nous verrons suivant comment le voyage ce sera dérouler. Et ce que...


il ne finit pas sa phrase et leva la tête attiré par un sons qui venait de l’intriguer. Un silence pesant s'installa et sans crié gare il sauta a une vitesse inhumaine sur la reine et ils tombèrent tout deux au sol.Dans un même mouvement il attrapa le cadavre le plus proche et le souleva a bout de bras en se redressant l'utilisant comme bouclier, et trois flèches vinrent se fiché dans le corps inanimé. il le relâcha et sans perdre de temps l'hybride pris Alidane par le bras et la taille et la fit se redresser se plaçant entre elle et l'endroit d'où sembler provenir les projectiles afin de la protéger. Il s’élança dans le vide évitant une nouvelle vague de pointes et sentit une douleur dans la jambe. et se précipitèrent dans le vide...avant de se raccrocher a une corniche assez étroite,manquant de lâcher la jeune femme dans ses bras. Il la regarda droit dans les yeux, une indifférence marqué sur sont visage quand au fait que sont visage était si proche du sien.

-Il faut croire que j'ai fait une erreur de jugement..."lui" serait donc "eux"...

Sa main, qui les maintenait suspendue au dessus du vide , commença a se dérobé petit a petit de la roche et Ezio faisais de sont mieux pour les maintenir ainsi.

-je crois que je ne vais pas avoir d'autre choix que de lâcher. Essayer de rester calme, d'accord?

il lâcha finalement la corniche et s'ensuivit une chute interminable...une chute ? non...ils planaient plutôt...Ezio avait sortis ses ailes hérités de sa mère et se dirigea vers un rebord assez étroit mais qui pouvais les accueillir tout les deux. il déposa doucement la reine avant de se posé a ses coté et fit disparaitre ses ailes laissant sont plastron de cuir déchiré dans le dos. Il soupira.

-Excusez moi, j’aurai du être plus attentif...mais comment j'ai fait pour ne pas sentir leurs présences plus tôt ?!...

Il s'asseya et porta sa main a sa jambe ou c’était fichés une flèche quelques minutes plus tôt.

hors Rp: désolé du retard, et j’espère que j'en ai pas trop fait, sinon hésite pas a me le dire ^^'

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Sam 24 Mar - 15:20           
.................................................................................................................................................................................................................................

Ainsi donc il refusait son offre. Alidane ne pouvait que s'en douter. Elle était donc condamner à mourir sous une lame ou une autre... Sauf que, après avoir souligné qu'il aurait bien pu la tuer, Ezio fit valoir le fait qu'il allait la raccompagner jusqu'à la lisière de la forêt. La souveraine arqua un sourcil, les mains sur les hanches. Tiens donc... alors comme ça ce jeune homme allait l'aider sans rien en échange... Alidane était sceptique. Elle était bien trop habituée au faux désintéressement de la cour. Une fois qu'il l'aurait sauvée qu'allait-il lui demander ? Elle ne pouvait se résoudre à faire confiance à cet homme, qui selon elle d'ailleurs, mentait sur ses intentions. Soit il allait la tuer en chemin, soit il allait réellement la sauver et elle ne pourrait alors que lui rendre une reconnaissance éternelle.

Sauf que, la reconnaissance éternelle, ça n'avait jamais été son truc. Elle préférait de loin se savoir morte que sauvée. De toute façon, la situation lui échappait et elle n'aimait pas ça du tout. Son pressentiment se faisait de plus en plus sentir que quelque-chose allait arriver. La seule chose dont elle avait envie, à ce moment, c'était de s'en aller et de voir, alors, ce qui pourrait bien lui arriver, quoique ce fut une réaction fort idiote.


Monsieur, je suis désolée de vous décevoir, mais je ne vois pas comment je pourrais vous faire confiance alors que me proposez de me sortir de là sans rien en retour. Il faudrait vraiment que je sois idiote...

Mais c'est alors qu'elle remarqua que la concentration d'Ezio n'allait déjà plus vers elle. Elle se retint de lui hurler : « hé oh ! vous m'entendez ? ». Cela aurait pu les mettre en danger. C'est vrai qu'elle aurait dû remarquer déjà depuis plusieurs secondes son changement de comportement. La façon dont il avait arrêté brusquement de parler, celle qu'il avait de regarder dans toutes les directions, comme guettant quelque-chose. Que se passait-il ? Nerveusement, la reine fit un pas en arrière. Elle ne trouva rien de mieux à faire que de faire craquer les feuilles et les branches sèches sous ses pieds. Elle se raidit. Ezio ne bougeait toujours pas. Que préparait-il ? Ou bien qu'attendait-il ?

Alidane allait se décider à lui en toucher deux mots lorsqu'Ezio bougea, très vite, et se jeta sur elle. Elle ne put retenir un cri qui fut ettouffé par leur chute. Sa tête heurta quelque-chose, elle ne savait trop quoi. Elle ne fit qu'entrevoir le cadavre qu'Ezio maintenait entre eux pour les protéger. Les premiers traits furent décochés.


* Personne ne peut tirer plusieurs flèches à la fois... Il n'y a donc pas qu'une seule personne qui veut ma peau. *

Visiblement tout ce beau monde s'était passé le mot pour donner lieu à une traque sans merci de sa personne. Comment avaient-ils tous su qu'elle se rendrait ici ? Elle ne l'avait décidé qu'en dernière minute ! Personne n'était au courant sauf son page, qu'elle avait mené jusqu'ici avant de le laisser repartir... seul... Une boule se forma dans son estomac. Kévin était parti sans protection. Elle ne se faisait aucun doute quant au sort qu'on avait dû lui réserver.

* Tout ça est de ta faute ! *, se retint-elle de se hurler à elle-même. C'est ta faute s'il meure ici !

Mais les événements s'enchaînaient à toute vitesse. Elle ne pouvait pas se pencher plus avant dans ces réflexions. Ezio projeta le cadavre plus loin, qu'elle ne put s'empêcher soudain d'observer avec dégoût. Puis il l'attrappa, par la taille et par le bras. Qu'allait-il faire encore ? Elle était de moins en moins d'accord avec la tournure que prenaient les choses. Il la fit reculer. Alidane ne put d'abord qu'obtempérer sous la pression. Mais bientôt elle sentit le vide sous ses pieds et elle s'arrêta précipitamment, en équilibre précaire. Là, Alidane protesta. Elle repoussa l'homme, certainement aveugle, qui tentait de les faire tomber. Néanmoins le sort allait contre elle et sans qu'elle ne puisse rien y faire, il les jeta dans le vide. Elle perçut de bruit de nouvelles flèches puis ce fut la chute. Cet homme cherchait donc à les tuer ! Cet fois encore elle ne put retenir un cri. La panique s'installa. Elle se voyait déjà entraînée dans une chute sans fin, sous le Continent Double qu'elle finirait même par perdre de vue.

C'était bien sûr sans compter sur Ezio dont l'attitude lui réservait encore des surprises. Il saisit soudain une corniche de sa main qui n'était pas prise et stoppa leur chute. Alidane, toutefois, manqua de la poursuivre seule, s'il ne l'avait pas rattrapée au tout dernier moment. Elle avait mal à la tête, et la panique s'emparait progressivement d'elle. Ezio fit alors part de ses impressions quant au nombre d'attaquants. Cette fois, la reine ne put se contenir, elle explosa, sa peur ressortant en colère froide dans ses mots :


Non vraiment vous croyez ?,railla-t-elle. Franchement je me serais bien passé de votre aide Monsieur Sanghin, ces réflexions j'aurais pu me les faire moi-même, et peut-être même ne me serais-je pas stupidement laissée tomber dans le vide !

Ils ne pourraient pas rester éternellement pendus à cette corniche, Alidane le sentait, tout comme elle sentait le traqueur se tendre sous l'effort pour tenter de les maintenir en équilibre au-dessus du vide. Néanmoins, lorsqu'il demanda à la suzeraine de se calmer, celle-ci était déjà trop paniquée pour qu'on puisse la tranquilliser. Surtout qu'il parlait de lâcher prise...

Si vous lâchez, menaça-t-elle, quoique toute à fait consciente de la vanité de ses paroles, vous me le paierez cher !

Malheureusement pour elle, cela n'empêcha pas la chute de reprendre. Sauf qu'un événement imprévu la coupa nette. Cet homme, dont elle avait déjà remarqué l'apparence singulière, était un hybride. Et cet hybride avait les ailes d'un ange. Elle retint sa rage contre cette espèce tout droit sortie d'Equalza, consciente que ça n'aurait pas du tout été à propos ici, quoique cela participa encore à sa rage contre Ezio. Il essayait de la sauver... peut-être. Mais cela ne suffisait pas. Elle ne lui avait rien demandé... ! Presque...

Finalement ils se posèrent sur une paroi étroite. Alidane se laissa aussitôt tomber au sol. Elle se rendait compte seulement maintenant, alors que l'hybride se morigénait à voix haute, que son coeur battait la chamade. Elle tenta de le calmer, respirant profondément. La peur ne se décidait pas à la quitter.
Sa tête lui faisait toujours mal mais c'était le cadet de ses soucis. Devant elle Ezio s'asseyait également. Elle préparait une réplique cinglante pour bien lui faire sentir à quel point elle dépréciait totalement qu'on agisse de la sorte avec sa personne lorsqu'elle s'aperçut qu'il était blessé.


* Il essaie de te sauver imbécile ! Quelle idiote tu fais ! Quelle honte mais quelle honte... ! *

Toute sa rage se retourna contre elle-même et elle sera les dents. Elle aurait été cet homme, elle aurait laissé les traqueurs l'abattre froidement. Elle se fit violence pour se lever et se diriger vers lui. S'il n'avait pas été là, elle serait morte. Elle devait bien se l'encrer en tête même si cela lui déplaisait. En retour, elle lui devait bien un peu d'aide. Elle s'assit plus près et lui fit signe qu'elle s'occupait de tout. Elle songea à utiliser son pouvoir, bien qu'elle ne sache pas dans quelle mesure elle pourrait le tourner pour l'aider. Elle commença par briser la flèche. Ce serait déjà ça de fait. Il fallait à présent réflechir.

Elle se concentra un court instant puis lorsqu'elle fut fin prête, elle retira tout simplement la pointe, sans crier gare. Alors elle puisa dans toute son énergie pour y trouver ce qu'elle cherchait. Agir sur les apparences était son fort. Flétrir les chairs ou leur redonner une vie nouvelle, elle l'avait fait très souvent. Soigner, c'était autre chose. Bien décidée, elle avait choisi d'agir sur les tissus, afin de refermer au moins la plaie, de réparer légèrement de qui avait été touché. Si elle ne soignait pas vraiment, son action maintiendrait certainement la blessure du temps qu'ils trouvent un médecin.

L'opération finie, Alidane se recula. Elle avait utilisé une certaine somme d'énergie. Elle s'installa un peu plus loin, essayant de grappiller quelques secondes pour fermer les yeux et se ressourcer. Néanmoins, aussitôt ses paupières baissées, l'image de Kévin lui parvint. Comme un écho aux réflexions qu'elle avait eu un peu plus tôt, elle se rendait compte à quel point tout ce qu'elle faisait allait de travers. Quand elle sentit une larme perler au coin de l'oeil, la reine de Kerdéreth l'écrasa rapidement, et sortit tant bien que mal de ses songes.


Bien, qu'avez-vous prévu pour la suite ?, se résigna-t-elle à demander à Ezio.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~


Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Ven 30 Mar - 17:04           
.................................................................................................................................................................................................................................

La douleur a sa jambe était légèrement supportable pourtant Ezio savait bien qu'une tel blessure ne leurs permettrai pas de sortir de la en vie. Il s’énerva intérieurement contre sont incompétence et il voulu se tourner vers Alidane pour faire le point et lui expliquer que leurs vies finirai surement ici. Mais quand il posa le regard sur elle , la reine lui fit signe qu'elle pouvais s'occuper de cette blessure. Il fronça les sourcil, cherchant a savoir si cela n’était pas une ruse quelconque pour finalement se rendre compte que c’était la seul solution qui pouvais s’opéré . Elle cassa la flèche puis la retira sans prévenir. La douleur fusa plus vive que jamais et Ezio retins un cris en serrant les dents. Enfin elle referma la plaie a l'aide de sa magie afin d’évité une perte trop conséquente de sang. Ezio ferma les yeux et calma sa respiration. C'est elle qui reprit la parole en première et quand Ezio la regarda, ses yeux noisette humide lui fit comprendre que derrière cette façade de fer et d'acier se cacher une femme de cœur. Elle lui demanda alors quel serait la suite.

- Je pourrais très bien nous emmener hors de ses lieux en volant mais je craint de ne pas pouvoir aller bien loin...Il nous faut trouver un moyen de les trompé...soit en leur prouvant notre mort, soit en créant une diversion...

Il Avait une idée en tête mais ne pouvais se résoudre à la lui exposé. Il chercha alors d'autre solution probable et finis par reprendre la parole.

-Bon voila mes deux solutions : la première serait que je contourne la falaise et je tente une approche par derrière...ou bien...bon sa peut paraitre déplacer mais...vous pouvez aussi enlever votre robe et la jeté dans le vide pour leur faire croire que vous avez chuter, ou on peut aussi faire les deux !

Un sourire radieux éclaira son visage. Bon d'accord il avait failli mourir, mais l'humour (quoi que...) remonte toujours le moral. Il repris avant qu'elle ne réponde.

-Je suppose que vous préféré largement la première solution ?

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Sam 31 Mar - 16:49           
.................................................................................................................................................................................................................................

Les battements du coeur d'Alidane s'étaient appaisés, passée la crainte qui l'avait étreinte un peu plus tôt. Elle s'en faisait toujours pour Kévin mais avait remisé ses mauvais pressentiments, certaine que seule l'efficacité pourrait l'aider à le retrouver vivant. Ezio proposa d'abord de partir en volant pour quitter leur cachette puis y renonça, ce que la reine approuva d'un signe de tête. C'était bien trop dangereux pour lui. Il ne supporterait peut-être pas cet effort.
Il envisagea ensuite une diversion. Se faire passer pour morts serait une bonne idée mais comment ferez-ils ? Ils étaient pour l'instant hors de portée de leurs poursuivants et hors de vue. Surtout que la reine ne trouvait aucune manière de s'y prendre. Elle lança un regard au traqueur dont, elle l'aurait juré, les yeux s'étaient mis à briller d'une lueur de malice. Alidane fronça les sourcils. Avait-il une idée ? Cela leur rendrait service bien sûr mais elle avait tout comme l'impression qu'elle n'allait pas apprécier.

Pour se sortir cette idée de la tête et surtout oublier la fatigue qui se rappelait régulièrement à elle, elle se releva et s'étira. Cela détendit un peu ses muscles que la tension habitait encore quelques minutes plus tôt. Alors qu'elle se délassait de la sorte, Ezio reprit la parole. Contourner la falaise... oui pourquoi pas ? Mais ils se trouveraient séparés et n'auraient aucun moyen de savoir comment allait l'autre. Ils pourraient très bien se faire attaquer séparément. D'autant plus qu'Alidane imaginait encore mal ce qu'il pourrait se passer par la suite. Une fois qu'il aurait contourner la falaise que ferait Ezio ? Il ne pourrait décemment pas lutter contre ceux qui cherchaient à avoir sa peau.... à moins qu'il ne cherche tout simplement à s'en aller en douce. La souveraine lui jeta un regard de travers. Non cette idée ne lui plaisait pas du tout. Toutefois, la suite était vouée à lui déplaire encore plus.

À peine Ezio commença-t-il à énoncer son hypothèse qu'elle faisait volte face pour se retrouver devant lui. Et plu les mots s'échappaient de sa bouche, plus la stupéfaction s'emparait d'Alidane. Quoi ? Il voulait qu'elle fasse quoi ? Stupéfaite, elle ouvrit grands les yeux, et elle ne put retenir un cri d'indignation. Elle, Alidane Dextrae, ôter sa robe devant ce malappris !? Quel esprit étrange l'avait donc habité pour qu'il lui vienne soudain cette idée. Mais la colère d'Alidane ne s'alluma totalement que lorsqu'il sourit, avant de reprendre la parole. Si elle préférait sa première proposition ? Quel culot ! Elle pointa sur lui un doigt accusateur, le regardant dans le blanc des yeux d'un air mauvais.


Vous prenez vos désirs pour des réalites ! Pour qui vous prenez-vous pour oser faire valoir des idées pareilles ? Vous devriez avoir honte. C'est à la reine de Kerdéreth que vous vous adressez, à Alidane Dextrae de Kerdéreth, elle se laissait envahir par la colère et monta sur ses grands cheveaux alors que le ton grimpait, et elle appuya bien sur chaque syllabe de son titre avant de repartire de plus belle. Je ne suis une vulgaire soubrette, ni même une quelconque femme du peuple ! Je ne m'abaisserai jamais, vous entendez ? jamais ! à me dévêtir devant vous ! Jamais ! Jamais ! Jamais ! Voyeur ! Charlatan !, l'insulta-t-elle ensuite, de plus en plus indignée.Vaut-rien ! Voyoux !

Elle termina par pousser un cri strident, fortement lié à son énervement soudain. Elle se sentait bafouée dans son amour propre. Alors, histoire de bien lui faire comprendre qu'elle n'accorderait plus aucun crédit à ses idées, elle lui tourna le dos et rumina sa haine intérieurement. la pudeur intestine de la noblesse était un fait. Elle ne se dévêtirait pas devant lui. Son esprit le refusait catégoriquement.

* Et pourtant, lui souffla une petite voix dans son esprit, c'est la meilleure solution. Hors de question de le laisser partir seul. Il pourrait la laisser à la merci des traqueurs et s'en aller en sécurité. *

Tremblante de colère. Elle se retourna vers le tranqueur. Elle lui lança un regard peu amène avant de lui jeter séchement, les poings les hanches :

Vous savez quoi M. Sanghin ? Je vous ferais remarquer que vous êtes aussi poursuivit maintenant que vous êtes avec moi. Vous aussi vous devriez vous faire passer pour mort ! Et puisque votre idée est si bonne, pourquoi ne pas jeter vos vêtements dans le vide vous aussi, hein ? Ce serait intéressant ça !

Et Alidane lui lança un sourire de défi.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~




Dernière édition par Alidane Dextrae le Sam 7 Avr - 14:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Mar 3 Avr - 19:25           
.................................................................................................................................................................................................................................

Le sourire du semi-felin ne s'estompa pas quand la reine s’énerva bien qu'il ne s’attendait pas a une réaction aussi...forte. Il ne chercha pas a en dire plus, attendant qu'elle finisse sa petite crise. * Mes rêve pour des réalité?...pas faux ouai...* Il soupira quand elle cria de sa voix aiguë...bon ben au moins leurs poursuivant pourrons prendre sa pour un cris de douleur...Si seulement elle pouvais se taire maintenant, ou éviter de crier...Il tilta sur la dernière phrase. A elle voulait jouer a ça ? Elle allait peut-être être déçu...

-Écoutez,déjà oui c'est vrai je prend peut être mes désir pour des réalité et non je ne vous prend pas pour une soubrette ou une quelconque femme du peuple,et j'ai un très grand respect pour vous, sinon je n'aurai même pas posé la question et je vous l'aurai enlevé sans même que vous faisiez pu faire quoi que ce sois. Je ne vous demanderai pas une tel chose si nos vie ne tenais pas a un fil...et si il faut vraiment que je me déshabille aussi...

Il enleva sa ceinture de couteau en bandoulière et la posa au sol,détachant le reste de ses armes. Il enleva sont haut de cuir se retrouvant torse nue devant sa majesté. Son sourire grandit quand il posa le regard sur elle. Il commença a détacher sa ceinture et enleva son pantalon...sous lequel il avait un panta-court faite dans un tissu spécial permettant une protection supérieur contre les arme de jet et le tranchant des lame...(mais pas des perforation faut pas pousser xD). *Elle croyait tout de même pas que j'allai me mettre limite nue devant elle?* Il remit ses armes sur lui ,rassembla ses affaire et se remis face a la reine, un sourire espiègle et des yeux pétillants lui éclairait le visage.

-Bon et bien je crois que c'est a vous maintenant.Je ne vous demande pas d'enlever tout vos vêtements...a moins que vous ne portiez uniquement que cette robe sur vous...et Si vous le voulait tellement je peut vous couvrir de mes ailes...

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Sam 7 Avr - 14:52           
.................................................................................................................................................................................................................................

Alidane avait appris très tôt, sous la houlette de ses parents, à se faire obéir et à assurer son pouvoir. Tout au long de ses années de règne, c'était cet apprentissage qu'elle avait mis en pratique. Comment faire sombrer son peuple dans la dépression pour qu'il lui assure son éternelle adhésion ? Comment combiner le bon et le mauvais pour en obtenir un mélange homogène dans lequel elle pouvait tirer à tour de rôle l'un ou l'autre ? Comment châtier la désobéissance pour donner l'exemple et ridiculiser les tentatives de prises de pouvoir ? Comment assurer l'oppression pour que le peuple ait cette haine qui lui était si utile sans pour autant qu'il se rebelle ? Comment manipuler ceux dont les décisions pouvaient avoir une importance à ses yeux ? Tout ceci Alidane l'avait exercé et en avait acquis une pratique huilée par l'habitude. Et si la grande mécanique qu'elle assemblait autour d'elle avec tant d'attention se bloquait parfois, ce n'était pas grave. Car dans toute bonne mécanique, il y a toujours des pièces de rechange. Mais si la souveraine avait intégré ce savoir, elle avait aussi intégré une autre chose, peut-être même plus importante encore : s'il lui était possible d'avoir une prise sur les gens, elle ne devait oublier en aucun cas que ces mêmes gens pouvaient toujours inverser la tendance. C'était le plus grand risque dans son existence, que les rôles soient inversés.

Appuyée contre la paroi du recoin de falaise où Ezio les avaient fait s'échouer, Alidane écoutait avec attention ce qui sortait de sa bouche, car elle avait la très nette impression qu'elle n'avait tout simplement aucune prise sur cet homme, et qu'il devenait donc un danger potentiel. À ce moment-ci, Alidane se retrouvait donc face à deux phénomènes risqués : la traque dont elle faisait l'objet et qu'elle ne pouvait pas arrêter, et sa vie qu'elle devait laisser reposer sur une personne en laquelle elle hésitait à avoir confiance. Pour elle Ezio était comme un électron libre. Il ne semblait sous l'autorité de personne et était un traqueur. Mais il s'opposait aujourd'hui à ses semblables pour une raison qui lui était inconnue. Il semblait prêt à l'aider. Mais il refusait qu'elle mette un prix à cet acte. Il ne lui laissait pas vraiment le choix de la direction que devait prendre les événements suivants. Mais il consultait tout de même son avis. Oui, Ezio l'écoutait quand elle parlait. Mais il paraissait s'amuser à la faire tourner en rond. Cette homme était pour Alidane mieux qu'une contradiction vivante. Il était un point d'interrogation dans tous les clichets qu'elle s'était forgée. Il était ce genre de personne qui pouvait inverser la tendance. Cela ne l'enchantait pas du tout.

Néanmoins elle s'acharnait à lui répondre. Elle devait rester avec lui car il était son seul moyen de survie, cela elle l'avait bien compris. Ses idées aussi semblaient faire partie de son nouvel attirail de sauvetage. Quoiqu'elle avait l'impression qu'elles étaient comme une corde susceptible de lâcher à tout moment. Alidane n'arriverait certainement pas à faire confiance à Ézio, surtout avec ce sourire qu'il arborait et dont il ne se départait pas. C'était comme s'il pouvait simplement anéantir sa petite existence d'un moment à l'autre. Ce n'était pas qu'une image d'ailleurs. Il pouvait la pousser dans le vide et ce serait fini. Il avait tellement de moyens de la tuer d'ailleurs, autant de la faire chanter... mais il n'en faisait rien. À milles lieux de là où elle attendait ses réactions, celles-ci contredisaient parfaitement ce à quoi elle aurait pu s'attendre. De même, à sa petite remarque pleine d'un défi à peine voilée, lancée sous le coup de l'indignation qu'elle sentait encore pulser au fond d'elle mais à laquelle elle se refusait à laisser libre cour, il répondit de façon imprévisible. Il était à nouveau là où elle ne l'attendait pas.

Sa petite remarque quant à ses désirs la déstabilisa plus qu'autre chose avant qu'elle ne ressente ce rejet si caractéristique de l'information qu'elle venait de recevoir. Plaisantait-il ? Ce devait forcément être le cas... quoique ? Et si une nouvelle fois la réponse qu'elle allait apporté à la question n'était pas la bonne ? Alidane se concentra pour suivre le reste avec plus d'attention. Elle avait perdu le fil de la conversation mais parvint à reconstituer son discours. S'il disait qu'il avait du respect envers elle, cela était bon signe. S'il disait qu'il aurait très bien pu lui arracher sa robe, c'était là un mauvais signe. Alidane lui jeta un regard en coin, mais déjà elle assimilait le reste de ses paroles. Leurs vies ne tenaient qu'à un fil... L'idée fit son chemin dans la tête d'Alidane. Et c'est ainsi qu'elle l'observa, devant elle, le plus naturellement du monde, commencer à ôter ses vêtements. Ceinture, armes, chemise, pantalon,... le tout forma bientôt un petit tas sur le sol de leur cachette. Il ne portait plus qu'un pantacourt. Alors qu'Alidane sentait son regard dériver sur différents points de la morphologie du traqueur et qu'elle arquait sans s'en rendre compte un sourcil appréciateur, elle se décolla soudain du mur et se détourna, consciente que la situation prenait un drôle de tour. Elle ne put voir le sourire qui s'épanouissait à nouveau sur les lèvres d'Ézio alors qu'il reprenait la parole sur un air paradoxalement enjoué compte tenu du contexte. Pour sûr, il lui jouait une bonne blague, et Alidane n'avait rien à lui répondre.

De cette « blague », dépendrait peut-être leur survie et Alidane garda le sérieux qui lui était ordinaire, sauf lorsqu'elle paniquait ou s'énervait. Ce n'était d'ailleurs pas que leur survie, mais aussi celle de Kévin. Ce fut cela, plus qu'autre chose, qui poussa Alidane à prendre une décision rapide. Elle ôta tout d'abord sans un mot le gilet qu'elle avait passé par-dessus sa robe et le jeta sur les affaires du traqueur en lui jetant un regard hautain. Qu'il n'aille pas croire par ce geste qu'elle se pliait à sa volonté. Ça, jamais. Tout ce qu'elle voulait c'était sortir de ce traquenard coûte que coûte. Et ce même si...


Vous ne croyez tout de même pas que je suis nue sous ma robe Monsieur Sanghin ?, lui demanda-t-elle avec un sourire qui n'en était pas un. Ce serait vraiment trop idiot de votre part...

Elle fit un pas en avant. Alidane était profondément vexée de voir son honneur bafoué d'un coup. Et elle était surtout gênée, à cause d'un petit problème qui ajoutait encore à son désarrois. Décidément, elle devait se rendre à l'évidence, la fortune n'était pas avec elle en ce jour. Pour cela peut-être préféra-t-elle se montrer dure, comme si l'humour que représentait la situation ne l'atteignait pas. Ézio aurait des raisons d'en rire, pas elle. Elle franchit en quelques enjambées la distance qui la séparait d'Ézio puis, après l'avoir jaugé du regard, elle se retourna. Elle prit une grande inspiration et se décida enfin.

Je n'aurai pas besoin de vos ailes, j'aurai besoin de vos mains. D'habitude ce sont mes suivantes qui m'apprêtent et me défont de mes affaires. Le corsage s'attache dans le dos. J'espère que vous savez vous y prendre avec les lacets. Une fois que vous m'aurez enlevé ma robe, je vous prierais également de me défaire mes jupes.

Elle préféra se concentrer sur ses pensées plutôt que sur la suite des opérations, qui mettait ses nerfs à rude épreuve. Bientôt, elle se retrouverait en fine chemise et en légers bas qui se résumeraient à un pantalon de soie. Ne pas y penser. Plutôt penser à Kévin qui devait errer dans les bois à l'heure qu'il est. Peut-être les traqueurs ne l'avaient-ils pas encore trouvé. Peut-être avait-il encore une chance de s'en sortir. Il était encore en vie, elle en était sûre. Elle devait le retrouver, c'était son devoir. Elle ne pouvait pas l'abandonner. Une fois qu'Ézio et elle auraient jeté leurs vêtements dans le vide, elle ne savait pas très bien comment allaient se dérouler les choses, mais elle espérait en tout cas profondément qu'ils quitteraient vite leur cachette pour porter secours au jeune garçon.

Dépêchez-vous que nous ne perdions pas de temps.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~


Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Sam 7 Avr - 19:47           
.................................................................................................................................................................................................................................

Ezio attendais patiemment comment se déroulerai la suite des événement. Toujours souriant,les lèvres fermer,il arqua un sourcil quand Alidane enleva sont gilet et lui répliqua que de penser qu'elle serai nue sous cette robe serait tout a fait idiot.

-Disons que c’était une possibilité et donc une idée qui mes passé par la tête, avant de vite repartir bien entendu.

Son visage ne changea pas quand elle marcha jusqu’à lui et lui tourna le dos en lui demandant d'enlever ses vêtements ce qu'il s'apprêta à faire...

-Votre Majesté ne me connais décidément pas...J'ai enlevé plus de corsages dans ma vie que de mois que vous ayez vécu...j'en ai délacé tellement que je pourrai tout aussi bien... Et avant de finir sa phrase il la fit se retournée sur elle même pour qu'elle se retrouve face a lui,presque l'un contre l'autre,les mains du semi dans le dos de la reine, puis il repris en susurrant, ...l'enlevé sans regarder ce que je fait.

Il enleva délicatement le corsage de la jeune femme et passa au reste de ses vêtements sans plus de commentaire. Une fois ceci fait, il la détailla rapidement du regard puis se pencha sur les vêtements au sol. Il commença a les placer et récupéra le gilet que l'a reine portait sur elle quelque minute auparavant. Il se releva en faisant face a la souveraine.

-j'aurai juste besoin d'une de vos épingle a cheveux...je pense que sa me sera suffisant pour coudre les vêtements.

Une fois qu'elle le lui avait donnée, il repris sont travail de petites mains tout en expliquant la suite du programme a la jeune femme.

-Une fois que j'aurais fini de les coudre,je les laisserai a votre disposition. Je vais grimper le reste de falaise qui nous sépare des traqueurs et vous jetterait les vêtements a mon signal. Si tout ce passe comme prévu ils réagiront et je pourrait m'occuper d'eux... le seul soucis c'est que je pense que si il sont tout un groupe, seulement une partie d'entre eux sera encore la haut, il faudra donc faire preuve d'une grande prudence tant que nous serons dans cette forêt. Une fois que cette partie du groupe sera hors d'état de nuire, je pourrai redescendre pour venir vous chercher. Et ne vous en faite pas pour votre tenu actuel, je vous promet qu'à part moi personne ne vous verra de cette façon ici. ces traqueurs sont très puissant, il doivent avoir un équipement de pointes et leurs vêtements doivent être bien plus adaptés que votre robe pour se déplacer.

Il venait tout juste de finir de coudre les vêtements. il se redressa et se tourna vers Alidane.

-Bon et bien voila j'ai finis. Vos jupes mon donnée du fils a retordre mais c'est fait... Êtes vous prête ?

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Lun 9 Avr - 15:39           
.................................................................................................................................................................................................................................

* Bien sûr que non je ne sais pas qui vous êtes Monsieur Sanghin. Sinon peut-être serais-je moins méfiante à votre égard...*

Alidane se laissa faire à contre coeur. Elle laissa déblatérer Ezio sur les nombreux corsages qu'il avait déjà délassé. La souveraine leva les yeux au ciel. Mais qu'est-ce qu'elle faisait ici au juste ? Qu'est-ce qui lui avait pris pour demander de l'aide à cet homme ? Et pour défaire sa robe... Par le Reflet elle aurait au moins pu essayer elle-même. Non, biens sûr. Madame n'avait pas envie. Madame avait besoin de ses domestiques. Elle ragea contre elle-même intérieurement. Ça lui faisait du bien mais elle ressentait de plus en plus le besoin d'extérioriser ses émotions, qui la mettaient de plus en plus mal-à-l'aise. Elle souffla un grand coup. Elle aurait tout le temps d'extérioriser une fois rentrée. Pour l'instant il lui fallait se calmer.
Alidane se sentit tirée en arrière. Comme elle ne voulait pas céder, elle tenta d'arrêter le mouvement d'Ezio mais elle se retrouvait déjà face à lui. Ou plutôt... contre lui. Elle ne put retenir un cri de stupeur qui finit par s'étrangler dans sa gorge. Cette nouvelle proximité lui donna la chair de poule. Comme si la situation ne suffisait pas... Elle détourna le regard, se refusant à fixer ses yeux dans ceux de cet homme qui semblait tout faire pour l'irriter. Elle sentit ses mains glisser dans son dos. Elle allait fixer à nouveau son regard dans le sien mais ferma les yeux. Il lui sussura le reste de ses paroles, qu'Alidane entendit mieux que tout ce qu'il avait bien pu dire auparavant.


* Je devrais vous gifler Monsieur Sanghin... vous ne manquez pas de culot. *

La main d'Alidane faillit partir plus vite que les pensées qui la bloquèrent. Heureusement pour Ezio, elle se tint tranquille durant tout le reste de l'opération. Elle ne rouvrit les yeux que pour observer, quelques secondes plus tard, ses vêtements qui chutaient les uns après les autres. Elle soupira de fatalisme avant de vraiment se rendre compte de la tenue dans laquelle elle était à présent et qu'elle allait devoir porter sans rien d'autre par-dessus. Alors elle se raidit. D'autant plus qu'Ezio n'était toujours qu'à quelques centimètres... Elle lui jeta un regard – le premier depuis qu'il l'avait forcée à se retourner – peu amène afin de l'inciter à se décrocher mais il n'en eut pas besoin. Il ramassa les vêtements après lui avoir décoché un regard qu'elle n'eut pas le temps d'analyser. Elle resta interdite pendant deux bonnes minutes. Figeait dans une expression de profonde stupéfaction. Sans corsage elle avait l'impression d'être nue. Expression qu'accentua le coup d'oeil qu'elle jeta à sa tenue. Ses parents allaient se retourner dans leur tombe...
Elle mit quelques temps à comprendre qu'Ezio lui parlait. Les seules brides de paroles qu'elle perçut furent « épingle à cheveux » et « coudre les vêtements ». Alidane tira sans y penser une épingle de son chignon. Quelques mèches s'évadèrent dans l'instant qu'elle dû remettre en place comme elle pouvait. Elle tendit l'épingle à Ezio dans un état d'hébétude total.


* Cet homme sait tout faire on dirait. Se battre, défaire les lacets et coudre maintenant ! Enfin presque tout. Il ne sait pas se comporter avec les femmes. *

Elle posa sur lui un regard hautain. Et bien évidemment il se remit à parler. Trop bavard... Elle ne l'écouta que d'une oreille. Cela lui suffit pour comprendre son plan. Elle préféra plutôt penser au paysage qui s'étendait en dehors du creux de falaise où ils étaient logés. Le ciel, et uniquement le ciel. Que pouvait-il bien y avoir aux confins de ses nuages ? Des terres inexplorées ? Un autre Continent ? Alidane sentit une brise fraîche contre sa peau et se maudit de ne plus avoir sa robe. Elle s'assit et ramena ses genoux contre sa poitrine, autour desquels elle enroula ses bras pour se tenir chaud. Elle posa sa tête sur ses genoux. Ezio continuait de parler. Ne s'arrêterait-il donc jamais ?
Mais voilà qu'il avait enfin terminé sa couture. Le résultat était pour le moins convaincant et d'ailleurs Alidane n'aurait pas fait mieux. Pas vraiment décidée à bouger, elle se contenta d'aquiescer de loin lorsqu'il lui demanda si elle était prête. Il lui restait néanmoins un dernier point à soulever.


Votre plan m'a l'air correct, mais vous devriez lester les vêtements. Leur chute ne paraîtra pas très crédible tout de même. Et puis vous devriez aussi me dire quel sera le signal que vous aller utiliser pour me prévenir de lâcher les vêtements histoire que je ne me trompe pas.
La souveraine sentait que l'agitation allait reprendre. Mais c'était plus particulièrement vrai pour Ezio qui allait devoir remonter au coeur d'une forêt remplie à ras bord de traqueurs. Malgré l'aversion qu'elle éprouvait pour certains actes de cet homme (comme lui avoir ôté ses vêtements de la sorte), elle ne pouvait pas s'empêcher d'éprouver de l'inquiétude. Et puis en plus s'il se faisait tuer, aucune chance pour elle de retrouver Kévin, ou bien de s'en sortir vivante.
Elle le rappela avant qu'il n'ait pu reprendre la parole.

Ezio ! ... Soyez prudent voulez-vous.
Un sourire naquit sur les lèvres de la reine de Kerdéreth en songeant à quel point ce n'était pas son genre de dire des choses pareilles, même si c'était franc. Ou peut-être surtout. Elle poursuivit pour tempérer ses paroles, alors que son sourire s'élargissait.
Je n'aimerais pas avoir votre mort sur la conscience.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~


Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Mar 10 Avr - 12:08           
.................................................................................................................................................................................................................................

Ezio sourit quand elle reprit la parole, bon au moins elle avait suivis ces explication, et en effet certain détails était a revoir.

-Veuillez m'excuser, il n'est pas habituel pour moi de travailler avec quelqu'un et aucune situation similaire ne c'est produite avec un VIP. Pour le lestage des vêtements je ne le pensez pas utile puisqu'ils n'auraient même pas eu le temps de remarquer de quoi il s’agirait avant de mourir. Mais en effet cela ferait meilleur effet. Et pour le signal...je serai visible de là haut donc au moment ou je sortirai mes ailes, même si je n'en ai pas l'utilité,vous lancerait les vêtements. Par contre rester bien concentrer car je devrai les cacher juste après pour évité qu'ils ne les remarquent

Avant de gravir la falaise il lesta donc les vêtements ce qui lui prit quelques minutes. une fois ceci fait il observa la surface a escalader pour chercher des prises possibles. Il allait commencer la monter quand Alidane s'adressa a lui. Être prudent ? Ezio lui lança un regard interrogateur puis elle reprit et Ezio eu un sourire.

-Ne vous en faite pas, quoi qu'il m'arrive vous rentrerai chez vous.

Et Ezio grimpa la falaise. Sa parenté au Naleï lui permettait de l’escalader sans aucun effort ùais aussi aucun bruit ni perte d'équilibre. en quelque minutes il etait arriver tout en haut. Avant d'envoyer le signal, Ezio resta quelque seconde sans bouger ni faire le moindre sons pour chercher a savoir si Il y avait toujours du monde. Au bout de plusieurs longues minutes il pensa qu'il n'y avait plus personne et s'en alla monter sur le plateau d'herbe au dessus de lui quand une voix se fit entendre.

-Bon alors...toujours rien?

-Non chef, mais on est sur qu'il sont encore là, le traqueur est un ange, et il se sont cacher contre la paroi mais impossible de voir ou il sont.

Arf...bon attendez encore un peut et si il ne vienne pas on ira a eu...avec le gamin.

Ezio se calma peut a peut bon de la il était hors de vue des mercenaires juste au dessus de lui...C’était du suicide. Il ne savait pas combien étaient il, ni même si il ne l'avait pas aperçu avant et qu'il s’attendait a le voir sortir d'un moment a l'autre. Et ce gamin,de qui est ce qu'il parler? Il n'en savait vraiment rien mais il devait tenter quelque chose. Il sortit en partie ses ailes de sont dos pour donner le signale. Quelque seconde plus tard il vit les deux pièges planez en dessous de lui et le groupe de mercenaire au dessus de lui s'agita. Il y eu deux salves de flèches qui touchèrent toutes cibles puis après quelque secondes, ce fut a Ezio d’attaquer.

Il pris appuis et s’élança vers le sol. Avec une facilité déconcertante il eu le temps de prendre un couteau dans chaque mains, de les planter dans les deux traqueurs archer et de prendre appuis sur eu a leur tour pour remonter sur la terre ferme tandis que les deux corps tombaient dans le vide. une fois en haut Ezio pu voir combien d'ennemis allait il devoir battre. Ils étaient cinq, tous habiller de vêtements souple noirs ou marrons et d'on deux laisser deviner des formes féminines. Le combat ne fut pas une mince affaire et Ezio pris quelque blessure sur le corps, notamment des estafilades et des plaie plus profonde quand il n'avait pas réussi à éviter les poignards de l'un de ses assaillant. En tout cas c'en était finis d'eux, ou du moins pour ceux qui était présent. Il observa les environ pour voir si il n'y avait aucune trace de ce fameux jeunos dont avait parler l'homme mais il ne vit rien.il en parlerait plus tard a Alidane. Il devait maintenant récupérer les vêtements de ses ennemis pour pouvoir se rhabiller et faire de même pour la reine. profaner des corps n’était pas dans ses habitude mais il due s'exécuter. Après cela il s'habilla et jeta les corps dans le vide. une fois qu'il eu bien vérifier d'avoir récupérer tout ce dont il avait besoin il prit sont élan et sauta de la falaise. Il tomba en chute libre et ne sortis ses ailes qu'au dernier moment et se stoppa net devant Alidane.

-Livraison spéciale de vêtement pour sa majesté. je pense qu'il sont a peut prés a votre taille.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Mar 17 Avr - 13:25           
.................................................................................................................................................................................................................................

[Hrp : VIP 8D C'est pas très Lost Heaven ça ^^]
Alidane tournait en rond, anxieuse. Elle avait un mauvais pressentiment. Cela faisait plusieurs minutes qu'elle attendait Ezio, et depuis son point d'observation elle ne pouvait ni rien entendre ni rien voir de ce qui pouvait se passer, ou pas, plus haut sur la falaise. Elle avait plusieurs fois essayé de se pencher un peu vers le vide en s'accrochant à la paroi pour ne pas tomber et en levant les yeux vers le sommet. Mais c'était peine perdue, il n'y avait rien à voir. Au bout des premières minutes, Ezio lui avait néanmoins donné signe de vie. En se tordant le cou au bord de la falaise, elle avait réussi à l'apercevoir, ou plutôt en partie, à la surface du Continent. Ce qu'elle avait vu se résumait en fait à un bout d'aile et à un bras, qui étaient passés à toute vitesse dans son champ de vision. Elle s'était alors précipitée vers les vêtements étendus au sol et les avait jetés le plus loin possible dans le vide infini sous le Continent, afin que les traqueurs aient une chance de les apercevoir. Voir sa robe chuter à n'en plus finir lui rappela sa tenue présente. Elle se jeta un oeil triste. Non décidément, elle n'était pas présentable, et n'avait en rien l'aspect de la reine qu'elle était. Depuis ce moment là, elle attendait toujours un nouveau signe de vie.

Se pencher dans le vide ne lui avait donc servi à rien, et tendre l'oreille non plus. À un simple moment il lui sembla discerner un cri, mais il était peut-être simplement le fruit de son imagination. Et puis tout à coup, trop concentrée à tenter d'intercepter un bruit qui lui prouverait qu'Ezio était encore en vie, elle faillit manquer la chute des traqueurs juste devant la planque. En les apercevant tomber du coin de l'oeil elle poussa un cri tout à fait irréfléchi, avant de s'apercevoir qu'ils avaient à nouveau disparu de son champ de vision. Elle s'approcha alors une énième fois du bord, et constata qu'ils poursuivaient leur chute plus bas. Cette vision lui fit froid dans le dos mais d'un autre côté, cela prouvait qu'Ezio avait la situation en main. Enfin pour le moment... Alidane se demandait si, brusquement, un traqueur n'allait pas trouver sa planque et tira son poignard, dans le doute. Elle rejoignit le fond de la cavité et décida de s'asseoir pour attendre. Cela vaudrait toujours mieux que de tourner en rond.

Le temps lui parut infiniment long. Au bout de nombreuses minutes – ou ce qu'elle nota comme de nombreuses minutes – elle fut obligée de se relever car elle ne supportait plus de rester assise. Elle alla faire des aller-retours au bord du vide, les yeux dans le vague. Il n'y avait rien à regarder de là où elle était, à part quelques nuages épars. Encore une fois, elle pensa à Kévin. Où était-il ? Comment allait-il ? Avait-il finalement réussi à regagner la lisière avant l'attaque ? Ce fut ce moment-là que plusieurs corps tombèrent dans le vide sous ses yeux. Quelqu'un faisait le ménage. Avec soulagement, elle nota qu'il n'y avait pas le corps de l'homme qu'elle cherchait, ni d'un enfant, parmi ceux qui avaient chuté. Elle attendit donc. Encore. Ezio ne tarda pas à reparaître. Lorsqu'il apparut à ses côtés, elle le prit pour l'un des nombreux tueurs qui avaient voulu sa peau. Elle eut un mouvement de recul subit et pointa son poignard devant elle, prête à l'utiliser s'il le fallait. Mais la menace n'en était pas une. Elle rangea son arme, soulagée de voir qu'Ezio s'en était tiré indemne, ou presque. Elle observa un court instant ses blessures mais il l'interrompit en lui tendant des vêtements. Elle, enfiler ces choses ? Elle ne put empêcher une grimace. Elle constata qu'Ezio, lui s'était déjà changé. Elle songea à refuser de le faire, mais cela équivaudrait à rester en petite tenue... Elle n'était pas certaine de pouvoir crapahuter dans la forêt avec ça... Tant pis. Obliée la dignité pour aujourd'hui. Elle saisit les habits et les détailla. Ils semblaient en bon états. Alidane savait néanmoins qu'ils avaient été pris sur un mort et chercha à un quelconque endroit une déchirure ou trace de sang. Ce fut fait à hauteur du col. Un tâche de sang. L'hémoragie semblait toutefois avoir plus imbibé le sol que la chemise. Cette découverte ne lui fit ni chaud ni froid mais elle déchira le col de la chemise. Elle se refusait à porter un vêtement tâché du sang d'un autre... Déjà que le reste lui répugnait...

Elle enfila les habits de mauvaise grâce. Ils flottaient un peu mais pour le reste Ezio n'avait pas tout à fait tort. ils étaient à peu près à sa taille. C'était un autre genre que ses anciennes affaires... Heureusement qu'elle avait encore ses chaussures au pied. Ensuite, elle fixa son regard sur Ezio. Il n'avait rien dit de l'affrontement, et il semblait s'en être bien tiré. Avec brio même. C'était quelqu'un de compétent. Pour sûr. Mais elle avait attendu qu'elle lui parle d'un enfant. Il avait forcément vu Kévin, sauf si celui-ci avait réussi à quitter les lieux. Son coeur s'emplit d'un nouvel espoir.

Ezio, est-ce que vous avez vu un enfant là-haut ? Dans la quinzaine, il n'est pas très grand, les yeux verts, des cheveux bruns en bataille, des habits de la cour... Il a une tâche de naissance, dans le cou. Ou n'avez-vous vu personne ?
En l'attente d'une réponse, elle se rapprocha d'Ezio. Elle savait qu'ils n'allaient pas tarder à remonter. Elle se planta près de lui, ses yeux toujours fixés dans les siens.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~


Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Mar 17 Avr - 16:10           
.................................................................................................................................................................................................................................

Ezio ne perdait pas une miette quand la reine s'habilla...Elle Avait du remarquer sont regard car après avoir fini de mettre ses vêtements elle se mis a le fixé. Il se secoua la tête et regarda ailleurs. Puis elle repris la parole et lui posa des question au sujet d'un enfant. Il tiqua et se retourna vers elle en la regardant droit dans les yeux comme pour sonder qui était exactement ce jeune pour elle...Pourtant jamais il n'avait entendu parler que la Reine avait eu enfant caché.

-En effet...du moins je ne l'ai pas vu mais avant que je les attaques, le chef des mercenaires a parler d'un enfant...apparemment ils l'on capturé...Ils on du se séparer en deux groupes et le premier devait être quelque éclaireurs...

Ezio sembler embarrasser...Il aurait peut être du aller le chercher avant de revenir...Il réfléchit puis repris la parole.

-Bon on peut déjà remonter et une fois la haut on pourra commencer les recherches. Le deuxième groupe dois être composé de beaucoup plus d'hommes que le premier...sa ne sera pas de tout repos. Alors je vous pose la question,même si je ne prendrait surement pas votre réponse en compte, êtes vous prêtes a vous battre contre une a deux douzaine d'assassins pour cet enfant?

Il attendit sa réponse et sourit. Dans tout les cas il ne comptait surtout pas la mettre en danger. Il la prit par la taille,ses yeux planter dans les siens et ils décolèrent pour poser pied sur la terre ferme. Et a peine avait il poser le pied sur le sol, Ezio relâcha son étreinte et se plaça devant la reine pour la protéger au cas ou d'autres assassins serait arriver avant eux sur les lieux.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Sam 21 Avr - 13:58           
.................................................................................................................................................................................................................................

Lorsqu'Ezio parla de la mention d'un enfant, Alidane s'agrippa à sa chemise. Elle était déjà très proche du traqueur et combla la distance qui les séparait. Son regard s'illumina alors que son cerveau tournait à cent à l'heure.
* Il est vivant ! Par le Reflet merci il est vivant ! Il faut que je le retrouve ! Il a été capturé... Il ne peut pas être bien loin. Ces traqueurs doivent compter sur lui pour m'attirer, et Ezio avec. Ils doivent s'attendre à ce qu'on les cherche. Il faudra se montrer d'autant plus prudents. Mais au moins ils n'oseront pas le tuer tant qu'ils n'auront pas mis la main sur nous. *
Le coeur de la reine se serra. Elle espéra qu'aucun mal ne lui ait été fait. Sortant brusquement de ses réflexions en comprenant qu'Ezio s'était tu, elle reprit pied dans l'instant présent. Elle constata qu'Ezio la fixait intensément. Elle s'en trouva interloquée. Que lui arrivait-il soudain ? Depuis qu'elle l'avait rencontré, moment qui lui semblait à des années lumières maintenant, elle l'avait toujours trouvé confiant et assuré. Trop même. Et là, d'un seul coup, sans qu'elle comprenne pourquoi, cette confiance semblait ébranlée.
Elle aurait voulu continuer à parler de Kévin. Elle aurait voulu entrer dans les détails. Qu'avait-il entendu exactement ? Pouvait-on considérer comme sûr le fait qu'il s'agisse bien de Kévin et pas d'un autre enfant ? Mais son regard l'en dissuada et elle se garda de prononcer la moindre parole. Quelques secondes plus tard, il reprenait d'ailleurs pour exposer son plan. Monter... Trouver le second groupe... Il semblait qu'Ezio avait compris l'intérêt qu'elle portait à Kévin. Puis il posa une question qui déconcerta le temps d'une seconde Alidane. Si elle était prête à se battre ? Une nouvelle fois elle assura sa prise sur Ezio, sans y penser. Elle n'avait jamais réussi à se battre correctement ! Mais elle avait sans conteste assez récupéré pour pouvoir user de ses pouvoirs de Mage. Qu'elle parvienne à avoir quelques traqueurs dans sa ligne de mire, et elle allait faire des ravages.

Je ferais de mon mieux Ezio, même si mes talents en tant que combattante son relativement minimes. Avec un peu de chance, je pourrai placer un ou deux coups de poignard, mais si vous parvenez à m'offrir une couverture efficace, il se pourrait que mon pouvoir de Mage fasse pencher la balance en notre faveur. Mais quoiqu'il en soit, je suis prête.
Elle observa le sourire d'Ezio. Les mains du traqueur descendirent jusqu'à sa taille et il la saisit. Ils décollèrent pour la surface du Continent sans s'être quitter des yeux.

La souveraine ne se ferait jamais à cette sensation étrange que procurait le vol dans les bras d'un semi-ange. Ce n'était en rien comparable au vol sur le phénix du château. Elle avait l'impression d'être un oiseau. Mais elle sentait également une sorte de vertige qu'elle n'éprouvait jamais d'habitude. Tout ceci s'arrêta brusquement à l'atterrissage.
Elle n'avait pas lâché Ezio durant la remontée. Ce fut fait presque instantanément une fois qu'elle toucha le sol. Ezio se positionna de telle façon qu'il puisse la protéger. Alidane se retint de sourire. C'était une mauvaise habitude qu'elle prenait en ce moment de toujours sourire. Puis elle se concentra à nouveau. Il fallait qu'ils fassent vite, nul ne savait quand est-ce qu'ils pouvaient se faire attaquer. Mais d'abord, Alidane devait parler au traqueur. Elle se plaça face à lui de sorte à capter toute son attention et énonça, très vite et presque dans un murmure :

Ezio... je serais prête à tout pour cet enfant. Si pendant le combat nous nous trouvions en difficulté et qu'ils menaçaient de le tuer... c'est lui qu'il faut protéger vous comprenez ? Même si vous avez à choisir entre me protéger moi et le protéger lui. C'est lui d'abord. Je ne pourrais jamais me le pardonner s'il trouvait la mort.

Sur ce et sans plus prêter attention à ce qu'il aurait pu avoir à opposer à son discours, elle jeta un oeil alentour pour vérifier qu'ils étaient bien seuls. Le second groupe dont avait parlé Ezio, devant la défaite du premier face au traqueur, avait dû quitter la zone et s'installer plus loin. Alidane se mit donc en marche. Elle ne jeta pas un regard en arrière. Elle savait qu'Ezio allait suivre, et elle était même certaine qu'il n'allait pas tarder à la rattraper et à prendre la tête de l'expédition. De ce qu'elle avait cru comprendre, il aimait bien avoir les choses en main. La souveraine passa la lisière de la forêt d'arbres centenaires dont les racines de parfois un peu plus d'une dizaine de centimètres de diamètre sortaient du sol et formaient des obstacles à n'en plus finir. La reine retrouva l'atmosphère verte et humide, un tantinet sombre, de l'endroit où elle avait décidé, un peu plus tôt, d'effectuer une « promenade » afin de se vider la tête. Quand on voyait la tournure qu'avait pris la promenade, on pouvait se demander avec justesse si elle n'aurait pas mieux fait de rester chez elle... Les choses étant ce qu'elle sont, elle s'aventura sur le sentier, à la recherche de la trace des hommes qui avaient enlevé Kévin. Ezio réussirait sûrement mieux qu'elle et elle comptait d'ailleurs beaucoup sur lui pour les tirer de ce mauvais pas. Les talons de la jeune – enfin presque – femme ne semblaient pas l'handicaper dans sa progression. Elle en avait trop l'habitude pour qu'ils puissent la géner. Elle avança donc à un rythme soutenu.

Elle eut la surprise de se rendre compte que sa tenue lui était préférable pour les événements qui l'attendait. Maintenant qu'elle pouvait constater elle-même de la liberté de mouvement qu'elle lui offrait, elle ne regrettait pas d'avoir jeté sa robe dans le vide. La garder aurait été stupide. La seule chose qui l'incommodait était... d'avoir perdu son corsage dans la manœuvre. Certes, il l'aurait bloqué dans ses actions, mais elle se sentait immanquablement nue lorsqu'elle ne l'avait pas sur elle. Il était d'ailleurs étrange de ne pas être oppressée, de sentir les tissus glisser sur sa peau. Elle préféra néanmoins ne pas y songer trop longtemps. Elle savait qu'Ezio et elle approchaient de leur but.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~


Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Ven 18 Mai - 16:56           
.................................................................................................................................................................................................................................

Après avoir vérifié les alentours d'un regard circulaire, Ezio relâcha sa garde et avant qu'il n'ai pu avancer la reine se planta devant lui et lui expliqua que quoi qu'il arrive l'enfant devait passer avant elle. Ezio fut assez surpris d'une tel réaction venant d'une femme que l'on disais sans cœur. Puis elle commença à partir a la recherche du camps. Le semi eu un sourire en coin et se décida a la suivre depuis les hauteurs. La forêt était grande et le camps pouvait être n'importe ou dans un rayon d'un a deux kilomètre. Ezio avançais, tout ses sens en éveil décelant le moindre mouvement de feuille, la provenance de chaque cris d'oiseau et l'odeur de chaque être vivant (parfois nauséabonde) qui se trouvait dans la forêt. Il avancer d'un pas soutenus tournant souvent en rond avant de repartir pour occupé une plus large distance et garder un œil sur sa protégé. Au bout de plusieurs dizaine de minutes, le traqueur avait repérer quelque chose. Il siffla pour attiré l'attention de la reine qui marché plus bas et lui indiqua la direction. Il couru alors sans attendre, sautant de branche en branche pour enfin arriver a la lisière d'une petite clairière traversée par un cour d'eau. Le camps était bien la. Une dizaine de tente étaient installées et une demi douzaine de personne s'affairait à l’extérieur. Enfin il y était. il fallait maintenant élaboré un plan. Mais l'hybride fut pris de cours en entendant les pas de course de la reine une demi dizaine de mètre plus bas. Il fallait réagir vite ou elle se ferait aussitôt repérer. Il se laissa donc tomber au sol pour atterrir a coté d'elle. Il lui attrapa le bras d'une légèreté sans égale et la plaqua avec lui contre l'arbre avec douceur et rapidité. Il ne pu s’empêcher de sourire.

*Bon Sang ! Comment peut-on résister à autant de charme et...d’arguments...?*

- Rester calme, il ne faut pas faire de bruit...Au faite, je vous ai déjà dit que se genre de vêtement vous aller à merveille?

La tenant toujours contre lui, il passa sa tête sur la gauche pour voir si un quelconque mercenaire avait réagit. Ce n’était apparemment pas le cas. Il leurs fallait maintenant trouver un lieux isolé pour mettre en avant un plan.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Dim 27 Mai - 14:43           
.................................................................................................................................................................................................................................

Elle courait à présent. Alidane avait entendu le signal. Néanmoins elle s'aperçut rapidement que ses chaussures la ralentissaient. Marcher avec était une chose, courir en était une autre. Avec un soupir exaspéré elle les retira et les garda à la main pour continuer sa course. L'hybride avait déjà bien avancé alors elle devait faire vite. C'était une sensation étrange que de sentir la terre et l'herbe sous ses pieds, l'air qui caresse la peau sous les vêtements, le coeur qui s'emballe sous l'effort. Courir de la sorte était grisant : Alidane en oubliait presque le but qui l'animait. De toute façon, Kévin n'était plus très loin, et elle était certaine qu'elle arriverait à le retrouver grâce à l'aide d'Ezio. Mais alors qu'elle était ainsi entraînée dans son élan, Ezio se laissa tomber non loin. Elle ralentit inconsciemment. Alors qu'elle était presque arrêtée, il la saisit et la plaqua contre un arbre. Le tout n'avait duré qu'une fraction de seconde, mais la reine n'en était pas moins décontenancée par la douceur de l'hybride. Et il était là, devant elle, et il lui souriait. Alidane ne put s'empêcher de faire de même.

* Quelle potiche je fais... non mais, sourire, toujours sourire ! Il va finir par me prendre pour une cruche oui ! *
Cette pensée ne l'empêcha pas de continuer, et se sourire prit une teinte d'autant plus charmeuse lorsqu'il reprit la parole.
* Non, non, non ! Ne pas partir sur cette voie là. C'est tout ce qu'il veulent ces hommes, séduire dès qu'ils peuvent. Ça suffit maintenant je ne marche plus. *
Malgré elle, les pensées de la souveraine s'orientaient en effet vers un démon qu'elle avait rencontré peu de temps auparavant : Krishnen, qui avait quelque peu bouleversé ses sentiments. Elle ne savait plus très bien où elle en était avec les hommes, et si ça vie légèrement débridée n'en avait pas pris un coup. Cela faisait un certain temps qu'elle ne recevait plus d'amants au palais. Comment cela allait-il évoluer ?
Cependant, là n'était pas la question pour le moment. Elle ne savait pas trop pourquoi Ezio l'avait arrêtée – ce ne devait en tout cas pas être à cause de sa tenue – et elle voulait savoir qu'est-ce qu'il avait bien pu trouver. Ses pensées refusaient tout de même de bouger, et à chaque instant la proximité d'Ezio se faisait plus sensible. Et son regard... Alidane en laissa tomber ses chaussures à terre.

Le bruit dut lui faire reprendre ses esprits. Elle écarta l'hybride d'un geste peu sûr et récupéra ses affaires. Il lui fallut prendre une grande inspiration pour prendre la parole, d'une voix qu'elle jugea trop faible à son goût :

Venez. Il nous faut nous mettre au point pour sauver Kévin. Nous aurions peut-être dû le faire avant de rentrer dans la forêt.
Elle l'entraîna sous le couvert d'un large hêtre qu'entouraient une série de ronciers qui les protégeraient de yeux et des oreilles. La lumière était claire et feutrée, ce qui rassérénait la reine. Elle décida de prendre les devants en matière de discours, histoire de ne pas se retrouver seule entre Ezio et ses réflexions.
Vous avez dû repérer quelque-chose pour m'arrêter ainsi tout à l'heure. Je pense comprendre qu'il s'agissait du groupe qui retient Kévin. Il faut absolument que nous nous mettions d'accords sur la manoeuvre à suivre. Pour ma part je pense que nous ne pouvons pas attaquer de front. En tout cas pas ensembles, je serais mise hors d'état de nuire en moins de deux secondes. Ce que je vous propose, c'est une double diversion. En gros, je me présente la première à découvert. Cela éveillera peut-être immanquablement les soupçons – pourquoi sortirais-je seule et sans défense ? - mais je pourrais agir comme si je venais à me rendre, en espérant qu'en contre partie on relâche Kévin. En gros, je n'aurais qu'à jouer l'idiote de service, ce qui est à la portée de n'importe qui. Les bandits auront alors, je pense, une proie assez facile, mais toujours plausible, pour qu'ils en oublient celui qui est censé m'accompagner. C'est ensuite que vous interviendrez et que tout ce jouera, je vais me débrouiller pour faire croire que vous m'avez abandonnée à mon sort, mais ce juste pour une faible durée, car il faudra que vous apparaissiez au moment où les hommes commencent à se mettre en mouvement. Certaine qu'ils essaieront de m'attraper mais vous ne devez pas leur en laisser le temps sinon ils m'utiliseront contre vous. Toutefois vous ne devez pas partir trop tôt non plus, puisque nous serions découverts. Votre but sera de repérer Kévin du temps que je discute avec les autres et de, une fois qu'ils s'approcheront, le libérer. Je pourrai m'occuper des hommes alentour. Il ne faut en aucun cas que vous ou Kévin se trouviez dans la zone ! Je serai très affaiblie ensuite, et il n'est même pas dit que je ne perde pas connaissance. Alors vous devrez tuer ceux qui restent.

Alidane reprit son souffle. Elle avait tout lâché d'une traite. Ce plan était le seul qu'elle voyait comme possible, sauf si l'hybride en avait un autre en réserve. Elle quêta son approbation du regard, mais se rendit compte qu'elle n'avait peut-être pas été très claire. D'un ton mal assuré, elle poursuivit donc :
J'espère avoir été compréhensible. Si vous avez des questions et des objections, allez-y, je vous écoute.
La souveraine espérez vraiment que son plan serait le bon. Elle ne supporterait certainement pas que les choses tournent mal, et elle espérait qu'Ezio saurait débusquer les failles, si failles il y avait.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~


Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Jeu 31 Mai - 13:19           
.................................................................................................................................................................................................................................

Alidane mis plusieurs minutes avant de réagir. Et quand elle le fit elle avait l'air...troublé. Elle pris la parole et sembler sur la même longueur d'onde que lui. Ezio la suivis à couvert. Sans attendre elle énonça sont plan. Au fur et a mesure qu'elle expliquait sa théorie le semi froncés ses sourcils. Une fois qu'elle eu finis il se lança dans une courte réflexion...Puis il se leva, énerver, et frappa dans l'arbre arrachant l'écorce au passage. Il posa ses mains sur ses hanche et fini par soupirer. Il porta une mains a sont front comme pour mieux réfléchir et pris la parole.

-Ce plan ne me plait pas du tout...Il y bien trop de risque...Mais c'est le seul probable...Je vais faire le tour.

Il eu un regard circulaire par pur précaution et se mis a genoux a quelque centimètre de la reine.

- Ne faite rien de trop risquer...sa l'est déjà bien trop.Une fois que je me serai occuper de Kevin je viendrai vous aider. J'en aurai seulement pour cinq minutes.

Il la regarda bien dans les yeux espérant qu'elle le prennent plus qu'au sérieux, en aucun cas il n'accepterai qu'il lui arrive quoi que se sois. Il se releva grimpa sur l'arbre et regarda la clairière pour trouver un moyen de s’approcher du camps sans attirer l’attention. Il avait trouver. Plus de temps a perdre il se pencha pour voir Alidane. Le visage de l'hybride avait changer, concentrée et sombre, ne montrant pas l’inquiétude qu'il avait pour la vie de sa protégée.

-Allez!

A peine avait il prononcer se mot qu'il avait déjà disparu. L'assassin mit quelque seconde a atteindre sont but. Encore a la lisière il surplomber la rivière qui traverser la clairière. Sans perdre de vitesse il sauta dans l'eau et commença a remonter a contre courant. Un des mercenaire était pencher au dessus du chemin liquide, faisant apparemment la vaisselle. Il n’eus pas le temps de faire autre chose. Ezio l'attrapa par la gorge et l'entraina dans l'eau, et avant qu'il ai pu réagir, lui brisa le cou et laissa le courant emporter le corps. Il fallait maintenant sortir et trouver la tente ou était emprisonner le gamin. Il commença par s’élancer hors de l'eau et se cacha le temps qu'Alidane attire les autre mercenaires. C’était apparemment déjà fait car il y avait beaucoup d'agitation. Il fallait donc s'y mettre. Sortant un poignard il entra dans une première tente. Puis une deuxième, une troisième, tuant au passage les mercenaire qui pouvait s'y trouver. Trois tente de plus...Encore deux.Il le trouva enfin. Attacher a un poteau le jeune homme pleurait. Quelque balafre sur le corps et le visage. Mais Ezio avait commis une erreur.Et le géant dans la tente n'allait pas laisser passer cette occasion. Il balança sont bras vers l'assassin qui n'eus pas le temps de l’éviter. Il vola a travers la salle pour s'abattre contre une poutre qui se brisa en deux sous le choc. Une partie de la tente s’effondra sur lui. Le gros bras chercha comme il pouvait le corps de l'intrus. Reprenant doucement conscience Ezio eu un accès de rage. Il Fit sortir ses aile et tout ce qui l'entrava fut éjecter. Il profita de l'effet de surprise pour sauter sur sont ennemis. Il lui attrapa le bras, le retourna et frappa a l'inverse de l’articulation du coude pour le briser. Sous la douleur le mercenaire posa un genoux a terre. Ezio se planta devant lui, et frappa de toute ses force dans sa rotule a porté. l'homme Hurla de rage et de douleur. Un sourire sadique s'afficha sur le sourire du semi. Il lui envoya un coup dans le plexus solaire lui coupant la respiration et pris dans sa frénésie de rage il lui désossa la tête l'envoyant hors de la tente. Heureusement pour lui, Kevin était dos au combat et n'avais rien vu bien que tout entendu. Ezio se calma presque instantanément en voyant le gamin et s'affaira a le libéré. Il l’attrapa par les épaule et se mit a genoux devant lui le regardant droit dans les yeux.

-N'ai pas peur, je ne te ferai aucun mal. Écoute moi bien, on va tout les deux sortir de cette endroit, toi tu va courir tout droit vers la foret et tu ne te retourne pas. une fois dedans tu va te cacher comme tu peut. Je doit aider ta maitresse, on viendra te chercher, après tout c'est pour toi qu'on est la.

Il lui souris et l'entraina dehors. A peine sortit il le poussa a courir et le regarda s'échapper vers la forêt. Il fallait maintenant que le semi s'assure que rien n'arrive à Alidane.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Dim 3 Juin - 17:03           
.................................................................................................................................................................................................................................

Alidane fut emplit de stupeur lorsqu'elle constata de la réaction de colère d'Ezio. Néanmoins, elle comprit ensuite qu'elle n'était dictée que par la dangerosité du plan. Il avait accepté, c'était le principal. La séparation sut en tout cas trop rapide au goût d'Alidane. Mais il fallait faire vite à présent, le plan devait être mis en oeuvre coûte que coûte. A signal d'Ezio, Alidane se précipita. Elle fit le tour du camp à contre-sens de l'hybride, et elle le perdit de vue au bout de quelques secondes à peine. Son coeur battait fort dans sa poitrine. Elle devait rentrer à présent dans le rôle qu'elle s'était fixé. Celui de la pauvre femme éplorée qui voulait retrouver un être cher. Cela ne lui seyait guère, toutefois elle y arriverait. Au bout d'une minute ou deux, elle se retrouva cachée derrière des buissons, de l'autre côté du camp. Elle se tâcha de terre, pour se montrer en mauvaise posture. Coup d'oeil à droite. Coup d'oeil à gauche. La reine sortit à découvert.

Sa première pensée fut pour Ezio. Se débrouillait-il ? Elle ne le saurait pas jusqu'à l'instant du plan où ils étaient censés se rejoindre. Alidane baillonna ses pensées et ses émotions dans sa tête pour se concentrer, et marcha dans la clairière où elle venait de se présenta. Un guetteur la repéra presque instantanément et la mit en joug avec un arc. La reine leva les mains en signe d'abandon. L'homme face à elle eut l'air surprit, mais se reprit pour crier à l'alerte.

* Pourvu que ça marche...*
Une dizaine d'hommes sortirent à découvert, plus nombreux que ce qu'Alidane pensait. Refusant de se laisser décontenancée, elle se contenta d'observer la scène de sa mine la plus défaite, mais au fond plus concentrée que jamais. Toute l'attention était centrée sur elle, mais le groupe semblait beaucoup attendre du dernier homme arrivé, peut-être une sorte de chef. Ce fut lui qui s'approcha d'elle, et ce fut lui qui la questionna, avec un air malsain. Alidane se retint de justesse de le lui rendre.
Alors ! Mais regardez cela ! La reine de Kerdéreth en personne ! Quel invité de marque pour nos humbles personnes ! Que nous vaut l'honneur de cette visite ? Et où est donc votre protecteur, il attend pour nous attaquer ?
L'assemblée rit grassement, Alidane ne put que redresser la tête face à de telle moqueries.
Je vous échanger ma rémission contre l'enfant que vous retenez prisonnier. Et je suis seule.
Encore un rire, les nerfs de la souveraine n'allaient pas tarder à lâcher.
Votre rémission ? Et vous croyez être en mesure de l'échange ? Et puis... s'il-vous-plaît, ne tentez pas de vous payer ma tête ma jolie, ça risquerait de m'énerver. Dîtes-moi plutôt où est le traqueur qui vous accompagne.
Alidane devait gagner du temps. Son regard parcourut le terrain autour d'elle, sans trouver trace d'Ezio. Gagner du temps... Alidane laissa les larmes couler sur ses joues. Sa voix se fit étranglée et suppliante.
Je vous en prie, rendez-moi mon fils !
La supplique eut l'effet escompté. Des murmures emplirent le groupe, et la stupeur gagna le chef.
Votre fils ?!
Alidane ne prit pas la peine de répondre. Le chef se racla la gorge, et reprit contenance.
Savez-vous ce que l'on dit de vous, Mademoiselle Dextrae ? Que vous êtes une manipulatrice absolument incroyable ! Mais je suis déçu. Pensez-vous vraiment que, si vous veniez sauver votre fils, vous n'auriez personne pour assurer vos arrière ? Le traqueur, il est bien avec vous, je le sais. Vous allez me dire où, ou votre fils, je le tue !
Le sang de la reine se glaça, il n'y avait pas que de la comédie lorsqu'elle se figea soudain. Son mensonge concernant Kévin avait bien pris, mais pas celui sur Ezio. Et il était toujours invisible...
Je suis seule vous dis-je.
Et vos nouveaux vêtements, vous ne les avez pas obtenu sans aide !
Elle était fichue. Un rictus tordit le visage du chef de groupe. Mais c'est alors qu'une mince silhouette partit en courant au travers de la clairière. L'instinct d'Alidane prit le dessus. Elle avança vers le petit garçon, tout plan évaporé. Le groupe le remarqua. Elle sentit deux bras l'entourer fermement alors qu'elle criait :
Kévin !
On la gifla, mais Alidane n'y prit pas garde, ni au geste, ni à la douleur. De toute façon elle était prise au piège. Son regard se fit vague et elle tourna la tête. C'est alors qu'elle aperçut Ezio. Il était là, enfin... Alidane tenta de se dégager, mais une lame se posa contre sa gorge.
Eh bien voilà, comme on se retrouve ! Il est là le traqueur ! Vient donc par ici, si tu veux la récupérer !
Quelques hommes voulurent se lancer à la poursuite de Kévin mais le chef le leur interdit. Alidane observait Ezio droit dans les yeux. On aurait pas dû l'attrapper. Elle ne pouvait pas utiliser son pouvoir alors que tous étaient si près d'elle, elle en pâtirait à coup sûr. Sa magie avait aussi effet sur elle. Mais elle ne pouvait pas laisser Ezio face à autant d'hommes. Il allait tenter de la sauver, mais alors son pouvoir le blesserait lui aussi. Elle n'avait plus le choix. Tant pis, c'était maintenant ou jamais. Alidane ferma les yeux.

Elle sentit tout de suite son énergie la quitter. Les bras qui l'entouraient une seconde plutôt se flétrir puis volèrent en poussière. Plus loin, un autre homme subit le même sort. Puis un autre, et un autre, et un autre... Alidane sentit la morsure de sa magie sur sa peau. Il eut une énième volée de poussière. La souveraine perdit connaissance.


~.~.~.~.~.~.~.~.~.~




Dernière édition par Alidane Dextrae le Lun 28 Jan - 20:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Dim 3 Juin - 21:16           
.................................................................................................................................................................................................................................

[hrp : tu devrait changer la couleur des parole du chef parce que sur le coup j'avais rien vu ^^']

Ezio ne perdit pas une minutes pour tenter de rejoindre Alidane. Mais a peine sortie t'il du camp que Kevin se fit remarquer et lui aussi par la même occasion. Voyant que les mercenaires s’agitèrent en l'apercevant et que l'un d'eux attrapa la reine en otages,un poignard sous la gorge, le jeune hybride s’arrêta sur le champ.Il sortit deux poignards, regardant la jeune femme droit dans les yeux. Il voulait lui faire comprendre qu'il était prêt a la sortir de la mais elle avait l'aire d'un tout autre avis. C'est alors que le jeune homme senti quelque chose changer, l’atmosphère devin pesante.Il vis le mercenaire qui tenait fermement la reine se dissoudre en poussière, puis un autre. Tout le monde autour d'elle subissait le même effet générale de perte cellulaire et sont pouvoir se concentrait en même temps sur chaque homme les un après les autres. Ezio regarda ses bras et vit des lambeau de peau se détacher doucement de sont corps et fut prit de stupeur ,relevant les yeux vers la jeune femme. C'est elle qui en était a l'origine, il le savait, mais elle subissait aussi les effets de ses pouvoir. Son sang ne fit qu'un tour.

-Alidane, non!!

Son état second qui l'avait habiter quelque minutes plus tôt dans la tente refit surface. Ezio couru en quelque seconde la distance qui le séparer du groupe de mercenaire, tuant ceux que le pouvoir n'avait pas encore totalement emporter. Il faucha un première homme dans sa course d'un coup de pied dans la colonne. l'homme ne se releva pas et disparu en poussière. Ezio ne s’arrêta pas pour autant attrapant un second par le bras, il lui explosa la cage thoracique avec son genoux tout en égorgeant un troisième avec un couteau dans sa main gauche qui était libre de mouvement. Tout deux partirent aussi en poussières. Ezio arriva au niveau de la reine quand elle perdit connaissance. Il la rattrapa juste a temps avant que sa tête ne heurte le sol. Malgré sa rage et sa fureur il la déposa sur le sol avec une tendresse qui donné une image assez malsaine du moment. Il l'inspecta comme il le pouvait et un bruit le fit réagir. Il regarda derrière lui et vu celui qui avait pris la parole un peut plus tôt essayer de fuir, boitant car sa jambe avait était salement touché par le pouvoir d'Alidane avant qu'elle ne parte au pays des songe. La fureur du Semi remonta au cerveau de plus belle. Le visage modifier par la rage, et l'effet accentuer par les trace du passage du pouvoir de la reine qui lui avait arracher des lambeaux de peaux dévoilant sa chaire ne fit qu'effrayer encore plus le mercenaire qui essaya d'accélérer le pas. Ezio se leva et marcha d'un pas lent mais assuré vers l'homme. Celui ci tomba au sol et rampa comme il pouvait. il se retourna en entendant les pas d'Ezio juste derrière lui. Il tendit les mains pour se protéger et le supplia.

- je t'en pris assassin, ai pitiés, je n'ai fait que répondre au ordre... Je ne suis qu'un soldat, tu sais se que c'est...

Mais l'hybride n'avait aucune envie de le laisser vivre...ni même de lui laisser une mort avec une quelconque dignité. Il attrapa le chef par le cou le soulevant a bout de bras, pris sa jambe valide de l'autre.

-Erreur, moi je ne répond qu'à mes propres ordres, ou ceux qui n'entravent pas mes convictions.

Et il l’écartela. La pression était tel que le corps se sépara en deux au niveau du bassin en une fraction de seconde. Le visage de l'homme se figea d’étonnement, comme si le coup avait était plus rapide que la mort, et finalement ses trais se détendirent. Ezio lâcha prise et les deux parties touchèrent le sol dans un bruit écœurant. Le semi se détourna et la vue du corps d'Alidane au sol lui fit l'effet d'un coup de poignard qui calma sa haine aussitôt. Il se précipita a ses coté tout en vérifiant bien qu'aucun survivant n’était dans les parages pour les prendre par surprise. Il ne savait que faire. Elle respirait, faiblement mais elle respirait. Il lui pris la main, lui caressant la joue avec l'autre, l’appelant comme si cela pouvait la sortir de sa torpeur. C'est alors que l’adrénaline qui coulez jusque maintenant dans ses veines disparue. La douleur des plaies de l'hybride arriva d'un coup a son cerveau et lui coupa le souffle. De plus les effets des forces qu'il avait exercer lors de ses moments de folie sembla eux aussi apparaitre et Ezio du se détourne de la reine pour cracher du sang. Ses organes avait était atteint...Il s'effondra au sol, leurs mains toujours liées. Il n'avait pas perdu connaissance, mais ses muscles refusaient de répondre pour le moment. Il était toujours tourner vers Alidane pou vérifier que son état n'empire.


-Alidane, je t'en pris reviens à toi...

Tout les protocole avait sauter. Maintenant c’était l'ami qui parler. Il ne pensez qu'a une chose, c’était qu'elle devait s'en sortir. Il réussi a ramper pour se placer juste a coté d'elle et après de grand effort il plaça la tête de la jeune femme sur son torse pour s'assurer de pouvoir réagir a temps en cas de problème.

-J'aurai jamais dû te laisser faire...c’était bien trop dangereux...j'aurai jamais dû...

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Ven 8 Juin - 15:49           
.................................................................................................................................................................................................................................

Le petit être courrait et courrait, tant qu'il le pouvait, sans jamais s'arrêter, au-dessus des racines et branches qui jonchaient le sol. Il courrait à en perdre haleine, car il ne faisait que ce qu'on lui avait dit. Une cachette, il n'en connaissait pas, mais les bois conviendraient. Mais d'abord il courrait, courrait et courrait.

« Un homme avec une coupe à la main. Le sourire. Les yeux.
Une jeune femme les mains dans le dos, triture un ruban dans un geste un peu nerveux.
La salle est belle, grande et nette. Les servants font des allés-retours en un grand balai coordonné. Une soprano et des violons agrémentent une ambiance raffinée. Des plateaux d'or et d'argent circulent entre les convives charmeurs.
Un homme en costume. Ses cheveux. Sa peau.
Une jeune femme absorbé par un discours dont elle ne comprend pas un mot.
C'est la première fois qu'elle le voit. Elle en a entendu parler. Ce devait être en automne peut-être, ou alors... en juillet ? Elle rigole bêtement, et lui il plaisante. Il ne l'a jamais vue, mais il la connaissait. Qui donc n'aurait pas su qui elle était ? La prometteuse, et déjà grande princesse, pour laquelle les parents voyaient dans le mariage une fort bonne idée.
Les voilà qui la regardent, de loin. Le père lui sourit, la mère s'inquiète. Et si sa fille avait des manières trop peu distinguées ? Le père, assurément, n'a pas ses idées. Il l'encourage c'est sûr. Elle lui fait un signe discret. C'est bien ça il l'a vue. Il a l'air heureux. Et fier. Elle aussi elle l'est heureuse. Cela va sans dire.
Les valses chantonnent un air léger. Il l'invite à danser. Ça y est, il y sont, tous deux enlacés.

Et puis tout est noir. Les larmes coulent sur la vie qui s'en va. Le jardin des roses restera maintenant fermé. La robe de la jeune femme est tachée, ses cheveux s'en vont en tous sens dans la brise. Un tas de poussière plus loin, signe futile, et tout près le père qui sûrement ne tardera pas à manquer.

Et puis la douleur. Et c'est tellement dur de tenir éveillée. »

Quelque-chose coule sur son front et elle est allongée dans l'herbe. Combien de temps lui aura-t-il fallut pour se remettre ? Un heure ? Deux ? Elle sent la chaleur tout près d'elle, à portée. Alors elle tend la main. Un tissu, une chemise. Alidane sursaute.


Ezio !
Elle aimerait bien se lever mais elle a mal partout. Elle n'y voit pas très clair non plus, et son mal de tête lui fait très vite comprendre qu'il ne vaut mieux pas faire de geste brusque. Peut-être que cette fois, finalement, elle n'était pas passée loin. Elle tente de se jeter un oeil. Les plaies ne sont pas énorme mais nombreuse, et la perte d'énergie est considérable. En fait, elle ne peut presque plus bouger. Et elle doit avoir pris un coup de vieux aussi... Oh non elle n'était pas si vielle, mais... tout de même... elle n'avait plus quinze ans, c'est sûr. Et les pouvoirs qui agissaient sur son corps avait disparu. Elle retrouverait sûrement une meilleure mine d'ici une heure. En attendant, ce n'était pas le soucis principal.

Ezio était là ! Idemne ! Enfin... La première chose dont Alidane eut envie fut de se blottir dans ses bras. Tant pis... elle ne pouvait pas bouger. Il avait besoin de soin. Combien de temps avait-il bien pu rester là à perdre son sang ? Ils devaient sortir de cette forêt le plus rapidement possible !

Ezio je ...
Les mots étaient restés coincés dans sa gorge. Elle avait les lèvres sèches, elle avait soif. Elle s'était un peu soulevée en se réveillant mais elle retomba contre le torse du traqueur. En fait, elle voulait juste dormir un peu. Un tout petit petit peu. Ça ne pourrait que lui faire du bien après tout. Oui mais... Mais quoi ?

La souveraine s'embrouillait dans ses propres pensées. Elle avait pensé à une chose... Oui mais laquelle. La reine se tortura l'esprit pour la retrouver. Qu'elle se dépêche ! Kévin l'attendait !

Kévin !
Dans sa précipitation elle voulut se lever, retomba. Affolée, elle tenta encore une fois. Puis ses forces eurent raison d'elle. Elle devait se résoudre à attendre. Perdre des forces ne servait à rien. D'abord, aider Ezio. Quand elle aurait un peu reprit de couleurs. Et puis ensuite, elle. Et puis ensuite, partir à la recherche du petit page qu'elle n'appercevait nulle part. Où pouvait-il donc être passé ? Ezio le saurait lui, forcément !
Ezio...
Pas moyen. Il faudrait vraient attendre. Avec patience, elle tourna la tête pour trouver ses yeux. Elle devait la vie à cet homme. Elle détestait avoir des dettes, surtout des dettes de ce types. Elle aurait voulu le remercier. Mais si les yeux pouvaient communiquer les paroles, alors il comprendrait.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~


Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Mar 7 Aoû - 14:17           
.................................................................................................................................................................................................................................

Ezio avait lui aussi perdu connaissance. Dans son sommeil sans rêve il entendit une voix. Une femme entonnait son nom. Mais qui était ce? et que voulait cette femme. Ne pouvait elle pas le laissez dormir? Soudain Il sentit une pression sur son corps. Était ce toujours un rêve? Ses yeux ne voulait toujours pas s'ouvrir et il n'avait aucune idée de ce qui se passait autour de lui. Soudain la voix cria un autre nom. Kevin? ce nom lui rappela quelque chose. Mais alors que ses souvenir aller lui revenir la pression sur son torse s’effaça et se fit d'un coup plus forte, lui coupant le souffle et il se réveilla en écarquillant les yeux. Il regarda autour de lui et tout lui revins, même la douleur. Il grimaça et tenta de se redresser pour regarder ce qui etait la cause de ses perte de souffle. Alidane! Elle était réveiller et avait plonger son regarde dans celui du semi ange. Pour la troisieme fois elle tenta de lui parler mais elle n'y parvenait pas. La reine semblait...différentes,comme si ce combat avait quelque peut marqué les trait de son visage.

-Tu...Vous êtes réveiller...Ne parler plus...vous êtes encore bien trop faible...Ne vous inquiétez pas...pour Kevin...Je suis sur que tout se passe bien...Il est actuelement dans la foret...Il s'en sortira.

Il avait prononcer ses mots avec une conviction tel qu'on aurait put penser que c'etait pour se convaincre lui meme de ses mots.

*Bon voyons un peut les dégâts. *

Ezio tenta tant bien que mal de vérifier ses blessures. Elles étaient multiples mais globalement peut profonde. Ses muscles étaient tous engourdis et il ne serait pas capable de se relever sur ses jambes. Le problème était que personne ne pouvait venir les secourir, et donc par la même occasion le jeune Kevin. Il se redressa tout de même et réussi a s’asseoir, gardant la reine dans ses bras.Il lui adressa un sourire réconfortant puis ferma les yeux pour se concentrer sur les sons qui les entourées. Il affûta son écoute, cherchant dans les moindre recoin de la forêt. Soudain il sembla trouver ce qu'il chercher. Des pas, une course...de petite foulé et une respiration courte, très courte, trop courte. C’était bien lui, le jeune Kevin, mais il semblait épuisé. Ce que ne comprenait pas Ezio c'est comment il pouvait encore avoir la force de courir...Ezio agrandit alors le cercle d'écoute tout autour de lui et n'entendit rien qui aurait pu le poursuivre. C’était déjà une bonne chose. Et que pouvait il y avoir droit devant lui?...Quel était ce bruit...Des armes qui s'entrechoques? non... c’était différent...Une forge! Il courait droit vers un village!

*Faite qu'ils soient amicaux...*

Ezio rouvrit les yeux et les planta dans ce de la femme dans ses bras.

-Il va bien, je me demande ou vous l'avez trouver ce petit...Son instinct de survie est impressionnant...Il se dirige vers un village, mais je n'arrive pas a savoir qui ils sont... J’espère qu'il sera assez réfléchit pour ne pas s'y engouffrer tête baisser...

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]   Lun 28 Jan - 21:53           
.................................................................................................................................................................................................................................

Le jeune garçon court comme si une colonne de monstres qui voulaient sa peau étaient à ses trousses. Il vole presque au-dessus de la terre, épuisé mais conscient qu’il faut faire vite. « Se sauver, sauver la reine, répète inlassablement son esprit, se sauver, sauver la reine... »Lorsqu’enfin, au prix d’une course interminable, il perçut le bruit d’une forge, il s’arrêta une seconde. Son cerveau mit un moment à se rendre compte qu’il était enfin arrivé à la civilisation. N’y tenant plus de joie il se précipita de nouveau et atteint la lisière de la forêt. Il reconnaissait les environs. Les seigneurs avec lesquels sa souveraine était partie se promener les avaient fait passer par ici. L’un d’eux y avait d’ailleurs fait étape, car il était en ce lieu celui qui percevait le plus de taxe sur les céréales, et devait s’enquérir de l’avancée des récoltes.
Kévin, essoufflé, parvint à la forge, le cœur battant. Ses habits de la cour étaient défaits et il avait les cheveux dans tous les sens, l’air alarmé.

A l’aide ! La reine est en danger !!! A l’aide !!!
A peine eut-il fini de crier qu’une tignasse blonde émergea de derrière un pan de mur, destiné à divisé la forge en deux. Elle était petite et blonde, sûrement son âge, le nez retroussé et de grands yeux… bleus, très bleus…
Qui tu es toi ? Tu n’as pas commandé d’épée à mon père ! Sors d’ici !
Le pauvre enfant était paralysé, son cœur jusqu’alors prêt à la rupture tant il battait fort semblait s’être arrêté d’un coup, d’un seul. Il était figé, la bouche à demie ouverte, sans répondre. La petite, elle, avait plus de répartie. Elle avait un balais à la main avec lequel elle nettoyait la forge avant d’être dérangée brusquement. Elle se jeta littéralement sur lui, et entreprit de le faire sortir de la forge à grands coups de son arme improvisée. Ses cheveux étaient en bataille, et Kévin doutait qu’ils aient jamais été coiffés. C’est la seule pensé qui lui vint alors qu’il recevait de multiples bleus. Lorsqu’elle parvint à le mettre dehors sans qu’il oppose de résistance, hébété, elle se posta, triomphante, à l’entrée de la forge, son petit nez pointé vers le ciel, de la poussière sur sa robe usée.
Voilà ce que tu mérites vandale ! Et je te préviens, si tu comptes de nouveau rentrer ici, tu auras affaire à moi !
Elle attendait visiblement qu’il réplique, une main sur la poignée de la porte pourtant ouverte jusque-là et l’autre et l’autre sur son arme impitoyable. Mais aucune réponse ne vint. Comment être terrassé par une fillette alors qu’on vient de résister à une horde de bandits sanguinaires… La fillette n’était-elle pas diablement plus dangereuse, terriblement plus… ?
Dans ses réflexions centrées sur la petite qui lui faisait face, il vit arriver, juste derrière elle, un colosse ventripotent qui devait faire quatre fois sa taille. Si d’apparence il semblait totalement différent de l’être à ses pieds, la petite, sans nul doute, avait de qui tenir.

Qui es-tu toi ? Si tu viens enquiquiner ma fille je te préviens que tu n’es pas le bienvenu !
Puis il avisa la tenue du jeune homme qui, bien que volante, montrait bien son statut.
Mais vous faîtes partie de la cour !, s’exclama le forgeron, sous le regard éberlué de sa fille qui en lâcha son balais. Mais que faîtes-vous donc ici Messire ?
Kévin reprit alors un peu de sa contenance, comme si le rappel de sa fonction, et donc du but qui l’amenait, l’aidait à reprendre pied dans la réalité.
Faîtes quérir le seigneur qui se trouve en ces lieux, dîtes lui que la reine est en grand danger, des traqueurs veulent sa peau. Et faîtes atteler les cheveux de la première écurie sur votre chemin.

Alidane en apprenant que Kevin était sauf, se laissa aller en arrière, sa tête sur les épaules d’Ezio. Le semi l’avait rassuré quant au sort de son page. Dans un village, il saurait se débrouiller, il trouverait de l’aide pour lui.
J’ai l’impression qu’un poids immense quitte mes épaules. Merci Ezio, sans vous cela n’aurait pas été possible, et je crois en Kévin, il s’en sortira dans un village, car c’est un garçon débrouillard. Je l’ai trouvé à Swold, alors qu’il était à moitié mort de faim. J’ai décidé de le prendre avec moi. J’ai senti dans cet enfant… il avait quelque-chose que n’ont pas les autres. Son regard m’a transpercée littéralement lorsque je l’ai vu.
La souveraine tourna la tête, pour pouvoir retrouver les yeux d’Ezio. Elle l’examina un moment, puis retint son attention de nouveau sur son propre état.
Je ne vais pas pouvoir marcher, vous non plus, et il en faut au moins un de nous deux pour signaler notre position et quérir des secours. Avez-vous encore du fil et de quoi coudre, il faut refermer nos plaies. Nous verrons ensuite si avec un peu de repos l’un de nous deux peur reprendre la route, et dissimuler le second pour qu’il ne court aucun risque.
En examinant les plaies d’Ezio elle s’arrêta sur l’une d’entre elles que lui avait sûrement causée sa magie. C’était une sorte de brûlure qui courrait au-dessus de l’œil, puis sur la joue. Elle passa ses doigts sur la plaie pour en palper la gravité. La profondeur de peau atteinte semblait négligeable mais nécessitait un examen approfondi. Soudain, sa main rencontra une mèche des cheveux d’Ezio qui s’était échappée. Elle la retira alors du visage du semi, comme si soudain elle se rendait compte que son geste un peu trop doux n’était pas politiquement correct. Elle garda néanmoins ses yeux dans les siens, et n’échappa pas à ses bras. Elle se sentait en sécurité, alors qu’un peu plus tôt elle était en fuite, en danger. C’était un peu le « calme Après la tempête ».
Oui, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je crois qu’après toutes les décisions que vous avez prises à mon égare c’est un peu mon tour. Il nous faut nous reposer. Nous ne devrions pas craindre d’autre risque à présent. Du moins je l’espère. Alors si il vous reste un peu de force tâchez de me tenir dans vos bras encore un peu, jusqu’à ce que nous puissions nous mettre debout, une fois nos blessures recousues. Si tant est que vous ayez encore de quoi coudre.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé,

 

---------------

 

 
MessageSujet: Re: Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]              
.................................................................................................................................................................................................................................


Revenir en haut Aller en bas
 

Au fil des mots, au bord du vide ... [Pv Ezio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» L'histoire en quatre mots
» Un certain bord de mer...
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» Des mots (à deux)
» Au delà des mots...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lost Heaven ::  :: La Vagabonde :: Le Bout des terres (Forêt Est)-