Bienvenue sur Lost Heaven


Les Terres Suspendues vous accueillent ...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Un petit voyage à Jasdéràn, mais pas si petit!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
 
Messages : 51
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 19
Localisation : Je suis... là-bas!

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Dragons
Classe: Guerrier
En général:
MessageSujet: Un petit voyage à Jasdéràn, mais pas si petit!   Lun 21 Nov - 19:35           
.................................................................................................................................................................................................................................

Deux personnes volaient, la première, une femme, elle avait deux ailes d'un bleu saphir scintillant et une queue de dragon également bleue saphir. L'autre était un homme d'une vingtaine d'années, chevauchant une pégase à la robe totalement blanche et avec deux yeux bleus comme le ciel qui se découpait derrière les deux voyageurs. Puis la femme-dragonne dit au cavalier :

-As-tu déjà connu l'amour ?

Le cavalier habitué aux innombrables questions de sa jeune apprentie lui répondit :

-La réponse n'est pas positive mais elle n'est pas non plus négative. J'ai déjà connu l'amour oui. L'amour fraternel que l'on éprouve pour sa famille ou pour ses amis. Mais je n'ai pas vraiment connu l'amour comme toi tu l'entends.

La dragonne hocha la tête, perdue dans ses pensées :

-Moi je ne pense pas avoir trouver l'amour. Enfin... comment sait-on que l'on est amoureux, vraiment amoureux.

-Abby, franchement, je ne suis pas un bon conseiller en amour, mais je peux te dire quelque chose que l'on m'a rapporté sur le sujet...

Aegnor se se souvenait avoir lui aussi eu cette conversation avec son maître. Il était jeune à l'époque, il se souvenait aussi de poser autant de questions que son apprentie, mais son maître était différent. Lui il le laissait réfléchir, longuement, Aegnor avait choisit une autre façon d'enseigner. Son apprentie posait une question, il répondait franchement, il n'était pas vraiment le maître de la jeune dragonne, il était plutôt un ami ou un guide. Il chercha pendant quelque dizaines de secondes la conversation exacte qu'il avait eu avec son défunt maître, puis il prit une grande inspiration et commença :

-Je te disais donc que j'étais un piètre conseiller en amour. Mais mon maître m'a déjà parlé de ce sentiment. Je vais donc te rapporter une conversation dont nous avons traité pendant nos longs voyages :

"La lune était haute dans le ciel, maître et élève était en haut d'un arbre millénaire, assis sur les plus robustes branches du vénérable arbre. L'élève demanda à son :

-Qu'est-ce que l'amour, le vrai ?

Le maître répondit très sérieux contrairement à son habitude où ses réponses étaient énigmatiques, quand il fournissait des réponses. La plupart du temps l'élève n'avait le droit qu'à des sourires ironiques ou des haussements d'épaules qui le poussait à chercher plus amplement dans son esprit.

-Vois-tu, l'amour est compliqué. C'est une sensation que peu de gens éprouveront un jour, c'est surtout une question de timing. Être au bon endroit, au bon moment, rencontrer la personne adéquate et en venir au fait de développer une relation avec cette personne qui ne mènera pas à un cuisant échec. Mais quand tu rencontres cette personne, tu es sûr d'avoir rencontré la bonne personne. Cette personne, quand tu la vois, se n'est plus la force de gravité qui te maintient au sol, mais elle, c'est comme une seconde naissance, le monde n'est plus aussi beau qu'avant, les couleurs paraissent fades, les sons ne sont plus aussi chantant qu'avant, ils deviennent moins réel, tu as l'impression que ce n'est plus le soleil qui éclaire la terre, mais plutôt la personne qui est pour toi la plus importante du monde, plus importante que toi, plus importante que ta famille, tes amis ou n'importe qui.

La tirade du maître laissa l'élève bouche bée, il n'avait pas cillé depuis que son maître avait pris la parole, il n'avait même pas osé respirer :

-Et vous avez-vous déjà ressentit cette sensation ?

-Je pense que tu le saurais, n'est-ce pas jeune apprenti ? Bien, maintenant descendons de cet arbre et allons dormir. "

Abby n'avait pas osé bouger pendant que son maître racontait son histoire, elle prit une grande inspiration et dis à Aegnor :

-Et ben, ton maître avait l'air bien informé sur le sujet !

Aegnor lui lança un regard plein de tendresse, la jeune apprentie avait bien changé depuis sa rencontre avec elle dans une taverne d'un village perdu dans la campagne. Elle avait gagné en force, en intelligence et dans pleins d'autres qualités qui faisait d'elle un apprentie exceptionnelle.

Aegnor regarda le sol distraitement et vit une seule couleur, du vert. Partout. Un monde vert, ils devaient être arrivés dans les plaines de Jasdéràn. Aegnor fit signe à Elenna, la pégase très intelligente qui accompagnait ses voyages depuis de longues années. Il lui indiqua une route qui conduisait sûrement à une bourgade ou un village, la pégase obéit et maître et élève descendirent vers le sol. Il descendit de sa monture et lui flatta l'encolure, ensuite il commença à courir, imité par son apprentie qui avait reprit une forme complètement humaine. L'apprentie ne fit aucune remarque sur le fait que même en présence de monture son maître soit à pieds, elle ne se permit pas non plus de monter la pégase. La pégase était vraiment remarquable, elle comprenait tout, les ordres, les compliments... Abby n'avait jamais demandé à son maître qui lui avait vendu pareil bête.
Tout en courant Abby se dit que la pégase était parfaite, mais une seule chose lui empêchait de dire cela. La pégase avait un énorme défaut, elle n'acceptait pas que les gens montent sur son dos sans qu'Aegnor lui ordonne et encore elle rechignait à la tâche. Elle n'avait vu que deux personnes monter sur son dos. Elle même alors qu'elle avait été blessé par une flèche et son maître Aegnor.

Aegnor courrait sur la route, Abby à ses côté, enfermait dans ses pensées, son regard le prouvait. Il observa au loin, de la poussière s'élevait à l'horizon, un convoi de marchandises ou des cavaliers galopant dans la campagne. Il le saurait bien assez tôt, Elenna quelques mètres derrière lui s'envola et continua de les suivre à un mètre au dessus du sol, ses ailes devaient la gêner pour courir de longues distances. Il observa la pégase, il se dit pendant une minute que cette pégase était parfaite. Obéissante au moindre ordres ou sollicitation de son cavalier, belle, gracieuse, intelligente, fidèle... Il avait trouvé l'animal parfait, bien qu'il ne sache pas comment il l'a rencontré...
Il détacha son regard pour fixer l'horizon, au loin il vit un cavalier qui avançait vite et derrière ce cavalier une grosse masse mouvante, sûrement de la poussière déplacée par un grands nombre de cavaliers ou une caravane. Il le saurait bien assez tôt !
Aegnor se tourna vers son apprentie :

-Vois-tu, là bas, je suis sûr que ce cavalier est poursuivit par je ne sais qui. Je pense que les cavaliers que l'ont voit au loin sont une dizaine. Dix contre un ! Quel courage, allez, on va l'aider !

Aegnor monta sa pégase et dès qu'il l'eut effleuré l'animal bondit en avant et déploya ses grandes ailes blanches. Abby courut jusqu'au cavalier, Aegnor lui partit vers les poursuivants, en moins de deux minutes il aperçut devant lui une troupe d'orcs, peut nombreux, encore car il les savait redoutables. Dès qu'il les distingua, il fit demi-tour, il devait rejoindre Abby et le cavalier. Elenna était à deux mètres du sol, déjà il sautait de sont dos et courut jusqu'à Abby :

-Des orcs ! On doit établir une stratégie pour les accueillir comme ils le méritent.

Il se tourna vers le cavalier. Ce n'était pas un cavalier mais une cavalière. Quand il aperçut son visage en détails, son cœur rata un battement et les battements de son cœur accélérèrent...

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 94
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur http://lost-heaven.forumpersos.com
 

 

Carnet de Voyage
Race: Anges
Classe: Barde
En général: ~ Reine d'Equalza et Chef des Guides ~
MessageSujet: Re: Un petit voyage à Jasdéràn, mais pas si petit!   Dim 27 Nov - 22:05           
.................................................................................................................................................................................................................................

La journée commençait plutôt mal. Lynn était assise tranquillement sur la chaise à son bureau, et griffonnait des réponses à quantité de lettres, se trompant de destinataires, ou oubliant l'adresse. La seule chose qui pouvait présentement occuper son esprit, ou plutôt, la seule personne, c'était celle qui avait disparu depuis quelques temps, et avec qui elle avait l'habitude de converser pour animer ses journées semblables et monotone. Mais Lodie avait disparu, et, sur son trône, la souveraine s'ennuyait. La jeune femme avait reçu déjà ce matin plus de quatre-vingt-dix plaintes, toutes de gens différents, à qui les Gardiens avaient volé une telle chose, saccagé les terres d'une personne, pris un enfant à une famille, tué le bétail d'une autre, sauvagement volé les récoltes d'un agriculteur, ou encore bien d'autres choses, et cela en une seule et unique nuit.

Lynn avait peur pour son peuple. Elle faisait de son mieux pour les protéger, mais en dépits de tout ses efforts, les Gardiens, tous plus vils et fourbes les uns que les autres, venaient troubler la Paix qui régnait en maître en Equalza, et tout cela malgré à ses efforts. Alidane et son peuple mettaient en péril tout ce qu'elle avait fait pour que la vie de tous soit meilleure en Equalza, cela faisait parti-intégrante de son devoir. Progressivement, la jeune reine avait réduit la mortalité, diminué les taxes jusqu'à les annuler complètement, fait reconstruire tout les bâtiments, donné aux plus pauvres des maisons meilleures, Lynn avait tant fait pour son peuple.

Levant sa plume pour réfléchir un instant, elle reprit son récit pour le duc, elle alignait les mots, et se débrouiller pour ne pas parler au jeune impertinent des incidents qui s'étaient produits, mais qu'il aurait tôt-fait de remarquer. Elle plia le parchemin, et donna la lettre à son oiseau qui sifflotait joyeusement sur le rebord de la fenêtre. Dès qu'il eu le message entre ses pattes, il s'envola à tire-d'aile, et disparu bientôt aux yeux de la souveraine. Lynn resta un instant sans bouger, avant qu'un cri, que des pleurs, ne la ramène à la réalité. Rien de triste, rien de bien méchant, juste la fille d'un duc, qu'on lui avait laissé pendant que ses parents se rendaient ensemble à un rendez-vous important.

Ce n'est pas qu'elle n'aime pas les enfants, bien au contraire, car elle aimait s'occuper de la fillette, et se plaisait à imaginer qu'un jour, si elle trouvait homme à épouser, elle pourrait avoir sa propre famille. Les petites filles ont souvent ce genre de rêves, se pensant princesses pour un jour. Mais la jeune femme, elle, était déjà reine, et bien malgré elle, Lynn regrettait le temps où elle n'était qu'une princesse, où elle ne connaissait pas encore les danger d'être souveraine.

Pourtant, sa défunte mère lui avait bien dit, tout en rajoutant qu'elle ne pouvait y échapper. Elle se leva, quitta son bureau, et courut en tenant fermement les pans de sa robe, jusqu'à l'atelier de couture. Les femmes s'y affairées à tisser, à recoudre, à refaire entièrement, tout ce qu'elle devait coudre. Au fond de la pièce, le doigt rougit de sang et les yeux encore embués de larmes, Mila De Bonemance, la fille du duc et de la duchesse, se tenait assise en pleurnichant, en se plaignant, en expliquant qu'elle avait mal. Lynn enveloppa son doigt dans une compresse, et demanda à la couturière la plus proche si elle avait vu ce qu'il s'était passé.

- Je ... je ne comprends pas Mademoiselle ... la jeune fille De Bonemance s'est approché, elle m'a demandé si elle pouvait toucher les tissus, je lui ai répondu que, si elle le voulait, alors, elle pouvait, et elle a tendu la main, pas trop près des tissus. J'ai trop rien compris, elle s'est mise à pleurer, et s'est laissé tomber assise, en criant à qui le voulait qu'elle avait mal.

Lynn se tourna vers l'enfant qui avait cessé de pleurer, mais qui reniflait en refoulant ses larmes, et qui se tenait les doigt avec sa main, qui tournait vers la jeune femme un regard supplicateur.

- Çaaa a a aa a ... piiiiiiiiiiiique !, fit la fillette, haletante et pleurant de nouveau.

Mais déjà le page du château avait accourut, il s'était tourné vers Lynn, et une autre mauvaise nouvelle avait franchie la barrière de ses lèvres. L'elfe, perturbateur qui avait tenté sans l'autorisation de sa souveraine, de tuer Alidane, avait une bande de suivants, qui soutenait ses idées. La jeune reine leva les yeux aux ciel et demanda à la couturière qui semblait responsable de l'incident, de s'occuper de Mila, et s'éclipsa pour se préparer à une « promenade » d'un genre très particulier.

Le jeune femme était dans l'écurie, elle scellait son cheval et le lançait dans un formidable galop. Lynn savait exactement où elle devait aller, et pourtant, ce qui devait arriver arriva, et elle perdit son sens de l'orientation. Ralentissant le pas en comprenant que sa maîtresse ne trouvait plus son chemin, le cheval finit par hennir lorsqu'il vit passer un groupe de paysans à pas plus de cent mètres, afin que la reine les repèrent, mais c'est autre chose qui retenait l'attention de la jeune femme.

Il lui fallut un court temps pour s'apercevoir que les fuyards n'étaient pas très loin, et elle sa lança une nouvelle fois à leur poursuite, néanmoins, un bruit sourd la fit stopper. La jeune souveraine ne savait pas vraiment à quoi s'attendre, mais ce qu'elle vit sortir d'une forêt non loin la conforta dans son opinion que ce n'était guère recommendable.

Elle ne prit pas le temps de les compter, des Orcs s'approchaient rapidement et dangereusement d'elle. Le cheval se cabra, Lynn se cramponna à sa crinière et lui donna un coup dans le flanc, l'animal se remit au galop. Pourtant rapide, Esperenza ne réussi pas à distancer les ennemis, qui se faisait plus proche de secondes en secondes, grognant et émettant des bruits peu propres. C'était bien la première fois que la jeune femme voyait des Orcs, et elle pensait à ce moment que ce serait aussi là dernière, ils l'écraserait, elle, trop fragile, cela n'était qu'une question de temps.

Lynn tenta toutefois le tout pour le tout, et fit faire un demi tour à la monture, qui, heureusement, ne voulait que sauver sa maîtresse. La jument accélera, mais les Orcs s'approchaient toujours aussi vite, infatigables. Elle s'engagea dans une forêt, une branche fine mais souple entailla sa joue, d'où perlaient désormais quelques gouttes de sang.

Les ennemis étaient toujours aussi proches, toujours aussi dangereux, Lynn tentait de les distancer mais ses efforts fur vains.

Désormais trop éloignées, elle et Esperenza, des terres d'Equalza, la jument commençait à fatiguer, tandis que les Orcs ne pliaient pas, effrayant et dangereux. Lynn leva les yeux aux ciel, comme si la source d'un secours qu'elle savait impossible viendrait des nuages de cotons. Elle regarda plus attentivement la forme qui se détachait dans le ciel. Un pégase et une femme-dragon, ils semblaient descendre vers elle, Lynn ferma les yeux. Un secours inespéré, si encore c'était bien pour lui venir en aide qu'ils étaient ici.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 51
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 19
Localisation : Je suis... là-bas!

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Dragons
Classe: Guerrier
En général:
MessageSujet: Re: Un petit voyage à Jasdéràn, mais pas si petit!   Sam 3 Mar - 23:07           
.................................................................................................................................................................................................................................

Aegnor examina la jeune femme, elle était très belle, blonde, de grands yeux bleu ciel, elle chevauchait une jument. Mais quelque chose de spécial échappait à Aegnor. Il haussa les épaules, le temps de poser des questions viendrait plus tard. Il se tourna vers les orcs, ils provoquaient un épais nuage d'une poussière épaisse, le jeune homme tenta de les compter. Un, deux, trois, quatre... Cinq... Six, sept... Huit et neuf. Neuf adversaires pour un dragon, victoire incontestée pour le dragon. Il se tourna vers les deux femmes.

-Vous, restez ici. Moi, je vais les retenir. Si cela se passait mal, envolez vous et échappez vous.

Aegnor se tourna vers ses ennemis, il tira son épée, la brandit contre son front. Il sentait passer en lui tout un circuit d'énergie, il sentait les battement de son, battant la chamade, il les calma peu à peu en respirant profondément. Il sentait ses muscles rouler sous sa peau, les contractant pour les échauffer avant l'effort, bon nombre de puissant guerrier mouraient stupidement en allant au combat sans échauffement. Il prononça quelques messes basses sensé pour lui seul, et son rituel achevé, il abaissa son épée. Il marcha d'un pas lent vers ses ennemis, pendant que dans son dos, Abby croisait les doigts en éloignant la jeune femme du combat à venir. Les orcs étaient à environ cent mètres, il courraient vite, très vite, Aegnor eu à peine le temps de faire dix mètres que le premier levait déjà sa hache d'arme. Avant même de l'abaisser, Aegnor se décala et frappa deux fois, il trancha d'abord le tendon d'Achile, l'orc tomba sur le genou, le dragon bondit sur le celui-ci et se projetta sur un autre orc, au passage, il lui trancha la gorge. Le monstre s'effondra en se vidant de son sang dans un ultime râle. Aegnor sortit son poignard qu'il planta dans l'épaisse épaule du second orc, ces compagnons avaient commencé à l'encercler. Un audacieux s'avança vers son ami pour trancher l'insecte trônant sur son épaule. Le jeune homme, déchaîné comme un démon, passa sur l'autre épaule en emportant le poignard, l'orc avait tué son propre compagnon d'arme. Trois autres orcs sortirent du cercle, formant un cercle plus petit autour du fou qui les attaquait. L'un le prit par la taille, pour que les autres le frappent, il se débattit et asséna une ruade dans la trachée de son adversaire, le souffle coupé, il se recula. Il visa en quelque seconde et en donnant une impulsion du bassin, accentué par son épaule et son coude, le poignard fusa. Précis. Et là où il devait arriver, dans le front de la bête.

Aegnor sentit quelques gouttes de transpiration couler le long de ses aisselles, il fit craquer son cou et fit quelques moulinets avec son épée. Un orc lui fonça dessus, il se déplaça de vingts centimètres sur la gauche et quand son adversaire passa à proximité accompagna son mouvement et trancha, dans le bas du dos. Le monstre poussa un petit cri rauque et se fondit dans les rangs, un autre prit sa place. Il cherchait à le fatiguer chacun leurs tours, cela marcherait tôt ou tard, mais ça, il ne voulait pas y penser. Il ralentit son rythme cardiaque, deux orcs s'avançaient à nouveau. Le premier armée d'une épée à deux mains, maniée à une main, le second avait deux haches par très aiguisées. Aegnor devait les surprendre, il plongea en avant, frappa sous la cage thoracique pour atteindre le coeur. Son ennemi tomba en vomissant une marée de sang rouge et épais, le second lui sauta dessus, ses deux haches sifflant partout autour de lui, mais le guerrier, rapide et précis esquiva les plupart des coups, chaque esquive réglée au millimètre près. Deux coupures apparurent bientôt, une partant du bas de la joue et remontant jusqu'en dessous de l'oreille, la seconde, plus profondes avait entaillé la main droite du dragon, son bras était sortit de sa garde pour se balancer sans utilité lorsque la hache l'entailla. Aegnor était gaucher donc aucune inquiétude à cela. Mais il ne pouvait pas toucher son adversaire qui le maintenait à distance. Il esquiva un coup, une mèche de cheveux lui passa devant le visage, une autre attaque passa si près de son crâne qu'il sentit sa vie défiler devant ses yeux. En une seconde il avait ressenti toute sorte de chose, il avait pensé à son frère, voulu porter sa main à sa cicatrice, se retint, senti le sang de sa blessure à la joue tracer sur son visage, des ruisseaux de sang, un se perdant dans ses cheveux noir de jais, d'autre coulant le long de son menton ou de sa joue. Traçant alors une coulée sur son cou, et partant se perdre sous son armure légère, formant une petite tache rouge sur sa chemise, vêtue sous la cuirasse abîmée par le temps.

Il fit alors la chose la plus inattendue, au lieu de réfléchir à comment abattre son ennemi, il se contenta de lui foncer dessus et de sauter. Il lui trancha les deux main d'un large moulinet de sa lame tachée de vermeil. Il ne touchait pas encore le sol quant il pivota pour lui trancher une jambe et finir en lui assénant le coup de grâce, l'épée en travers du crâne. Les quatre derniers orcs l'encerclèrent; un plus massif que les autres et portant une armure noire était légèrement en retrait, le chef sans aucun doute. Aegnor décrit un cercle complet à sa lame qu'il ramena face au chef, un orc gisait à terre, son poignard planté dans le front, comme un souvenir d'adieu vers le monde des morts. Il le délogea et ses deux armes en mains, se tint près. L'orc dans son dos se présenta en premier, cela ce passait comme dans une arène, un par un, les combattants s'affrontaient jusqu'à que la mort survienne. Il sentait la fatigue pesait un poids plus que lourd sur ses épaules, il ralentit son rythme cardiaque, à nouveau et se sentit renaître, toute fatigue disparut, ou presque. Les deux adversaires se firent face, l'orc était armé d'une hache énorme. Trop facile!

Aegnor s'approcha en courant, l'orc abaissa sa hache, comme un bourreau exécute un condamné. Avec brutalité. Aegnor avez prévu ce geste, lire sur le visage de ses ennemis était facile, surtout quand il s'agit d'orc. Le jeune homme courut le long de la hache, en équilibre sur le manche de métal. Il se trouva en face de son adversaire, lui fit un petit signe d'au revoir avec sa main et lui trancha la gorge. Sans attendre, le second lui fonça dessus, Aegnor lui envoya son couteau en travers de la gorge, il sombra dans un râle et ajouta son sang sur le chemin menant à la victoire. Le dernier lui fonça également dessus, comme il n'avait plus de poignard, pourquoi pas? Mais encore une sombre erreur, faite pas de sombres crétins que sont ces orcs. Aegnor, toujours à deux mètres et demi du sol, sur le manche d'une hache, avait déjà l'idée mortelle en tête. Il plongeant, son corps fin laissant transparaître ses muscles à travers l'armure moulante faite du cuir le plus résistant et le plus souple. Il arriva à cheval sur son adversaire, ses jambes passées autour de son cou, il commença à l'étrangler. En panique, ce dernier fonça sur le chef des orcs, il trébucha et s'effondra sur lui, Aegnor eu juste le temps de sauter et de s'approcher de ses deux derniers ennemis à terre. Il acheva les souffrances du premier et passa le fil de sa lame le long de la gorge du second. Le chef dans un langage guttural lui dit:

-Epargne moi, Fine Lame! Je te donnerai tout ce que je possède, les traditions des orcs leurs interdit de tuer un ennemi à terre! Je jures!

Aegnor pressa sa lame sur sa gorge, un mince filet de sang coula le long de l'armure du monstre:

-Je connais les traditions orcs, et elle ne dise pas cela, elles disent plutôt de tuer son adversaire à terre, car un combattant perdant préfère toujours mourir plutôt que vivre dans la défaite.

Sur ces mots, il lui trancha la gorge et se détourna.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé,

 

---------------

 

 
MessageSujet: Re: Un petit voyage à Jasdéràn, mais pas si petit!              
.................................................................................................................................................................................................................................


Revenir en haut Aller en bas
 

Un petit voyage à Jasdéràn, mais pas si petit!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petit voyage au pays des Elfes [ Pv Robin M'angil & Noa Lane ]
» {FLASHBACK} Petit voyage non désiré à Oz - Zelena
» loki + petit tu es doué, très doué ; mais tant que je serais dans le métier tu ne seras jamais que le second!
» ... Ok c'est du flood. Mais juste un petit coucou - From Tanagra
» Petit voyage improvisé ! [Laara, Landos, Matt] [Micro]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lost Heaven ::  :: Le guet :: L'Observatrice (plaines de Jasdéràn)-