Bienvenue sur Lost Heaven


Les Terres Suspendues vous accueillent ...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Dans les profondeurs de la capitale [PV Krishnen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Dans les profondeurs de la capitale [PV Krishnen]   Lun 9 Juin - 20:51           
.................................................................................................................................................................................................................................

La reine était assise aux abords du chantier, sous une tente qui protégeait sa royale personne de la chaleur et des coups de soleils inopportuns. Kévin, assis à ses côtés, lisait un livre qu’elle lui avait conseillé sur les familles du Continent Supérieur, afin qu’il apprenne à connaître la noblesse qu’il côtoyait à présent jours après jours. Elle était très fière de ses progrès en écriture, en lecture, et en mathématiques. Ses professeurs ne cessaient de lui complimenter l’esprit vif du jeune garçon. Elle ne s’en félicitait que plus.
Le renforcement des remparts de la capitale était une opération longue et ennuyeuse. Elle s’était toutefois avérée nécessaire après les inondations, et l’annonce de la prochaine invasion des montres du continent. Et comme son intendant s’occupait aujourd’hui des doléances, elle avait décidé d’aller constater elle-même de l’avancée des travaux plutôt que d’errer inutilement dans le palais, ou de prendre connaissance de la table des comptes que son argentier lui avait présenté la veille, suite aux nombreux travaux qu’ils avaient opérés dans le royaume.

*Tout ceci est d’un ennui… mortel *, avait-elle pensé,  en ouvrant la première page du livre.[ /i]
« Je ne manquerai pas d’y porter un regard attentif », [i]suggéra-t’elle néanmoins.
Les hommes s’activaient dans la construction. Il fallait rajouter au rempart deux pieds de largeur, et dix pieds de haut, selon les plans prévu par son maître bâtisseur. Mais pour cela, encore fallait-il vérifier les fondations, et pendant que certains creusaient au pied du mur, d’autres montaient le rempart après autorisation. Le bruit des coups de pelle et de pioche, des efforts des maçons, et de la ronde des soldats et des badauds autour des travaux apportait un brouhaha continu. La reine, indifférente, trop habituée à la perpétuelle cohue de Riéza, devisait avec le chef de la garde de la ville.

« Il n’est nul mur que nous ne saurions défendre, votre Majesté, mais encore faut-il que ces murs tiennent debout. Je veux bien laisser ma bourse à celui qui saura encore protéger votre capitale quand les murs tomberont.
-Pensez-vous que les rénovations apportées seront suffisantes pour que vous puissiez de nouveau mener à bien votre tâche ?
-Je ne suis pas maître bâtisseur, argua le garde, mais je connais personnellement Joren Elmar et j’ai toute confiance en ses travaux. S’il dit que deux pieds de large, et dix de haut sont suffisant, alors je m’emploierai avec le reste de la garde à défendre ces remparts aussi bien que nous le pourrons, votre Majesté.
-Parfait. Etait-ce là tout ? »
Kévin se leva alors de sa chaise, et se pencha vers Alidane dans une révérence, avant de lui tendre son livre.
« Veuillez m’excuser pour vous déranger votre Majesté, Messire Allwish. Mais, votre Majesté, je ne parviens point à lire le quatrième mot de la ligne 15 page 330…
-Ce n’est rien Kévin. Voyons…
Elle s’entretint en chuchotant avec l’enfant pendant plusieurs minutes à propose de prononciation.
-Merci, votre Majestée », finit-il par dire.
La reine s’excusa alors auprès du chevalier et l’engagea à poursuivre.

« Il s’agit du poste de garde, repartit-il, sur la face est. Il se penche petit à petit et j’ai bien peur qu’il ne finisse par tomber. Nous avons été obligé d’installer un poste provisoire.
-Comment se fait-il que personne ne m’ait prévenue ? Peu importe. Je ferai venir un expert dans la journée. Demandez de ramener le montant provisoire des nouveaux travaux à mon argentier, et les constations à mon bâtisseur, dès qu’il sera passé.
-Merci beaucoup, votre Majesté, je n’y manquerai pas. Maintenant si vous n’avez pas plus besoin de mes services…
-Vous pouvez disposer Rickard. »
Après une révérence protocolaire, lui et les gardes repartirent à leur besogne.

Après plusieurs heures de travail, un bruit cristallin se fit entendre. L’un des sujets qui oeuvrait à creuser face aux fondations resta perplexe. Sa pioche n’avait pas creusé d’un millimètre dans le sol. Il recommença de plus belle, mais là encore, sans plus d’effet. Il en parla avec les autres travailleurs, les plus forts essayèrent, mais rien ne se passa. La garde personnelle de la reine s’en mêla.

« Votre Majestée, finit par la héler un garde en saluant, vos sujets se heurtent dans leur travaux à une roche apparemment indestructible. Impossible de creuser plus avant. Quels sont vos ordres ?
-Faîtes quérir Lord Elmar sur le champ. »
A l’arrivée de celui-ci, le vieil elfe maître bâtisseur et la souveraine descendirent dans la fosse, accompagnés des chefs de chantiers et de deux gardes, pour voir de quoi il retournait.
« Cette roche m’a tout comme l’air d’être… très résistante, votre Majesté. Je n’ai jamais rien vu de tel… et impossible d’en prélever un morceau pour l’amener aux alchimistes.
-Soit, si aucun outil ne peut pénétrer cette roche, faite apporter de la poudre et des explosifs.
-Il va s’agir d’une opération compliquée pour ne pas que le mur s’écroule, mais il me semble en effet que ce soit le seul moyen, votre Majesté. »
Alors qu’ils regagnaient la surface, Alidane peinant à remonter avec ses escarpins, la terre se mit soudain à trembler. D’abord très peu, puis beaucoup plus fortement. La souveraine faillit tomber, mais parvint à se rattraper à la roche. Elle se tourna vers la fosse, d’où semblait provenir le tremblement, et constata que le sol commençait à se craqueler. Alors elle vit la roche incassable qui avait causé tant de peine à ses hommes bouger d’une manière fluide, comme un corps en mouvement. Et cependant que la panique s’emparait de ses sujets qui tentaient tant bien que mal de la sortir de la fosse, la pierre continuait son mouvement, jusqu’à prendre la forme d’un loup, tout fait de cristaux, et dont ce qui s’apparentait à de la peau semblait plus solide que le roc.
« Crystauloup !, hurla quelqu’un. Sortez la reine de là!
Avant qu’elle n’ait le temps de faire quoi que ce soit on la tirait par les épaules. Dans la précipitation qu’on mit à la sortir de là, elle perdit une chaussure, une boucle d’oreille, et quelques épingles cheveux. Ses gardes se rassemblaient petit à petit et faisaient leur possible pour retenir le crystauloup. Celui-ci, loin de s’en prendre aux hommes semblait être en quête d’une porte de sortie.
-Votre Majesté !,cria Kévin en venant à sa rencontre.
-Va-t-en Kévin c’est trop dangereux !
-Mais non, votre Majesté ! Ces animaux sont en voie d’extinction ! Il ne vous veut pas de mal ! Il veut se cacher ! GARDES ! ARRETEZ !
Les soldats ne firent pas cas de l’enfant et continuèrent d’attaquer, sans succès. Leur épée glissait sur la peau du loup comme sur du verre.
-ARRETEZ ! Il n’y a que l’or qui puisse les battre de toute façon !
La souveraine fixait son page avec attention, et ne faisait même plus cas de ceux qui tentaient de la remonter lentement. Où avait-il apprit tout ça ? Dans sa bibliothèque certainement. Elle se rappelait à présent les crystauloups, et confirma mentalement les dires de son page.
-Arrêtez ! Laissez-le partir !"
Aussitôt, elle donna également l’ordre à ses hommes de la lâcher. Le loup tout de cristaux recouvert trouva enfin une brèche dans la défense de l’ennemi et retourna par le trou béant par lequel il était sorti. La reine, piquée de curiosité, redescendit aussitôt dans la fosse de laquelle on avait eu tant de mal à la tirer. Elle récupéra au passage sa chaussure, et se dirigea vers l’ouverture, malgré les recommandations de ses gardes. C’est alors que les fractures dans le sol s’épaissirent et le tout s’affaissa dans un grand brouhaha, suivit d’un cri de Kévin. Alors Alidane Dextrae disparut dans les profondeurs de la terres, pendant que les monstres cachés dans les galeries de la terre, trouvant enfin une échappatoire, gagnaient la surface.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~


Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 113
Date d'inscription : 10/11/2011
Age : 18
Localisation : ...

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Démons
Classe: Invocateur
En général: . . .
MessageSujet: Re: Dans les profondeurs de la capitale [PV Krishnen]   Mer 25 Juin - 17:14           
.................................................................................................................................................................................................................................

Spoiler:
 

Tellement longtemps. Cela faisait tellement longtemps que je n'avais pas pris la peine de sortir au grand jour. Il fallait avouer que ça faisait un bien énorme. Depuis tout ce temps, il y avait bien une seule et unique personne qu'il fallait absolument que je revoie au plus vite. Il suffisait simplement que je m'en donne les moyens. Pour ce faire, je devais commencer par quitter ma demeure et que je prenne à nouveau mon envol. Ce que je ne me suis pas faite dire une deuxième fois. Fixant une dernière fois les murs de ma demeure, je pris appuie sur le rebord de l'une des fenêtres... Je tournais la tête encore une fois avant de déployer mes ailes et de m'envoler. Définitivement. Je battais l'air sans songer à me retourner ou à faire demi-tour. Ma destination ? Elle était déjà toute trouvée. Il n'y avait qu'un seul endroit où j'avais réellement envie de me rendre et ce lieu n'était autre que Kerdéreth. Oui. C'était là-bas que se trouvait cette fameuse personne. La seule qui, à mon sens, ait encore un minimum d'intérêt dans ce bas monde.

C'est sur cette pensée que je poursuivais mon chemin à travers les nuages ; survolant les déserts, les plaines etc... Jusqu'à finalement parvenir au lieu tant désiré : Rièza ; la capitale de ce royaume. Je pensais continuer à avancer encore un peu quand un certain remue-ménage du côté des remparts attira mon attention. Il se passait quelque chose d'étrange par ici, j'en étais certain. J'ignore si c'est dû à la curiosité ou à autre chose mais je me suis dirigé vers les dites remparts pour voir d'un peu plus près ce qu'il se passait et constater ainsi les éventuels dégâts occasionnés. Je n'étais pas quelqu'un de très important ici mais je m'en fichais bien. Ce n'était pas ce genre de détail qui allait m'empêcher de recueillir quelques informations. Déjà, je reconnus sans difficulté les hommes d'Alidane Dextrae ; ce qui m'amenait à penser qu'il lui était arrivé quelque chose et ça, c'était extrêmement fâcheux. Vraiment très fâcheux. Je m'approchais discrètement d'un jeune homme pour en savoir plus les événements qui se sont déroulés ici.

- Eh petit ! Tu pourrais me dire ce qu'il s'est passé ici ?
- Un crystauloup est apparu, il y a eu des complications et la Reine Alidane s'est faite engloutir par le sol ! Nous essayons de la sauver mais...
- C'est bon, je te remercie !

Il ne me fallut pas plus d'explications pour me diriger vers l'endroit qu'il m'avait indiqué. Il était hors de question qu'il arrive quelque chose à la Reine, nous avions encore certaines choses à nous dire avant qu'elle ne puisse avoir l'autorisation de nous quitter ! Je marchais autour de l'endroit qui s'était affaissé en espérant dénicher une ouverture qui me permettrait de la rejoindre. Et pour ne rien arranger, certains monstres commençaient à regagner la surface. Cela dit, ce n'était pas ce qui me préoccupait le plus et puis, des gardes étaient présents, ils pourraient parfaitement se charger de repousser ces créatures. Quant à moi, je décidais de tenter le tout pour le tout. Il y avait très peu de chances (voir aucune) pour que mon idée ne fonctionne mais ça valait le coup d'essayer. Qui ne tente rien n'a rien. Je pris mon souffle avant de prononcer un prénom ; le plus fort possible.

- ALIDANEEEEEEEEEEEEEEEE !!

Les chances d'obtenir une quelconque réponse étaient relativement proches du zéro. Mais tant pis.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Re: Dans les profondeurs de la capitale [PV Krishnen]   Lun 4 Aoû - 16:10           
.................................................................................................................................................................................................................................

« HAAAAAAAAAAAAAAA !
Crier fut la seule chose que la souveraine put faire pour prévenir la chute. Ainsi dégringola-t-elle, dans le noir d’abord, d’un trou qu’elle songeait sans fond. Elle tomba toute droite, puis à force d’agitation, en arrière. Son épaule gauche heurta une paroi et le choc l’envoya de l’autre côté de la galerie, roulant dans les airs en une parabole sanglante. Il y avait de l’agitation autour d’elle, c’était la seule chose qu’elle parvenait à sentir, avec le vide qui l’entraînait, toujours plus rapide, vers le fond. L’obscurité se mouvait dans les interstices des souterrains de sa capitale. Le décor s’emballait vers la surface, et elle volait à contre-sens. Son parcours aérien se termina au détour d’une pente dont elle frappa le sommet rocheux de plein fouet. Ses membres partaient dans tous les sens, alors qu’elle dégringolait la piste, entrait en contact avec des masses rapides qui déviaient sa direction. Sa robe s’accrocha dans la roche au milieu de sa dégringolade. Se  gonflant comme un parachute inapte à contenir la force de l’air qui le retenait en hauteur, elle craqua, et dans un bruit de déchirure se déroula. Alors la reine devenue tapis sous son royaume recouvrant l’inconnu de pierraille sur lequel elle roulait sans pouvoir s’arrêter. Les habitants du pays de sombre sous la capitale gravirent malgré elle la pente sur le tapis rouge qu’on leur déroulait, et sortirent par le précipice lumineux qui avait laissé tomber cette femme de la surface. Les monstres  se répandirent parmi les hommes incapables de parer leur assaut massif. Ils s’évaporèrent dans la nature.
Au sous-sol, le pan de tissu de sa toilette qui retenait la reine à la pente parvint à sa fin, et une solide couture arrêta son élan en même temps que le terrain redevenait plat. Elle s’immobilisa dans un nouveau cri de surprise. Comme elle levait la tête, sonnée et perdue, et affolée par l’agitation du monde des souterrains, elle vit le ciel de roche lui tomber sur la tête. Elle ne put que se couvrir de ses bras pour se protéger. La lumière lui parvint dans un fracas étourdissant de pierre contre la pierre. Elle fut recouverte de cailloux et de poussière. Mais heureusement, sa course l’avait emportée assez loin du cratère pour que l’éboulis ne l’atteigne pas. L’astre du jour en revanche, lui parvenait maintenant par une fracture dans le toit, toute en longueur, qui surplombait de sa grande lumière la pénombre de la galerie. Elle aperçut les ombres à la surface se battre pour lui cacher le jour au-dessus de la fissure. Immobile encore, elle perçut les premiers cris :

- ALIDANEEEEEEEEEEEEEEEE !!
La souveraine échouée se reconnut. Mais qui osait donc l’appeler par son prénom en pareille circonstance ! Elle était reine ! Elle était en danger ! Le moment ou jamais de la sauver de la pleine puissance d’un « Votre Majesté ! ». Elle aurait bien voulu se charger de l’improbable impertinent si seulement elle avait su où il était, et si tant de poussière ne s’était pas déversée dans sa gorge d’un coup. Elle suffoquait.
- Je… suis…, toussota-t-elle, vivante ! »
Et elle partit dans une quinte de toux qui la laissa sans force sur le sol rugueux.

« Votre Majesté ! VOTRE MAJESTE ! VOTRE MAJESTE !
- Ferme-la garnement ! On va même pas entendre la reine répondre !
Et le page fut soufflé. Cela ne l’empêcha pas de courir en tous sens le long de la fracture où s’agitaient les recherche, mais où on ne trouvait aucune issue, et de trouver cet homme qui hurlait lui aussi après  la reine. Jamais il ne l’avait vu, mais il fallait plus que ça pour étonner le petit page. La reine connaissait beaucoup d’hommes de par les terres… Néanmoins que celui-ci se trouva en ce lieu précisément et qu’il cherchât la même personne que lui, Kévin, pourrait l’aider. Il courut jusqu’à l’homme et l’accosta comme il put, au milieu de l’agitation des officiers qui hurlaient à la reine. Parmi les soldats, personne n’avait entendu la lointaine réponse d’Alidane.
- Messire ! Messire ! Aidez-moi ! Vous aussi vous cherchez la reine n’est-ce pas ? Je suis son page, Kévin. J’ai besoin de vous, personne ne m’écoute dans tout ce fatras. Nous devons retrouver sa Majesté à nous seuls !
L’enfant guetta l’approbation de l’inconnu puis jeta un œil vers les hommes en armes, et luis suivants et suivantes qui avaient accouru peureusement. Ils cherchaient tous une issue près du cratère. Bougres d’imbéciles.
-Il  y avait une galerie sous terre, Messire ! Je l’ai vue ! C’est de là que sont sortis les monstres. Les soldats cherchent ici mais l’éboulement a comblé les orifices de sortie. Il nous faut chercher l’issue plus loin le long de la galerie ! »
Cet inconnu était, il fallait bien le croire, son seul recours. Et Kévin n’abandonnerait jamais sa reine. Jamais. Il avait prêté serment.

Au fond du trou qui s’était creusé sous elle, Alidane se redressa pas à peu. Un regard oblique lui permit de jauger l’état de sa toilette déchirée qui ne la suivait déjà plus. Elle ramassa ses jupons et déchira le restant de la robe. La voilà en jupons et chemise blanches. Quelle tenue ! Elle se leva, abandonnant derrière elle la flaque rouge. Elle observa les ombres qui passaient sur le plafond.

« Hé oh !
Sa voix se répercuta en écho, ricochant à toute allure sur les parois vers les profondeurs de la terre pour enfin disparaître. Personne ne la voyait, personne ne l’entendait. Peut-être la pensaient-ils morte ? Non, ils l’appelaient. Alors pourquoi ne venaient-ils pas ?
Comme l’endroit par lequel elle était venue était à présent refermé, elle risqua quelque pas dans l’air froid des galeries. De l’eau suintait des murs et formait des flaques d’eau grise sur le sol. Des stalactites et des stalagmites lui barraient la route par endroit. La souveraine se fraya un chemin, mais plus loin, des bruits se firent entendre. Craignant qu’un nouveau monstre ne surgisse au détour du tournant qui s’annonçait, elle ralentit. Le bruit continua, immobile. Alors elle poursuivit sa route, jusqu’à rencontrer une énième flaque. Le bruit venait de là, c’était certain ! Peut-être une grenouille s’ébattait-elle au milieu de l’eau fraîche. Non, la surface de l’eau était lisse comme un rêve. Sa malheureuse curiosité piquée, la reine se pencha. Plus elle approchait de l’eau, plus elle sentait une présence autour d’elle. Et pourtant elle était obligée de rester là, de regarder dans l’eau. Et l’image du plafond, puis des murs, défilait au fur et à mesure. Jusqu’au moment où une silhouette d’enfant se découpa à la surface à ses côtés. Une livide petite brune. Elle.
Alidane hurla, fit volte-face. Elle était seule, et pourtant elle savait qu’elle était là. L’autre elle. Celle qu’elle avait aperçu.

-QUI EST LA ? »
Et sa voix se répercuta à l’infini.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~


Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 113
Date d'inscription : 10/11/2011
Age : 18
Localisation : ...

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Démons
Classe: Invocateur
En général: . . .
MessageSujet: Re: Dans les profondeurs de la capitale [PV Krishnen]   Mer 20 Aoû - 1:41           
.................................................................................................................................................................................................................................

Evidemment, il fallait s’y attendre. Si la Reine avait entendu mon appel, son éventuelle réponse n’était pas parvenue jusqu’à mes oreilles et ça, c’était une chose extrêmement contrariante. Il fallait que je trouve un moyen, n’importe lequel ferait parfaitement l’affaire, pour la sortir de là. Nous avions encore certaines choses à nous dire et je tenais à ce qu’elle m’entende. Je venais aussi profiter de l’invitation qu’elle m’avait laissé il y a déjà quelques temps de cela ; en espérant qu’elle n’ait pas oublié ce qu’elle m’avait promis ce jour-là. En tout cas, moi, je m’en rappelais toujours. Et j’étais prêt à lui rafraîchir la mémoire quand elle remontera à la surface et si ça s’avère être nécessaire. Je cherchais une quelconque solution pour aller la remonter lorsqu’un jeune garçon accourut vers moi. Tiens donc… Lui aussi faisait partie de ceux qui voulaient porter secours à la Reine. De plus, il s’agissait de son page répondant au nom de Kevin.  Il avait besoin de moi, j’avais besoin de lui. Si personne ne l’écoutait, c’était également mon cas… Je n’avais pas d’autres choix. J’allais devoir collaborer avec cet enfant. Mais attention ! Je ne le dénigrais pas. J’avais parfaitement conscience que les apparences peuvent se révéler trompeuse et j’avais l’intime conviction que ce garçon pouvait parvenir à me surprendre. Bien… Comme il l’avait dit, nous allons donc retrouver Alidane à nous seuls.En guise de réponse, je fis un hochement de la tête avant de lui glisser quelques mots.

- Très bien, nous allons donc coopérer tous les deux, mon garçon. Si tu as une idée ; quel qu’elle soit, je suis bien évidemment preneur.

L’enfant ne tarda pas à réagir et prit immédiatement les devants. Il observait les autres sujets d’Alidane s’évertuer à chercher une entrée près du cratère mais quelque chose me disait que lui, il avait une autre idée derrière la tête… Et je ne me suis pas trompé ! Il disait avoir repéré une galerie sous la terre et expliquait que c’était de cette dernière que les monstres étaient sortis plusieurs minutes auparavant. Cependant, petit bémol, l’éboulement avait bouché toutes les portes de sortie. Il fallait donc fouiner ailleurs ; le long de la galerie ! J’avais eu raison de faire confiance à cet enfant. Je n’attendis pas davantage pour me diriger vers l’endroit indiqué tout en ayant, au préalable, fait un signe de la main en direction du page pour l’inviter à venir avec moi. La chasse au trou était désormais officiellement ouverte.

Je chercherai… Jusqu’à ce que je trouve un endroit me permettant de la rejoindre sous la terre pour la ramener à la surface. Je ne cherchais pas à comprendre d’où me venait cette motivation. J’avais juste l’intime conviction que je devais le faire et honnêtement, sur ce coup-là, ça me suffisait largement. Certains appellent ça du courage, d’autres nommeront ça : faire preuve de volonté, d’autres personnes qualifieront encore cela d’une mission suicide mais au fond, ça n’avait pas d’importance. Je me moquais bien de l’avis des autres. Je me riais d’eux et de leur couardise. Et quelques minutes plus tard… Je la vis ; là. Une ouverture. Un grand sourire fendant mes lèvres, je me glissai à l’intérieur ; ne sachant pas si le jeune page avait décidé de me suivre ou non. Ma progression se fit lentement, j’avais tous les sens en alerte. Et c’est là que sa voix raisonna ; forte, autoritaire, féminine, inimitable…

- Alidane !! C’est moi ! Krishnen ! Je viens vous aider ! j’espère que vous ne m’avez pas oublié, au moins !

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 395
Date d'inscription : 12/04/2011

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Humains
Classe: Mage
En général: ~Chef des Gardiens, reine de Kerdéreth~
MessageSujet: Re: Dans les profondeurs de la capitale [PV Krishnen]   Lun 15 Sep - 10:34           
.................................................................................................................................................................................................................................

La surprise d’Alidane faisait encore battre son cœur fort dans sa poitrine. Elle était pourtant immobile depuis plusieurs minutes déjà, et il n’y avait aucun signe autour d’elle d’une quelconque autre présence que la sienne. Elle finit par connaître par cœur la disposition de la galerie dans laquelle elle se trouvait, à force de regarder dans tous les recoins. La roche poisseuse gouttait au-dessus d’elle, et les gouttes dessinaient des cercles argentés de plus en plus gros dans la flaque à ses pieds. La faille qui courrait au sommet de la galerie, si fine soit-elle, éclairait un chemin tracé dans l’ombre. L’endroit semblait silencieux, mais ne l’était pas tant que ça pour celui qui prêtait l’oreille. On entendait des gens s’agiter à la surface dans un écho lointain. A cause de l’humidité ambiante et de l’ombre, Alidane commençait à avoir froid.
Elle comprit qu’il n’y avait personne. Enfin, plutôt aucune personne matérielle. Néanmoins, elle avait l’intime conviction, peut-être liée au stress, que des sortes « d’esprits » hantaient les lieux. Elle ne pouvait pas rester debout là à les attendre, et encore moins foncer tête baissée à leur rencontre. Cependant, elle devait regagner la surface. Elle continuerait donc son avancée le long de la galerie, jusqu’à trouver un endroit plus propice à sa remontée. Elle enjamba comme elle put la flaque. Lorsque l’eau gelée toucha sa peau, elle le retira vivement, tant ce contact semblait étrange. Sa froideur rappelait la mort, et paraissait vouloir l’attirer vers le fond.
La reine marcha ainsi pendant des minutes qui lui semblèrent des heures, à tendre l’oreille, à sursauter à chaque goutte qui lui tombait sur l’épaule. Mais son esprit farouche voulait survivre et sortir de là, et comptait bien y arriver. Elle arriva à un carrefour, croisement de deux autres galeries avec la sienne, et resta indécise quant à la direction à prendre un long moment. C’est alors qu’elle entendit du bruit. Elle eut pour seul reflexe de se cacher dans un recoin rocheux. Elle attendit, tout en essayant de jeter un œil dans les galeries. Et elle vit la cause de tout ce remue-ménage. Des Draconis Anarchus se disputaient une Machnidus Fobus. Ils étaient trois contre un, mais la Peur se défendait bien. Elle réussit même à mordre d’un des petits dragons qui s’écroula quelques secondes plus tard. Les deux autres s’envolèrent à sa suite, alors que l’araignée de presque 50 cm de hauteur tentait de s’enfuir par l’une des autres galeries du carrefour. Ils y disparurent tous trois.
Alidane put alors sortir de sa cachette, et préféra dès lors emprunter la galerie de laquelle était venue les monstres, afin d’éviter celle par laquelle ils étaient repartis. Elle passa à côté du dragon paralysé à terre. Lentement d’abord, puis elle se mit à courir pour trouver enfin une échappatoire. La présence de monstres était avérée, et ils ne feraient qu’une bouchée d’elle si elle leur en laissait l’occasion. Elle se prit à espérait que quelqu’un au-dessus des sous-terrains était capable de l’entendre, et se mit à appeler à l’aide :

« Au secours ! Vous m’entendez ? Je suis dans les galeries ! Aidez-moi ! »
Sans paniquer, elle resta attentive aux mouvements et aux bruits autour d’elle, redoutant autant qu’espérant une apparition soudaine.

Kévin suivait à la trace l’homme qu’il avait trouvé pour l’aider à chercher la reine. Celui-ci lui semblait très préoccupé par le sort de la reine. Il fouillait, vite et bien, les zones près de la fine faille qui serpentait au sol, dans l’attente d’un passage suffisant. Ils coururent dans les rues de la capitale, d’abord près des remparts puis s’enfonçant dans les ruelles. Un premier signe vint à eux lorsqu’ils aperçurent une bâtisse effondrée. Il se devait d’y avoir eu, ici aussi, un éboulement. A proximité, peut-être y aurait-il de quoi rejoindre la reine. Ce fut l’homme qui trouva le premier. L’ouverture était à peine assez large pour permettre à un homme de le franchir. Elle se trouvait au centre d’une placette, et les gens l’évitaient soigneusement, tout en tentant de faire fuir une grosse araignée qui faisait la moitié de la taille du page à quelques mètres de là.
L’homme emprunta le passage. Kévin tacha de le suivre comme il le put, s’accrochant aux pierres pendant la descente. Sa vie dans les rues lorsqu’il était gamin lui avait appris à se faufiler. Une fois en bas, ses yeux tardèrent à se faire à l’obscurité, et il ne voyait plus l’homme qu’il suivait. Cependant, il l’entendit crier quelque-chose à l’adresse de la reine. Elle devait être dans les parages ! Sans plus réfléchir, il se précipita.

Alidane entendit la voix lui répondre, Krishen ! La dernière personne à laquelle elle s’attendait se trouvait là, la cherchait.

« Krishnen ! Krishnen, je suis là !
Elle achevait à peine sa phrase lorsqu’elle le vite. Elle s’arrêta alors, resta quelques secondes à l’observer, puis ne put retenir sa joie, elle courut à sa rencontre en retenant les lambeaux de sa robe.
-Par le Reflet ! Si je m’étais seulement attendue à ce que vous trouviez ! Je pensais rester coincée ici jusqu’à la fin de mes jours, et vous voilà ! Comment avez-vous fait ?
Kévin parvint à les rejoindre à cet instant, la reine l’aperçut et se précipita pour l’enlacer.
-Et toi tu es toujours là quand il faut ! Mais comment as-tu trouvé Krishnen ?
-Je ne savais pas qui il était votre Majesté, je ne savais pas que vous vous connaissiez mais il vous cherchait en même temps que moi. C’est le désordre là-haut, ils n’ont aucune idée de comment vous retrouver, ils cherchent toujours au même endroit. »

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé,

 

---------------

 

 
MessageSujet: Re: Dans les profondeurs de la capitale [PV Krishnen]              
.................................................................................................................................................................................................................................


Revenir en haut Aller en bas
 

Dans les profondeurs de la capitale [PV Krishnen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dans les profondeurs de la Moria
» « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI]
» cette nuit à côté de toi, c'était comme une lueur dans les profondeurs. ҂ TALIE
» [MORIA] « Des tambours, des tambours dans les profondeurs. »
» [PROPO / MONTS DU FER] Dans les profondeurs de la montagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lost Heaven ::  :: Les Cités du désert :: Rièza-