Bienvenue sur Lost Heaven


Les Terres Suspendues vous accueillent ...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Entrée interdite [Pv Aïla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
 
Messages : 34
Date d'inscription : 31/03/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Démons
Classe: Invocateur
En général: Révolutionnaire. À bas Kerdéreth !
MessageSujet: Entrée interdite [Pv Aïla]   Jeu 6 Juin - 8:34           
.................................................................................................................................................................................................................................

J’aimerais que tu fasses cela pour moi s’il-te-plaît.
De loin, dos tourné, il inspectait les carreaux tout juste lavés. La jeune fille, qui pensait déjà à autre chose, acquiesça d’un « Mhm » peu convaincu. Le maître de la demeure se retourna. A contrejour, sa silhouette se découpait parfaitement. C’était comme s’il n’avait pas appartenu au décor. Comme si soudain, l’esprit de la démone, dans un effort pour la rappeler à l’ordre, avait dessiné les traits menaçants de son donneur de leçon. Mais ce n’était pas pour s’en prendre à elle que Kaëdéreth lui parlait à ce moment.
Oliana… Tu as noté ce que je t’ai dit ?
La démone comprit alors que c’était à elle qu’il parlait. Mine de rien elle s’approcha du bureau.
Non… pas vraiment.
Le maître souffla de découragement sans pour autant faire de remontrances. Oliana le trouva calme à l’excès. C’était comme si soudain, plus rien ne pouvait l’atteindre, et elle éprouva le désir de le provoquer.
Ce n’est pas grave, je vais reprendre depuis le début. Mais fait au moins en sorte d’être attentive.
Dehors la lumière courrait dans le parc. Les chevaux cavalaient de ci de là, Edward avait dû les lâcher. Au travers des vitres, derrière le bureau de bois sombre, l’accueillant paysage tendait les bras à Oliana. Elle se voyait déjà, à courir dans les prés, une fois qu’elle aurait passé les barrières de la propriété. Elle n’avait qu’une hâte, c’était de sortir.
Tu as compris ?
Soudain, la démone reprit conscience. Non, elle ne gambadait pas dans les prés, non elle ne sentait pas la brise et le soleil sur sa peau. Elle était bel et bien prisonnière des murs. Et Kaëdéreth Mésyrhis était toujours là. Impatient à présent.
Non… je ne vous ai pas écoutée…

Mais enfin Oliana c’est quand même un monde, il ne t’a pas demandé la lune, simplement d’aller chercher le ravitaillement, d’aller avec le reste du personnel. Tu peux bien faire cela non ?
La noble blonde, éventée par ses domestiques, était installée dans un nouveau canapé apparemment très cher (« de la soie », lui avait-elle dit en entrant), puisqu’elle ne s’y asseyait même pas jusqu’au fond. Par cette chaude journée, la démone avait, pour une fois, accompagné le maître chez son amie Nays. Rien à voir entre cette demeure, beaucoup plus claire, et celle du maître. C’était la seule sortie qui était pour l’instant autorisée à la démone puisque, depuis qu’elle avait contrarié Kaëdéreth (ce qui arrivait peu mais ne passait pas inaperçu) il avait décidé de la retenir cloitrée dans la demeure Mésyrhis.
C’est justement ça qui me gêne ! me retrouver en présence des autres. Tu m’imagines toute la journée en présence d’Edward ou de… zut j’ai oublié son nom. Tu sais celle qui s’occupait de moi petite ? Marta, Maria…
Elle s’appelait Eva. Et je te vois très bien en leur compagnie ! Tu t’entends si bien avec eux…
Elle éclata de ce rire frais et sensuel que la démone aurait tant voulu imiter, et qui devait sans doute être l’une des causes du fabuleux charisme qui auréolait Nays, contrairement à elle. Elle se reprit rapidement, et demanda à ceux qui l’entouraient de l’aérer un peu mieux. Le ballet incessant des éventails continua de plus belle.
Tout de même… tu plais beaucoup à Edward. C’est un homme charmant, de ta condition et…
Et elle se tut. La condition de la jeune fille était un sujet sensible. Qu’elle soit comparée à un garçon d’écurie, même si elle-même était domestique, étant donné qu’on ignorait sa naissance la froissa comme rien d’autre n’aurait pu la froisser.
Oui, persifla-t-elle en se levant, face à Nays.
Alors que les fenêtres était grandes ouvertes, que l’air passait amplement entre les tentures blanches, et que le soleil illuminait la pièce, l’ambiance se fit soudain plus lourde, plus tendue. Oliana continua son chemin, à petit pas, lentement, vers Nays.

C’est vrai ! De ma condition ! Suis-je sotte ! Enfin ! C’est pour tout le monde pareil, le monde fonctionne par rang. N’est-ce pas petite Nays ? Et on se marie avec des gens de notre condition. Bien sûr. C'est pour cela évidement que tu convoites Kaëdéreth. Parce qu’il est de ton rang, c’est bien cela ?
Nays sembla étouffer et devint tout à coup très pâle. Elle congédia ses suivants et se leva à son tour, tenant sa longue robe blanche d’une main, pour ne pas qu’elle frotte le sol.
Je t’interdis…
Quoi ? Qu’est-ce que tu m’interdis ? Hein ?
Ecoute, chuchota-t-elle, plus par peur que par rage, tu n’as pas à proférer de telles accusation qui sont sans fondement. Si tu répètes ça à Kaëdéreth je te jure que…
On entendit des pas et les deux jeunes femmes regagnèrent le canapé avec précipitation, sans plus se soucier de la soie sur laquelle elles s’asseyaient. Kaëdéreth entra, et comme à chaque fois qu’il entrait dans une pièce, l’ambiance changea dans la seconde. Si le charisme de Nays pouvait être attirant, celui du maître s’avérait écrasant. Il s’assit à son tour sans prendre en compte le silence instauré à son arrivée.
Malheureusement nous allons déjà partir, annonça Kaëdéreth. Merci de ton hospitalité Nays, nous repasserons.
Il n’y a pas de quoi, tu sais bien que vous êtes les bienvenus.
Tous deux s’étaient levés l’un face à l’autre pendant qu’Oliana regardait, comme souvent, le plafond. Puis soudain, alors qu’elle-même se levait et que le maître allait quitter la pièce, elle s’exclama :
Au fait, je voulais, je voulais vous dire…
Elle perçut le regard inquiet de Nays à ses côtés, néanmoins celui du maître l’incita à continuer.
A propos… j’irai au ravitaillement. Mais seule.

Quelques jours plus tard elle courrait dans la plaine. D’une part parce qu’elle ne devait pas être en retard, et d’autre part parce qu’elle comptait bien profiter d’une bonne partie de la journée avant de rentrer. Elle avait en effet obtenu une permission du maître jusqu’à la nuit tombée. Elle avait de la chance, il faisait beau, elle aurait tout le loisir de faire ce qu’elle voulait. Et elle avait un objectif bien précis en tête. Elle avait envie de visiter un endroit qu’elle n’avait jamais vu : la Tour de Réunion. En fait, l’endroit était fermé au public, étant donné que seuls les souverains de ces terres y avaient accès pour des réunions exceptionnelles. Mais paradoxalement, l’endroit ne faisait l’objet d’aucune surveillance, et si le maître ne l’avait pas informé un jour lointain de l’utilité du lieu, elle aurait pu croire qu’il s’agissait d’un bâtiment abandonné.
Les hautes herbes glissaient sur ses genoux, marquant parfois ces jambes de coupures dont elles n’étaient déjà pas dépourvues. Le soleil tapait fort, ce qui n’importunait pas la démone à la longue chevelure blanche. C’est alors qu’elle se retrouva face à la Tour. Elle déposa paniers et autres sacs qu’elle portait sur elle pour ensuite transporter les marchandises dont elle devait se charger. Puis elle leva les yeux vers le ciel. Du sol, elle pouvait détailler la façade rugueuse de la Tour, ses vieilles pierres mal jointées. A première vue, pas un haut lieu de pouvoir et de royauté. Elle s’en retourna vers la porte usée qui permettait d’entrer à l’intérieur. Il y avait une serrure dont seuls les dirigeants des terres avaient la clé. Mais vu l’état des lieux, il y avait fort à parier que ce n’était pas une serrure très complexe. Depuis longtemps déjà, elle avait appris à se débrouiller avec les serrures, lorsqu’elle sortait de la demeure sans en avoir l’autorisation, ou qu’elle fouillait le bureau du maître à la recherche d’on ne savait quoi. Elle se mit alors en tête de crocheter la serrure, pliée en deux devant la porte, seule au milieu de l’étendue verdâtre et des bruits de la nature calme d’une matinée.


Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 45
Date d'inscription : 07/03/2013

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: guérisseuse
En général:
MessageSujet: Re: Entrée interdite [Pv Aïla]   Ven 7 Juin - 16:59           
.................................................................................................................................................................................................................................

Aïla sortit de l'établissement où elle travaillait. Les cours s'étaient terminés depuis maintenant une bonne demi-heure, mais elle avait pris le temps de corriger quelques copies, qu'elle avait laissées sur son bureau. Après quoi, elle avait remballé ses affaires, qu'elle avait vérifiées une bonne dizaine de fois, avant de sortir, enfin convaincue qu'elle n'avait rien oublié. Mais elle n'avait aucune envie de continuer la correction des copies, ou même de préparer ses cours du jour suivant. Elle rentra donc rapidement chez elle pour y déposer ses affaires, puis ressortit. Elle décida de se promener quelques instants dans un lieu en pleine nature, ce qu'elle aimait par-dessus tout. Elle décida de s'aventurer dans une direction inconnue, ou mal connue d'elle, les Terres Inférieures. Elle avançait lentement, les paupières mi-closes, savourant les bruits et les odeurs de cet environnement en core sauvage.
Elle finit par s'arrêter un peu au pied d'un arbre.Ses jambes étaient endolories par la longue marche qu'elle venait de faire, mais elle était heureuse, en pleine nature, loin de cette civilisation qu'elle n'appréciait pas vraiment, mais qui lui fournissait son gagne-pain, avec ses écoles, ou plutôt, son lycée, où elle enseignait la beauté de la nature, en dévoilant quelques-uns de ses mystères. Ses cours étaient passionnés, car elle était elle-même passionnée par son sujet. D'où l'incompréhension qu'elle ressentait face à sa lassitude quand au fait de préparer un cours, ce qui était son activité favorite, dans l'exercice de sa fonction. Un bruissement de fourrés et des cris d'animaux la tirèrent de ses réflexions. Elle devint alors la spectatrice d'une chasse entre un hibou et une souris. Tiens, un hibou ? Que fait-il hors de son nid, en plein jour ? Et, surtout, pourquoi chasse-t-il en plein jour ? Les hiboux sont des animaux nocturnes... Encore une fois, ses réflexions furent interrompues par un bruit. Un froissement d'ailes... L'oiseau, sans doute effrayé par la présence de la semi, dès qu'il l'avait découverte, fuyait à tire-d'ailes... abandonnant derrière lui la souris, ensanglantée, déchiquetée, mais encore un peu vivante. Surmontant sa répulsion, Aïla la prit et chercha à se concentrer. Avec difficulté, elle y parvint, et arriva, elle ne sut pas comment, à rester focalisée sur sa patiente le temps que sa magie de guérison fasse effet. Dès que le rongeur commença de nouveau à remuer au creux de ses mains, elle desserra sa prise. La souris, parfaitement remise, fit un bond prodigieux pour sortir de sa "table d'opération" et s'enfuit sans demander son reste. Plus positive, heureuse par le fait du succès de sa bonne action et de la présence d'un soleil rayonnant, elle reprit sa route. Elle finit par arriver devant une tour, qui semblait exister depuis un certain temps. Elle ne la connaissait pas, pas plus que la jeune fille qu'elle aperçut alors. Elle se trouvait devant la porte. Aïla s'approcha sans bruit, et vit ce qu'elle voulait faire : elle essayait de crocheter la serrure ! Le professeur de biologie eut un mouvement de recul. Elle décida de ne pas dévoiler sa présence, du moins, pas tout de suite, et recula dans l'ombre d'un bosquet.


HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 34
Date d'inscription : 31/03/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Démons
Classe: Invocateur
En général: Révolutionnaire. À bas Kerdéreth !
MessageSujet: Re: Entrée interdite [Pv Aïla]   Mar 11 Juin - 12:48           
.................................................................................................................................................................................................................................

[Hrp : un post plus court ^^]

Il ne fallut pas longtemps à la serrure pour céder. Chouette ! Elle allait pouvoir passer. Mais qu’y avait-il donc à l’intérieur ? Meubles de luxe ? Montagnes d’or ? Livres de loi ? Oliana fit quelques pas en avant dans la pénombre de la première pièce. Elle distinguait les reflets du soleil au travers de la porte sur la rampe d’un escalier. Les volets étaient fermés et empêchaient la lumière d’illuminer les lieux. Alors Oliana entra et ouvrit la première fenêtre qui lui tomba sous la main, ainsi que les volets au dehors. Les rayons de l’astre haut placé dans le ciel éclairèrent la scène d’un nouveau jour. Il y avait de la poussière partout, comme le brouillard couvrait le paysage au matin. Les meubles étaient très anciens, pas particulièrement de valeurs. Les murs étaient décrépis et une fine pellicule blanchâtre tombait du plafond pour apparaître dans les raies de lumières qui venaient de la fenêtre. Oliana retint un court instant son souffle. C’était comme si le bâtiment était figé dans le temps. On sentait presque les secondes défiler, si lentement qu’on pouvait presque les sentir, les toucher, les admirer. Elles flottaient avec les inconstantes volutes blanches, qui retenues par on ne savait trop quelle force, malgré la gravité, continuaient de flotter.
La démone fit le tour de la pièce, souleva quelques draps qui masquaient aux visiteurs prestigieux un mobilier ni luxueux ni bon marché. Elle fut surprise de ne pas trouver tant d’objets de valeur que ça. Un lustre en cristal dans la première pièce, quelques livres empilés négligemment sur une étagère en chêne dont les titres évoquèrent à la domestique, grâce à l’éducation de son maître, des écrivains de renom. La démone détaillait tout ce qui était à sa portée, comme si elle voulait s’approprier chaque centimètre carré. Quoiqu’en dise d’éventuels spectateurs, devant le peu d’intérêt qu’on pouvait finalement porter à cette tour, c’était la plus fantastique découverte que la démone ait faite de toute sa vie. Ce bâtiment montrait bien une chose : les souverains de ces terres étaient des gens normaux.
Au fil des secondes, elle dirigeait vers l’escalier. Lorsqu’elle s’en aperçut, prise par l’excitation, elle gravit les marches deux à deux pour se retrouver à l’étage. Elle visita ainsi la tour toute entière. Mais au bout d’un certain temps, ouvrant une énième fenêtre, elle aperçut quelqu’un à l’extérieur.

Mais qui cela peut-il bien être ?
La démone se rappela alors des multiples volets qu’elle avait poussés, de ses affaires qui l’attendaient devant la porte béante… elle n’avait pas songé un seul instant que quelqu’un puisse soudain la surprendre en ce lieu. Pourtant c’était à présent le cas. La domestique détailla l’inconnu. Les cheveux blonds, air sympathique, bien habillée. Il ne semblait pas qu’un potentiel danger puisse émaner d’elle. Mais savait-elle vraiment… Il fallait se méfier de tout en ce monde.
Oliana redescendit quelques étages sur la pointe des pieds, ne sachant pas si la personne qui se tenait au-dehors n’avait pas brusquement décidé d’entrer. Elle envoya alors son invocation espionne descendre les quelques marches qu’il restait pour parvenir en bas avec pour ordre de suivre l’intruse et de se faire la plus discrète possible. La petite créature de fumée disparut dans l’escalier. La démone, elle, s’était arrêtée devant une grande table de bois. Il y avait trois sièges autour. Serait-ce la salle de réunion des souverains de ses terres ?
Comme si l’inconnue s’était effacée de ses pensées, elle découvrit l’endroit avec émerveillement. Les plus grandes décisions de ces terres se prenaient ici. Alidane Dextrae, Lynn Eleskan, Allen Dionnack avaient tenu conseil en ce lieu. Oliana s’assit dans l’un des fauteuils, et dans la poussière de la pièce, désigna les autres d’un regard grave. Elle était alors comme une quatrième et imaginaire reine des terres du Continent Double.

J’approuve la décision de Mademoiselle Eleskan. Il suffit, Mademoiselle Dextrae, de faire régner la terreur sur tout un peuple comme vous le faites dans votre pays, ce n’est pas une façon de régner. Monsieur Dionnack, vous qui êtes au centre des conflits, vous pourriez gérer un peu mieux la situation…
Elle se mit debout, et se plut à s’inventer qu’elle avait admirablement mené cette réunion, pendant que plus bas, son démon pistait la nouvelle arrivante.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 45
Date d'inscription : 07/03/2013

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: guérisseuse
En général:
MessageSujet: Re: Entrée interdite [Pv Aïla]   Mer 19 Juin - 14:11           
.................................................................................................................................................................................................................................


La jeune fille aperçue plus tôt réussit finalement à ouvrir la porte et entra. Comme ça, comme si elle avait été invitée ! Aïla en resta interloquée. Elle-même n'aurait jamais osé s'aventurer dans un lieu fermé à clef ! Evidemment, elle ne savait pas crocheter les serrures, mais, d'après elle, même si elle l'avait su, elle n'aurait jamais eu la même réaction que cette jeune inconsciente. En effet, elle n'avait même pas cherché à camoufler sa présence, laissant la porte grande ouverte, avec son panier à côté. Elle tenait vraiment à signer ce que l'enseignante ne voyait que comme un acte de vandalisme ! Elle sortit du bosquet et s'avança un peu vers la tour. Elle remarqua la jeune fille, à la fenêtre de l'étage. Aïla essaya de faire passer dans son regard toute sa réprobation face à la négligence de la "vandale", mais ladite vandale rentra trop vite dans la tour pour que le message ait pu passer. Aïla se demanda ce qu'elle devait faire, ce qui serait le plus raisonnable... plutôt,ce qui lui conviendrait le mieux; Le plus raisonnable était évidemment de rentrer chez elle et de se remettre à son travail de correction, mais elle n'en avait pas plus envie que lorsqu'elle était ressortie. Elle resta à errer sans but précis autour de la tour, se demandant ce que la jeune fille y faisait. Et la manière dont elle s'y était prise pour entrer ne rassurait en rien Aïla.
(Il faut que je l'édite, il est vraiment trop court !)

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé,

 

---------------

 

 
MessageSujet: Re: Entrée interdite [Pv Aïla]              
.................................................................................................................................................................................................................................


Revenir en haut Aller en bas
 

Entrée interdite [Pv Aïla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» demande gif entrée
» Recettes d'entrées en vidéo.
» Salle interdite et dernier message
» A l'une des entrées de la catacombe...
» Une entrée fracassante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lost Heaven ::  :: Les Terres Inférieures :: La Tour de Réunion-