Bienvenue sur Lost Heaven


Les Terres Suspendues vous accueillent ...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
 
Messages : 95
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 19
Localisation : Nomade

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Dragons
Classe: Guerrière
En général: Chasser les primes c'est mon job. Point.
MessageSujet: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Ven 31 Mai - 20:08           
.................................................................................................................................................................................................................................

Pour Daora Wolfanger cette journée était parfaite, le soleil brillait, pas un seul nuage dans le ciel parfaitement bleu, un vent doux et calme, Daora la dragonne s'autorisa une halte, elle avait retiré son chapeau et l'avait mis dans son sac, quand à ses armes, elle les avait simplement rangée dans leurs fourreau respectif, pensant qu'elle n'en auras pas besoin ici.
Elle passa rapidement en forme Demi dragon et observa son bras roux, censé être argenté:


-L'heure de ma mue approche...je ne pense pas que j'aurais des souci ici.


Elle se remit forme humaine, rapportant ce petit problème a plus tard, elle ne se préoccupait de plus grand chose.
Daora respira profondément pour profiter de l'odeur de toutes fleur de cet endroit, La dragonne devait aller dans la ville la plus proche pour son travaille de chasseuse de prime et tueuse de monstre, Daora n'avait croisé personne ici, et il y avait très peu de chance qu'elle rencontre une créature dangereuse dans un endroit si paradisiaque, si il y avait bien un endroit a par sa terre natale ou elle se sentais bien: c'était bien Les Plaines d'Equalza.
Le vent soufflait tranquillement, mélangeant les odeur de la multitude de fleur présente, et fessant voler les cheveux châtain de la dragonne, qui se décida se s'asseoir dans cet immensités florale. Habituée aux combats et a la dure vie de mercenaire, Daora dit Titania due a sa nature de dragonne cuirassée, fut soulagée de pouvoir se reposer un bon coup, elle espérait juste que personne ne viendrais troubler se havre de paix.

Daora, bien que toujours sur ses gardes, se décida de se reposer totalement, elle s'allongea et ferma de moitié ses yeux, ne prêtent attention qu'aux milles et une odeurs de fleurs et au vent qui caressait son visage.


-Je jure de passer plus souvent ici...Je m'y sent si bien...


Murmura-t-elle avent de s'assoupir...n'écoutent que le vent, et les insectes butinant les fleur odorantes.

[Hrp: désolé du post court dés le début]

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 39
Date d'inscription : 03/07/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rôdeur
En général: Maudite et presque aveugle...
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Lun 3 Juin - 14:28           
.................................................................................................................................................................................................................................

[HRP : Y a pas de mal ^^ Pas beaucoup d'action pour mon post, on va voir si Dao se réveilles au prochain Wink]

Pour une fois, Catherine avait décidé de s’aventurer hors de la ville. Elle avait emprunté un cheval et se promenait à présent sans but. Elle goûtait l’air frais, et la tranquillité. Comme toujours en Equalza des dizaines de petits papillons voletaient de-ci de-là, des oiseaux insouciants passaient au-dessus de la tête. De ce tourbillon, elle ne percevait que le doux pépiement des volatiles. Il y a peu, Catherine avait de nouveau consulté un Guérisseur, il n’avait fait que lui confirmer ce qu’elle craignait. Sa vue baissait de plus en plus, et dans quelques mois au plus, c’était fini, elle serait aveugle. La nouvelle l’avait d’abord attristée, puis en visitant les enfants de l’orphelinat qui continuaient à lui parler de tout et de rien, elle se rendit compte que rien ne changerait. Elle serait toujours la même, aveugle ou mal voyante, était-ce vraiment ce qui importait ? Le phénomène était de toute façon progressif. Et quoiqu’il se passe, elle savait qu’elle ne pourrait rien faire. C’était trop tard, elle était née comme ça.
Elle leva les yeux vers le soleil dans la plaine, la vie dans le ciel et ses ombres furtives qui caressaient sa peau. Cela faisait si longtemps qu’elle s’était arrêtée dans la Capitale de la Paix, qu’elle avait décidé de s’y établir. Mais était-ce bien sa vie ? Elle n’avait jamais vécu que sur les routes, ou dans un village à présent sans nom où on comptait plus de morts que de vivants. Elle avait envie de reprendre de la route, mais elle ignorait comment. Elle avait mis trop de soin à se créer des attaches. Finalement elle en vint à la conclusion que comme d’habitude, elle passait trop de temps à se poser des questions, au lieu de profiter du temps qui lui était impartit. Elle ferma les yeux, et laissa l’air faire le travail.
C’était une journée agréable, ni chaude ni froide, le vent ne soufflait que pour apaiser les esprits. C’était ce qui plaisait à la Conteuse en ce pays de paix. Il n’y avait rien de plus doux. La tranquillité n’avait pas de prix. Catherine n’avait pas de regret pour être venue ici, seulement pour n’y avoir pas fait qu’une simple étape comme les autres, qui l’aurait conduit à voir le monde différemment.

Alors que soudain elle laissait ses pensées de côté, la Conteuse entendit de nouveau la respiration de son cheval, son pas lent sur le chemin de terre, le chant mélodieux des oiseaux, les cris insouciants des animaux de passage ; elle sentit l’odeur fraîche des fleurs, de l’herbe et de la nature, ce parfum enivrant de liberté. Elle laissa aller son cheval, libre, enroulant les rennes à la selle. Elle écarta les bras et gonfla la poitrine. Elle inspira tout l’air possible dans ses poumons jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus, jusqu’à ce qu’elle sente son thorax en surpression. Son cheval piaffa, elle relâcha ses poumons, expira lentement. Et aussitôt, elle inspira de nouveau.
Pendant qu’elle savourait ainsi sa journée à l’air libre, elle fut troublé par un bruit de respiration, non loin. Elle reprit les rennes, inquiète. La seconde qui suivait, elle se cramponnait aux lanières de cuir, passait une main du côté de sa ceinture, et tendait l’oreille, comme une bête aux aguets. Ce qu’elle perçut fut le bruit de la respiration, lente, d’un être endormi. Elle tenta de détailler la scène, mais elle se rendit compte qu’elle avait toujours les yeux fermés. Pestant contre son manque de conscience, elle rouvrit ses paupières. Elle constata alors d’une vaste étendue colorée à prédominance verte qui ne l’étonna pas. Plus loin, sur sa gauche, une silhouette reflétait la présence d’une personne inconnue. Apparemment armée mais inoffensive, Catherine se calma et relâcha sa prise sur ses rennes. Sa main droite prête à dégainer revint quant à elle se placer sur l’encolure de son cheval.

Tout doux, lui souffla-t-elle, alors qu’il s’agitait en la sentant nerveuse.
La Conteuse arrêta sa monture, hésitant à interroger l’inconnu assoupi.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 95
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 19
Localisation : Nomade

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Dragons
Classe: Guerrière
En général: Chasser les primes c'est mon job. Point.
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Dim 9 Juin - 10:19           
.................................................................................................................................................................................................................................

Daora venait de s'endormir, mais le bruit différent des autres le réveilla. Le guerrière râla intérieurement:
*Pfff, Je peut vraiment pas me reposer une seconde sans que quelque chose d'imprévu se passe? C'est pas vrais, tout le monde me cherche?*
Méfiante, elle fit semblant de dormir, n'ouvrant les yeux que très peu, a peine perceptible, tentant de regarder qui fessait se bruit de...cheval? Elle n'avait pas vu de cheval ici avent, il y avait un cavalier a coup sûr, inoffensif ou agressif, elle n'en avait aucune idée et ne voulait pas l'apprendre a ses dépend.

Daora se leva brusquement, un main sur le pommeaux de son marteau, fixant l'inconnu en premier, puis se fit une description: Jeune fille de taille moyenne, air sympathique.

*mouai j'en ai connu des gens a l'air sympathique qui m'aurais coupé la gorge le dos tourné*
Daora ne lâcha pas son marteau, toujours prête a dégainer dés le moindre signe agressif, Les yeux de la dragonne étaient plongé dans les yeux bleu presque blanc de l'inconnu, Daora chercha a savoir qui était elle:

-Première chose: qui est tu? Deuxième chose: que fait tu ici?

Daora ne voulait pas du tout la jouer gentille, encore moins pendent la période de mue, elle se sentais moins forte et donc ne voulait pas donner de signe de faiblesse, par conséquent, elle était plus ou moins grognonne et agressive, de plus, pour un combat, Daora se mettais généralement en forme de Demi-Dragonne, mais comme elle était rouillée, cela ne servait a rien.

Fixant toujours l'inconnu, elle attendais une réponse, et si la jeune fille tentais d'attaquer (bien qu'elle ai l'air parfaitement inoffensive) Daora ne fera pas de quartier.
Daora eu un léger rire en pensent a ce battre contre une petite fille dans cet endroit paradisiaque ou la créature la plus dangereuse devait être un lièvre, et ou de magnifiques papillon voletais, transformer cet endroit en champ de bataille sera vraiment stupide, mais Daora préféra néanmoins rester méfiante, paradis sur terre ou pas, jeune fille ou pas, rouillée ou pas, Daora était une chasseuse et son expérience voulait qu'il ne fallait pas baisser sa garde.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 39
Date d'inscription : 03/07/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rôdeur
En général: Maudite et presque aveugle...
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Mer 12 Juin - 17:00           
.................................................................................................................................................................................................................................

La Conteuse fut surprise par le sursaut de la personne qui, un instant plus tôt, s’était assoupie. En une paire de seconde, elle se tenait debout, et bien que Catherine ne puisse détailler les traits de son visage, elle devina à sa posture qu’elle était prête à en découdre. Ce qui fut confirmé ensuite par ses paroles. Une voix de femme l’interrogea sur son identité et sa présence en ces lieux. Catherine se demanda un court instant ce qui avait pu irriter cette inconnue, qui, malgré l’impression de menace qui se dégageait de sa voix, n’était pas, selon toute vraisemblance, un danger. Le danger ne se serait pas assoupi innocemment au  milieu de ce paysage. Un vent chaud balaya la plaine et une volée multicolore passa devant les yeux de la Conteuse. Il s’agissait en fait d’oiseaux de passage, dont la Conteuse ne distingua que des amalgames volatiles et bigarrés.
L’inconnue n’ajoutait pas un mot. C’était bien au tour de Catherine de répondre, de donner ses explications. Sous le soleil clair, ses pensées restaient confuses quant à la conduite à tenir vis-à-vis d’une situation peu courante. Elle commença doucement, de peur de froisser celle qui lui faisait face. Même si au demeurant, ses paroles n’étaient destinées à froisser personne.

J’accepte de décliner mon identité si vous-même vous répondez aux questions que vous venez de me poser. En gage de bonne fois, je vais vous donner satisfaction la première.
Du dos de son cheval, son interlocutrice lui semblait bien lointaine, petite tache blanche dans un océan vert qui évoluait au gré du vent alors qu’elle-même restait fixe. Afin de montrer une nouvelle fois ses bonnes intentions, elle mit souplement pied à terre, et s’orienta grâce à l’inconnue et à sa monture. Et dessina ainsi mentalement un rapide plan de l’espace alentour, et des distances.
On me nomme Catherine Sairilyss. Je viens d’Ilistil. Je ne faisais que passer par ici lorsque je vous ai aperçue. Je ne me doutais pas que je rencontrerais quelqu’un en route. Je ne voulais pas vous offenser. Je me suis arrêtée ici parce que je trouvais étrange que quelqu’un se soit endormi dans la plaine. Voilà tout. Et vous ?
Si le temps était à la béatitude, la Conteuse préférait encore se méfier. Par principe, elle n’accordait jamais sa confiance à ceux qu’elle ne connaissait pas. D’abord les présentations, jauger celui que l’on venait de rencontrer, et ensuite, éventuellement, la confiance. Elle entendit son cheval faire quelques pas et aller brouter à deux ou trois mètres. Catherine, pestant de devoir montrer sa faiblesse à celle qui lui faisait face, dut chercher à tâtons les sangles de son cheval qu’elle n’avait pas prises en main au préalable. Elle s’en retourna vers son interlocutrice, et remit une mèche de ses cheveux en place, qu’elle venait de remarquer dans son champ de vision.
Comme elle commençait à sentir le soleil taper dans ses yeux, elle se protégea le visage d’une main. Elle s’interrogeait quant à la réponse de l’inconnue. Peut-être venaient-elles en fait du même endroit, s’étaient-elles déjà croisées ? Comment aurait-elle fait pour le savoir, elle qui était malvoyante ? Le plus important étant néanmoins qu’elle ne soit pas malveillante, auquel cas elle aurait bien du mal à repartir comme si de rien n’était.

A propos, recommença-t-elle en se rapprochant de sa monture, sourire au lèvre, mine de rien, par simple mesure de précaution, ne craignez-vous pas une attaque, seule et endormie ainsi sur les chemins… ce n’est pas très prudent, même en Equalza…

Consciente qu’elle ne trouverait pas de moyen de faire passer son malaise autre qu’en entendant l’inconnue donner une réponse qui la prouverait inoffensive, la Conteuse préféra se taire, tout simplement, et savourer cette odeur fleurie qui s’élevait tout autour d’elle. On était bien en Equalza, et l’air était tel que tous les hommes ici-bas auraient dû l’être : purs, légers, innocents. Elle n’aurait pas eu à se méfier du premier venu…

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 95
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 19
Localisation : Nomade

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Dragons
Classe: Guerrière
En général: Chasser les primes c'est mon job. Point.
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Dim 16 Juin - 10:37           
.................................................................................................................................................................................................................................

Daora ne s’attendait pas a une tel réponse de la part de son interlocutrice :
 
-J’accepte de décliner mon identité si vous-même vous répondez aux questions que vous venez de me poser. En gage de bonne foi, je vais vous donner satisfaction la première.
 
*Moai bah c’est pas tout le monde qui parle comme ça*
 
Sans quitter des yeux la jeune femme, la dragonne attendit la suite des paroles.
 
-On me nomme Catherine Sairilyss. Je viens d’Ilistil. Je ne faisais que passer par ici lorsque je vous ai aperçue. Je ne me doutais pas que je rencontrerais quelqu’un en route. Je ne voulais pas vous offenser. Je me suis arrêtée ici parce que je trouvais étrange que quelqu’un se soit endormi dans la plaine. Voilà tout. Et vous ?
 
-Daora Wolfanger dit Titania, j’avais fait une halte ici pour me reposer quand je vous ai entendu, je ne dors jamais totalement…
 
Irritée par sa sensation d’être fragile, Daora avait répondu bien plus froidement et agressives qu’a son habitude. La dragonne remarqua que Catherine avait du mal  à retrouver les sangles du cheval qui s’était écarté.
*Elle est très souriante pour quelqu’un qui fait face a quelqu’un d’armé, que cache-t-elle ?*
-À propos ne craignez-vous pas une attaque, seule et endormie ainsi sur les chemins… Ce n’est pas très prudent, même en Equalza…
-Je suis armée et j’ai de bon réflexe, même si je ne m’attendais pas a croiser quelqu’un ici.
 
La dragonne finie par ranger ses armes et se décida a faire un minimum confiance a Catherine, elle ne montrais pas la moindre signe d’agressivité, Daora se mit rapidement en forme demi dragonne pour voir la progression de la rouille… Mauvais, des morceaux de métal menaçaient de tomber tout seul … Daora devait muer dés à présent, mais il y avait quelqu’un et se serait montrer un signe de faiblesse évident…Ce n’était pas très prudent.
*Et puis zut !*
Excusez-moi je reviens…
 
Mais Daora passa à l’action, elle voletait avec ses ailes rouillées plus loin, puis passa en forme de dragon entier après avoir vérifié que l’inconnu n’arrivait pas…Un Grand dragon cuirassé rouillé était présent au beau milieu d’une étendue florale, Daora brisa le dos de son ancienne peau pour y extraire ses ailes, puis glissa sa tête hors de la peau rouillée, d’un cou vif de ses ailes neuve, la dragonne gris métallique se sépara de la dragonne vide et rouillée, pour ensuite souffler un ouragan froid pour disperser les morceaux de la cuirasse rouillée. Pour ne pas laisser de trace et ne laisser que la grande dragonne que l’on surnommait « Titania ». Bien qu’elle eût dû muer dés a présent, Daora n’aimait pas laisser quelqu’un comme cela et revint auprès de Catherine.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 39
Date d'inscription : 03/07/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rôdeur
En général: Maudite et presque aveugle...
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Sam 27 Juil - 14:20           
.................................................................................................................................................................................................................................

Daora Wolfanger dite Titania… Si le nom n’évoquait rien à la Conteuse, le surnom, lui, lui avait fait penser à celui d’un dragon. Qui d’autre, surtout une femme, aurait pu porter un tel surnom ? Ca ne rassura pas vraiment Catherine mais pour le moment son interlocutrice avait parlé avec calme, ce qui ne laissait pas présager quelque catastrophe. Bien qu’elle se montra un peu froide envers elle.
Quelque-chose lui chatouilla la joue et lui fit tourner la tête. Une douce odeur, fraîche et fleurie, nichée dans ses cheveux, attendait qu’on vienne la cueillir. La Conteuse se détourna de la conversation, absorbée par ce petit bout de verdure qui, emporté par un vent inconnu, l’avait choisie elle pour trouver attache. La fleur, blanche à ce qu’elle put constater, patientait sagement agitée par ce même courant d’air certainement qui l’avait menée jusqu’ici. Catherine se trouva apaisée par le parfum. La nature voulait lui transmettre un message semblait-il. Elle selon laquelle le destin menait à la baguette chaque grand de poussière en était certaine.
Lorsqu’elle se retourna vers la dragonne, la main dans ses cheveux pour y chercher la belle en robe de pétales, celle-ci était perturbée. Elle avait changé sa forme humaine pour une forme à demi dragonne, ce qui conforta les soupçons de Catherine, puis, elle lui demanda de l’excuser pour une raison inconnue et partit. Les sangles de son cheval dans la main gauche, une fleur dans la main droite qui tournait entre ses doigts, la Conteuse dans un champ de fleur et des taches noires de sa vision suivit une silhouette s’éloigner jusqu’à disparaître. Mais était-elle vraiment disparue ? Et que faisait-elle ? Elle baissa la tête vers la fleur qui un peu plus tôt s’était logée dans ses cheveux. Un vent chaud agita une tornade de mèches brunes autour de son visage. Elle tenta de se recoiffer de sa main qui tenait la sangle et secoua la tête pour remettre le tout en place. Et c’est là qu’elle vit la colossale silhouette monstre de gigantisme, alors même que toutes ces petites fleurs des près se penchaient à ses pieds. Elle la détailla comme elle put, mais pour une fois, même à cette distance, ce qu’elle désirait observer lui restait visible.
Les reflets du soleil sur la cuirasse lui indiquèrent une structure métallique. Du moins ce furent là ses observations. Quelque-chose bougea sur la peau de fer de Daora sans que la Conteuse puisse voir quoi exactement. Et là, un flot de mots coula dans l’esprit de Catherine. Cela lui arrivait parfois. Quand elle savait qu’elle tenait quelque-chose. Mais qu’elle ne savait pas quoi. Depuis qu’elle avait appris à conter, elle avait découvert qu’au fond de son esprit se cachait un grand livre dans lequel il lui suffisait d’écrire ce qu’elle voulait pour le raconter ensuite. Ça commençait souvent comme ça. La cascade littéraire débarquait, Catherine se rendait compte de quelque-chose et réalisait qu’elle n’aurait pas le temps de noter avant que les phrases ne lui parviennent, alors elle poussait une grosse couverture de cuir dans un coin de son crâne. La page vierge s’affichait, mais pas pour longtemps.

« Géant dans l’écrin de verdure, où la nature ne cède pas sous le poids des hommes masqués sous les nuages, le dragon, lui, s’incline devant le soleil, pour mieux faire plier la terre qui l’entoure. »
C’est comme ça que cela devait commencer. Du reste, Catherine ne savait pas trop vers quoi Daora allait la menait, mais elle était certaine qu’au bout du fil d’une conversation elle trouverait l’ombre d’une ligne qui ne demanderait qu’à être écrite. Elle attendit ainsi que la dragonne reparaisse. Son cheval piaffait de rester sans rien faire au même endroit depuis quelques minutes déjà. Elle le tint néanmoins, alors qu’une fleur tournoyait toujours dans un sens, puis dans l’autre, dans sa main droite. Le doux parfum des champs l’incitait à commencer son histoire dès que possible, et comme elle ne pouvait résister à la pression que l’écriture exerçait sur elle, elle savait que, dès que Daora reviendrait, elle serait prête à lui poser les bonnes questions.
Elle prit un peu d’avance vers le lieu où se trouvait la dragonne afin qu’elles se croisent. Sourire aux lèvres, toujours, elle savait ce qu’elle avait à dire.

Dîtes-moi Daora, vous êtes dragonne n’est-ce pas ? On doit en voir des choses depuis airs, accepteriez-vous de me parler de vous. J’écris des histoires, j’aimerais connaître la vôtre. Je ne croise pas tous les jours des dragons, et encore moins dans un endroit si propice à la discussion.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 95
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 19
Localisation : Nomade

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Dragons
Classe: Guerrière
En général: Chasser les primes c'est mon job. Point.
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Mer 31 Juil - 11:26           
.................................................................................................................................................................................................................................

Lorsque Daora fut de retour auprès de Catherine, la dragonne s'était de nouveau mise sous forme humaine. Les armes rangée indiquèrent qu'elle ne se méfiait plus de l'autre femme et pour paraitre plus amicale, Daora montra un sourire plus ou moins amicale et avait ôté son chapeau, laissant ses cheveux flotter a gré du vent, elle avait donc radicalement changé de caractère elle ne se sentais plus en danger et se sentais mieux (la rouille la démange) de ce fait, elle était plus ouverte a une discutions amicale.

Avant même que Daora ne décide d'expliquer pourquoi elle s'était absenté, Catherine prit la parole:


-Dîtes-moi Daora, vous êtes dragonne n’est-ce pas ? On doit en voir des choses depuis airs, accepteriez-vous de me parler de vous. J’écris des histoires, j’aimerais connaître la vôtre. Je ne croise pas tous les jours des dragons, et encore moins dans un endroit si propice à la discussion.

-En effet je suis une dragonne *cela me semblais évidant*, pour ce qui est des air, je ne vole pas beaucoup et je profite rarement des panoramas mais il est vrais que lors de mes vol, le paysage est tout ce qu'il y a de magnifique. J'accepte de me dévoiler a vous...

Daora Pris une grande inspiration et commença son récit, cela était dur a Daora de se remettre en mémoire son enfance, elle essayerait de ne pas paraitre trop émotive en repensant a son père, et a sa mère, était elle encore vivante? si elles se reverraient, se reconnaitraient-elles?


"Bien, pour commencer, ma mère était une fine dragonnes aux écaille d'émeraude, elle contrôlais les vent et les rendais favorable a nos vol, quand a mon père..." on pouvais sentir que ce mot lui sortais douloureusement "me ressemblais beaucoup, il avais également cette cuirasse de métal, il nous aimait beaucoup ma mère et moi, néanmoins il avais une haine envers les humains, il revenais tard le soir a la grotte natale car il ne voulait pas nous attirer ses ennui, pour lui, les humain était tous les mêmes"

Daora tentais de raconter son histoire avec un ton neutre, elle ne voulait pas faire passer son père pour une ordure criminelle, et ne voulait pas non plus paraitre d'accord avec son père, il avait eu tort, elle le savais, mais ce dragon là restais un père qui avais aimé sa famille, après un petit temps de pose, Titania continua son récit.

"Un jour, il eu commit un crime de trop, je me souviendrais éternellement du visage paniqué de mon père, il avais des soldat a ses trousse, ceux ci était des expert contre les dragon, l'un de ses chasseur de prime en était même un *si je retrouve ce dragon noir, je vengerais père*. Il nous ordonna de nous cacher, ma mère et moi, nous engouffrèrent dans les fentes de la grotte, moi sous forme humaine pour être moins imposante. Père s'en battu pour défendre sa vie, il ôta celle de 3 des soldat avec que le dragon ne se révèle et lui brisa la nuque a coup de mâchoire, j'aurais voulu ne jamais voir mon père mourir, mais je m'inquiétait pour lui, je vit son corps se faire transporter sur un chariot tel un trophée de chasse, cette vision m'eus mit dans un rage difficilement contenue, ma mère elle aussi était en rage, elle vouait depuis ce jour, une haine envers les armes, et traitais les humain avec animosité, quand a moi, je tachais de me souvenir de ce dragon, pour lui faire payer ce meurtre, il avais tué un de sa propre race et cela m'était intolérable, même si, au final, je suis également devenue une chasseuse de prime"


Daora se reposa un peu, bu de l'eau dans sa gourde et termina:

"Cette orientation de chasseuse de prime et mes intérêt pour les armes déplaisaient beaucoup a mère, nous finirent par nous disputer, et cela se termina quand j'eus l'age de 26 ans: je quitta le domicile avec mes affaire et laissa mon passé derrière moi, Titania est mon nom de chasseuse de prime, il n'est utilisé que par les clients...Cela fait prêt de 74 ans je travaille ainsi, a chasser ceux qui ont une prime sur eux, chasser les créatures dangereuse menaçant un village..."

Après cela, Daora attendis un commentaire de Catherine, elle avais intérêt a avoir écouté car la dragonne ne se répéterait pas.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 39
Date d'inscription : 03/07/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rôdeur
En général: Maudite et presque aveugle...
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Mer 28 Aoû - 21:19           
.................................................................................................................................................................................................................................

« Alors que la guerre entre les peuples fait rage, voilà que la guerre entre les races n’est toujours pas finie. Humains et dragons. Deux peuples contradictoires forcés de cohabiter, alors que l’un défie les vents, et l’autre, la terre. Cette haine qui habite les deux races, alors même que les dragons possèdent une forme humaine, et que les hommes convoitent les airs de mille façons, aura laissé plus d’un mort dans son sillage. »
Une plume courait dans la tête de Catherine. Elle écoutait avec attention, hochait parfois la tête pour signifier son accord. A un certain moment du récit, son cheval tira sur les rênes pour paître à sa guise dans la prairie qui lui tendait les bras. Catherine le retint, car en ce concernait les histoires, elle détestait qu’on la coupe. Son cheval piaffa derechef, signe manifeste de protestation, mais n’insista plus. La fleur tournait toujours dans la main droite de la Conteuse.
« Un père chasseur de prime et une mère très douce. Ainsi grandit Daora Wolfanger. Elle se destina à la même profession que celui-ci, dès lors qu’il fut assassiné par des humains, chasseurs de primes eux aussi. Sa mère, elle, aurait préféré ne jamais voir sa fille prendre les armes à son tour. »
Peu satisfaite de son esprit de résumé, Catherine chercha comment étoffer ce récit. Ce qui l’avait poussé à commencer, c’était la majesté de cette race dont était issue Daora, et qu’elle n’avait que très peu observée. Elle devait poursuivre sur cette lancée. Mais pour cela, il fallait d’abord qu’elle en sache plus sur celle qui se faisait appeler Titania. Le vent était doux, les odeurs des fleurs envoûtantes, et, la Conteuse voudrait bien le croire, le paysage devait être magnifique. C’était l’endroit idéal pour poursuivre une histoire.
Peut-être auriez-vous dû écouter votre mère. Elle avait raison en ce qui concerne la violence. Elle ne résout rien. Et si vous faîtes ça par esprit de vengeance…
Un court instant, Daora put voir la Conteuse chanceler, sous le poids des souvenirs. Cet histoire éveillait en elle un écho qu’elle n’aurait pas soupçonné percevoir. Sa propre histoire était fondée sur une mère la violence, une mère qu’elle avait refusé d’écouter, et la soif de vengeance qui la poussait à rechercher celui qui avait tué son village, quitte à ce qu’elle doive errer seule dans tout le Continent jusqu’à la fin de ses jours. Malgré tous les dangers que cela puisse représenter pour une malvoyante, et bientôt une aveugle.
Mais bien vite Catherine se reprit. Car sa propre vie n’avait rien à faire là-dedans. Elle devait montrer tant bien que mal à Daora que s’enfermer dans un conflit passé pouvait être destructeur. Mais le croyait-elle vraiment ? N’est-ce pas l’opposé même de ce qu’elle faisait, elle, en ce moment ? Non, elle, elle se reconstruisait. A sa manière. Mais dans ce cas, ne pouvait-on pas considérer que Daora également se reconstruisait comme elle pouvait. Après tout, on fait ce qu’on peut, avec ce qu’on a. Les choix de Daora étaient explicables. Catherine n’avait rien à y faire. Elle n’était pas, sans doute aucun, une donneuse de leçon. Bref, elle devait laisser Daora, et se contenter d’apprendre.

La vengeance… est source de problèmes. Mais aussi de soulagement. Il ne faut jamais s’en servir qu’à bon escient. Faîtes très attention.
Elle n’avait évité la leçon de morale que de justesse. Toutefois à présent, elle pouvait en revenir au sujet qui l’intéressait réellement. Elle tourna, et retourna la tête, à recherche d’un endroit, au milieu des défauts qui auréolaient sa vue, où elles pourraient s’installer confortablement pour poursuivre cette conversation. Ce qu’elle put discerner, ce fut que l’horizon était semblable en tout point. De la prairie. De la prairie. Et encore de la prairie. Pas de quoi chercher bien longtemps.

Que diriez-vous de s’asseoir pour continuer à parler plus tranquillement ? Je ne sais pas pour vous, mais moi j’ai tout le temps devant moi.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 95
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 19
Localisation : Nomade

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Dragons
Classe: Guerrière
En général: Chasser les primes c'est mon job. Point.
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Jeu 24 Oct - 11:53           
.................................................................................................................................................................................................................................

Les paroles de Catherine étaient belles, tout cela était si bien raconté. La dragonne réfléchissait a son propre sujet, en particulier quand la conteuse s'adressa directement a elle:

-Peut-être auriez-vous dû écouter votre mère. Elle avait raison en ce qui concerne la violence. Elle ne résout rien. Et si vous faîtes ça par esprit de vengeance…

Daora garda ses pensée pour elle, se remettant en question, si son père avais été plus tolérant, peut être que tout ceci ne serais jamais arrivé, si sa mère aurais réagis de la même manière de Daora, qu'aurait-il put se passer? Elle eu même une pensée ému a l'idée d'avoir un frère ou une sœur, peut-être aurait-elle été moins seule? Et après tout, si elle est seule, c'est bien parce qu'elle à décidé de quitter le domicile! Tout un destin repose sur une série d'action, irréversibles, il suffisait qu'une seule chose se produise ou ne se produise pas pour arriver a quelque chose de parfaitement différent.

-La vengeance… est source de problèmes. Mais aussi de soulagement. Il ne faut jamais s’en servir qu’à bon escient. Faîtes très attention.
-Vous avez parfaitement raison...mais je compte trouver les assassins de mon père, en particulier ce dragon.

Déterminée a venger son père, qui était la figure le plus importante pour elle, il avait été son modèle, et un être au grand cœur, ayant ses idéaux, et selon Daora, il a été tué pour ses idée, qu'il avait suivit jusqu'au bout, jusqu'à la mort, et peut être qu'il continue d'y croire dans la tombe, plaçant peut être un espoir en sa fille.

-Que diriez-vous de s’asseoir pour continuer à parler plus tranquillement ? Je ne sais pas pour vous, mais moi j’ai tout le temps devant moi.

-...Oui je peu rester quelques temps, cet endroit a le don de me calmer et de me faire oublier le travail.
Elle se souvint que Catherine eu dit "Un père chasseur de prime", Daora y réfléchis quelques instant, elle préféra ne pas contredire sa conteuse. Mais il lui semblais que son père n'était poins un chasseur de prime, mais un "révolutionnaire", il n'était pas payé pour tuer les humains, il VOULAIT exterminer cette espèce, qu'il considérais "parasite", cette pensée la fit frémir, son père était fut-il un monstre? Daora ne pouvais être d'accord avec cette idée, elle lui vouait trop de respect, pourquoi respecterait-elle un monstre?
-Cet endroit est serein, l'un des rare lieux dans lequel je peu réellement me reposer.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 39
Date d'inscription : 03/07/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rôdeur
En général: Maudite et presque aveugle...
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Dim 10 Nov - 17:35           
.................................................................................................................................................................................................................................

En s’aidant des rênes, Catherine conduisit son cheval en bordure du chemin, et décida de le laisser libre un instant, car le calme qui régnait n’allait certainement pas provoquer sa fuite. Elle le laissa donc brouter alentour à sa guise l’herbe tendre qui lui était presque  invisible. Elle-même s’assit en lissant sa veste et en rajustant sa chemise. Elle s’assura une nouvelle fois que son cheval ne partait pas en tendant l’oreille et rasséréna. Elle répondit alors à l’accord que lui avait donné Daora un peu plus tôt.
Je trouve qu’il n’y a pas de meilleur endroit que celui-ci pour prendre l’air, se calmer, et savourer un cours moment de solitude… ou de compagnie, ajouta-t-elle après un court instant de réflexion en adressant un sourire à la dragonne sans connaitre à cet instant sa position exacte.
Puis son esprit revint à l’histoire de Daora. « Il est parfois de bien drôles de destins où le passé vient se mêler de l’avenir. Il infante alors un but dans notre esprit dont nous ne sommes pas le propriétaire, un but d’autrui qu’il nous faudra assouvir. Nous voilà prisonnier des pulsions d’un autre temps, que nous faisons notre, jusqu’à nous apparenter complétement à ce que nous ne sommes pas. »
Daora avait suivi l’un de ces chemins dont on ne sait rien, ni même où il va nous mener, et Catherine avait fait de même. L’histoire de leurs parents respectifs les avaient poussées dans une quête sans fin, qui ne pourrait rencontrer que le sang au bout du parcours. Daora voulait mettre fin à la vie des assassins de son père, Catherine voulait mettre fin à la malédiction qui pesait sur ses jours et qui avait détruit la vie de presque tous ceux qu’elle connaissait et pour cela tuer la Mage qui l’avait lancé. A moins qu’elles ne se fassent tuer toutes deux, mais la Conteuse repoussa cette pensée funeste qui n’avait rien à faire dans un tel décor.


Que ferez-vous une fois que vous en aurez fini avec l’assassin de votre père ? Cela vous servira-t-il simplement à trouver la paix ? Ou cela animera-t-il d’autres buts, d’autres soifs de vengeance à assouvir ?
Catherine ignorait pour quelle raison elle demandait cela. A vrai dire, elle ne s’était rendue compte des mots qu’une fois prononcés. C’était-elle également adressée à elle-même ? Non, improbable. Elle tenta de regarder autour d’elle sans distinguer que du brouillard de la lumière et une vague couleur verte rendue floue par sa préoccupation. Elle aurait souhaité à ce moment pouvoir trouver un autre point d’attention, quelque-chose susceptible de ravir son regard et son esprit. Alors elle aurait trouvé la paix, et peut-être que Daora aussi.
Ses mains arrachèrent l’herbe à sa portée, des fleurs parfois, qu’elle distinguait au toucher, sa tête se tournait alors vaguement vers le sol pour les identifier, vieux réflexe. Mais au bout du compte, toute tentative était vaine.
Puis d’autres questions se faufilèrent dans ses pensées, celles qui la tracassaient vraiment, elle, depuis toujours. Celles auxquelles elle espérait que la dragonne pourrait répondre, sans y croire vraiment. C’était ce genre d’interrogations qui  nécessitait l’expérience du fait avant l’obtention de la réponse.

Pensez-vous vraiment que vous y arriverez, une fois devant cet assassin ? Pourrez-vous le tuer, sans penser que votre acte et le sien se valent ?
Son sourire se fana et elle fixa le ciel sans le voir. Elle aimait être ici, dans cet endroit qu’elle avait découvert si serein, mais elle ne pourrait y être bien qu’une fois qu’elle aurait accompli son destin, et que son esprit aurait cessé de la torturé pour de bon.
Je ne sais pas si quelqu’un qui a de bonnes raisons de tuer pourrait le faire sans remords…

[Hrp : désolée du temps de réponse pour une réponse aussi courte ^^]

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 95
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 19
Localisation : Nomade

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Dragons
Classe: Guerrière
En général: Chasser les primes c'est mon job. Point.
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Sam 16 Aoû - 10:08           
.................................................................................................................................................................................................................................

-Je trouve qu’il n’y a pas de meilleur endroit que celui-ci pour prendre l’air, se calmer, et savourer un cours moment de solitude… ou de compagnie.

Catherine était une perle rare, surement la personne la plus gentille que Daora eu rencontre, elle avait beau savoir que la dragonne tuait des gens pour avoir suffisamment d'argent pour survivre quelques jour de plus. Catherine avait beau connaitre le passé quelque peu douloureux de la famille Wolfanger, elle ne la jugeait pas.
Quand elle y pensait, Daora ne connaissait pas l'histoire de son interlocutrice, mais Daora sentait que ce n'était pas une histoire plus joyeuse que la sienne, elle préféra donc s’abstenir plutôt que de risquer de retomber sur un sujet morbide dans un lieux aussi calme... Elle sursauta quand elle s’aperçut d'une chose: A son habitude, la dragon n'aurait eu aucun gêne a demander, et dire ce qu'elle pensait haut et fort. Pourtant, Catherine la calmait un peu, parler des sujet douloureux avais fait réfléchir Daora dessus, elle se posait des question sur le passé qu'elle ne se serait jamais demandé auparavant. Et le cœur de la dragonne était comme plus léger, comme débarrassé d'un poids. La dragonne blindée fut sortie de ses pensée alors qu'elle fixait Catherine sans cligner des yeux quand cette dernière se mise a parler:


-Que ferez-vous une fois que vous en aurez fini avec l’assassin de votre père ? Cela vous servira-t-il simplement à trouver la paix ? Ou cela animera-t-il d’autres buts, d’autres soifs de vengeance à assouvir ?

Daora eu un nouveau choc... Elle eu ouvert le bouche pour répondre comme si cela était évidant, mais aucun mots ne sortis, et elle s'aperçut qu'elle ne savait pas. Que ce qu'elle ferrait? la dragonne aurait tué des gens payé pour tuer, en leurs reprochant d'avoir fait leurs travail, alors qu'elle même faisait la même chose. L’absence de but l'horrifia un instant, la vengeance lui donnait une tache a accomplir, quelque chose a accomplir dans sa vie miséreuse; Et voila qu'elle se mise a penser un instant que la vengeance était futile, l'effet fut pire encore quand elle revint sur ses pensée précédant: Pour venger qui? son père, certes, mais aussi un meurtrier...Quelqu'un qui tuait par pure haine envers tout un peuple, un homme dont les idéaux comprenait le mots génocide... Ses pensée la torturaient, une part d'elle suivait la raison en s'ouvrant un peu au monde extérieur, l'autre part se révoltait, en s'enfermant dans une cage de haine glaciale, affirmant qu'elle DEVAIT coute que coute venger la mémoire de son père.

-Pensez-vous vraiment que vous y arriverez, une fois devant cet assassin ? Pourrez-vous le tuer, sans penser que votre acte et le sien se valent ?


Cette question s’ajouta sur le nouveaux poids sur la conscience de Daora, ce dragon, qui sait, c'est marié, a peut être des enfant, une femme, peut être a-t-il oublié depuis longtemps cette histoire, ce n'était pour lui qu'une mission. Deux face de la dragonne se disputèrent de nouveau: Peut être qu'en le tuant, elle renouvellerait l'histoire, tuant un père devant les yeux d'une femme et d'un enfant, répétant l'histoire. Sauf que dans ce cas là, elle saurait parfaitement ce que l'enfant pourrait faire et devenir, cela, lui était intolérable. Pourtant sa haine personnelle lui dictait de lui arracher les tripes pour avoir peut être oublié avoir ruiné une famille pour de l'argent... Tant d'agitation dans sa tête lui donne un sacré mal de crane, et elle regarda Catherine qui ajouta une dernière phrase

-Je ne sais pas si quelqu’un qui a de bonnes raisons de tuer pourrait le faire sans remords…

-S'il vous plait arrêtez!...
La dragonne c'était empressée de lui demander cela, les mots de la compteuse lui provoquai une torture mentale que Daora ne pouvait supporter plus, elle ne c'était pas aperçut qu'elle avais laissé couler des larmes durant son brainstorming. Titania préféra sa calmer un peu, et changer de sujet au plus vite, et sans savoir pourquoi, peut être pour se détendre elle même, elle s'était approchée et avais enlacé la conteuse avec un peu de brutalités, mais rien de méchant. La dragonne pouffa un coup:
-Dites donc, ci les mots étaient des lame, vous seriez la plus grande tueuse que j'ai connu!
Bien qu'en disant cela a la rigolade, elle garderait en elle cette discutions pour l’éternité: réfléchir sur son but, peser nos objectif personnel et les impact que cela aura sur le monde...Encore une fois dans ces réflexion, elle en oublia de lâcher Catherine.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 39
Date d'inscription : 03/07/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rôdeur
En général: Maudite et presque aveugle...
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Mar 19 Aoû - 14:50           
.................................................................................................................................................................................................................................

La Conteuse, toute à ses pensées, était peut-être allée un peu trop loin. Comme sa vision lui faisait défaut, elle n’avait pas pu remarquer le trouble de son interlocutrice. Elle ne s’en rendit compte que lorsque celle-ci la coupa, avant de la prendre dans ses bras. Chose face à laquelle Cathy, surprise, resta d’abord interdite. Comment pouvait-on faire preuve d’autant de force, et de faiblesse à la fois ? Quelque part, elle avait la réponse, mais l’avait simplement oubliée au profit de ses réflexions.
Les mots qui suivirent et les rires de Daora rassurèrent la jeune femme, qui de bon cœur, se mit aussi à pouffer, comme cela faisait longtemps qu’elle ne l’avait pas fait. Elle enlaça à son tour la dragonne pour se faire pardonner. Cette attitude pouvait paraître étrange pour deux étrangères, mais le destin réservait ma fois bien des surprises.

" Loin de moi l’envie de devenir la plus grande tueuse de tous les temps. J’espère que mes paroles ne vous ont pas trop secouée… quand même.
La parole était bien un don capable de créer tour à tour peine et joie. Un don précieux pour Catherine qui ne saurait s’en passer. C’était ce qui lui servait à combler le vide que laissait sa vue. Sa façon à elle d’appréhender le monde, et les individus qui le parcouraient. Elle songeait à quel point ne pas pouvoir discerner vraiment ceux qui lui faisaient face était une peine, car il lui manquait là un morceau de la personne qu’elle rencontrait. Elle avait entendu tant de gens autour d’elle parler de physique, et de leur manière de s’apercevoir que un tel et un tel n’était pas fait pour s’entendre avec eux. A elle, il fallait plus de temps. Engager une conversation, écouter, comprendre, enregistrer, et alors venait la décision. Sans doute n’en était-elle que plus juste.
Ce qu’elle savait de Daora maintenant, lui permettait de se dresser un portrait d’elle assez convaincant. « Malgré la douleur, la vengeance et le chaos qui prend possession de notre être, ce que nous sommes vraiment refait toujours surface, l’Etre premier. On naît pour devenir cet Etre là. Même si on décide de prendre un autre chemin que celui qu’on suivait initialement, on est toujours soi-même. »

- Vous voyez malgré tout la vengeance vous effraie. Je suis sûre que ce n’est pas ce que vous voulez. Il faut savoir aller de l’avant sans revenir en arrière, c’est ce que je me suis toujours efforcée de me dire. Oubliez les vieilles rancœurs, ou du moins mettez-les de côté. Il y a beaucoup à vivre, mais dans tout ce temps il n’y en a pas à perdre dans les vieilles colères. On ne change rien au passé.
Se donnait-elle des leçons à elle-même ? Parfois elle le croyait. Elle ne pouvait se résoudre à appliquer ses idées, mais à force de les répéter un jour peut-être s’y ferait-elle. Elle lâcha Daora  pour la laisser reprendre ses esprits. Cela devait lui faire bizarre de s’être laissée aller ainsi. Maintenant qu’elle y réfléchissait, il avait même semblé à la Conteuse que la dragonne avait pleuré. Loin d’elle l’idée le le lui faire remarquer cependant. Elle n’était pas ce genre de personne.
En revanche, elle se devait d’être franche avec la dragonne, car celle-ci l’avait été avec elle, et lui avouer qu’elle-même avait quelques problèmes avec ses envies de vengeance serait un bon début. Gênée par ses prochains aveux, elle se raccrocha à la présence de son cheval, non loin, qui broutait toujours, vérifiant une nouvelle fois qu’il n’était pas parti sans elle.

-Pour tout vous dire – et parce que surtout j’espère vous convaincre de ne pas vous perdre dans la vengeance -, je dois bien vous avouer que moi aussi, j’ai été tentée d’en user. Mon village a été décimé par une malédiction quand j’étais enfant. Il ne reste plus grand monde. La Mage qui a fait ça… mériterait d’être punie. Mais comment me venger alors que je suis moi-même maudite ? Je vous le dis, il nous faut rester en dehors de ça. C’est le mieux à faire, pour l’une comme pour l’autre, on ne sait quel autre ennui peut nous poursuivre après ça."
Les aveux n’avaient pas été difficiles à formuler, et elle ne s’était pas répandue en détails. De préférence, elle ne racontait son histoire qu’à ceux qui ne savaient pas qu’elle était la sienne. Quelques exceptions néanmoins, dont la dragonne faisait partie avaient ce « privilège ».
Le souvenir, soudain, d’une autre de ces personnes, la laissa mélancolique. Il lui avait permis de voir un court instant, si seulement c’était encore possible ! La poursuite de sa malédiction et ses proches souvenirs la laissèrent les yeux dans le vague, errant vers un ciel qui dans son regard prenait les couleurs de la brume.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 95
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 19
Localisation : Nomade

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Dragons
Classe: Guerrière
En général: Chasser les primes c'est mon job. Point.
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Mar 19 Aoû - 17:49           
.................................................................................................................................................................................................................................

Pendant qu'elle pensait au sens que prenait son existence, elle fut agréablement surprise de sentir les bras de Catherine se refermer sur elle. Bien que la mercenaire d'acier ai une sainte horreur de montrer quelconque faiblesse, être sentimentale ou faire preuve de douceur, dans ce cas présent bien particulier, Daora devait avouer avoir besoin de se détendre. Son mode de vie l'avait mise sur les nerfs pendent la quasi totalités de sa vie: Se méfier de n'importe qui, ne se lier a personne au risque de voir un jour leurs tête affichée et bien sûr les mauvaises fréquentation, même quand la dragonne s'accordait du temps, ce n'était jamais du bon temps partagé. La dragonne écouta d'une oreille distraite les mots de Catherine, cette dernière semblait s'en vouloir un peu d'avoir abordé un thème qui eu de tel effet sur elle:
-Ce n'est rien, je crois que j'avais besoin d'en parler... D'y réfléchir un temps.

La chasseuse de prime s’apercevait que le visage, la façade qu'elle avait gardé depuis le début de sa vie de chasseuse de prime était tombé en miette devant elle. Elle ne pourrait pas rester distante et froide quand Cathy' serait proche d'elle. Bien que cela dérange un peu la grande reptile, elle pensait qu'avoir quelqu'un avec qui elle pourrait devenir quelqu'un de bien moins antipathique ne lui ferrait pas de mal. Mais a retrouver le sourire et devenir quelqu'un d'aimable, pourrait-elle continuer chasser les primes? La dragonne savait qu'il fallait bien entendu montrer aucun sentiment quand la chasse a l'homme est notre profession, si elle venait a éprouver des remord envers chaque personne qu'elle tuait, continuer ce chemin serait impossible. Daora ferma un instant les yeux et fit le vide dans son esprit, arrêter de se remettre en question, ne plus réfléchir et se concentrer sur les bruit ambiant. Mais ce vide fut de courte durée, car son interlocutrice repris la parole, encore une fois:

- Vous voyez malgré tout la vengeance vous effraie. Je suis sûre que ce n’est pas ce que vous voulez. Il faut savoir aller de l’avant sans revenir en arrière, c’est ce que je me suis toujours efforcée de me dire. Oubliez les vieilles rancœurs, ou du moins mettez-les de côté. Il y a beaucoup à vivre, mais dans tout ce temps il n’y en a pas à perdre dans les vieilles colères. On ne change rien au passé.

Pour cette fois, la dragonne n'était pas d'accord, du moins pas entièrement, selon elle c'était autre chose, un peu plus complexe mais tout de même clair. La vengeance ne la dérangeait pas le moins du monde, si elle en avais l'occasion elle affronterait ce dragon et était capable de le tuer de la pire manière qui soit. Mais c'était ce qui venait après qui l’inquiétait: Une fois sa vengeance accomplie, des conséquence suivraient peut être, même surement. Mais la pire chose était sans aucun doute: l'absence soudaine de but. Ne plus avoir de but était peut etre la chose la plus terrible qui pourrait lui arriver, sa vie tournait autour de cette vengeance, et une fois accomplie, sa vie n'aurait plus aucun sens, elle ne saurait plus quoi faire. Elle chassait les primes et tuait monstres et briguant pour de l'argent. Daora aurait sans doute pu trouver une autre manière de se faire de l'argent, mais elle eu décidé de tuer parce c'était, certes, la première idée qui lui vint en tête, ainsi que cette fascination pour le mercenariats, mais pour une raison invisible, que la dragonne d'acier n'avait pas tout de suite réalisée: Elle avait besoin de tuer, pour exprimer sa rage interne envers le meurtrier de son père, et une fois satisfaite du sang du meurtrier, elle perdrait sans doute le gout de la chasse, elle ne saurait ou aller, et que faire.
Tuer ce dragon était réaliser le but qui avait guider toute sa vie, et c'était y mettre un terme.


Daora fut tirée pour la Xième fois de ses pensée par Catherine, celle ci avait l'air gênée et se mise a lui parler de son passé a elle, parlant de décimation, de vengeance. La première idée qui lui vint en tête fut brutale: Je peut tuer le mage... Pourtant, en écoutant la suite, elle réalisait que Cathy avait sans doute le même souci qu'elle, quoique dans une situation différente: Daora voulait et pouvait venger la mémoire de son père. Cathy était inoffensive, maudite, et était trop pacifique pour penser a se venger. Surement la semi éprouvait elle des remord a tuer, alors que Daora non.
Par la suite, une léger silence s'installa, uniquement troublé par les bruit de la nature et le cheval. Et la saurienne de métal tenait a corriger Cathy pour ses paroles parlant de la vengeance:


-Ce n'est pas me venger qui me fait peur, c'est absence de but... Tout le monde a des rêve, des but, il nous fait les réaliser car ils guident nos pas. Mais il faut toujours en laisser un, car sans but, nos vie ne riment a rien... Et se trouver un autre but dans la vie est loin d'être aisé...

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 39
Date d'inscription : 03/07/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rôdeur
En général: Maudite et presque aveugle...
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Ven 29 Aoû - 21:41           
.................................................................................................................................................................................................................................

Les paroles de Catherine semblaient avoir eu leur effet sur la chasseuse de prime, mais quel effet ? Elle sentait que son attitude avait changé. Elle comprit en entendant ses paroles. Elle préféra ne rien ajouter, car il est vrai que chacun avait une vue différente des choses. En tout cas, Daora avait bien raison quand aux buts. Même si sur le coup Catherine n’aurait su s’en donner un. Cela la fragilisa un peu, mais elle n’en laissa, comme toujours rien paraître. Un but… voyager, c’était cela pour l’instant. Il n’y avait que cela qui comptait. Et fuir, fuir à tout prix, pour que jamais on ne la rattrape, pour se maintenir en vie. Il était étrange pour elle de songer à quel point le parallèle entre son but et les réflexions de Daora était troublant. Sans but pas de vie : pour elle, si le but s’éteignait, c’est qu’elle était morte. Tout de même, il ne devait pas y avoir que ça.
Non, en creusant un peu, la Conteuse trouva plusieurs choses. Tout d’abord, une curiosité enfouie, autrefois volonté de fer, refoulée à cause du destin. Catherine était une fée, certes, mais une fée sans ailes. Combien de fois ses parents lui avaient-ils répété : «  Tu es maudite Cathy, tu comprends ce que ça veut dire ? Tu peux mourir. Un rien suffit. Tu peux survivre farouchement, et mourir bêtement en demandant des ailes que tu n’es pas sure d’obtenir. Tu m’écoutes ? Tu dois y renoncer. Promet s’il-te-plaît. Cathy ? »
Jeune fille, elle avait regardé, envieuse, les longues ailes argent de sa mère. C’était un enchantement pour elle de voir la Mime exhiber ses talents, toute d’argent parée. Puis l’argent s’était estompé face au brouillard. Le flou avait emporté les éclats. Le désir qu’elle avait ressenti jadis s’était transformé en cendres. Elle ne voulait plus obtenir ses ailes. Pas pour ne jamais les voir, ni pour risquer sa vie, ni pour faire peur à ses parents. Qu’aurait dit son père s’il avait encore été là ? Qu’aurait dit sa mère si elle avait su ?
Cela pouvait devenir un but pour elle, mais dans ce cas-là, ce serait un but dangereux, pas un but sans lequel on ne survit pas, mais un but potentiellement mortel. Alors était-ce tout ? Non ! Bien sûr que non ! Il y avait l’indicible, ce auquel il ne fallait surtout pas penser, et qui pourtant, elle ne l’avait appris que récemment, était possible ! Recouvrer la vue… Elle s’était accoutumée à sa condition, ça n’en restait pas moins un handicap. Si elle avait pu revoir… le monde serait différent autour d’elle. Elle vivrait autrement. Et alors, si elle vivait autrement, peut-être pourrait-elle envisager d’autres choses. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait plus pensé à construire une famille ou ne serait-ce qu’à séduire un homme. Elle avait reçu des avances ces dernières années. Elle avait tenté plusieurs fois, mais elle n’envisageait pas cela sans sa vue. Ne jamais voir la personne qu’elle aimerait, ne pouvoir que projeter l’image de la personne qu’on a aimée jadis. Ne jamais voir ses enfants. C’étaient des choses qu’il lui faisait mal d’envisager.
Elle tombait néanmoins sur une idée intéressante. Tout comme elle avait prévenu Daora contre les dangers de la vengeance, arguant qu’une représaille en amenait une autre, elle était forcée de constater qu’un but atteint pouvait en amener un autre, si différent soit-il, que l’on pouvait ne pas connaître.

« Sur ce point-là Daora, je pense que vous pouvez être tranquille. C’est le propre de l’homme de toujours se trouver un but, à mon avis. Et si vous accomplissez votre but… allez savoir. Vous en trouverez certainement un autre, inattendu.
La réflexion était limpide dans la tête de la Conteuse, et elle se doutait que la dragonne parviendrait au même résultat. Cependant, demeurait chez elle cette envie de meurtre, si incompréhensible pour Catherine. Même si elle avait déjà eu ce sentiment, poursuivre cette idée comme un but lui semblait invraisemblable. Cela aurait été pour elle synonyme d’auto-destruction : trouver la personne qui voulait sa mort. Elle l’avait déjà croisée, plusieurs fois, et ne comptait en rien retenter l’expérience. Cela fit néanmoins penser la Conteuse à autre chose :
- A propos, excusez-moi, mais je ne crois pas vous avoir demandé où vous alliez ? »
Le plus probable aurait été qu’elle aille s’occuper d’un contrat, mais la jeune femme avait sa théorie bien à elle. Et si elle cherchait l’assassin ? C’était plus que probable, après tout, surtout après le discours qu’elle lui avait tenu. Il fallait donc qu’elle sache. En attendant, elle laissait à la dragonne le bénéfice du doute.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 95
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 19
Localisation : Nomade

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Dragons
Classe: Guerrière
En général: Chasser les primes c'est mon job. Point.
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Dim 26 Avr - 11:31           
.................................................................................................................................................................................................................................

[hrp: ENFIN je répond, désolé pour le temps!]

Daora vint a s'imaginer des chose auquel elle n'aurait jamais pensé sans Catherine, des pensée que son esprit refroidit par son passé avais parfaitement oublié. Après avoir tué son ennemis, cet odieux personnage qui avais massacré son père et trahi sa race. Elle vint se demander si...il ne serais pas temps d’arrêter.  Arrêter une longue vie d'errance et de tuerie, pour songer a faire autre chose. Mais quoi? Si elle cessait de vivre du sang des primé, elle n'aurait plus de quoi vivre.
La dragonne d'acier fixa longuement son amie... Une amie, c'était ça? Une personne qui vous attendris, et qui vous fait réfléchir? Non, mais une personne qui vous soutient et vous aide dans les pires situations. Daora n'avais jamais vraiment eu d'amis, elle avais croisé bien du monde, mais les regard était souvent les même, des gens voyais la dragonne comme une meurtrière, et les regard sur elle était froid comme le siens dans la grande majoritée. Catherine n'avais jamais regardé Daora de cette manière,  parce qu’elle était presque aveugle? Non, mais bien parce que cette conteuse était bien différente de l'entourage habituel de Wolfanger.


"Vous etes quelqu'un de fantastique Catherine, vous me faite reflechir sur des choses qui me paraissaient évidant, et m'ouvrez l'esprit sur d'autres possibilités..."

Elle sourit mais soupira par la même manière. La voix de la dragonne était plus détendue, plus melodieuse et moins froide qu'au début de leurs rencontre.

"je m'était toujours imaginée vivre éternellement en temps que chasseuse de prime, que même apres ma vengeance accomplie, je continuerait mon travail. Mais pensez vous que l'ont peut arrêter ce genre de profession ainsi? Je doute que je puisse arrêter la chasse a la prime sans que cela ne me laisse quelques cicatrices.

Parlant ainsi, Titania révélait aussi son idée d’arrêter et de faire autre chose dans la vie. Mais quoi? Elle n'avais connu que cela: manier un marteau et deux lames pour amasser de l'or vite dépensé dans une auberge pour se loger et se nourrir.

"Pour ce qui est d’où je vais, je comptait aller a Ilistil, mais c'est bien la ville ou je trouve le moins de travail" elle soupira de nouveau "Contrairement a Swold, je ne suis pas vraiment une personne fréquentable, je me sert des injustice et de règlement de compte pour gagner ma pomme"

Elle ajouta plus bas:
"Dire que fut-il un temps, je ne désirait qu'une justice, sévère, mais une justice"

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 39
Date d'inscription : 03/07/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rôdeur
En général: Maudite et presque aveugle...
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Mer 10 Juin - 18:53           
.................................................................................................................................................................................................................................

La jeune femme sourit au compliment de la chasseuse de prime. Si elle avait pu lui être utile dans ses réflexions, elle s'en trouvait très heureuse. Il est difficile pour certaines personnes de trouver l'aide dont elles ont besoin, elle ne pensent pas toujours à demander. Parfois il suffisait d'un conseil pour changer une vie, Catherine y  croyait.

La question que posa ensuite Daora lui laissa penser qu'elle n'en avait pas fini de ruminer ses sombres pensées. Elle chercha un moyen de l'aider plus, une autre réponse pour la remettre sur la bonne voie.

" Je pense que, que vous soyez chasseur de prime ou maréchal férrant, couturière, esclave, assassin, femme de ménage, guerrier aux ordres de je ne sais quel monarque... votre passé vous marque. Bien sûr qu'il sera difficile de changer, de se relever. Peut-être n'arriveriez-vous jamais à tourner la page. Mais je suis persuadée du contraire. Vous avez le courage, vous avez la force. C'est parfois tout ce dont on a besoin, le reste est une affaire de chance. Il est difficile de changer de vie du jour au lendemain, mais si vous le voulez, alors vous en êtes capable.

Elle laissa ensuite Daora continuer, et se trouva fort intriguée de constater qu'elle se rendait à Ilistil.
-Que ferez-vous là-bas si vous n'y avez pas de travail ?
Elle regrettait de devoir quitter la ville, elle aurait pu l'accompagner durant la fin du voyage, voir même l'héberger si elle en avait eu besoin. Quoique vu ce qui c'était passé récemment.
-C'est tellement dommage ! Je quitte juste la ville. Combien de temps restez-vous dans le pays ? Je rentre dans environ deux semaines. Nous pourrions nous croiser à mon retour, avant votre départ."

Elle se rendit compte de ce qu'elle proposait à une quasi inconnue, néanmoins c'était elle tout craché, incapable de laisser quelqu'un dans la détresse, se liant si vite, bien malgré elle. Elle se prit à penser que oui, peut-être allait-elle recroiser la dragonne plus tard. Et peut-être, à ce moment-là, lui annoncerait-elle comment elle avait réussi à vaincre son passé, et à aller de l'avant. Ce serait tellement formidable. Mais si elle-même depuis toutes ces années n'arrivait pas à tirer un trait sur le passé, comment Daora le pourrait-elle, en quelques semaines seulement.

* Moi c'est différent, songea-t-elle, je suis presque aveugle et une malédiction me poursuit. Je ne peux pas me défaire de ce que je suis. Pour Daora, on peut au moins espérer que ce soit le cas.*
C'est sur cette pensée mi-figue mi-raisin qu'elle attendit la suite, des rêves d'histoires de dragonne enfin libre de ses chimères plein la tête.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 95
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 19
Localisation : Nomade

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Dragons
Classe: Guerrière
En général: Chasser les primes c'est mon job. Point.
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Dim 21 Juin - 15:37           
.................................................................................................................................................................................................................................

Encore une fois, la conteuse tenait un argument valable.  Pourquoi cette personne l'aidait? Se lier vite était quelque chose de dangereux, l'on pouvait apprécier quelqu'un qui ne faisait qu'exploiter la gentillesse d'un autre... Daora avais vécu dans cet esprit de méfiante constante. Ses nerf n'avais presque jamais connu de repos, même en dormant elle était tendue.

Son passé la marquerait oui, aussi fidèlement qu'une marque au fer rouge, ces cicatrices ne s'en iraient pas si facilement, et on ne parle pas de celle qui sont visible sur la chair, mais celle qui marquent un esprit.

Cathy l'invitait a tourner la page,  mais la dragonne ne voulait-elle vraiment?  Et si au fond, elle avait prit gout à la tuerie? non, Daora refusait de penser que son esprit était devenu aussi mauvais que celui de n'importe quel coupe-gorge. La dragonne allait changer de vie, elle s'en fit la promesse, mais pas tout de suite, il fallait trouver le bon moment pour quitter, commencer a changer, lentement, ne pas d'un jour a l'autre, quitter le job. Il fallait commencer par changer d'habitudes, et essayer de se détendre, afin de pouvoir avoir un regard plus ouvert au monde et mieux voir les opportunités. "Titania" était un nom connu par certain, et son chapeau était un signe distinctif pour trouver la chasseuse de prime quand on avais besoin d'elle ou plutôt de ses services.



La question de Catherine changea un peu le sujet, mais Daora garderait une place dans sa mémoire pour plus approfondir ses réflexions.

Apprenant que la conteuse venais juste de quitter la ville, la dragonne pensa a voix haute, de manière a aussi répondre a son...amie.
"-Généralement quand je ne trouve pas de travail, je tente de trouver des petits boulots, ou alors je traque des monstres. Si je ne trouve pas de travail du tout, je suis en crise, et hâte mes déplacements. Je ne vais pas chuter dans les "travaux" les plus honteux...
Soupirant calmement, elle se remémorait quelques situation de crises comme cella là, ca n'arrivais jamais dans les endroit mal famé, et plus souvent dans les endroit ou l'on trouve des gens respectable... Preuve que, comme un corbeau, Daora était une personne qui vivait de l'infamie et de l'injustice.
-Tu sais... Vous savez, je ne sais pas ou vous allez, mais je pense que j’aurai plus a gagner en vous suivant qu'en allant deux semaine a Ilistil."

Et par "y gagner" elle ne parlait pour une fois, pas uniquement d'argent ou de travail. Elle avait presque tutoyé Catherine, la dragonne se sentait plus a l'aise, et était moins tendue, ne sentant aucun danger venant de la conteuse, lui accordant de la confiance. Si Cathy avais proposé a Dao de se revoir, elle proposait carrément de partir ensemble, éventuellement.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 39
Date d'inscription : 03/07/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Rôdeur
En général: Maudite et presque aveugle...
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]   Jeu 23 Juin - 22:53           
.................................................................................................................................................................................................................................

[HRP : je fais un peu avancer l’histoire dans le temps, pour la faire évoluer peut-être ^^]

La discussion entre les deux jeunes femmes les mena donc à continuer leur chemin ensemble. Si à première vue, elles n’avaient rien en commun, du point de vue de n’importe quel passant arpentant les sentiers d’Equalza, elles savaient maintenant qu’il n’en était rien. Cette proximité dans leur histoire, cette racine commune encrée dans la vengeance, leur procura maints sujets de conversation tout le jour durant, alors qu’elles remontaient vers le poste frontière. Elles firent une halte à quelques heures de la Faille au ciel pour la nuit. Elles progressaient lentement, à une allure de croisière, tout en parlant.

La nuit était douce. Le temps était propice à passer une nuit à la belle étoile. Daora et Catherine en profitèrent. Même si leur feu s’éteignit assez rapidement, la chaleur de la nuit était suffisante pour leur confort. Elles ne furent dérangées que par quelques insectes. Aucun voyageur ne vint troubler leur sommeil.

Le lendemain matin, elles étaient donc en forme pour rejoindre la Faille. Elles y arrivèrent sur le coup des 10h, et si elles n’avaient croisé personne depuis la veille au matin, elles retrouvèrent la civilisation dès 9h30. De nombreuses personnes attendaient de ce côté de la frontière pour passer. Il semblait y avoir une longue attente. Catherine, dont l'ouïe était affutée, entendit un couple dire que le passage avait été momentanément fermé dans la soirée, et qu’ils attendaient ici depuis la veille au soir.


Un fichu accident , disait encore la femme du couple. Une des caisses de chargement s’est ouverte. Des griffons et des passagers qui passaient en-dessous ont été blessés, et du matériel endommagé. Ça fait que le poste attend des ravitaillement depuis la veille d’Ilistil. Devraient pas tarder à arriver.

La Conteuse esquissa une grimace. Elle entendait quelques dizaines de personnes parler. Peut-être 30. Il allait falloir patienter tant que le transport ne pouvait pas être effectué.
Je crois bien qu’il va falloir attendre un peu. Il doit y avoir une sorte d’accident. Ils ne peuvent plus assurer le transport dans ce sens.
Cela ne les arrangeait guère, mais d’un autre côté, elles n’étaient pas pressées. D’autres personnes dans la file par contre, semblaient être attendues très rapidement à Jasdéràn pour affaire, à en croire certaines véhémentes conversation. Un tel avait un rendez-vous avec de riches propriétaires afin d’évaluer le rendement de leurs terres. Un autre était attendu pour construire un navire, et un retard pour entamer un travail était assez mal venu. Il y avait également une femme avec un enfant qui attendait impatiemment de pouvoir retrouver sa tranquillité, une fois son enfant de nouveau au sein leur foyer, car il ne s’arrêtait plus de pleurer depuis quelques heures.

La foule était néanmoins très calme, et il faisait grand soleil. Jasdéran était visible à plusieurs centaines de mètres, avec son poste frontière. L’activité de l’autre côté aussi semblait ralentie. de ce que compris la Conteuse, cela faisait quelques temps que les passages à la frontière s’étaient faits moins fréquents. Elle entendit même quelqu’un dire que quand les frontières commençaient à se fermer, c’était synonyme de guerre imminente.
Elle fut surprise d’entendre des propose de la sorte. On était entre Jasdéràn et Equalza, pas entre Jasdéràn et Kerdéreth… A moins que des problèmes à l’autre frontière ne commencent à se faire sentir de l’autre côté du pays. Ce qui, effectivement, était un mauvais présage. En tant que Conteuse qui se respectait, elle devait connaître le fin mot de l’histoire une fois passée la frontière.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé,

 

---------------

 

 
MessageSujet: Re: La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]              
.................................................................................................................................................................................................................................


Revenir en haut Aller en bas
 

La fleur au vent [PV: Daora - Catherine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fleur d'Aphélandra du Clan du Vent
» Quand des fous se croisent ... [PV : Brise le Vent, Flamme Noire, Fleur de Brume et Nuage de Plume]
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Reflexion sur la saga Michelet Casimir - Jean Saint-Fleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lost Heaven ::  :: Plaines fertiles :: Les Plaines d'Equalza-