Bienvenue sur Lost Heaven


Les Terres Suspendues vous accueillent ...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Et la plume rencontra le parchemin... - Gallerie d'Ecrits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
 
Messages : 12
Date d'inscription : 04/07/2012
Age : 30
Localisation : Belgique

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Dragons
Classe: Mage
En général: Exploratrice
MessageSujet: Et la plume rencontra le parchemin... - Gallerie d'Ecrits   Lun 13 Aoû - 2:02           
.................................................................................................................................................................................................................................

Ma plus grande passion, c'est l'écriture.
Jadis, je la partageais avec énormément de personnes (je n'ai jamais eu beaucoup de critiques, je me sentais un peu trop forte mdrrrr).
Puis j'ai arrêté, la vie que je mène actuellement est autre chose qu'il y a 10 ans (donc panne totale d'inspiration).
Depuis peu, j'ai de nouvelles idées en tête.

J'ai recommencer et j'aimerais partager de nouveau, avoir des avis (savoir si je reprend bien la bon chemin ^^').

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Une nouvelle que j'ai écris pour un concours (et que j'ai oublié d'envoyer...)


Une vie d’un autre œil !

J’ai levé les yeux et j’ai souri. Ca ne faisait que commencer.
Je ne craignais pas cette journée, loin de là. Je ferai mes preuves aujourd’hui. Une bonne partie du quartier serait présent à m’admirer. Papa et maman, même au paradis, me regarderaient d’un air fier. J’allais démontrer que je portais bravement mon nom ! Foi de Speedy !

- Tu te sens d’attaque gamin ? M’avait lancé Johns en remuant son derrière.
- C’est dans la patte Papy !

Johns m’avait proposé un défi plutôt… alléchant. Je ne pouvais qu’accepter. J’avais enregistré ces directives : départ à l’entrée du café « Good New », traversée du jardin de la voisine, petit passage par le parking, virage en bas de la rue et enfin la remontée finale en ligne droite !
Je me dressais derrière le trottoir, Johns à mes côtés. De mes yeux perçants, j’analysais d’avance le parcours à franchir afin d’éviter les gamelles possibles. Je connaissais bien le quartier, aucun échec envisageable. Mais je devais rester prudent. J’inspirai profondément à faire éclater mes poumons. Johns m’imita, plus sereinement. Nos muscles se contractèrent. Et subitement, tout se relâcha lorsque le signal résonna. Ce fut comme un battement de cœur puissant. PAF ! Et je pris rapidement les devants. Pas étonnant.
Il était plus âgé que moi, ce bon vieux Johns. La blancheur se lisait sur sa tête noire toute ronde. L’expérience primait pour lui. Il frimait et se vantait, même devant les minettes du centre-ville. Mais il valait mieux ne jamais le prendre à la légère. C’est qu’il savait y faire l’ancien ! Je restai sur mes gardes tout le long du parcours.

Le jardin fut en vue. D’un bon rapide, hop ! La barrière fut passée et la course dans l’herbe un jeu d’enfants. Ma cadence restait stable tout comme ma concentration. Je gardais en tête toutes les bonnes astuces pour ne pas flancher. La victoire serait la mienne !
Je n’étais pas seul. Mon ego bondissait dans ma poitrine, m’encourageant à tout instant. Il me dictait ma conduite.

« Saute ! Maintenant roule. Freine ! Reste concentré ! Excellent ! »

Un véritable coach, quelle chance !

Le prochain bond me guida vers le parking. Endroit désert, mais obstacles à gogo. J’enchaînais les sauts et les glissades. Je me croyais vraiment sur une patinoire ! Certes, la comparaison n’était pas la même mais c’était l’idée qui me venait à l’esprit.
Soudain, je me mis à paniquer.

« Attention ! »

Johns me devança.
Il avait trouvé une parade en passant sur un petit muret sans ennuis. D’un bond olympique, il prit place net devant moi. Sa provocation m’énerva. Que cherchait-il à faire ? Me perturber en accomplissant des postures aériennes ?

« Ne te laisse pas faire ! »

Ce n’était pas mon intention.

Le parking disparut derrière nous et je vis la chance unique de pouvoir revenir en tête de course : le virage ! Il tournait vers la droite. Je devais pousser Johns sur la gauche afin de prendre le virage de manière plus courte. Je gagnerais quelques secondes. Je pris ma place et il se décala comme prévu. Le virage passa. Je fus premier.

« Excellent ! »

Il ne restait plus que la dernière ligne droite avant la fin. Elle était longue et haussée, une vraie montée infernale. Allez, tout tunnel possède une sortie.
Je vis les deux poubelles au loin près du café. La fatigue me coupait le souffle. Pourtant je tenais bon. Mes membres tremblaient et je courais en zigzague mais aucunes traces de Johns devant moi.

Très bon signe.

« Garde courage ! Tu vas y arriver ! Excellent ! »

Je serrais les dents. J’accélérais le mouvement. Aïe ! Zut, une crampe. Tant pis, je passais. La course d’abord, la douleur après. Je trainais facilement, pourtant toujours pas de Johns en vue.
Aurait-il abandonné ? Cela ne lui ressemblait pas.
La douleur se fit plus présente. J’enrageai et engueulai mon corps. Il était hors de question de m’arrêter ! Mon corps rétorqua amèrement. Et je finis par le punir. Fermant les yeux, je me mordis un bon coup dans la joue. Les deux douleurs se rejoignirent. J’avais mal oui, mais je ne savais plus où exactement. Alors je repris une course normale, le cœur palpitant.

Et ce qui devait arriver, arriva.

J’atteignis la ligne d’arrivée. Je bousculai une grosse masse dans mon élan qui accompagna mon roulé-boulé. Je me redressais. C’était Johns.

« - Bien gamin ! Toutefois, ce n’est pas assez. Persévère, tu vas finir par gagner ! Reviens dans un an, je t’attendrais encore. »

Il roula son derrière, sale habitude de vieux matou, et me tourna le dos. Je le regardais partir comme si une simple rencontre avait eu lieu entre nous. Je soupirai et ma conscience gémit péniblement.

« 6 – 0 !... Excellent… »

Quel calvaire d’être un chat de gouttière. Demain, je m’essayerai à la chorale de minuit.


Revenir en haut Aller en bas
 

Et la plume rencontra le parchemin... - Gallerie d'Ecrits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La plume du paon... ( autodérision )
» Un parchemin sur la table
» J'ai en ma possession un parchemin magique qui conduit à un souterrain !
» Une nouvelle voie...(Privé Plume de colombe)
» La plume de Rarage | Grande Guerrière => Crèp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lost Heaven ::  :: Les Talents :: Les Galeries-