Bienvenue sur Lost Heaven


Les Terres Suspendues vous accueillent ...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Dim 10 Juin - 13:22           
.................................................................................................................................................................................................................................

-Une matinée de printemps comme nous en avons rarement vu ici capitaine Keoten...

Ezio venait de rejoindre l'éclaireur de la colonne de marchand. Le soleil était bas et encore visible sur les terre inférieures. Le soldat se retourna et sourit au semi.

-Maître assassin...heureux de voir que vous ne dormez toujours pas ! Que vous amène en première ligne du convois ?

L'hybride ne put retenir un sourire en coin. Ce jeune soldat était d’un moral d'acier. Sa lui rappelait quelqu'un tien...

- Allons soldat, cela ne fait que quatre jour de marche...Nous verrons bien dans deux semaines si je suis toujours d'attaque! Comment se passe la route pour vous? la solitude ne vous est pas déplaisante?

Le soldat eu à son tour un sourire sur le visage.

- Et bien, assassin, sachez qu'elle est plus plaisante que votre présence!

Les deux hommes se mirent à rirent. Mais ils firent silence au bout de quelques secondes...Un mouvement dans des bosquets non loin attirèrent leurs attentions. Mais Ezio ne prit pas plus attention à cela. Un bourdonnement, de plus en plus fort se fit entendre. Impossible de dire d'où cela arriver...En fait...cela était du fait que le bruit venait de toute part. Une soixantaine de cavalier arrivait galopant à toute allure.

-Ezio...dit moi qu'il sont amis...

-Je pourrai vous le dire...mais ce serait vous mentir..."Il forme un filet...de mailles et d'acier...se refermant sur sa proie...il l’enserre et la broies"...La garde des Volac...SOLDATS! AUX ARMES

Tous les soldats présent dans la caravane sortir leurs épées, lances, boucliers, arcs, haches et autres masses....L’hybride déploya ses ailes et sortit deux épées courtes, légèrement courbés. Ils ne s’en sortiraient pas, Ezio le savait...

-Que les marchand fuient ! La prochaine colonie est à environ deux lieux, puissiez-vous l’atteindre avant qu’ils ne vous atteignent… Capitaine, il faut attaquer! Si nous arrivons à les stopper en pleine course, ils prendront plus de temps pour s’occuper des civiles.

Le jeune soldat le regarda, la peur au ventre, et vit dans les yeux de l’assassin la paix et la sérénité. Aucune peur ni angoisse ne l’habiter. Le capitaine eu alors un sourire confiant puis acquiesça.

-Soldats…Vos êtes venu ici en prêtant serment de défendre votre peuple…vous allez enfin pouvoir accomplir votre devoir…La peur n’est pas une voie à prendre.

Il se tourna a nouveau vers Ezio

-Ce fut un plaisir et un honneur de chevauché à vos coté…puissions-nous nous revoir dans une autre vie…Soldats…CHARGEZ !!

Et les cavaliers entamèrent à leur tour une course effrénée. Le choc fut terrible. Les chevaux se fracassé contre leurs semblables entrainant leurs cavaliers dans leurs chutes. Ezio faisais danser ses lames et tua un puis deux puis cinq ennemis. Soudain derrière lui la voix du capitaine retentit.

-Dans les fourrés, des…

Et avant qu’il ne puisse finir sa phrase, un carreau d’arbalète se ficha dans sa gorge, puis il s’effondra au sol, mort. Ezio voulu réagir, mais il eut le souffle coupé et un grand froid lui déchira le dos. Il lui sembla que tout autour de lui tourner au ralenti, sans bruit. Les soldat se faisais massacrer tout comme les marchands...personne ne survivrait...Dans les yeux de l’ange, l’ombre vin alors remplacé la lumière du soleil en ce beau matin de printemps.

Ezio se réveilla. Il était à cheval, seul dans les plaines, galopant à toute allure. Le semi était assez mal en point. Il avait reçu un carreau d’arbalète dans le dos qui avait cloué son ailes droite contre sont corps et c’était fiché dans sa poitrine. Depuis combien de temps parcourrait-il le champ de bataille et ses environs ? Un jour ? Deux jours? Peut-être trois...L'hybride tenta de se redresser mais sa blessure se fit sentir et il ne put rien faire...C'est alors que le cheval s’engagea dans un champ, sans doute d'une colonie...Il était recouvert de fleurs rouge comme le sang mais il n'aurai su dire qu'elle plante était ce tellement sa vue était trouble. Le cheval ralentit peut a peut sa course jusqu’à s’arrêter devant une silhouette. Le cavalier se sentit alors glisser du cheval et tomba au pied de celle-ci. L'impact avec le sol fut d'une telle douleur qu'il en cracha du sang. Ezio n'aurait pu dire qui était devant lui. Cette chevelure blanche appartenait-elle à un ange ? ou bien un démon ? Ou peut-être un humain d’un certain âge... Allait-il mourir ici ? Après avoir fait tout ce chemin...Mais avant même qu'il ne dise quoi que ce soit il sombra à nouveau dans l’inconscience.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 34
Date d'inscription : 31/03/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Démons
Classe: Invocateur
En général: Révolutionnaire. À bas Kerdéreth !
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Mer 27 Juin - 13:58           
.................................................................................................................................................................................................................................

Papaver rhoas, la fleur de la consolation. Autrement dit, le coquelicot. Sous ses airs fragiles, elle cache bien des propriétés...
* ... qui sont particulièrement utiles pour la fabrication de potions. Bien sûr maître, on a compris, pas la peine d'en faire tout un flan avec vos fleurs. C'est pas parce que pour une fois Nays vous accompagne que vous devez en faire des tonnes. *
Les apprentis alchimistes, fabriquants de potions et herboristes firent quelques pas en avant, histoire de bien suivre ce que disait Kaëdéreth Mésyrhis, qui avait récemment décidé de se rendre utile en dispensant son savoir. Les regards intéressés croisaient ceux plus professoraux du maître, qui restait toutefois d'un tempérament somme toute normal. Il était de l'avis de Nays « formidable pédagogue ». Oliana pour sa part avait plutôt l'impression d'observer la cours d'un château autour d'un noble important. Peut-être parce que son maître en était décidément un. Néanmoins, cette distance respectueuse que gardaient les apprentis était scandaleuse à ses yeux. Ils semblaient tous soumis devant Kaëdéreth Mésyrhis.
*Et c'est reparti, voilà qu'il se met à parler des herbes maintenant. Ne va-t-il donc jamais s'arrêter ?*
À l'écart du groupe, Nays à cheval et Oliana tenant la bride observaient avec une attention qui fluctuait selon les avis. La noble semblait particulièrement détailler le professeur, la démone écoutait d'une oreille distraite et laissait son regard voguer sur les plaines du Continent Inférieur. Depuis une heure à peine, le soleil avait décidé d'adopter le bon angle pour éclairer l'endroit. Dans un peu moins d'une dizaine d'heures, il n'y aurait déjà plus de lumière.
Je ne me doutais pas que Kaëdéreth en savait autant sur les plantes. Je pensais qu'il ne s'était intéressé à ce domaine que très récemment.
Voilà un point d'intérêt qui méritait d'être soulevé. Kaëdéreth Mésyrhis cachait-il un savoir encore plus grand que celui qu'il laissait voir ? Où avait-il bien pu apprendre tout cela ? Bien sûr, la bibliothèque de la demeure était grande mais...
Et bien son intérêt est peut-être plus ancien que ce qu'il nous laissait penser.
Nays jeta un regard entendu à son amie. Cette dernière, sous ses airs hautains et peu attentifs, profitait tout de même de la leçon autant que les autres. Elle tâchait d'en retenir autant que possible et d'en ressortir tout ce qui pouvait s'avérer utile. Elle n'avait jamais rien compris à la fabrication de potions bien qu'elle estimât que ce pouvait être un art plus qu'utile. Et connaissant le but rebelle qui l'animait, quelques potions dans la poche pourrait s'avérer une aide précieuse.
Alors, tu ne regrettes plus d'avoir à assister à la leçon ?
Oliana souffla ouvertement, ce qui fit rire son amie. Plus loin, le maître expliquait comment faire pour retirer le maximum de jus d'une fougère aux propriétés curatives.
Je n'ai jamais dit ça. Mais au moins, je suis mieux ici à tenir ton cheval qu'à faire le ménage à la propriété.
Coup d'oeil de la blonde.
Tu sais, c'est fou mais, parfois quand je te parles, j'oublie presque que tu es la domestique de Kaëdéreth.
*Kaëdéreth... ! Il s'appelle Mésyrhis... *
Merci du compliment...
La joli blonde s'en retourna au discours alors que la démone se morfondait. Elle n'était pas qu'une domestique ! Elle n'était d'ailleurs même pas née avec ce statut. Qui donc pouvait se targuer de savoir qui elle était réellement ?
Elle finit par se détourner et observa les hautes herbes qui ondoyaient sous un vent tiède. Un promeneur arrivait à cheval par un sentier détourné. Le maître continuait sa leçon, très rarement interrompu. Il expliquait à présent, à partir des simples ingrédients qui se trouvaient autour de lui, comment fabriquer un onguent pour soigner les brûlures, une potion pour éviter les infections. Il fit porter l'attention de l'assistance sur une plante rare et miraculeuse utile dans une préparation pour réparer les tissus. Il enchaîna ensuite sur un tout autre sujet, celui des poisons.
Alors que l'attention de la démone aurait dû être particulièrement retenue, à ce moment précis, sur le discours, elle se sentait attirée ailleurs. Le cavalier arrivait au galop à ce qu'elle pouvait bien en juger.

*C'est un ange. *
Oliana n'avait jamais rencontré d'être de cette race aux antipodes de la sienne. Elle éprouva soudain cette curiosité si caractéristique qu'elle ressentait lorsqu'un élément inconnu entrait dans sa ligne de mire.
On nous rejoint, constata Nays.
Quelques minutes plus tard, au milieu d'un paragraphe transcendant sur l'utilité des différentes terres, le cavalier était arrivé à une centaines de mètres du groupe. Oliana sentit Nays se dresser sur sa monture. Le centre d'attention changea brusquement. Même le maître espaçait peu à peu ses phrases.

Par le Reflet...
Le cheval s'arrêta face à Oliana, celle-ci n'eut que le temps de voir que l'ange était blessé.
Monsieur, ce jeune homme a l'air mal en point.
Le brillant élève avait raison car le cavalier s'écroula dans un bruit mat sur le sol. Il cracha son sang et resta inanimé. La démone s'était déjà précipitée. Elle tâcha de dégager la blessure pour voir ce qu'il en était, et en retira qu'il avait été attaqué par un arbalétrier. L'ange restait sans connaissance.
MAÎTRE !
Kaëdéreth demanda à Oliana de s'éloigner pour pouvoir s'approcher.
Allez quérir un guérisseur, ordonna Nays aux apprentis médusés de la tournure qu'avait pris la leçon, alors qu'elle descendait de cheval.
Le maître, plus réactif que la plupart des jeunes gens autour de lui prit plusieurs mesures rapides. Une potion, sortir le carreaux, compresser... Puis il donna toute une série de directives.

Nays, raccompagne les élèves restant chez le gouverneur de la colonie. Je veux que deux ou trois d'entre vous aillent avec Oliana chercher un guérisseur. Vous partirez ensuite à votre tour chez le gouverneur. Oliana, tu montrera au médecin le chemin jusqu'à la propriété Mésyrhis. J'y amène le blessé.
Tous acquiescèrent, Oliana un peu énervée de ne pas pouvoir suivre directement l'ange. Nays remonta en selle avec d'amples et gracieux mouvements de cavalière aguérie.
Suivez-moi !,ordonna-t-elle aux élèves.
Nays et Kaëdéreth échangèrent un regard du temps que les apprentis ramassaient leurs affaires éparpillées en catastrophe. Le groupe se mit en branle.

Alexandre, Adrien et Rosalie, vous accompagnez Oliana.
Le maître plaça l'inconnu sur son cheval et monta ensuite.
Oliana tu prends mon cheval.
Regard inquiet de l'intéressée vers la bête attachée non loin.
Moi ? ...
Dépêche-toi !
La démone n'aimait pas le tempérament de la bête, trop caractérielle à son goût. Toutefois, elle n'avait pas le choix. Elle devait obéir à Kaëdéreth Mésyrhis. À contre-coeur, pendant que le maître partait au galop, elle détacha donc le cheval et entraîna les apprentis.

Il allait être midi, le soleil pénétrait dans la pièce par la fenêtre ouverte. « L'air frais ne pourra lui faire que du bien », avait dit le vieux guérisseur, très optimiste, avant de partir. Oliana, appuyée à la porte entre-ouverte, observait le blessé, fascinée. Elle décida de s'approcher et referma la porte derrière elle. Lorsqu'elle vit sa main sur la poignée, elle aperçut le sang qui ne l'avait pas quitté depuis qu'elle avait tenté de dégager la plaie de l'ange pour y voir plus clair. Elle les essuya timidement sur sa robe en avançant. Il n'était toujours pas réveillé. C'étaient ses ailes qui l'intriguaient le plus. Pour elle, il n'y avait que les oiseaux qui en possédaient. Et ces plumes si blanches... ! Elle tendit la main pour les effleurer du bout des doigts.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Mar 3 Juil - 22:24           
.................................................................................................................................................................................................................................

Durant le trajet jusqu’à la colonie, le semi se réveilla a nouveau. Il ouvrit avec difficulté les yeux et réalisa qu'il se trouver à nouveau sur son cheval, mais cette fois, quelqu'un tenait les rênes. Que se passait-il ? Est ce qu'il halluciné? Ou quelqu'un avait bien réussi à le trouver finalement et il allait devoir subir la suite des évènements? Il ne fit aucun mouvement ni aucun sons qui trahirai son réveil car il ne savait pas si la personne avec lui était là pour l'aider...ou au contraire...Et dans ce deuxième cas, l'hybride n’était pas en mesure de se défendre. Mais de toute façon, avant même que l'envie de réagir ne le prenne, il retomba dans un lourd sommeil.

Il ne fit aucun rêve, ou du moins il ne s’en souvint pas. Mais quelque chose le tira de son sommeil. Comme un sixième sens. Oliana effleura ses plume et dans un réflexe l’hybride se redressa, lui attrapa le bras fermement d’une main et chercha de sa mains droite un couteau dans sa bottes. Mais deux chose l’en empêchèrent. La première fut sa blessure qui faillit lui arracher un cri et lui fit lâcher prise. La seconde chose était qu’il était nue, ou presque, dans ce lit. Il était tout de même habillé d’un sous vêtement et seul son torse était visible hors des draps. Aucune arme a porté, ni vêtements. C’est alors que le semi leva enfin les yeux vers sont «agresseur ». Et là ce fut le choc. C’était une démone. Une enfant a première vue, mais une démone avant tout. Elle avait un visage d’une pâleur à en faire envier un mort. Ses cheveux était gris, très claire eux aussi, tirant vers le blanc, tout comme ses yeux. Ezio n’arrivait plus à les quitter. Ce fut sa douleur qui le fit revenir à lui. C’est alors qu’il remarqua la façon dont cette jeune fille était vêtue. C’était une domestique ? Mais…Comment était-ce possible ? Une démone au service des humains ? Mais où était-il ailleurs ?


-Qui est tu ? Et où est-ce que je suis ?

Il fronça les sourcils en regardant la jeune fille devant lui et le souvenir de l’arriver dans le champ lui revint quelque peu.

- Attend,mais je te reconnais…c’était toi dans le champs, quand mon cheval c’est arrêter n’est-ce pas? Pourquoi ma tu sauvé ?

Il ne manquer plus que cela. Une démone qui sauvait un ange…et pourtant Ezio se sentait irrémédiablement attiré et envouté par cette potentielle ennemie.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 34
Date d'inscription : 31/03/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Démons
Classe: Invocateur
En général: Révolutionnaire. À bas Kerdéreth !
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Mer 4 Juil - 13:25           
.................................................................................................................................................................................................................................

Elle n'en eut pas le temps. Avant même qu'elle s'en rende compte, l'ange s'était réveillé. Elle n'eut pas le temps de reculer non plus. Il s'était redressé et l'avait prise par le bras. Elle aurait dû y penser ! Quelle idiote ! Surprise, attrapée sur le fait, elle poussa un petit cri qui s'étouffa dans la seconde, et tenta de se dégager. Pendant qu'il la tenait, l'ange se mit à chercher quelque-chose. Ayant un mauvais pressentiment, la démone protégea son visage de son bras libre les yeux fermés, mais rien ne vint. Elle les rouvrit, et rougit en apercevant le torse nu de l'ange. Elle voulut se détourner, mais se rappela qu'elle était toujours prisonnière. Elle tenta de se libérer grâce à sa main libre. Rien.
Puis elle se rendit compte qu'il l'observait. Mal-à-l'aise, elle jeta un coup d'oeil vers la porte pourtant si proche qu'elle ne pouvait pas atteindre et passa une main dans ses cheveux. Que lui voulait-il à la fin ? Ça lui apprendrait à porter secours à des inconnus.
Bien sûr il commença à poser des questions, et aussitôt Oliana se braqua. En plus, il employait le tutoiement.

* Il doit me prendre pour une enfant. *

Son visage montrait un mélange de défiance et de stupéfaction. Elle n'aimait pas du tout cet air. Elle se débattit une fois de plus sans plus de résultat. Elle résista à affoler toute la maisonnée mais préféra se débrouiller par ses propres moyens. Elle pouvait se défendre seule, ce n'était pas un blessé qui allait l'impressionner. Elle se redressa pour prononcer :
Ce ne sont pas tes affaires ! Lâche-moi ! Lâche-moi tout de suite !
Toutefois, il semblait avoir une idée en tête. Il poursuivit l'interrogatoire. Si c'était elle dans le champ ? Pourquoi elle l'avait sauvé ? Il posait trop de questions. Elle n'aimait pas ça du tout. Elle le toisa depuis sa position en hauteur par rapport à lui. Comme s'il était en état de demander.
Qu'est-ce que ça peut te faire ? Et d'après toi, tu serais là si ça n'avait pas été moi tout à l'heure ?
Était-il idiot ou en état de choc ? Ou bien était-elle froissée d'avoir été prise dans sa chambre alors qu'elle pensait pouvoir l'observer tranquillement, et ses réactions étaient-elles excessives ?
Et pourquoi la regardait-il comme ça ? On aurait dit un cerf face à un archer. Il semblait pris au piège, mais intéressé. Hésitant en somme. Elle prit de l'assurance et se dégagea enfin. Elle put enfin faire un pas en arrière.


* Qu'est-ce qu'il m'a pris à moi ?! Quelle idiote ! Je n'aurai pas dû venir, j'aurai dû laisser le maître régler cela. *
Le maître n'était évidemment plus une alternative envisageable, et elle devait rattraper seule la situation. Faisant fi de son envie de courir jusqu'à la porte et de s'enfuir, elle s'approcha à nouveau de l'ange, déterminée, histoire de bien lui montrer que lui c'était le blessé et qu'elle... était celle qui présentement veillait à son état. Elle le repoussa dans le lit et tira sur lui les couvertures. Cela dissiperait déjà un peu sa gêne. Puis elle croisa les bras, et resta à l'observer, comme il l'avait fait avec elle.
Un petit instinct lui souffla qu'il était tout de même préférable de mettre l'inconnu au courant de sa situation. Elle jeta un nouveau coup d'oeil vers la porte, soupira, décroisa les bras, et planta ses poings sur ses hanches. Agacée, elle l'était. Et ça n'était pas près de s'arrêter.

Vous êtes dans la propriété de mon maître, et je suis domestique. Je vous prierais d'arrêter de me fixer parce que ça m'énerve.
Elle fit une pause car elle ne pouvait pas tout dire d'une traite sous peine d'hausser la voix ce que, malgré son agacement, elle ne voulait pas faire.
Si vous ne l'avez toujours pas remarquer, je tiens à vous faire observer que vous avez été blessé par un carreau d'arbalète qu'un guérisseur que le maître m'a fait quérir vous a généreusement retiré. Et puisque vous vous êtes réveillé, vous allez vraisemblablement mieux.

Ouf c'était sorti, elle se sentait mieux. Qu'est-ce qu'il lui avait pris à cet ange de l'agresser de la sorte !? Mais elle était plus calme maintenant. Il fallait juste qu'elle décide des décisions à prendre. Résolution numéro un : prévenir le maître du réveil. Comme ça, elle pourrait sortir de la pièce avec une raison. Mais d'abord, attendre de voir si l'inconnu avait une autre question intelligente à soumettre.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Mer 4 Juil - 14:22           
.................................................................................................................................................................................................................................

Ezio ne s’était même pas rendu compte qu'il la tenait encore par le bras. Quand elle lui demanda de retirer sa main il relâcha la pression sur son bras, sans pour autant le lâcher. Elle répondit a sa deuxième question avec la même hardeur et le tutoiement. Aucun doute, c'était une démone...et une démone froissé sans doute...mauvais ça.

Elle se libéra enfin de sa prise et fit un pas en arrière, surement par sécurité. Ezio regarda autour de lui, de façon a trouver ses affaires des yeux. Mais apparemment elles n’étaient pas la. Et avant qu'il ne puisse dire quoi que ce sois elle se rapprocha a nouveau et le poussa pour qu'il se rallonge dans le lit et tira les couverture. Ezio était un peut déboussoler. Et maintenant c’était elle qui l'observait. Super...sa allait durer longtemps ? Mais finalement elle reprit la parole pour répondre vraiment a ses question et cette fois le vouvoya. Bon il n'était pas vraiment plus avancer par la première réponse. Mais la deuxième quand a elle lui ramena des souvenir de la bataille qui avait eu lieux peut de jour avant et ou il avait reçu sa blessure. Il examina de sa main la blessure et il fallait dure que le guérisseur avait fait du trés bon travail. Mais il ne volerait surement pas avant un ou deux jours...ou du moins pas aisément. Il pris quelque minutes pour réfléchir puis pris a nouveau la parole.


-Ecoutez...je suis désolé d'avoir réagit ainsi...Mais il est normal pour un ange d’être méfiant quand il se retrouve dans une tel position face à un démon inconnu...

Il se redressa alors a nouveau ferma les yeux et ses ailes se replièrent et finirent par disparaître totalement. Elle se réparerait mieux et plus vite ainsi. Il repris la parole.

-je vous remercie énormément de m'avoir sauvés, je vous doit la vie...Et c'est pas rien. En attendant et comme vous venait de le dire je vais mieux, alors si vous pourriez me rendre mes affaires, ou juste me dire ou elle sont que je puisse sortir de cette chambre...j'aimerai rencontrer votre maître, voir mon cheval et il faut aussi que je fasse un peut d'étirement et d'exercice. Cette blessure ne ce remettra pas toute seule, et je ne peut pas rester ici à rien faire.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 34
Date d'inscription : 31/03/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Démons
Classe: Invocateur
En général: Révolutionnaire. À bas Kerdéreth !
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Mer 4 Juil - 17:57           
.................................................................................................................................................................................................................................

L'ange s'était mis à chercher ses affaires. Oliana l'observait sans esquisser un geste. Vu qu'elles étaient dans les quartiers des domestiques (qui étaient entrain de les nettoyer) il n'était pas prêt de les retrouver. Il voulut également s'assurer lui-même de l'état de sa blessure, comme si ses propres précisions n'avaient pas été suffisantes. Il semblait s'attendre à un mauvais coup de sa part, et elle ne comprenait pas pourquoi. Ce ne fut qu'après un temps qu'il s'expliqua, et Oliana en resta sidérée.
* Bon point, il m'a vouvoyé, je reprends un peu de crédit.Et puis, il s'excuse. Mauvais point, il est paranoïaque. Peut-être l'effet de la potion du guérisseur... *
N'ayant jamais été au coeur du duel entre anges et démons, la question de savoir si elle était dangereuse pour lui et vice-versa lui apparaissait sans importance. Elle ne comprenait pas que l'ange devant elle se méfie juste à cause de sa race.

Elle remarqua avec étonnement que l'ange pouvait rétracter ses ailes. Elle n'avait jamais entendu parlé du fait que cela était possible. Et puis... où disparaissaient-elles ? Grand mystère. D'un côté, c'était un peu comme ses invocations. Elles étaient là, et une minute après, elles n'y étaient plus. Néanmoins, là n'était pas le sujet. L'ange avait repris la parole. La démone l'écouta en se renfrognant petit à petit. Il la prenait vraiment pour sa domestique !

* J'aimerais ceci... et puis cela... *
De plus, évidemment, Monsieur voulait s'adresser au maître des lieux. Il était vrai qu'elle n'était pas digne d'attention, elle la domestique ! Elle aurait presque pu l'oublier...
Je vais aller quérir mon maître tout de suite, dit-elle avec servilité. Il pourra très certainement solutionner vos nombreux problèmes.
Sourire fourbe.
* Tiens, prends donc ! Tu veux t'inquièter ? Vas-y ! *
Elle jeta un oeil à la fenêtre grande ouvert autour de laquelle volaient les rideaux. Elle se demanda une seconde si elle devait la refermer.
* Non, qu'il attrape froid ! « Ça ne pourra lui faire que du bien », après tout. *
Elle sortit donc à toute vitesse de la pièce et courut dans le couloir jusqu'au bureau du maître, à l'autre bout de la demeure. Elle frappa à la porte avant d'entrer. On lui répondit qu'elle pouvait pénétrer à l'intérieur.

Kaëdéreth Mésyrhis était assis aux côtés de Nays sur un sofa. Ils levèrent tous deux la tête vers elle. Oliana referma la porte avant de parler, avec un apparent désintérêt :

Il est réveillé.
Nays se leva en un éclair.
Tu as appris quelque-chose ?
Oliana resta impassible.
Oh que oui. Il est très agaçant.
Les deux nobles se regardèrent sans comprendre, puis suivirent la domestique qui repartait déjà d'où elle venait. Lorsqu'elle ouvrit la porte de la chambre du blessé, ce fut Kaëdéreth qui entra le premier. Nays le suivit. Oliana, quant à elle, resta sur le pas de la porte, adossée au chambranle. Kaëdéreth prit alors la parole :
Bonjour, je suis ravi de voir que vous vous êtes réveillé. Je me nomme Kaëdéreth Mésyrhis, et vous êtes en ma demeure car vous avez été blessé. Gardez-vous quelques souvenirs en mémoire ? La douleur s'est-elle aténuée ? Un guérisseur a pris soin de vous.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Mer 4 Juil - 22:25           
.................................................................................................................................................................................................................................

Oups, il avait peut être était un peut exigent...Elle répondit froidement a sa demande...Ezio ne tilta pas sur le coup de savoir pourquoi elle employait un tel ton...puis se rendant compte de ce qu'il lui avait dit juste avant il voulu se rattraper.

-Attendez je me suis mal exprimer...!

Mais elle était déjà sortit et se fut le claquement de porte qui lui repondit...Bon, il s’excusera et s’expliquera plus tard. En attendant il était toujours pas habiller... Il se leva et regarda par la fenêtre.

*Encore quelques heures et il fera déjà nuit...le jour est tellement cours ici...*

Mais il fut interrompu dans ses pensez par des pas qui revenez vers la porte...et il était toujours en sous vêtement...pas top pour rencontrer le maître des lieux...Il se précipita donc vers le lit, se replaçant comme avant,la couverture lui couvrant les jambe jusqu'au bas ventre. La porte s'ouvrit et Ezio ne s'attendit vraiment pas a cela. Il écarquilla les yeux, ou du moins on était sur qu'il en écarquillait un, l'autre étant invisible derrière sont cache-oeil. Kaëdéreth Mésyrhis...L'un des plus grand soldat de l'armée de Kerdéreth, si ce n’était le meilleur...Un homme plein de bon sens a la fois droit et juste...Et un très vieux ami...qui avait l'air toujours aussi jeune.Un sourire se dessina sur ses lèvres. Il ne put s’empêcher d'avoir un petit rire a la question du maître des lieux.

-Je ne pense pas que ma mémoire ait était atteinte mais je pourrai vous retourner la question mon bon ami...Cela a beau faire...combien déjà...quinze ans? vingt peut être...Allons vous ne m'avait tout de même pas oublier...A moins que ce ne sois cela? il est vrais que j'etait fiére d'arborer cette blessure sur le champs de bataille.

Il enleva la mèche de cheveux qui lui cacher une partie du visage et enleva son cache-oeil dévoilant son oeil gauche, dont l'iris était avait garder son rouge sang mais la pupille était devenu aussi blanche que la lune, et sa cicatrice presque parfaitement vertical.

-Ezio Sanghin, sergent instructeur rattacher au régiment spécial de la reine, engagé dans la lutte contre les clan ennemis de la couronne de Kerdéreth a vos ordre pendant prés de cinq ans. C'est vraiment bon de vous revoir...

Soudain il se rappela quelque chose...Une discutions qu'ils avaient eus au cours de l'une de leurs nombreuses nuits en bivouac. Une enfant, qui lui était apparu du ciel et qui n'avait rien d'humaine...serait-ce elle?Il se pencha légèrement pour apercevoir la démone qui ce trouver sur le pas de la porte.

-Attendez, si je me rappelle il y avait une enfant avec vous...vous me l'aviez présenter une fois...Oliana...

Aparement elle avait quelque peut réagit quand elle entendu son nom. Il repris donc la parole en s'adressant a elle.

-Mais comment ce fait elle que vous paressiez aussi jeune? Quel ages avez vous? vingt ans, c'est cela? Les démons on une longévité aussi élevés que les anges mais la croissance reste celle d'un humain normalement...

Après avoir entendu sa réponse il porta sont attention sur la jeune femme qui etait arrivé en meme temps que Kaëdéreth quelque minutes plus tot. Elle ne devait pas avoir atteint les trente ans...Une femme très belle et issus de la noblesse semblait t'il.

-Je ne crois pas avoir le plaisir de vous connaitre, milady...?



Dernière édition par Ezio Sanghin le Mer 26 Sep - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 34
Date d'inscription : 31/03/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Démons
Classe: Invocateur
En général: Révolutionnaire. À bas Kerdéreth !
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Jeu 5 Juil - 21:11           
.................................................................................................................................................................................................................................

Il faisait déjà pratiquement nuit sur le Continent Inférieur. Oliana regardait part la fenêtre du couloir quand le maître pénétra dans la chambre du blessé. Néanmoins, elle ne manqua pas de se retourner lorsque l'ange se remit à parler. Il semblait connaître Kaëdéreth. Surprise, et surtout, curieuse, la démone s'empressa de rentrer dans la pièce. Le maître l'avait noté et lui lança un regard réprobateur. Puis il se retourna vers l'ange, il semblait chercher un lointain souvenir. Ce ne fut néanmoins que lorsque l'ange mit sa blessure à jour que le regard de Kaëdéreth s'éclaira.
Nays le fixait comme si elle cherchait à comprendre. De l'avis d'Oliana, elle ne devait pas connaître le blessé. Son amie se rapprocha d'elle, elle réfléchissait à quelque-chose que la démone n'aurait su identifier.

Je n'ai jamais entendu parler de cet homme... murmura-t-elle. Et toi ?
Non plus, répondit-elle sur le même ton.

[i]Enfin, l'ange se présenta. Il parla de l'armée de Kerdéreth... l'armée contre laquelle Oliana s'était engagée en entrant dans la rébellion. Elle baissa les yeux instinctivement et rougit un peu. Le maître lui, sembla terriblement réjoui de reconnaître cette vieille connaissance, il commença donc à s'approcher, un sourire (fait rarissime) fendant son visage.
Puis, l'ange commença à parler de la démone. Elle sursauta. Parlé d'elle ? Présentée ? Il avait apparemment remarqué sa réaction. Et zut... Le maître, pour sa part, marqua son assentiment par un signe de tête. C'était donc vrai, ce que cet Ezio racontait. Le maître lui avait vraiment parlé d'elle ? Pourquoi aurait-il fait cela ? En général, il lui semblait plutôt qu'elle était la dernière personne de laquelle il pourrait parler...

Ezio se tourna ensuite vers elle. Elle sentit le rouge monter à ses joues une fois de plus. Il ne s'adressa plus au maître, mais à elle seule. Voilà qu'il lui demandait le secret de sa jeunesse.

On veille à ce que je me conserve bien et que je garde toute ma vigueur en travaillant, sortit presque immédiatement de sa bouche.
[i]Elle croisa le regard interrogateur du maître mais préféra détourner le sien. Elle avait bien le droit de dire ce qu'elle pensait. Aucune close dans son contrat ne stipulait le contraire. Heureusement, la conversation changea brusquement de direction lorsqu'Ezio aperçut Nays. Celle-ci le salua avec son air de petit fille modèle habituel, exécutant une révérence à en faire pâlir toute jeune fille de bonne famille, puis rejeta sa magnifique chevelure blonde en arrière. Oliana soupira. C'était toujours la même rengaine.

Appelez-moi Nays. Je suis enchantée de faire votre connaissance monsieur Sanghin.
Le maître termina son avancé jusqu'au blessé, et lui serra chaleureusement la main. Ce fut lui qui reprit la parole.
Je suis vraiment, vraiment, vraiment très heureux de vous revoir ! Vous êtes le bienvenu en ma demeure. Vous pourrez y rester tout le temps de votre rétablissement si vous le souhaitez. D'ailleurs, souhaitez-vous vous joindre à nous pour le dîner, vous devez être mort de fin et puis, cela nous laissera le temps de parler et de rattraper les années qu'il nous manque à raconter.

Oliana resta comme sidérée. Ce fut en plus le bouquet lorsqu'il demanda à Nays si elle voulait bien rester aussi et qu'elle accepta « naturellement » en échangeant avec lui un regard de connivence qui en aurait fait se dresser les cheveux d'Oliana sur sa tête si elle n'avait pas été observée.. Et qui devrait venir les servir à table comme un vulgaire valet ? Elle. La situation était plus que dégradante.
Oliana, tu veux bien aller chercher les affaires de Monsieur Sanghin ?
* Non.*
Bien sûr. Maître.
Oliana s'eclipsa immédiatement dans le couloir, la rage au ventre.
* Oliana, tu veux bien aller chercher les affaires de Monsieur Sanghin ? Oliana ci, Oliana ça. Il peut bien se lever MONSIEUR Sanghin. Ça lui fera faire son petit exercice. *
Elle passa en quatrième vitesse récupérer les affaires propres et remonta en traînant dans les marches.

Pendant ce temps, Kaëdéreth avait déjà entamé la discussion, réclamant des nouvelles d'Ezio. Il voulait plus particulièrement savoir ce qui l'avait conduit à se trouver blesser. Nays s'était assise sur une chaise, d'une manière tranquillement distinguée et écoutait parler.
Puis soudainement, en plein milieu de la conversation, la porte s'ouvrit, et Oliana arriva avec les affaires pliées dans ses bras.

J'ai tout. Monsieur peut se servir.
Elle posa les affaires sur le lit, juste à côté de l'ange. Cette fois, le regard que lui jeta le maître montrait un certain mécontentement. Toutefois, elle n'en avait cure, et garda la tête haute. Elle ressortit aussitôt de la pièce, et fila vers le jardin, où elle pourrait trouver une occupation au niveau des écuries. Le maître s'excusa pour sa domestique, et mit un terme à la discussion.
Vous feriez bien d'enfiler cela. Et reposez-vous un peu. En attendant, je serai dans mon bureau avec Nays. Au moindre soucis, n'hésitez pas. Si vous voulez marcher, vous pouvez visiter la propriété.
Les deux nobles prirent donc congé et sortirent de la pièce, laissant Ezio à nouveau seul.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Lun 9 Juil - 13:23           
.................................................................................................................................................................................................................................

[HRP : bon j'ai fait ce rp cette nuit, donc si il y a la moindre incohérence, préviens moi ^^]

L'oreilles droite de l'hybride sembla réagir au murmure des deux jeunes femmes. Au moins il avait toutes ses capacités. Puis il avait parler a Oliana et sa réponse était...pleine de repartie. Ezio eu un sourire en coin. Elle ne manquait pas de caractère cette petite...Sa lui plaisait. Puis ce fut a Nays de lui répondre.

-Le plaisir et pour moi demoiselle. Mais appeler moi Ezio.

Enfin Kaëdéreth arriva à sa hauteur et lui offrit une pogné de main. Il lui expliqua qu'il était le bienvenue et qu'il pouvait rester autant de temps que nécessaire a son rétablissement. Et étant un invité du maître, celui ci l'invita a sa table pour le dîné.

-Mon ami, c'est avec un grand plaisir que j'accepte votre offre de dîner. Quand a votre proposition de m'héberger, je ne veux pas m'imposé. Je doit retourné d'où je viens pour pouvoir régler...quelques différents...Donc je vous propose de vous aider sur le domaine le temps que je suis la...Comme sa je ne serait pas un poids le temps de ma présence.

A la suite de cela, le maître demanda a la démone de récupéré les affaires du semi. Celui ci allait s'interposer pour dire qu'il pouvait le faire seul, mais se rappela qu'il n’était pas vraiment présentable pour sortir du lit...Il se tut donc et attendit que la jeune femme sortit. Pendant qu'elle était partit, Kaëdéreth voulu savoir ce qui était arriver a son ami pour qu'il reçoive un carreau. Ezio lui expliqua donc son périple avec la caravane puis l'attaque qu'ils avaient subit par la cavalerie des Volac, des soldats qui avaient désertés les armées des différends royaume et qui avait formé un groupe qui semait la terreur sur le continent inférieur. Après cela la domestique au cheveux blanc revins et déposa les affaires sur le lit. Ezio lui tenta un sourire.

-Un grand merci à vous demoiselle.

Mais il sembla qu'elle ne fit même pas attention a ses parole et sortit. Le maître repris la parole et lui conseilla de se reposer.

-Je vous remercie mais je crois que je vais aller me dégourdir les muscles.C'est quelque jours sans effort mon ramollit je crois J'ai l'impression d’être vous il y a quelque années...

Ils rirent tout deux puis les deux nobles décidèrent de le laisser seul. Ezio soupira. Au moins il n’était pas tomber n'importe ou. Il sourit. Ces quelques jours de repos allait être bien plaisant, mais il ne pouvait se résoudre a rester ici trop longtemps. Les volac étant des nomades ils avaient la capacité de parcourir le triple voir le quadruple de la distance moyenne que le pouvait un groupe dit "normales" en une seul journées. Ezio allait avoir énormément de mal a les retrouver. Il fallait donc qu'il reprennent son entrainement au plus vite affin d’être prés aussi vite que possible. Dehors le soleil étendait ses dernières lueurs. Ezio s'habilla aussi vite qu'il le pouvait, vérifia l'entretien de ses armes, qui était d'une propreté irréprochable. Ezio demanderai au dîné qui c'était occupé de cela. Enfin il se décida a sortir. Il commença son entrainement par un peut de running. Il n'eu pas longtemps pour trouver un circuit. Il lui suffisant de faire le tour du domaine. Mais il ne s'attendait pas a ce qu'il soit aussi grand...il lui fallut bien une heure et demi pour en faire le tour.

Son périple s'acheva devant la grange, juste accolé à la propriété. Il s’étira pendant plusieurs minutes. Le soleil avait désormais disparu. Que pouvait t'il faire dans ce noir complet ? Déjà faire de la lumière. Il prit donc deux torche afin d'éclairé la grange. Il fit un petit tour des lieux. Bon, il avait trouvé une ancienne cible de tire a l'arc. C’était un bon début. Le cordage était un peut usé. Ezio décida de le remettre en état, ce qui lui prit une bonne demi heure. Bon, tout était prêt.

Un bandeau sur les yeux, Ezio était concentrée. Seul le bruit du vent qui s’engouffrait dans les ouvertures des portes. Il faisais face a la cible qui se trouvait à un cinquantaine de mètre de lui. Soudain et sans aucun bruits il envoya sont bras, a trois reprise, a une vitesse tels que sont mouvement était totalement flou pour un oeil humain. Sans enlever le bandeau, le semi sourit. Il savait qu'il avait fait mouche. Lors des trois lancés. Soudain son oreilles droite frémit à nouveau, comme lorsque Oliana et Nays chuchoter quelque heurs auparavant dans la chambre. Quelqu'un était la et l'observait. Ezio tenta de se concentrait et finit par sentir une respiration. Il eu un sourire en coin. Le semi savait trés bien qui était la a l'épier.


-Pourquoi restez vous dans votre coin jeune fille ?? Auriez vous peur de moi??

Il enleva son bandeau et se tourna dans la direction ou elle se trouver.Il tendit un de ses poignard vers elle comme si il le lui proposé.

- Cela vous tenterait il d'essayer??

Le demi ange espérait qu'elle accepte...Il voulait tellement se racheter de sa conduite qu'il avait eu dans la chambre avec elle. Le fait qu'elle le rejoigne montrerait qu'il aurait la possibilité de le faire.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 34
Date d'inscription : 31/03/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Démons
Classe: Invocateur
En général: Révolutionnaire. À bas Kerdéreth !
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Mar 24 Juil - 19:22           
.................................................................................................................................................................................................................................

Comment avez-vous connu cet homme ?
C'est une longue histoire. Nous avons fait la guerre ensemble il faut croire. C'était il y a si longtemps...
Nays fixa son regard bleu sur le maître. Ils étaient encore dans le couloir et observaient le soleil du dehors à travers les vitres. Elle s'apercevait qu'elle n'en savait pas tant que ça sur le passé de l'homme qui était face à elle. Tout ce qu'elle tenait pour sûr, c'était qu'il avait tiré un trait sur cette époque de sa vie.
Vous serviez Alidane Dextrae, c'est cela ?
C'est cela. Ezio et moi faisions partie du même régiment. Ce n'était pas un régiment tout à fait normal en fait. Nous avions pour but l'élimination de tous les « conspirateurs », ce qui en voulaient à la couronne.
Nays ralentit un peu le pas, la tête inclinée vers le sol.
« L'élimination » ?
Le maître aussi ralentit puis tout deux s'arrêtèrent. Son regard se fit soudainement très doux lorsqu'il croisa le visage d'ange de la noble qui le questionnait. Il s'accouda finalement contre le rebord de l'une des fenêtre. Son regard se perdit dans le vide, mais un sourire éclaira soudain son visage.
Les combats sont ce qu'ils sont. La reine, contrairement à ce qu'il peut y paraître, est loin d'être intouchable, et je pense que c'est la première au courant. Heureusement pour elle, elle n'est pas folle, et elle a toujours prit soin de s'entourer des bonnes personnes, celles qui pourraient l'aider à trancher quelques têtes pour l'honneur de la couronne. Je l'ai rencontrée. Une fois. C'est une chose assez dure à oublier. C'était lors de ce que nous appelions alors les « fêtes sanglantes ». Lynn Éleskan a obtenu leur interdiction il y a quelques années en échange de trafics commerciaux intéressants. Les anti-Dextrae, ou supposés comme tels, étaient rassemblés et massacrés en place publique, à Riéza. J'étais un fervent partisan, jeune et prometteur. Je faisais partie des bourreaux. Alidane Dextrae est passée ce jour-là, montée sur cheval de guerre, en armure, une lame à la main tachée de sang jusqu'à la garde qu'elle brandissait au milieu de la foule. Il n'y avait partout... que des cris de ferveur, des cris meurtriers à en tuer des hommes. Je n'ai jamais revu une chose semblable.
Nays détourna les yeux et fit quelques pas dans le couloir. Protégée dans le cocon de la noblesse, et celui innocent des âmes encore jeunes, elle n'avait jamais eu à faire face à la mort. Elle connaissait déjà certains actes de Kaëdéreth, elle savait qu'il avait tué beaucoup de monde, mais imaginer cette simple scène était trop pour elle. Le maître s'en rendit compte. Il lui prit la main pour la ramener vers la fenêtre, une expression d'excuse sur le visage.
Je n'ai pas toujours été un réserviste, dans l'attente d'une grande guerre à mener. Disons que je me suis un peu calmé au fur et à mesure qu'Oliana grandissait. Il y avait d'ores et déjà de nouvelles responsabilités à prendre. Je ne sais pas si Ezio fait toujours partie des troupes. Toujours est-il qu'il a souvent été plus sage que moi. Un bon exemple parmi les soldats.
Que voulez-vous dire ?
La mort se mesure. Je ne m'en suis pas toujours rendu compte. Ezio... si.
Nays revint aux côtés du maître. À son image, elle observa la propriété à travers la vitre. Soudain, elle fit un signe de tête au noble à ses côtés et sourit. Oliana venait de passer sous la fenêtre.


La démone, dans sa rage intérieure qu'elle n'arrivait pas à extérioriser, tenta de marcher pour faire passer le tout. Mais force lui était de constaté que ce n'était pas comme ça qu'elle pourrait arriver à quoi de ce soit. Ce qu'il lui fallait, c'était une occupation, quelque-chose à faire qui lui prendrait du temps, et de la concentration. Elle rentra donc à nouveau dans la propriété de laquelle elle était sortie pour marcher et se mit en quête de cette chose précieuse qui permettait d'oublier sa colère. Toutefois, arrivée devant la porte de la demeure Mésyrhis, elle se demanda vaguement ce qu'elle allait bien pouvoir faire à l'intérieur et rebroussa chemin, sourcils froncés, toujours sans savoir comment retrouver son humeur normale. Elle allait au ralenti, dans un état de réflexion avancé, et longeait les murs des bâtisses. Elle ne pouvait décemment pas s'acquitter de ses travaux de domestique à présent. Cela ne ferait que renforcer son énervement. Cependant, elle n'avait jamais eu que cela à faire. Voilà une bien fâcheuse situation.
Sans qu'elle s'en rende compte, ses jambes fonctionnant sans le commandement de l'esprit, elle se mit à nouveau à errer ça et là. Lorsqu'enfin elle s'en aperçut, elle se prit à souffler de mécontentement et, sa rage encore renforcée, elle s'assit sur un banc devant un bâtiment qui jouxtait la propriété. L'air était chaud et les plantes bien vertes dans les jardins. La nature semblait s'épanouir à l'extérieur des murs mais la démone morose y était insensible.

* Non mais qui c'est celui-là qui se permet de s'incruster dans nos vies. Soigné, il devrait déjà être reparti ! Et dire que le maître le connaît. C'est sûrement encore un de ces partisans d'Alidane Dextrae, l'horrible, l'affreuse, reine de Kerdéreth. Ah ça il savent tous faire les beaux, mais quand il faut se prosterner ils disent pas non, non plus. *

Ses bras croisés, elle scrutait les alentours, comme si elle s'attendait à ce que, d'un coup, quelque-chose surgisse et lui indique les différentes manœuvres à suivre pour s'occuper l'esprit. En désespoir de cause, elle finit par se relever. À cause de la chaleur, elle décida de nouer ses cheveux, ce qu'elle ne faisait que très rarement. Ce fut alors qu'elle perçut distinctement le bruit d'une flèche se fichant dans le bois. Par pur réflexe, elle s'accroupit par terre. Toutefois, il n'y avait personne en vue. Elle se releva donc avec précaution et fit quelques pas discrets. D'autres bruits semblables avaient déjà retenti.
La curiosité de la domestique la poussa jusqu'aux portes de la grange d'où venait ce bruit. À peine fut-elle arrivée, que l'imprudente appuya sur la porte pour l'entrouvrir dans un léger grincement. Le blessé, les yeux bandés dans la pénombre, concentré face à une cible, lui apparut sans doute possible.

* Lui ? Mais qu'est-ce qu'il fait ici ? *
Oliana n'en revenait pas de l'avoir trouvé là, et d'autant plus qu'elle le voyait en plein entraînement au tir. Les lames, en tout cas, avaient toutes atteint le centre. Un prodige. La démone fit quelques pas à l'intérieur, s'approchant petit à petit de l'ange. Il était intrigant certes, cet homme. Il se faisait blesser lors d'un combat, atterrissait ici par hasard, connaissait le maître, semblait habile combattant. Bien. S'en était trop pour la curiosité de la domestique, malgré toute la rancoeur qu'elle avait accumulé contre lui en un temps record.

Elle ne savait pas très bien ce qu'elle s'apprêtait à faire à se moment-là. Toutefois, elle ne s'attendait pas à ce que, soudain, elle doive répondre à des paroles. Le blessé l'avait remarqué, bien sûr. Il lui demandait pourquoi elle restait à part, si peut-être il l'effrayait.

* En voilà une bonne... *
Elle le fixait depuis qu'elle l'avait aperçut. Dans un raie de lumière qui traversait un carreau poussiéreux, elle le vit ôter son bandeau et se diriger vers elle. Elle ne répondit toujours pas car après tout elle n'arrivait pas à l'appréhender, et craignait un peu ce qu'il allait pouvoir faire. Alors qu'il avançait, elle se prit à faire un pas en arrière, tout en gardant toutefois la tête haute. Quoiqu'il se passe, elle devait redorer sa réputation, car cet homme, elle l'avait soupçonné à la façon dont il lui parlait, ne devait pas la tenir en haute estime. Encore un de ceux qui ne tiennent pas compte des domestiques. Du moins était-ce qu'elle pensait.
Quelques secondes après seulement, elle fut prise au dépourvu par son air presque aimable, qui semblait vouloir l'excuser auprès d'elle. Il lui posa encore une question, à savoir si elle voulait s'essayer au lancé de couteau. Elle qui s'y était si souvent entraînée... Voilà matière à lui rendre compte du fait qu'elle n'était pas simplement une domestique.


Je n'ai pas peur de vous, et je ne reste pas dans mon coin. J'attendais juste le moment propice pour vous prendre au dépourvu, lâcha-t-elle au tac-au-tac. Et j'accepte votre proposition d'essai. Mais je vous préviens, à côté de vous, j'ai rang de débutante.
Sans plus d'histoire, elle se saisit de l'arme qu'il lui tendait avant de se diriger d'un pas décidé vers l'endroit où il se tenait précédemment. Son but à présent était de l'impressionner. Pour cela il lui fallait de la concentration. Elle ferma les yeux, et laissa un courant d'air lui chatouiller le cou. Quand enfin elle fut prête, elle les rouvrit, et dans un mouvement sec et rapide, envoya la lame se ficher dans la cible, au centre. Un sourire se forma sur son visage alors qu'elle observait son résultat. Elle en profita pour se retourner vers l'ange.
Voilà Ezio tout ce que je sais faire. Ne me testez pas sur autre chose mes compétences en combat s'arrêtent malheureusement là. Cependant... ne croyez pas que je ne sais pas me défendre.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Lun 6 Aoû - 19:17           
.................................................................................................................................................................................................................................

Ezio releva un sourcils interrogateur et eu un sourire en coin. Il était clair que Kaëdéreth avait lui même élevé cette petite. Il y avait en elle ce qu'Ezio voyait en son ami quand ils avaient servis ensemble. Elle etait sur d'elle , un peut trop peut être. Et elle avait aussi la réplique acide facile. Bon, la "réconciliation" aller être plus difficile... Mais Ezio avait déjà réussi avec Kaëdéreth, il y arriverait avec elle. Oliana se saisit de l'arme qu'Ezio lui tendit et ce plaça la ou se trouver le semi ange quelques minutes plus tôt. Elle se concentra alors quelque seconde, une trés bonne initiative pour une débutante. Soudain elle ce mit en mouvement et lança la lame. Ezio en resta bouche bée. Ses yeux de chat avait décortiqué son lancé grâce au ralentit et avait tout imprimé. Il n'avait même pas vu la lame se fiché dans la cible en son centre mais avait tout de suite su que le lancé avait été parfait. Lors de celui ci, le corps de la démone sembla gracieux et féroce a la fois. Le semi resta un instant sans rien dire après qu'elle eu repris la parole puis la prit a sont tour.

-Etes vous sur de ne pas vouloir essayer autre chose? vous avait un énorme potentielle...Je me demande qui vous à appris a lancer ainsi, j'aimerai le rencontrer... On n'e vous a jamais dit que vous étiez faite pour vous battre ?

Ezio réfléchit alors pour savoir si il avait déjà vu une personne utiliser des lame de la même manière...mais personne ne lui vint a l’esprit. Il avait tant d'autre chose a lui demander, mais il voyait bien qu'elle en avait un peut part delà la tête de ses questions. Il proposa alors quelque chose.

- Ecoutez milady, je sais que je pose beaucoup de questions, et vous devait en avoir aussi beaucoup. Je vous propose donc de répondre a toute les questions que vous pourriez avoir a propos de moi et en contrepartie je continue les miennes. Qu'en dites vous?

L'hybride espéra qu'elle accepte. Il avait besoin d'en savoir plus sur elle...Le sentiment de fascination qu'avait engendrer leur rencontre simplifiable dans l’esprit d'Ezio. Comment Kaëdéreth avait put cacher cette jeune démone au yeux du monde ? Une penser traversa l’esprit du semi : accepterait t'elle d'en apprendre plus sur l'art du combat ? peut être même pourrait il la prendre comme apprentie et faire d'elle un assassin redoutable...Mais cette décision ne devait pas être prit a la légère...Il devait mûrement réfléchir avant de faire une tel proposition.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 34
Date d'inscription : 31/03/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Démons
Classe: Invocateur
En général: Révolutionnaire. À bas Kerdéreth !
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Ven 10 Aoû - 19:56           
.................................................................................................................................................................................................................................

[Hrp : Ca risque d'être un peu brouillon je pense x) J'ai eu du mal à m'organiser pour le coup ;p]

La démone écouta patiemment ce que l’ange avait à dire, et respecta ses silences. Elle ne comprenait pas pourquoi, mais il semblait intéressé par elle… Cela la mettait mal-à-l’aise. Que lui voulait-il, cet homme qu’elle n’avait sauvé que parce que c’était son devoir après tout ? Cet être qui, maintenant qu’elle y pensait, était son exact opposé : lui l’ange, et elle la démone. Ce n’était qu’une question de race, ce à quoi elle n’accordait aucune importance, toutefois il était possible que les autres en accorde, ce pourquoi elle le prenait en compte. Projetait-il de la tuer pendant que son maître avait le dos tourné ? Il semblait qu’il la connaissait déjà avant qu’elle ne fasse sa connaissance. Que lui avait-on appris sur elle ? Elle détestait savoir que les autres en savaient plus sur elle qu’elle sur eux, ce qui arrivait heureusement très peu souvent. Peut-être était-ce l’une de ces informations qui motivait l’intérêt de l’ange, ou peut-être ses capacités pour le lancer de couteau.
La domestique haussa les épaules dans le vide. Elle n’aurait su répondre à aucune de ses nombreuses questions. Et le seul moyen d’en apprendre plus, c’était de poursuivre cette discussion, malgré le fait qu’elle ait un pressentiment dérangeant. Quelque-chose lui soufflait qu’il valait mieux qu’elle ne reste pas seule avec cet homme. On ne sait jamais…


Premièrement, où avez-vous vu un quelconque potentiel ? Je me connais bien et je sais que je ne vaux vraiment pas grand-chose en combat. Si un jour je suis coincée, seules mes invocations ou mes talents au lancer auront le pouvoir de me sauver. Et encore je pense que ce sera plutôt les premières qui l’emporteront. Deuxièmement, qui vous dit que j’ai eu un professeur ? J’ai appris seule à tirer, à force d’acharnement. Avec de la volonté, tout est toujours à portée, ne cesse de me répéter le maître, elle eut alors un soupir. Evidemment, ce n’est pas pour le maniement des armes qu’il emploie cette expression. Je suppose qu’il serait formellement contre ces entraînements s’il en apprenait l’existence. Bref… Ah oui, troisièmement, je trouve le marché équitable. Et je vais en profiter. A quoi vous dédiez-vous ? Quelles sont vos aspirations vis-à-vis du monde ? Et surtout, en quoi est-ce que ma pauvre personne vous intéresse ? C’est la première fois que quelqu’un s’accroche pour avoir une conversation avec moi. Et pourtant, on pourra dire que je ne vous aurai pas facilité la tâche à vous !
Voilà une chose à la portée d’Oliana, jouer franc jeu, et ce en passant outre son attirance pour les mensonges en tout genre. Comme l’ange allait sûrement réfléchir à quoi répondre, la domestique prit les devants. Elle sortit son propre couteau, bien moins équilibré que celui de l’ange, il fallait bien qu’elle l’avoue, et bien plus usé aussi. Elle commença alors son entraînement comme si de rien n’était. Elle passa le temps en se défoulant sur la cible non loin, qui en fit largement les frais. Elle enchaîna les tirs, affinant de plus en plus la technique, tentant de canaliser toute son énergie dans un seul mouvement, utilisant quelques effets de style (autant en mettre plein la vue maintenant), mettant tout son corps à profit pour réussir parfaitement. Ses seuls moments de répit, utilisés en réflexions sur le prochain lancer, étaient ceux durant lesquels elle allait et venait entre la cible et sa position pour le tir, histoire de récupérer son couteau.

Il ne faisait pas très clair à l’intérieur, un rai de lumière laissait deviner la poussière qui se soulevait au fur et à mesure des allers retours de la démone. Après quelques minutes, satisfaite de sa performance, elle s’en retourna vers l’ange, qui selon elle avait eu largement le temps de mettre ses idées en place. Elle ne lui avait plus du tout prêté attention depuis qu’elle avait débuté son entrainement. Aussi, elle tint à lui jeter un coup d’œil avant de lui demander ses conclusions. Elle fut surprise de se découvrir à l’examiner franchement, l’observant sous toutes ses coutures, comme si elle tenait à le soumettre à une épreuve grâce à laquelle elle saurait si elle allait vraiment accepter ce marché qu’elle lui proposait. Elle se disait à présent qu’elle avait peut-être dit oui trop vite. Dans tous les cas, elle se surprit à ne trouver que des adjectifs bénéfiques à lui accorder. Elle se morigéna mentalement, et reprit le contrôle d’un œil plus critique. Bon, il était élancé, à la musculature fine, qui témoignait d’un entrainement régulier. Il exerçait une activité dans le domaine des armes, Oliana en aurait sa main au feu. Sinon pourquoi l’aurait-elle trouvé ici ? Pourquoi aurait-il, il y a longtemps, fait partie d’une sorte d’armée ? Pourquoi se serait-il fait attaquer ? Mais comment usait-il des armes ? Elle n’avait qu’une vague idée des différents corps de métiers qui composaient le vaste ensemble des combattants. Maître d’arme ? Soldat ? Garde ? Bandit ? Voleur ? Traqueur ? Assassin ? Elle brûlait de savoir qui était réellement cet homme rencontré par le plus pur hasard, qui connaissait le maître, et qui maintenant en plus s’intéressait à elle.
Ce qui attira le plus l’attention de la domestique, s’étaient ses yeux, ou plutôt pour être exact, le seul œil qu’il ait découvert. Son regard avait quelque-chose de captivant et d’électrique, et elle s’y sentait accrochée. N’ayant jamais eu à faire à pareille situation et sa curiosité la pressant, elle se décida enfin à reprendre la parole. Elle rangea son couteau, et énonça en ces termes :

Oui, je vais accepter votre marché. Enfin seulement si vous répondez à mes questions. Je ne garantis pas que je n’en trouverez pas d’autres par la suite, d’ailleurs.

La démone avança jusqu’à se trouver face à l’ange, sur lequel elle fixa ses yeux gris. Alors, elle se trouva disposée à écouter ce qu’il allait pouvoir lui répondre.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Ven 14 Déc - 9:01           
.................................................................................................................................................................................................................................

Après un bref silence, la démone haussa les épaules et prit la parole. Elle lui demanda tout d’abord ou le semi avait vu ce fameux potentiel qui, d’après elle, n’était rien mis a part un entrainement acharner. Elle lui expliqua aussi que sa meilleure arme était ses talents d'invocatrice. Intéressant...De plus son maître n’était apparemment pas au courant de ses entraînements clandestin, mais de l'avis d'Ezio Kaëdéreth était certainement le premier à l'avoir su.
Enfin elle changea de sujet pour parler du marché que l'hybride venait de lui proposer, elle l'accepta et apparemment Ezio avait vu juste, la jeune démone avait beaucoup de question a lui posé.Des question pour le moins...disons qu'il ne s'y attendait pas vraiment. Sauf a la dernière. Répondre à ses question aller lui prendre quelque minutes de réflexion car en effet il ne connaissez pas grand chose d'elle et suivant les réponses qu'il pouvait donner, elle forgerait en elle une image différente de lui. Il décida donc de jouer franc jeu. Après tout il avait en tête de la prendre sous son ailes, alors si il fallait commencer par lui mentir. Mais avant qu'il ne puisse reprendre la parole elle était repartit dans son entrainement et les pensées d'Ezio s'effacèrent tandis qu'il la regardait se mouvoir. Et l'espace d'un instant elle s’arrêta et se retourna vers lui. Elle eu l'aire de l'examiner elle aussi et Ezio haussa un sourcils d’interrogation puis sourit. Après tout il faisait de même sur elle donc il était normal qu'elle en fasse tout autant. Elle le fixa pendant un instant, comme scotcher par son regard. Puis elle reprit la parole se qui rappela a Ezio qu'il n'avait toujours pas parler depuis qu'elle lui avait posés ses quelque questions. Elle se plaça juste devant lui tout en le fixant .Le semi soutint son regard et il se décida enfin à prendre la parole.


- Très bien, je pense que je n'ai pas d'autre choix que de répondre. A quoi je me dédie, question un peut vague...Disons que mon travail me prend une grande partie de mon temps mais cela ne me dérange pas au contraire. Je me doute que vous voulez savoir quel est ce travail, et je demande si je doit y répondre...Sachez tout d'abord que vous n'avez rien a craindre de moi. Mon métier consiste a faire taire ce dont personne ne condamne les actes. Et avant même que vous ne disiez quoi que se sois, non je ne me prend pas pour un justicier ou je ne sais quel héros. Je fait sa autant pour la prospérité que pour l'argent. Pour mes aspirations sur ce monde dans lequel nous vivons...je ne sais pas vraiment. Disons que bien sur je préfère un pays en paix qu'un autre en guerre mais mes raison sont...spécial, et vous les dévoiler maintenant ne ferait que vous attiré des problèmes. Enfin pour répondre a votre dernière question...je ne sais vraiment ce qui m’intéresse en vous...Disons qu'il y a plusieurs raison. Dans ma vie je n'ai que très rarement rencontrer des démons qui puisse cohabiter avec d'autre race. Et vous êtes la première a ne pas vouloir me tuer n'y a avoir un quelconque dégoût à ma simple présence. De plus vous me faite pensé a une amie qui va d'ailleurs entendre parler de moi d'ici quelque semaine....Et en effet vous ne m'avait pas simplifié la tache mais c'est surtout due au fait que je n'ai pas était très courtois avec vous depuis que j'ai reprit connaissance...

* Et il y a aussi le fait que vous êtes très attirante * Mais cela Ezio le garda pour lui. Il n'avait pas lâcher les yeux gris de la jeune femme tout le long de sa prise de parole. Il se décida à détourner les yeux. Avec cette arriver impromptu il en avait oublier de s’étirer après ses exercices. Il se posa donc sur le sol et commença a tendre ses muscle dans différente position.Ne voulais pas qu'un silence s'installe il se décida a reprendre la parole.

- Mais dite moi, Olianna, une question me taraude...pourquoi êtes vous ici? Je veux dire, Cette vie vous convient elle ? n’avait vous jamais chercher a partir?

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 34
Date d'inscription : 31/03/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Démons
Classe: Invocateur
En général: Révolutionnaire. À bas Kerdéreth !
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Sam 15 Déc - 0:26           
.................................................................................................................................................................................................................................

Quand il parla de son travail elle allait le couper mais il l’en empêcha.
*Bien vu*, ne put-elle s’empêcher de penser. *Bientôt tu vas lire dans ma tête.*
Elle le laissa donc poursuivre jusqu’à ce qu’il s’arrête, et resta dubitative devant le regard qu’il lui lançait. Oliana n’aimait pas du tout ça. Néanmoins, quand il se détourna, cela lui fit une drôle d’impression.

*Il a quelque-chose… il a quelque-chose qu’y m’appartient. Quelque-chose qu’il me manque…*
Elle tenta de deviner quoi, mais un grand froid l’envahit. Elle stoppa donc net ses pensées. C’était peut-être un peu tard toutefois. Le froid ne la quittait pas, et elle savait d’où cela venait…
Ezio lui posa alors des questions qu’elle entendait à peine, foudroyée. Elle se rendit compte qu’il s’étirait sur le sol. Si cela lui aurait donné matière à plus ample observation à un autre moment, à cet instant cependant, ce n’était pas le cas. Ses yeux s’écarquillaient au fur et à mesure. Elle cherchait des yeux la cause de son trouble mais ne la trouvait nulle part.

*Où es-tu bon sang ?*
Rien ne fit échos à ses pensées.
-Ezio je… je suis ici car…
Elle ne voulait pas qu’Ezio sache ce qu’il se passait. C’était personnel, c’était d’elle dont tout dépendait. Il n’avait à tout savoir sur elle comme ça, du jour au lendemain.
-J’ai apparu à mon maître alors que je n’avais que quelques mois… je… je suis tombée…
Il aurait dû être dans la pièce. Quelque part à portée de son regard. Il ne pouvait pas apparaître hors de son champ de vision. Ses pensées tout à fait ailleurs, elle répondait donc à Ezio sans vraiment savoir ce qu’elle disait.
-Je suis tombée du Continent Supérieur, dans la plaine. C’est le maître qui m’a trouvé. Je n’avais rien alors… pourtant je n’aurais pas dû avoir survécu…
Rien du côté d’Ezio. Rien derrière elle du côté du débarras. La pièce au-devant d’elle restait vide de présence. Pas un halo noirâtre… Même pas de…
-Je ne peux pas partir tant que le maître ne m’aura pas défaite de l’attache que j’ai contractée avec lui. Il m’a sauvée, nourrie, éduquée… je lui dois la vie, je…
… de fumée. Elle venait de s’apercevoir que si l’ombre n’était pas présente ailleurs dans la pièce, elle était en elle. De la fumée émanait à présent de son corps tout entier. Elle sursauta, lâcha un cri bien malgré elle. Ne prêtant plus attention à rien, elle tenta de chasser la noirceur qui prenait possession d’elle.
-Qu’est-ce que c’est ?, hurla-t-elle.
Elle peinait visiblement à se maîtriser, le contrôle de la situation lui échappait complétement. Elle avait senti dès que le froid s’était emparé d’elle qu’une de ses apparitions s’était matérialisée. Mais elle aurait dû la voir. Et cela aurait dû être volontaire ! Quand elle avait vu la fumée autour d’elle, elle n’avait pas compris. La fumée ne venait normalement que lorsqu’une de ses invocations se matérialisait, et autour de son invocation !
Si elle ne la voyait pas, elle savait qu’elle était là, quelque part, elle sentait ses forces disparaître et le froid l’envahir. Et si elle en jugeait de la proportion avec laquelle son énergie la quittait, c’était un très mauvais signe concernant l’invocation qui avait dû apparaître.

Un court instant lui sembla-t-elle, elle reprit pieds dans la réalité. Autour d’elle tout s’était brouillé mais elle discernait encore Ezio. Dans la confusion qui régnait, elle se demanda si sa simple présence avait pu impacter sur quelque-chose en elle. Puis la pièce disparut. Le noir prit place. Bien qu’elle prit peur ce n’était pas la fin pour autant. Soudain elle vit de nouveau, mais des escaliers s’ouvraient devant elle. Il y eut le silence, sa respiration rauque comme venue d’outre-tombe, puis des voix sur le palier.

*Nays et le maître !*
La vision ne s’éternisa pas, et le noir succéda, pour revenir à Ezio. Lorsque ses yeux se posèrent de nouveau sur lui, elle était effrayée. Elle prenait conscience de quelque-chose qui avait dérapé en elle sans crier gare, et qui devait reprendre son équilibre. Seule, elle n’arriverait jamais à tout remettre dans l’ordre, mais il se pouvait qu’on puisse l’aider, si on lui laissait assez de temps…
-Ezio ! Le maître ! La propriété… mon invocation dans la propriété… sais pas comment…
Tout devint à nouveau noir. Cette fois, elle savait que ce serait mauvais pour elle. Elle avait besoin d’aide. Désespérément besoin d’aide.
-A L’AIDE !
Et Oliana disparut de la pièce, alors que dans la propriété, le même cri résonnait, jusque dans les jardins…

-A L’AIDE !, cria Nays, dans les escaliers.
Plus bas dans les marches, enrobé d’une nuée de ténèbres, le loup des ombres grondait. Kaëdéreth, après un temps de surprise, balaya la pièce du regard, s’attendant à trouver Oliana dans les parages, satisfaite de la plaisanterie que devait représenter le fait de terroriser une amie. Ne la trouvant nulle part, et le loup ne daignant pas décolérer, il soupçonna qu’il puisse y avoir un problème. Il se saisit donc de Nays pétrifiée et l’entraina dans le corridor au pas de course. Depuis la première fois qu’il avait vu cette chose des ténèbres apparaître, il avait su qu’elle leur porterait un jour préjudice.

-Dans mon bureau, dépêches-toi !, exhorta-t-il la blonde Nays.
Ils coururent sur le bois sombre du couloir alors que la bête se mettait en marche dans les escaliers, sur leurs pas. Le maître atteignit la porte avant que l’invocation n’ai daigné rejoindre le palier sur lequel ils se trouvaient, mais elle ne tarderait pas à les rejoindre. C’était un étrange sentiment que de se sentir pourchassé par la création de celle qu’il avait pris sous son aile. Il se demanda un court instant où pouvait bien se trouver Oliana, et si elle allait bien.
Nays une fois dans la pièce courut se mettre à l’abris derrière le bureau. Le maître chercha son épée des yeux. Il devait bien opposer une résistance, même si celle-ci allait s’avérer rude. D’une part la bête était une machine à tuer, et d’autre part il ne savait pas ce qu’un potentiel dommage sur la bête imputerait à Oliana.

-Mais qu’est-ce donc ? Comment se fait-il que l’invocation d’Oliana soit là, et nous prenne en chasse ?
Derrière la porte, on entendit tout à coup le bruit rauque d’une respiration. La bête était là. Le maître s’abstint de réponse. Il ne savait pas ce qu’il se passer, et il venait tout juste de se rappeler où il avait laissé son arme. Alors qu’il se retournait, la porte céda sous le poids de la créature bordée de flammes noires.

Note : hahaha ! mais que se passe-t-il ? Désolée pour d’éventuelles incohérences, suis très fatiguée, mais tu m’as inspirée alors j’ai tenu à répondre. Si tu n’arrives pas à te dépêtrer de cette horrible situation (quoique j’ai grande confiance en ton sens de l’initiative) préviens moi, et j’édite. Je suis bien consciente de t’avoir laissée avec du pain sur la planche. Mais au final si tu t’en sors avec ça, non seulement tu auras mes plus sincères félicitations, mais en plus Ezio risque d’être content vu que ça pourrait signer un éventuel apprentissage d’Oliana sous l’aile d’Ezio. Je n’en dit pas plus bien sûr, ni le comment ni le pourquoi. Faut pas gâcher la surprise.
Biz Wink

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Jeu 20 Déc - 11:54           
.................................................................................................................................................................................................................................

A peine avait elle reprit la parole qu'Ezio sentait dans sa voix comme...un trouble. Il ne réagit pas pour autant pensant qu'il s'agissait de parler de son arriver dans la vie de son maître qui lui ravivait quelque émotion. Il l’écoutait attentivement...puis a un moment elle se tue. Il releva alors la tête et vis une fumé sortir de son corps. Elle se mit alors a hurler et Ezio se leva essayant de voir comment il pourrait l'aider.
-Rester calme! Il doit bien y avoir une explication!
Elle sembla alors sombré dans l’inconscience, l'espace de quelque seconde puis elle revins a elle, débitant des parole si vite qu'Ezio n'en compris pas la moitier. Il fronça les sourcil tentant de mieux cerné c'est parole.Alors elle sombra a nouveau...puis elle disparu dans un cris.
Ezio était perdu...Mais bon sang que venait il de se passé...Il n'eu même pas le temps de comprendre ce qui était arriver qu'un autre cris se fit entendre non loin.
*Nays! Mais enfin il se passe quoi ici ?!*
Sans attendre, le semi ange fonça dans la propriété. Cherchant la source du cris il traversa toute les salles le plus vite possible. Ne trouvant rien il se décida a se diriger vers l’étage. Il s’apprêtait a gravir les escalier quand il senti une présence a l’étage dont l'aura démoniaque était presque oppressante. Il regarda alors ce qu'il avait a disposition. Sur lui, deux couteaux de lancé. Dans l'entré de l'escalier, un chandelier qui l'éclairé paisiblement en partie . Bon, il n'y avait donc pas énormément de solution. Il monta les marche une à une, sans aucun bruit. Arrivé dans l'angle du couloir il ferma les yeux et se concentra sur ses autre sens. L'odeur était un mélange de cire brûler et de soufre. Un son rauque s'entendait comme un chien ou un loup cherchant quelque chose derrière une porte tout en sachant que ce n’était pas amicale. Il y avait aussi un son très léger, presque inaudible a l'oreille humaine. de l'aire...une fenêtre dans le fond. Bon il avait en tête la configuration du couloir et savait ou se trouver le "problème". Il ne lui rester plus qu'a agir, et vite.
Sans attendre il sorti l'un de ses lame et la lança dans le couloir. Elle traça droit, sans rencontrer un seul obstacle. Le verre de la fenêtre se brisa et un grand courant d'air s’engouffra dans la propriété soufflant toute les bougies et plongeant le couloir et les escalier dans le noir. Ezio se mit alors en mouvement. Il traversa le passage en prenant soins d’éviter le monstre et le tout sans un son. Il arriva devant la porte de la chambre qui lui avait était prêter le temps de son séjour. il entra a l’intérieur comme un coup de vent et commença a chercher ce dont il avait besoin. Il récupéra une petite bourse et ses deux poignard. Ce n’était pas la première fois qu'il était confronter a un démon et connaissait leurs point faible. Mais il ne pouvait pas le tuer. la première raison était qu'il ne savait pas d'ou il était apparu. Était ce une des fameuses invocations d'Oliana , ou bien peut être était il venu pour elle et dans se cas il devait savoir pour qui et pourquoi. Il ouvrit donc sa bourse qui contenait des millier de minuscule cristaux bleu. il en étala sur ses poignards et ceux ci commencèrent a se refroidir jusqu’à se recouvrir d'une couche de gel.
Il se décida alors a retourner dans le couloir d'ou se profiler des bruit sourd. Ezio n'attendit pas plus longtemps. Le démon était en train d'enfoncer la porte. Mais avant même qu'il n'y parvienne, l'hybride poussa un cris de rage, mettant toute la force qu'il pouvait dans ses jambe et ses bras et couru vers le monstre, poignard en main. Il les ficha dans son flan et dans un effort surhumain et sans arrêter sa course il le souleva et l’entraîna avec lui. L'animal tenta de se défendre mais il n'ait aucun moyen de le mordre ou de le griffer. Ezio arriva au bout du couloir sans pour autant s’arrêter et traversa la vitre face a lui. Un cris monstrueux se fit entendre puis le silence.
Ezio se hissa par la fenêtre. dans sa chute il avait eu le temps de lâcher sa prise sur l'invocation et de se raccrocher a la bordure du mur. Tout ces effort n'avait pas était sans conséquence. Sa blessure a l’épaule devait s’être ré- ouverte et il n'arrivait plus a bouger son bras sans être prit d'une violente douleur. De plus le choc avec le mur lors de sont acrobatie de haut vol lui avait affliger tout le coté gauche du corps de légère entailles. Il marcha tant bien que mal jusqu’à la porte, le souffle court et s’arrêta devant.


-Nays...c'est vous? C'est Ezio, vous pouvez ouvrir...le démon ne reviendra pas...du moins je l’espère...

La porte s'ouvrit alors sur un Kaëdéreth épée en mains et l'assassin eu un sourire malicieux a cette vision.

-Allons mon ami...vous n'avait plus l'age pour se genre de chose.

-Ce n'est pas vraiment le moment pour l'humour, aller entrer.

Ezio ne se fit pas prier et une fois entrer le maître ferma a nouveau la porte. Il se tourna vers Ezio, que Nays avait fait asseoir sur un siège et commencer a voir comment elle pourrait l'aider avec ses blessures. et le regarda avec un regard emplit de colère et de détresse.

-Dite moi que vous ne l'avait pas tuer ! Et devant l’incompréhension de son ami il repritLe monstre qui se trouvait derrière cette porte est une invocation d'Oliana. Il est lier à elle! J'ai peur que si vous ne lui fassiez le moindre mal, elle le ressente et en souffre.

Ezio eu un temps de réflexion. Il avait donc penser juste...Mais aussi loin qu'il s'en rappelait il n'avait jamais vu un invocateur mourir du fait de la mort de son invocation. Et cette invocation n'avait pas l'air d’être consentit par l'invocatrice...

-Il faut la retrouver! Elle était avec moi mais elle a disparu je ne sais par qu'elle moyen quand elle a invoquer le démon...Enfin, d’après ce que j'ai vu...il c'est plutôt invoqué tout seul. Kaëdéreth avait vous toujours le cadeau que je vous ait offert lors de nos adieu?

Le maître sembla réfléchir a son tour et tout a coup se dirigea vers le bureau. Il en sorti un écrin rouge dans le quelle se trouvait un pendentif. Une pierre pourpre trônait au centre d'un entremêlement de quelques supports en argents. Il le pris et le déposa dans les mains du semi. Ezio l'examina et s'assura que la pierre n'avait aucune lueur particulière. Elle semblait inerte. Il regarda alors son ami.

-Il nous faut retrouver votre protégée...N'y a t'il pas un endroit ici ou elle se sent en sécurité...un endroit ou elle pourrait rester des heures sans pour autant avoir à faire quelque chose ? C'est par la qu'il faut commencer à chercher.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 34
Date d'inscription : 31/03/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Démons
Classe: Invocateur
En général: Révolutionnaire. À bas Kerdéreth !
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Lun 14 Jan - 19:28           
.................................................................................................................................................................................................................................

Elle s’éveilla le nez dans la paille et toute tremblante. Ce qu’elle venait de vivre ressemblait plus à un cauchemar qu’à la réalité. Oliana avait d’abord vu le noir, l’étendue sombre et sans fin qui voile le regard. Puis un savant mélange de flashs, et d’hallucinations. Son loup qui attaque les autres, et au milieu, comme un étrange appel, la vision d’une maison de campagne perdue en pleine forêt ou les arbres sont couverts de neige. Les pans de murs s’écroulent, le toit est crevé, et une impression synonyme d’angoisse s’insinue lentement dans le corps de la jeune démone. Le danger n’est jamais très loin. Juste le temps de se rendre compte qu’Ezio l’attaquait (ou plutôt attaquait son loup), et à cet vue se substituait celle de l’intérieur de la maison. Il fait froid à l’intérieur. L’hiver se fait sentir avec rudesse. Elle avance un peu à l’intérieur. Plus loin au sol une forme se meut, inidentifiable dans la pénombre. Ezio eut alors le temps de passer à l’action. Sans comprendre une douleur l’assaillit brutalement alors que le corps de son loup était projeté à travers la fenêtre. Elle tombe alors à genoux sur les dalles de pierres vétustes, recouvertes de poussière. C’est là qu’elle reconnait ses propres yeux au fond de la pièce, et ses cheveux encore courts alors sur un visage innocent. C’est un bébé dans une couverture qui l’implore depuis le sol.

Elle va souvent dans l’écurie, ou faire le tour de la propriété par la forêt. C’est là qu’elle se sent le mieux.
Le regard du maître et de la jeune femme se croisèrent. Puis ce dernier se tourna à nouveau vers Ezio.
Elle s’entraîne du côté de l’écurie en effet, oui. En secret. Ou du moins le croit-elle seulement.
Le maître fit quelques grands pas pour traverser la pièce. Il ouvrit alors grand la fenêtre qui donnait sur la cour, et héla le palefrennier.
Edward va donc voir du côté de l’écurie si tu ne trouves pas Oliana, s’il-te-plaît.
Le jeune homme salua avant de se précipiter. Il ouvrit grand les portes de l’écurie et disparut à l’intérieur. Il ne mit qu’une minute avant de revenir et de signaler d’un « elle n’y est pas maître… » que la demoiselle restait belle et bien disparue. Le maître réfléchit alors un court instant.
Prend un cheval alors, et cherche aux alentours de la propriété.
Edward partit sans plus attendre, alors que le maître s’en retournait à l’intérieur.
Nays, fouille l’intérieur de la propriété, Ezio et moi nous allons nous occuper de l’extérieur. Ezio, où étiez-vous lorsqu’Oliana a disparu ?
Il posait la question alors que Nays allait quitter la pièce. Il la rappela au dernier moment et sortit son épée du fourreau pour la lui tendre sous les yeux incompréhensifs de la jeune femme.
Prenez ceci voulez-vous. Elle pourrait vous être utile si par hasard une autre invocation se faisait connaître, quoique je pense cela assez peu probable. On est jamais surs de rien…
Nays revint alors pour prendre l’arme puis se retourna sur un regard pour sortir de la salle.

Oliana toussa et tenta de se remettre debout, sans succès. Elle voulut alors se mettre au moins sur le dos, histoire de respirer un peu moins de poussière et un peu plus d’oxygène. Il lui fut difficile de basculer sur le côté, et cela ne se fit pas sans mal. Le souffle coupé, elle fixa ses yeux sur les poutres de la grange au-dessus de tête. A peine put-elle reprendre sa respiration. Qu’elle se remit à tousser terriblement, puis elle tata ses côtes pour vérifier que tout était en place. Manifestement oui, mais elle avait très froid. Elle toussa à nouveau et serra ses bras autour d’elle. Lorsqu’enfin elle sentit qu’elle pouvait bouger, elle se mit debout à grand mal. Elle claquait des dents et tremblait. Elle jeta un œil autour d’elle. Rien ne laissait penser qu’il y avait quelqu’un dans les parages. Elle avait tout de suite reconnu la grange d’où elle avait disparu et s’avança vers la porte. La pousser lui demanda bien plus d’effort que prévu.
Au-dehors le vif soleil lui abima les yeux, mais le l’empêcha pas de trembler. Elle trébucha, se rattrapa toutefois de justesse, et mis un pied devant l’autre en tentant d’avancer. Pour la deuxième fois de sa vie auprès son apparition auprès du maître alors qu’elle était tombée du ciel, elle vivait quelque-chose qu’elle peinait à comprendre.


Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Dim 27 Jan - 22:04           
.................................................................................................................................................................................................................................

On donna très vite une réponse a la question d'Ezio, mais sans succès. Oliana n’était pas dans les écurie. Le maître des lieux ce décida donc a prendre en main les recherche. Nays fut donc désigné pour chercher la démone a l’intérieur des mur tandis que les deux homme partirait la chercher a l’extérieur. Kaëdéreth demanda alors au semi ou se trouver t'ils avec sa protégée quand elle disparu. Ce dernier nu pas le temps de répondre car le maître se tourna vers son amie au cheveux blond pour lui tendre son épée ce qui laissa quelque seconde a l'hybride pour réfléchir. l'invocation était donc d'Oliana mais son apparition n'avait pas était consentie. Aurait t'il était possible qu'elle se retrouve prisonnière du démon ? Et qu'une fois celui ci hors d’état de nuire elle réapparaissent a l'endroit même ou elle se tenait lorsque tout a commencer? C'est alors que le visage d'Ezio se mua en stupeur, comme si il venez de comprendre. Il se précipita alors hors de la pièce.

-fouiller dehors moi je vais vérifier la grange !

Sans attendre de réponse il couru aussi vite qu'il le pu. Comment avait il pu être aussi stupide? il avait attaquer l'invocation d'Oliana, et par la même occasion Oliana elle même! Il aurait du simplement l'épuiser, l'obliger a disparaître dans les limbes. Mais avant qu'il continue a se morfondre dans ses erreurs, le semi arriva dans la grange. Elle était vide. Aucune trace de la démone...a moins que...des traces se profilait dans la lumière du soleil. Lumière due à l'ouverture de la grande porte qui, quand Ezio avait quitter la pièce, était fermé. Ni une ni deux il se dirigea dehors. Il n'eu besoins que de quelque seconde pour que ses yeux s'adapte à la lumière du soleil. Il regarda autour de lui et trouva enfin celle qu'il chercher. Elle était debout, a une cinquantaine de mètre de la, tentant tant bien que mal d'avancer.

-OLIANA!

Il reprit alors sa course et arriva a ses coté juste a temps pour la rattraper avant qu'elle ne s'effondre. Sa peau était brûlante de fièvre signe sans doute du contre coup de l'attaque d'Ezio sur l'invocation.Il ne pris même pas le temps de savoir si elle était consciente ou non. La prenant dans ses bras il se dirigea vers la demeure. Montant quatre a quatre les marche vers l’étage, il ouvrit d'un coup de pied la porte de la chambre qui était la sienne et allongea la démone sur le lit. Il se pencha au dessus d'elle, déplaçant une mèche de cheveux de son visage d'une mais peut assurer, trop inquiet pour pouvoir faire des gestes assurer. Il se leva , ouvrit la fenêtre derrière lui, siffla puis cria.

-Kaëdéreth!! Elle est ici! rentrer vite!

Il ferma aussitôt la fenêtre et se dirigea vers le couloir.

-Nays! Elle est avec moi!! dans la chambre dépêcher vous!

Il retourna alors à sont chevet. Il tenta de se calmer et de réfléchir. Il plaça le draps sur elle et s'assura a nouveau de sa température. Pas de changement, elle était toujours aussi bouillante. Il fouilla dans sa poche et retrouva le collier demander peut de temps avant a Kaëdéreth. Délicatement il le plaça autour du cou d'Oliana. Il ne pouvait qu'attendre maintenant.

-Garde tes force, tu va vite être remise sur pied, je suis sur que ton maître saura quoi faire.

Impuissant il s'assis au sol et se laissa aller contre le mur la tête entre les mains.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 34
Date d'inscription : 31/03/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Démons
Classe: Invocateur
En général: Révolutionnaire. À bas Kerdéreth !
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Lun 11 Mar - 23:58           
.................................................................................................................................................................................................................................

Oliana ne reprit connaissance qu’en fin d’après-midi, après un long sommeil sans rêve. Elle se sentait bizarre, et impuissante. Elle était étendue dans un lit, fiévreuse, ne savait où donner de la tête. La lumière du soleil à travers la vitre lui brûlait les yeux. Elle pouvait à peine discerner le mobilier, et reconnaître la chambre où elle observait le matin même le blessé qu’elle avait trouvé avec Kaëdéreth. Les rôles s’inversaient à présent, quoiqu’elle ne sache pas réellement si l’ange se trouvait réellement dans la pièce. D’une manière singulière, il lui semblait reconnaître sa présence, comme si son esprit, avant elle, avait noté qu’il se trouvait là. Elle voulut effectuer un mouvement mais se trouvait dans l’incapacité totale de le faire. Alors elle scrutait les alentours, tentait d’identifier quelque-chose qui ait pu l’aider, mais une nouvelle fois, elle se retrouvait simplement seule. Face à elle-même.

Plus tôt Kaëdéreth et Nays étaient arrivés dans la pièce, où ils avaient trouvé Ezio et la démone. Le maître des lieux avait pris les mesures nécessaires, envoyant Nays chercher tout ce dont il avait besoin pour tenter de rétablir la petite. Il avait trouvé Ezio bien abattu, et bien qu’ils ne se soient pas vu depuis longtemps, il avait compris que ce n’était pas dans ses habitudes, que quelque-chose n’allait pas. Il avait profité de l’absence de Nays pour lui en faire part :

Mon ami, que vous arrive-t-il ? Il ne me semble pas vous avoir vu ainsi depuis que nous nous connaissons. S’il s’agit d’Oliana, sachez Ezio qu’à présent que vous l’avez ramenée, elle ne court plus grand risque. Nous allons faire baisser la fièvre, il faudra du temps et de la patience, et ensuite, nous devrons tenter de comprendre ce qu’il s’est passé. Mais surtout, ne vous en faîtes pas pour elle.
Nays n’avait pas tardé à reparaître, tout ce qu’elle transportait aurait suffi à guérir un village entier mais Kaëdéreth fit rapidement le tri. Il administra à la démone ce qu’elle nécessitait, et resta un long moment dans la chambre, en compagnie d’Ezio et Nays. Puis voyant que celle-ci était grandement affectée par les événements, ils se retirèrent, laissant l’ange seul de nouveau.

La démone ne savait pas où elle avait mal. Cela tenait peut-être au fait qu’elle avait mal partout. Néanmoins, elle avait conscience d’un mal qui la rongeait, bien plus profondément que la souffrance présente : la culpabilité. Elle s’était jetée sur le maître et Nays à travers son invocation, n’avait pas su se contrôler. Et de plus, elle avait également failli nuire à Ezio. Elle lui devait beaucoup, pour l’avoir secourue, et pour avoir sauvé le maître et Nays, en prenant les bonnes décisions. Bonnes décisions qui n’étaient pas toujours les plus faciles à prendre… Avait-il su depuis le début que tuer son loup ne lui nuirait pas outre mesure ? Enfin outre mesure, c’était façon de parler. Il ne devait pas avoir eu le temps d’y réfléchir au fond, il devait plutôt avoir agi sous l’impulsion. Heureusement qu’il avait été là. Une autre personne aurait certainement pris une seconde de trop à déterminer le pour et le contre.
Après une heure de somnolence immobile supplémentaire, Oliana parvint à relever la tête. C’est alors seulement qu’elle remarqua le collier autour de son cou. Ne l’identifiant pas, elle préféra ne pas y toucher. Elle se redressa ensuite petit à petit, s’aidant de ses bras, mais laissant ses jambes en place. Elle ne les sentait plus vraiment et préférait ne pas avoir à se demander pourquoi. Son regard se porta alors plus amplement sur la pièce. Elle discerna deux silhouettes au fond. Apparemment, Kaëdéreth et Ezio se trouvaient encore là, nulle trace de Nays. Les fenêtres étaient ouvertes et laissaient passer un air frais et agréable dans ses cheveux. Un instant, elle se prit à fermer de nouveau les yeux pour se sentir tout à fait vivante sous cette sensation.
En rouvrant les yeux, elle sentit du mouvement, mais son regard s’était déjà flouté. Elle se laissa retomber doucement sur les oreillers de plumes, sans pour autant perdre encore connaissance. Elle se sentait déjà mieux même si elle peinait à retrouver ses moyens, et que la fièvre n’était pas tout à fait retombée.

Ezio… ?, appela-t-elle.
Même si elle n’y voyait pas très clair et qu’elle le connaissait peu, elle savait déjà qu’il viendrait. Etrange comme l’on est capable d’appréhender les gens parfois. On jurerait presque les connaître depuis des années.
La démone n’aimait pas particulièrement les remerciements, mais aujourd’hui, elle se sentait obligée d’en formuler :

Vous nous avez sauvés la vie. Tout cela était de ma faute, j’ai donc une dette envers vous. Je vous remercie, sincèrement, et j’espère pouvoir un jour vous rendre la pareille. Excusez-moi de m’être montrée si peu sympathique.
Le maître fixait Oliana avec acuité. C’était la première fois qu’il voyait l’enfant qu’il avait élevée devenir grande. Elle reconnaissait enfin les valeurs qu’il avait mis tant de temps à lui inculquer, sans obtenir pourtant, sur le moment, de succès. Qu’est-ce qui avait bien pu déclencher ce déclic dans la tête de sa protégée ? Il avait toujours eu de l’instinct, et aujourd’hui il pressentait qu’un événement était en train de se dérouler, qui semblait modifier la courbe de l’avenir pour la jeune démone.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 59
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Semis et Hybrides
Classe: Traqueur
En général: Ange-Naleï
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Mer 13 Mar - 3:04           
.................................................................................................................................................................................................................................

Le maître et Nays avait donc finis par arriver. Il ne fallut que quelque seconde pour que le premier prenne les mesures qui s’imposait quand a l’état d'Oliana et pour que son amie se mette en quête des différents produits qui lui était demander. Puis Kaëdéreth s'approcha du semi, toujours assis sur le sol, et tenta de le réconforter. Ezio leva les yeux vers lui et malgré le fait qu'aucune émotion ne transparaissait sur son visage, le regard que l'assassin arborait était empli de honte et de tristesse, pour ce qui comme le maître connaissez Ezio, c’était flagrant. D'une voix calme et posé il pris la parole pour répondre a sa question.

-Je n'ai pas hésiter une seul seconde a attaquer le démon. Je n'ai même pas réfléchis au conséquence. J'aurait pu la tuer...Je n'ai même pas fait le lien entre sa disparition inexpliqué dans la grange et l’apparition du démon. C'est la première de son espèce à avoir si peu d’animosité envers moi, elle vous a même aider a me sauver...et moi depuis le début je n'ai fait que de la prendre pour une moins que rien...de l'agresser des que je me suis réveiller...et au final j'était a deux doigts de lui ôté la vie...

Son interlocuteur n'eu même pas le temps de lui répondre, Nays arrivait avec tout l'attirail médicale. Ezio ne bougea pas quand le maître assister de son amie soigna la démone. Il ne fit aucun mouvement durant les quarts d'heures qui suivirent ou tout trois étaient la, espérant peut être le miracle d'un rétablissement instantané.
Puis il s’était retrouver à nouveau seul. Cette fois il décida de se bouger un peu et se leva pour regarder à la fenêtre. Puis on frappa timidement a la porte. Il ne s'avait pas combien de temps il était rester ainsi mais cela avait du être long.
Ezio ouvrit la porte et se plaça dans l'ouverture de façon a se que la personne n’aperçoive rien de la pièce. Il s'agissait d'Edward, le palefrenier qui, depuis qu'Oliana avait était retrouver, avait passé son temps a chercher la bête sur les terre du maître. Il semblait épuiser et quelque peu intimidé.


-Bonjour...excuser moi de vous déranger, mais je viens de voir le maître et il ma dit que vous étiez ici. Je...Je suis Edward, je travail dans les écuries...Je voulais vous prévenir que l'on a pas retrouver la bête qui a attaquer la propriété... On ma aussi dit que vous n’étiez pas en grande forme après tout sa alors...voila je me suis dit que vous aviez peut être besoin de vous d’étendre un peu, après toute ces tension...Et j'ai peut être ce qu'il vous faut.

Il sorti alors de sa poche une pipe en bois ainsi qu'une petite bourse de tabac et la tendit au semi. Celui ci pris alors la parole.

-il n'est pas dans mes habitude de fumer, mais je pense que je peut faire une exception cette fois. C'est très aimable a vous Edward. Je suis désolé mais je ne peut vous convier a entrer, Oliana a besoin de repos et de calme, sachez en tout cas qu'elle est sortit d'affaire. Vous feriez mieux d'aller vous reposer vous aussi, je crois qu'on en a tous besoin.

Le jeune homme fut d’abord déçu puis le remercia avec un léger sourire triste avant de tourner les talons pour s'en aller. Ezio ferma la porte et regarda du fond de la pièce Oliana qui n’était toujours pas revenu a elle. Il pris une chaise et se plaça a la fenêtre la plus éloigner du lit pour fumer. il était vrai que sa détendais. un peut trop peut être car Ezio c’était alors assoupis. Quand il se réveilla, Kaëdéreth était de retour et faisais une sorte d'examen de l’état d'Oliana. Il sembler quelque peu satisfait. Il vit alors son amis éveiller et se posa a coté de lui, entamant une discutions. Au bout de plusieurs minutes, ils furent interrompu par le réveil d'Oliana qui se redressa dans son lit. Ezio voulu se lever mais le maître le retint, expliquant qu'il ne fallait pas la brusquer. C'est alors que la Démone appela le semi. Il se leva et s'approcha doucement de celle ci, s’assis sur le lit pour mieux lui faire face et il lui pris la mains pour lui faire comprendre qu'il était la. Il avait remarquer qu'elle n'avait pas l'air de voir grand chose, les yeux rivé sur un point fixe au plafond. Elle pris alors la parole, exprimant sa gratitude pour leur avoir sauver la vie et elle s'excusa pour son comportement. Ezio eu un maigre sourire et lui répondit d'une voix posé.

-Allons, vous n'avait pas a me remercier, et vous n'avait aucune dette envers moi. Je vous rappelle que vous aussi vous m'avais sauver la vie. Quand au comportement que vous avez eu a mon égard, je vous pardonne, il faut dire que je n'y suis pas non plus pour rien.Mais il décida de détourner le sujet a se qui l’inquiéter un peu plus.Mais dite moi plutôt, comment vous sentez vous? Est ce que je peut vous être utile en quoi que ce sois? Peut être avait vous faim...ou soif?

Ezio avait le sentiment d'avoir inverser les rôle avec Oliana quand lui aussi c’était éveiller dans ce même lui. C’était comme si il leur avait était accorder de refaire la scène dans le rôle de l'autre, et d’éviter de faire les même erreurs. Les deuxième chance pouvait peut être exister...

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Messages : 34
Date d'inscription : 31/03/2012

---------------

Voir le profil de l'utilisateur
 

 

Carnet de Voyage
Race: Démons
Classe: Invocateur
En général: Révolutionnaire. À bas Kerdéreth !
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]   Mar 26 Mar - 19:41           
.................................................................................................................................................................................................................................

Alors que la porte s’ouvrait, Nays sursauta, encore sous le choc. Kaëdéreth fit un signe d’apaisement envers elle alors qu’il entrait dans la pièce, et elle se calma en le reconnaissant. Il vint s’asseoir près d’elle, dans le séjour, non loin d’une fenêtre. Dans la demeure, il était de toute façon assez vain de vouloir se masquer des vitres tant on en trouvait en toute pièce.
Vous voilà de retour ?
Oui, Oliana s’est réveillée et j’ai préféré laisser ces deux jeunes gens discuter.
Nays eut un regard de biais. La différence de génération entre elle et con interlocuteur la frappa une fois de plus, et elle se rencogna dans son fauteuil, morose. Le maître avait son regard absorbé par la cour, où Edward faisait des allers retours. Il se rappela de la mission de ce dernier, qu’il avait oublié de le prévenir que la petite était saine et sauve, et se dit qu’avec un peu de chance, il devait avoir été mis au courant. Nays le détailla avec attention.
Comment va Oliana ?
Le maître rit :
A-t-elle jamais été bien ?
Il se tourna vers la blonde dont les sourcils se froncèrent, alors que le soleil laissait deviner par les reflets de son regard bleu toute l’incompréhension qui était la sienne. Kaëdéreth préféra alors reformuler.
Elle a l’air d’aller mieux qu’un peu avant… mais je ne saurais dire si elle est alors mieux qu’un peu après… son état peut encore s’aggraver sans que nous n’y puissions rien faire, n’y sans même peut-être que nous ayons le temps de nous en rendre compte.
Son pessimisme affola son amie. Elle se leva, fit une dizaine de pas dans la pièce, allant et venant sous le nez du maître.
Mais enfin ne me dîtes pas que vous n’y puissiez rien faire ! Vous devez la sauver ! Trouvez un moyen ! Vous devez bien avoir une idée ! Je ne veux pas croire que vous ne sachiez pas…
Le maître saisit sa peine et se leva à son tour. Il la prit par l’épaule et l’amena près des carreaux. La jeune femme se laissa faire sans rien ajouter, à la fois agacée par la situation d’Oliana, et rassérénée par le maître : deux états incompatibles. Elle se trouvait alors prisonnière de son corps, attendant qu’on lui apporte les réponses nécessaires. Celui qui s’était occupé de la démone depuis de nombreuse années tenta de la rassurer.
Je ne peux rien pour l’instant Nays. Mais tout ce que je pourrais, je l’essaierai. Pour l’instant Oliana a besoin de beaucoup de repos et de présence, et que l’on puisse l’aider à comprendre que qui l’a amenée à prendre ainsi le contrôle d’elle-même.

La vue d’Oliana s’éclairait de minute en minute. Bientôt, elle put discerner les traits du semi à ses côté, et son visage la fit sourire.
N’ayez pas si mauvaise mine, c’est moi l’alitée.
Puis elle reprit immédiatement un semblant de sérieux, afin de ne pas l’accommoder. Elle en ressentait le besoin à présent, alors qu’il lui avait rendu la mise en la sauvant. C’était étrange pour elle, ainsi fut-elle heureuse que le maître se soit éclipsé sans se faire remarquer, car elle ne voulait pas avoir à ressentir de la gêne face à ses propres actes que ceux qui la connaissaient auraient pu trouver changés. Reprenant le contrôle de son regard acier, elle planta ses yeux dans ceux du semi, y discernant une lueur d’inquiétude. Cela en rajoutait davantage au fait qu’elle ne savait pas quoi répondre à sa question. Il n’aurait pas dû se montrer si attentif envers elle. Ils se connaissaient à peine.
Ne vous en faîtes pas, je n’ai besoin de rien. Et puis, je suis persuadée que le maître fera d’ici peu quérir quelqu’un pour m’apporter à manger et à boire. Je me sens très bien ne vous en faîtes pas.
Très bien c’était beaucoup dire, et elle mourrait de soif et de faim. Mais elle n’allait très certainement pas maintenant lui demander de quoi la soulager. Elle était encore trop orgueilleuse pour cela.
Le silence s’installant de nouveau, elle décida de se redresser pour de bon. Elle s’appuya sur la tête du lit et soupira. Elle s’étonnait chaque instant davantage de sa rapidité à récupérer, mais redoutait plus que tout une nouvelle crise. Et si quelque-chose prenait de nouveau le pas sur elle ? Et si elle était encore enfermée dans sa propre tête, sans pouvoir avoir la moindre influence sur ses actes. La question se fit plus noire dans son esprit. Et lorsque Ezio finirait par partir, et que le maître se retrouverait seul avec elle (Nays étant elle-même rentrée chez elle, quoiqu’elle passait de plus en plus de temps ici), que se passerait-il alors ? qui viendrait l’aider face à elle ? qu’adviendrait-il de lui ? le tuerait-elle ? Cette simple pensée la mit mal à l’aise et la fit frissonner plus que de raison. Rien ne disait qu’elle aurait une nouvelle crise…
Elle stoppa ses pensées pour en revenir au semi. Avant qu’elle disparaisse, ils étaient tous deux en pleine discussion. Elle ne se rappelait plus exactement d’où ils en étaient restés, mais cela lui fit penser à une nouvelle question.

Comment avez-vous appris à vous battre ainsi Ezio ? Vous êtes le premier à défaire mon invocation. Comment… est-il possible de parvenir à une telle maîtrise ?
La démone n’osait pas ajouter : pensez-vous que je puisse moi-même l’acquérir. Elle attendrait sa réponse, et plus tard, lorsqu’elle serait de nouveau sur pieds, elle s’entraînerait comme avant pour progresser encore, voire s’entraînerait plus fort. Elle avait un nouvel objectif en tête, être l’égal de celui qui avait su l’arrêter. Ainsi peut-être elle-même arriverait-elle à se maîtriser. Elle était à présent convaincue qu’elle pouvait progresser sur tout un tas de critères, qu’il lui était possible de gagner en agilité et en force, ainsi qu’en sagesse et en compréhension, et que la seule limite qu’elle pourrait se fixer serait celle que son corps pourrait lui imposer. Ce qui voulait dire que si elle domptait son corps et tout ce qui faisait d’elle Oliana Mésyrhis, elle ne connaîtrait plus de limite et ne pourrait que toujours progresser.
Toutefois, un doute lui vint. Elle était Oliana Mésyrhis, et son maître dont elle tenait le nom ne resterait pas longtemps dans l’ignorance de ses entraînements et de ses désirs de rébellion. Elle s’imagina un jour lointain au cœur d’une révolte qui ferait basculer la souveraine de Kerdéreth. Alors, il n’y aurait qu’avec de la maîtrise qu’elle parviendrait à mettre fin à son règne, c’est-à-dire, à la tuer. C’était peut-être son objectif suprême celui pour lequel elle avait destiné sa vie. Vivre dans l’oppression était sans doute trop loin de lui convenir.
Et puisque le maître n’était pas d’accord avec ses convictions, et qu’elle ne pourrait simplement se résoudre à l’évincer lui aussi, alors il lui faudrait partir un jour. Elle avait toujours rêvé de voyager. Sa crise et Ezio, dont elle ne savait rien mais qui semblait être un homme de chemin, avaient renforcé ses convictions.
Sure d’elle, elle attendit la réponse du semi. Elle espérait qu’il lui donne peut-être le moyen de réussir ses projets.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé,

 

---------------

 

 
MessageSujet: Re: Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]              
.................................................................................................................................................................................................................................


Revenir en haut Aller en bas
 

Matinée sanglante et rencontre intéressante [PV Oliana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une organisation intéressante(Pv Zunder D taker)
» Enfin une petite occupation intéressante [Libre]
» Description d'Oak Town
» [UN ARTICLE DE PRESSE] Les univers parallèles, une théorie intéressante !
» Une jument plutôt intéressante...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lost Heaven ::  :: Les Terres Inférieures :: Le Champ de Bataille-